• ZORRO - ALAIN DELON BOX OFFICE 1975

     

    ZORRO

    11  MARS 1975

     

    ZORRO -  ALAIN DELON BOX OFFICE 1975

     

     

     

    • Réalisation : Duccio Tessari
    • Scénario : Giorgio Arlorio
    • Musique : Guido de Angelis
    • Photographie : Giulo Albonico
    • Production : Luciano Martino
    • Distribution : Artistes Associés
    • Tournage : 29 juillet 1974 / septembre 1974
    • Durée : 124 minutes

     

    • Alain Delon : Diego / Zorro
    • Stanley Baker (V.F. : Roger Rudel) : colonel Huerta
    • Ottavia Piccolo (V.F. : Béatrice Delfe) : Hortensia
    • Moustache : sergent Garcia
    • Enzo Cerusico : Joaquin

     

     

     

     SYNOPSIS

    Au moment de prendre ses nouvelles fonctions de gouverneur du Nuevo Aragon, Miguel est assassiné dans une auberge, peu après avoir retrouvé, inopinément, son ami d'enfance, Diégo, qui fait alors le serment de le venger. Despote sanguinaire, le colonel Huerta, responsable de ce crime, entend bien demeurer le seul maître de la Province, mais devant les lettres accréditives présentées par Diégo, qui se fait passer pour Miguel, il est contraint de s'effacer, la mort dans l'âme. Frivole et poltron, Diégo ne s'intéresse guère aux choses de l'Etat. Profitant de la chance qui lui est offerte d'asseoir davantage son autorité, Huerta fait régner la terreur, mais un cavalier habillé et masqué de noir répare les injustices, galvanise le peuple et ridiculise l'armée. Huerta enrage. Ce mystérieux personnage est omniprésent, mais toujours insaisissable. Las des incessantes défaites du colonel, Diégo propose de servir d'appât pour confondre celui que tout le monde connaît maintenant sous le nom de Zorro. Une vaste opération est montée par Huerta qui compte bien en finir une fois pour toutes avec son ennemi, mais, à l'issue d'une poursuite effrénée, Diégo et Zorro sont précipités du haut d'une falaise. Le triomphe de Huerta ne dure guère car Zorro réapparaît un peu plus tard et provoque un duel au terme duquel le colonel découvre enfin, avant de mourir, le visage de son adversaire, qui n'est autre que celui du pleutre Diégo.

     

     ANALYSE ET BOX OFFICE

     

    "Borsalino and Co" a couté 17 millions de Francs, et à l'époque, c'était une somme importante pour un film. DELON producteur a mis sa chemise dans l'opération et s'apprête à produire un autre projet ambiteux toujours avec  Jacques DERAY : "Flic story". Dans l'attente il va tourner dans une production italienne et interpréter  un rôle pour le moins surprenant : Zorro !

    Il semblerait que ce soit Anthony DELON qui a souhaité que son père donne vie à  ZORRO son héros préféré. Encore heureux que son personnage préféré n'ait pas été Tarzan ou Donald Duck.

    Donc voici Alain DELON en routre pour l'adaptation italienne de Zorro réalisé par Duccio TESSARI. La promotion fait état d'un gros budget et de 2000 figurants pour une fameuse adaptation de la célèbre série télé américaine avec Guy WILLIAMS. 

    En fait le film semble bénéficier d'un budget correct et les figurants sont plutôt au nombre de 200 dans le meilleur des cas.

    Alain DELON interprètera un triple rôle. D'une part le courageux DIEGO, puis le froussard Don DIEGO et le vaillant Zorro. Ce qui ne manquera pas de rappeler son célèbre rôle dans "La tulipe noire". DELON est donc en terrain connu.

    A ses côtés, la jolie Ottavia PICCOLO qu'il connait bien pour avoir joué à ses cotés dans "La veuve Couderc". Une actrice fraîche mais qui a toujours eu des qualités d'actrice un peu réduites. Ses rôles sont toujours effacés. Elle est un peu fade malgré un très joli minois. 

    Plus consistant sera le méchant de l'intrigue joué par l'excellent Stanley BAKER grand acteur des années 50 et 60 qui aura joué dans de multitudes de séries B mais aussi des grands classiques comme "Les canons de Navarone". Il sera un peu moins utilisé dans les années 70 et meurt malheureusement d'un cancer peu de temps après le tournage de "Zorro". Il apporte une réelle cruauté et férocité à son personnage du Colonel HUERTA, c'est lui le point fort du film. 

    Pour interpréter le célèbre Sergent GARCIA il est fait appel au comédien / musicien "Moustache" bien connu pour son embonpoint. Un acteur sympathique, mais à mille lieues d' Henry CALVIN l'inoubliable "Garcia" de la série télé de 1957. 

    Le cinéma italien connait bien du succès avec le duo   HILL / SPENCER et on pourrait craindre que "Zorro" soit une pantalonnade, une série Z des plus déplorables. Finalement il n'en est rien et nous assistons à un remake plutôt fidèle de la série télé, voire même trop respectueux du matériel original, ce qui est paradoxal.

    Le début du film ressemble à un western sauce "Le bossu". Alain DELON interprète le bon et courageux DIEGO qui ressemble à ...Alain DELON avec un cigare, qui retrouve son ami Miguel qui doit prendre un poste de Gouverneur au Nuevo Aragon et apporter la justice et la paix à son peuple. Il se fera assassiner devant DIEGO et lui fera jurer de le venger.

    Usurpant son identité, DIEGO s'installe comme gouverneur. Mais pour rassurer le fourbe HUERTA il se fait passer pour un couard. HUERTA a donc la liberté de commettre ses forfaits. Aidé par JOAQUIM le muet recueilli par Miguel quand il était enfant, DIEGO va donner vie à la légende urbaine bien connue des enfants. Zorro le justicier est né. Alain DELON se détend et surjoue en tant que DIEGO mais fait preuve d'une certaine conviction dans son rôle de justicier. Le duel final entre DIEGO et HUERTA est de bonne facture et assez long.

    Bref, un film sans surprises, mais c'est déjà une surprise. En tout cas, rien de honteux dans cette production honnête.

    Sorti en concurrence avec "La tour infernale" le film prend la seconde place du box office hebdomadaire bien loin de la première place mais va parvenir à effectuer une carrière correcte malgré des critiques assassines. Clairement un film familial qui va trouver son public en province. Finalement le film dépasse le million d'entrées en France, résultat somme toutes moyen, mais étant donné que le film a bien marché en Italie, les producteurs ont du s'y retrouver. L'année commence donc moyennement pour Alain DELON, un film anecdotique un peu oublié dans sa filmographie aujourd'hui,  mais la suite sera plus intéressante.     

     

     

    CATEGORIE

    RANG

    NOMBRE

    SALLES

    ENTREES FRANCE

     

    1 218 320

     

    ENTREES PARIS

     

    215 236

     

    ENTREES BANLIEUE

     

    152 852

     

    ENTREES PARIS BANLIEUE

     

    368 088

     

    exclusivité parisenne

     

     

     

    1ère semaine

    2

    66 460

    21

    2ème semaine

    2

    59 698

     

    3ème semaine

    6

    44 679

     

    4ème semaine

    6

    46 094

     

    5ème semaine

    11

    28 940

     

    Cote du succès

     

    * *

     

     

    ALAIN DELON - ZORRO

     

    vlcsnap-2010-09-20-10h42m55s255.png

     

    vlcsnap-2010-09-20-10h44m01s150.png

     

    vlcsnap-2010-09-20-10h45m00s227.png

     

    vlcsnap-2010-09-20-10h46m25s52.png

     

    ALAIN DELON - ZORRO

     

    OTTAVIA PICCOLO - ZORRO

     

    vlcsnap-2010-09-20-10h47m16s50.png

     

    vlcsnap-2010-09-20-10h48m10s77.png

     

    vlcsnap-2010-09-20-10h52m39s207.png

     

    vlcsnap-2010-09-20-10h54m30s43.png

     

    vlcsnap-2010-09-20-10h54m40s139.png

     

    vlcsnap-2010-09-20-10h55m00s79.png

    « FLIC STORY - ALAIN DELON BOX OFFICE 1975LES SEINS DE GLACE - ALAIN DELON BOX OFFICE 1974 »
    Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :