•  

     

     

    France

    PARIS

    Espagne

    Allemagne

    Italie

    BO US

    Rendez-vous de juillet, les

    P

    1949

    1 891 328

    596 286

     

     

     

     

    Un grand patron

    P

    1951

    3 737 966

    1 058 757

     

     

     

     

    Jeune folle,la

    P

    1952

    1 453 677

    372 870

     

     

     

     

    Horizons sans fin

    P

    1953

    1 442 283

    169 506

     

     

     

     

    Môme vert de gris,la

    P

    1953

    3 846 158

    820 579

     

     

     

     

    Lucrece Borgia

    P

    1953

    3 632 139

    929 345

     

     

     

     

    Guerisseur,le

    P

    1954

    1 716 955

    286 632

     

     

     

     

    Châteaux en Espagne

     

    1954

    802 614

    151 618

     

     

     

     

    Maison du souvenir, la
    Casa Ricordi

    P

    1955

    818 073

    163 151

     

     

    n°27

     

    A toi toujours
    Casta diva

     

    1956

    260 164

    1 512

     

     

     

     

    Gueule d'ange

     

    1955

    809 585

    139 847

     

     

     

     

    Les aristocrates

    P

    1955

    2 915 391

    701 548

     

     

     

     

    Sorcière,la

     

    1956

    1 608 489

    303 575

     

     

     

     

    Section des disparus

     

    1956

    656 760

    109 753

     

     

     

     

    Celui qui doit mourir

     

    1957

    1 959 919

    335 974

     

     

     

     

    Ascenseur pour l' échafaud

     

    1958

    1 913 282

    645 960

     

     

     

     

    Agent secret S.Z
    Carve Her Name with Pride

    P

    1958

    1 477 382

    258 183

     

     

     

     

    Cette nuit là

     

    1958

    1 022 454

    193 664

     

     

     

     

    Ce corps tant désiré

     

    1959

    942 092

    129 048

     

     

     

     

    Plein soleil

     

    1960

    2 445 907

    706 553

     

     

     

     

    Carmen de Grenada
    Carmen, la de Ronda

    P

    1960

    1 149 420

    66 813

     

     

     

     

    Grandes personnes,les

     

    1961

    587 745

    97 548

     

     

     

     

    Mon dernier tango
    Mi último tango

     

    1962

    610 622

    61 384

     

     

     

     

    Portrait robot

     

    1962

    88 612

    17 924

     

     

     

     

    Il peccato degli anni verdi (inédit)

     

    1964

     

     

     

     

     

     

    Liberté I

     

    1962

    178 051

    65 615

     

     

     

     

    Rendez-vous de minuit,le

     

    1962

    149 442

    18 230

     

     

     

     

    Dénonciation,la

     

    1962

    419 621

    95 844

     

     

     

     

    Meurtrier,le

     

    1963

    946 050

    234 589

     

     

     

     

    Feu follet,le

     

    1963

    495 431

    193 663

     

     

     

     

    Les vainqueurs
    The Victors

    P

    1964

    1 273 077

    135 829

    583 134

     

     

     

    Parias de la gloire,les

     

    1964

    858 935

    100 445

     

     

     

     

    Casablanca nid d'espions

     

    1964

    891 519

    117 470

     

     

     

     

    Ronde, La

     

    1964

    1 078 415

    376 577

     

     

     

     

    Amador (inédit)

     

    1965

     

     

    213 320

     

     

     

    Tempête sur Ceylan
    Tempesta su Ceylon

    P

    1965

    250 456

     

     

     

     

     

    Désir, le
    Donde tu este

     

    1967

    21 684

     

     

     

     

     

    Voleur de Tibidabo, le
    La vida es magnifica

    R

    1965

    48 521

    12 944

    303 462

     

     

     

    Trois chambres à Manhattan

     

    1965

    409 041

    105 918

    334 813

     

     

     

    La longue marche

     

    1966

    532 532

    81 880

     

     

     

     

    Les Centurions
    The Lost Command

     

    1966

    4 294 756

    973 993

    1 897 275

     

     

     

    Ligne de démarcation, La

     

    1966

    1 369 742

    248 874

     

     

     

     

    Giardino delle delizie, il (inédit)

     

    1967

     

     

     

     

     

     

    Scandale,le

     

    1967

    383 071

    139 425

    945 326

     

     

     

    Route de Corinthe,la

     

    1967

    443 509

    51 562

    324 430

     

     

     

    Oiseaux vont mourir au Pérou,les

     

    1968

    869 426

    276 424

     

     

     

     

    Diable sous l'oreiller, le
    Un diablo bajo la almohada

     

    1969

    14 455

     

    790 697

     

     

     

    How sweet it is (inédit)

    P

    1968

     

     

    1 085 999

     

     

     

    Femme infidèle, La

     

    1969

    682 295

    229 043

    888 636

     

     

     

    La piscine

     

    1969

    2 341 721

    669 480

    1 701 410

     

     

     

    Delphine

     

    1969

    317 432

    51 105

     

     

     

     

    Femme écarlate,la

     

    1969

    183 921

    46 311

    250 491

     

     

     

    Femmes, les

     

    1969

    505 292

    102 208

    69 739

     

     

     

    Dernier saut, le

     

    1970

    337 351

    66 458

     

     

     

     

    Modification,la

     

    1970

    82 446

    27 705

    27 061

     

     

     

    Qui ?

     

    1970

    483 167

    81 659

    605 479

     

     

     

    Un peu beaucoup passionnément

     

    1971

    158 081

    34 655

     

     

     

     

    Raphaël ou le débauché

     

    1971

    1 019 586

    372 774

    54 707

     

     

     

    Que fais-tu, grande folle ?
    Splendori e miserie di Madame Royale

     

    1980

     

    908

    53 805

     

     

     

    Maison sous les arbres,la

     

    1971

    350 204

    110 425

    739 060

     

     

     

    Galets d' Etretat,les

     

    1972

    911 279

    204 437

    615 642

     

     

     

    Odeur des fauves,l'

     

    1972

    415 354

    82 835

     

     

     

     

    Il diavolo nel cervello (inédit)

     

    1972

     

     

    226 177

     

     

     

    Sans sommation

     

    1973

    237 969

    45 636

     

     

     

     

    Don juan 73

    P

    1973

    949 912

    192 152

    55 346

     

     

     

    La seduzione (inédit)

     

    1973

     

     

    324 640

     

     

     

    Chambre rouge,la

     

    1973

    56 656

    28 067

     

     

     

     

    Affaire crazy kapo,l'

     

    1973

    136 888

    29 938

    182 618

     

     

     

    Marseille contrat
    The Marseille Contract

    P

    1974

    231 465

    65 270

    701 200

     

     

     

    Commissariat de nuit
    Commissariato di notturna

     

    1974

    60 196

     

     

     

     

     

    Cri du  cœur, le

     

    1974

    99 431

     

     

     

     

     

    Messe dorée, la

     

    1975

    80 582

    41 742

    165 991

     

     

     

    Seul le vent connaît la réponse

     

    1975

    165 990

    48 585

     

     

     

     

    Nuit d'Or

     

    1977

    49 449

    29 554

     

     

     

     

    Madame Claude

    P

    1977

    1 142 455

    404 807

    2 197 142

     

     

     

    Bartle by

    R

    1978

    7 626

    7 138

     

     

     

     

    A l'ombre d'un été

     

    1980

     

     

     

     

     

     

    Mort d'un pourri

    P

    1977

    1 854 317

    605 767

    213 064

     

     

     

    Liés par le sang
    Bloodline

    P

    1980

    115 866

    49 543

    295 909

     

     

    5,3 R

    Sphinx
    Sphinx

    P

    1981

    101 490

    36 199

    625 272

     

     

     

    Beau père

    P

    1981

    1 197 816

    251 056

    27 489

     

     

     

    Guerillera,la

    P

    1982

    22 674

    10 079

    2 660

     

     

     

    Un matin rouge

    P

    1982

    60 068

    23 319

     

     

     

     

    Balance, La

    P

    1982

    4 192 189

    1 068 714

    299 717

     

     

     

    Surprise Party

    P

    1983

    381 884

    77 402

     

     

     

     

    P = Participation

    En collaboration avec Didier NOISY

    Rarement comédien aura autant "collé" à ses rôles: dans Ascenseur pour l'échafaud et Le Feu follet, Maurice Ronet semble avant tout interpréter le rôle de Maurice Ronet, mélange de froideur inquiète et d'insondable mélancolie. Trente ans après sa mort, il était temps de rendre hommage à cet acteur mystérieux qui partagea la vedette de Plein Soleil avec Alain Delon. Jean-Pierre Montal s'en acquitte avec délicatesse dans un petit livre inspiré. 

    Fils de comédien, élève de Bernard Blier, ayant fait ses débuts sous la direction du talentueux Jacques Becker, grand séducteur -Anouk Aimée, Anna Karina, Josephine Chaplin-, Maurice Ronet (1927-1983) a toujours traîné une double réputation: homme de droite et fêtard. À raison. Ce jumeau de Roger Nimier partira même au Mozambique, avec Dominique de Roux, se livrer à un simulacre de contre-guérilla. Pilier de chez Castel, il est aussi capable, en pleine gloire, de filer en Indonésie tourner un documentaire sur les varans de Komodo... 

    Dans les années 1970, alors que Belmondo et Delon deviennent des superstars, l'ancien jeune premier Ronet s'enlise dans des projets d'adaptations littéraires -Bartleby, Semmelweis (d'après Céline)...- et disparaît des radars du cinéma français. Pourquoi n'a-t-il jamais tourné avec Melville ou Sautet? s'interroge à juste titre Jean-Pierre Montal. Peut-être parce que ce feu follet avait en tête cette phrase qu'il aimait répéter: "On a toujours peur de la réussite, jamais de l'échec." 


    En savoir plus sur http://www.lexpress.fr/culture/livre/biographie-maurice-ronet-les-vies-du-feu-follet_1281360.html#3yGKpBKc9a3v1DhP.99

    Rarement comédien aura autant "collé" à ses rôles: dans Ascenseur pour l'échafaud et Le Feu follet, Maurice Ronet semble avant tout interpréter le rôle de Maurice Ronet, mélange de froideur inquiète et d'insondable mélancolie. Trente ans après sa mort, il était temps de rendre hommage à cet acteur mystérieux qui partagea la vedette de Plein Soleil avec Alain Delon. Jean-Pierre Montal s'en acquitte avec délicatesse dans un petit livre inspiré. 

    Fils de comédien, élève de Bernard Blier, ayant fait ses débuts sous la direction du talentueux Jacques Becker, grand séducteur -Anouk Aimée, Anna Karina, Josephine Chaplin-, Maurice Ronet (1927-1983) a toujours traîné une double réputation: homme de droite et fêtard. À raison. Ce jumeau de Roger Nimier partira même au Mozambique, avec Dominique de Roux, se livrer à un simulacre de contre-guérilla. Pilier de chez Castel, il est aussi capable, en pleine gloire, de filer en Indonésie tourner un documentaire sur les varans de Komodo... 

    Dans les années 1970, alors que Belmondo et Delon deviennent des superstars, l'ancien jeune premier Ronet s'enlise dans des projets d'adaptations littéraires -Bartleby, Semmelweis (d'après Céline)...- et disparaît des radars du cinéma français. Pourquoi n'a-t-il jamais tourné avec Melville ou Sautet? s'interroge à juste titre Jean-Pierre Montal. Peut-être parce que ce feu follet avait en tête cette phrase qu'il aimait répéter: "On a toujours peur de la réussite, jamais de l'échec." 


    En savoir plus sur http://www.lexpress.fr/culture/livre/biographie-maurice-ronet-les-vies-du-feu-follet_1281360.html#3yGKpBKc9a3v1DhP.99

    Rarement comédien aura autant "collé" à ses rôles: dans Ascenseur pour l'échafaud et Le Feu follet, Maurice Ronet semble avant tout interpréter le rôle de Maurice Ronet, mélange de froideur inquiète et d'insondable mélancolie. Trente ans après sa mort, il était temps de rendre hommage à cet acteur mystérieux qui partagea la vedette de Plein Soleil avec Alain Delon. Jean-Pierre Montal s'en acquitte avec délicatesse dans un petit livre inspiré. 

    Fils de comédien, élève de Bernard Blier, ayant fait ses débuts sous la direction du talentueux Jacques Becker, grand séducteur -Anouk Aimée, Anna Karina, Josephine Chaplin-, Maurice Ronet (1927-1983) a toujours traîné une double réputation: homme de droite et fêtard. À raison. Ce jumeau de Roger Nimier partira même au Mozambique, avec Dominique de Roux, se livrer à un simulacre de contre-guérilla. Pilier de chez Castel, il est aussi capable, en pleine gloire, de filer en Indonésie tourner un documentaire sur les varans de Komodo... 

    Dans les années 1970, alors que Belmondo et Delon deviennent des superstars, l'ancien jeune premier Ronet s'enlise dans des projets d'adaptations littéraires -Bartleby, Semmelweis (d'après Céline)...- et disparaît des radars du cinéma français. Pourquoi n'a-t-il jamais tourné avec Melville ou Sautet? s'interroge à juste titre Jean-Pierre Montal. Peut-être parce que ce feu follet avait en tête cette phrase qu'il aimait répéter: "On a toujours peur de la réussite, jamais de l'échec." 


    En savoir plus sur http://www.lexpress.fr/culture/livre/biographie-maurice-ronet-les-vies-du-feu-follet_1281360.html#3yGKpBKc9a3v1DhP.99

    Rarement comédien aura autant "collé" à ses rôles: dans Ascenseur pour l'échafaud et Le Feu follet, Maurice Ronet semble avant tout interpréter le rôle de Maurice Ronet, mélange de froideur inquiète et d'insondable mélancolie. Trente ans après sa mort, il était temps de rendre hommage à cet acteur mystérieux qui partagea la vedette de Plein Soleil avec Alain Delon. Jean-Pierre Montal s'en acquitte avec délicatesse dans un petit livre inspiré. 

    Fils de comédien, élève de Bernard Blier, ayant fait ses débuts sous la direction du talentueux Jacques Becker, grand séducteur -Anouk Aimée, Anna Karina, Josephine Chaplin-, Maurice Ronet (1927-1983) a toujours traîné une double réputation: homme de droite et fêtard. À raison. Ce jumeau de Roger Nimier partira même au Mozambique, avec Dominique de Roux, se livrer à un simulacre de contre-guérilla. Pilier de chez Castel, il est aussi capable, en pleine gloire, de filer en Indonésie tourner un documentaire sur les varans de Komodo... 

    Dans les années 1970, alors que Belmondo et Delon deviennent des superstars, l'ancien jeune premier Ronet s'enlise dans des projets d'adaptations littéraires -Bartleby, Semmelweis (d'après Céline)...- et disparaît des radars du cinéma français. Pourquoi n'a-t-il jamais tourné avec Melville ou Sautet? s'interroge à juste titre Jean-Pierre Montal. Peut-être parce que ce feu follet avait en tête cette phrase qu'il aimait répéter: "On a toujours peur de la réussite, jamais de l'échec." 


    En savoir plus sur http://www.lexpress.fr/culture/livre/biographie-maurice-ronet-les-vies-du-feu-follet_1281360.html#3yGKpBKc9a3v1DhP.99

    Rarement comédien aura autant "collé" à ses rôles: dans Ascenseur pour l'échafaud et Le Feu follet, Maurice Ronet semble avant tout interpréter le rôle de Maurice Ronet, mélange de froideur inquiète et d'insondable mélancolie. Trente ans après sa mort, il était temps de rendre hommage à cet acteur mystérieux qui partagea la vedette de Plein Soleil avec Alain Delon. Jean-Pierre Montal s'en acquitte avec délicatesse dans un petit livre inspiré. 

    Fils de comédien, élève de Bernard Blier, ayant fait ses débuts sous la direction du talentueux Jacques Becker, grand séducteur -Anouk Aimée, Anna Karina, Josephine Chaplin-, Maurice Ronet (1927-1983) a toujours traîné une double réputation: homme de droite et fêtard. À raison. Ce jumeau de Roger Nimier partira même au Mozambique, avec Dominique de Roux, se livrer à un simulacre de contre-guérilla. Pilier de chez Castel, il est aussi capable, en pleine gloire, de filer en Indonésie tourner un documentaire sur les varans de Komodo... 

    Dans les années 1970, alors que Belmondo et Delon deviennent des superstars, l'ancien jeune premier Ronet s'enlise dans des projets d'adaptations littéraires -Bartleby, Semmelweis (d'après Céline)...- et disparaît des radars du cinéma français. Pourquoi n'a-t-il jamais tourné avec Melville ou Sautet? s'interroge à juste titre Jean-Pierre Montal. Peut-être parce que ce feu follet avait en tête cette phrase qu'il aimait répéter: "On a toujours peur de la réussite, jamais de l'échec." 


    En savoir plus sur http://www.lexpress.fr/culture/livre/biographie-maurice-ronet-les-vies-du-feu-follet_1281360.html#3yGKpBKc9a3v1DhP.99

    Rarement comédien aura autant "collé" à ses rôles: dans Ascenseur pour l'échafaud et Le Feu follet, Maurice Ronet semble avant tout interpréter le rôle de Maurice Ronet, mélange de froideur inquiète et d'insondable mélancolie. Trente ans après sa mort, il était temps de rendre hommage à cet acteur mystérieux qui partagea la vedette de Plein Soleil avec Alain Delon. Jean-Pierre Montal s'en acquitte avec délicatesse dans un petit livre inspiré. 

    Fils de comédien, élève de Bernard Blier, ayant fait ses débuts sous la direction du talentueux Jacques Becker, grand séducteur -Anouk Aimée, Anna Karina, Josephine Chaplin-, Maurice Ronet (1927-1983) a toujours traîné une double réputation: homme de droite et fêtard. À raison. Ce jumeau de Roger Nimier partira même au Mozambique, avec Dominique de Roux, se livrer à un simulacre de contre-guérilla. Pilier de chez Castel, il est aussi capable, en pleine gloire, de filer en Indonésie tourner un documentaire sur les varans de Komodo... 

    Dans les années 1970, alors que Belmondo et Delon deviennent des superstars, l'ancien jeune premier Ronet s'enlise dans des projets d'adaptations littéraires -Bartleby, Semmelweis (d'après Céline)...- et disparaît des radars du cinéma français. Pourquoi n'a-t-il jamais tourné avec Melville ou Sautet? s'interroge à juste titre Jean-Pierre Montal. Peut-être parce que ce feu follet avait en tête cette phrase qu'il aimait répéter: "On a toujours peur de la réussite, jamais de l'échec." 


    En savoir plus sur http://www.lexpress.fr/culture/livre/biographie-maurice-ronet-les-vies-du-feu-follet_1281360.html#3yGKpBKc9a3v1DhP.99

     

    Maurice Ronet débute par hasard au cinéma en 1949. Jeune peintre fréquentant le milieu artistique du quartier parisien de Saint-Germain-des-Prés, il se fait remarquer par le cinéaste Jacques Becker qui cherche de nouvelles têtes pour le tournage de Rendez-vous de juillet. Jusqu'en 1957, il interprète des jeunes premiers, puis Louis Malle lui offre son premier grand rôle dans Ascenseur pour l'échafaud, dans lequel il campe l'amant criminel de Jeanne Moreau. Deux ans plus tard, il confirme son talent avec Plein Soleil de René Clément, face à un autre beau ténébreux, Alain Delon, qu'il retrouve dans La Piscine (1968) de Jacques Deray. Maurice Ronet ne s'enferme pas pour autant dans un registre particulier. Il prête autant ses traits à des victimes humiliées qu'à des assassins inquiétants, comme dans Le Meurtrier (1962) de Claude Autant-Lara. Louis Malle lui fait à nouveau confiance et lui permet d'exercer son talent dans Le feu follet (1963). Claude Chabrol utilise son charme teinté de tristesse (Le Scandale, 1966 ; La Femme infidèle, 1968). Maurice Ronet tourne également aux Etats-Unis (Lost Command, 1965, de Mark Robson ; How Sweet it is, 1968, de Jerry Paris), en Espagne (Le Diable sous l'oreiller, 1967, de José Maria Forque), en Italie (Il Diavolo nel cervello, 1971, de Sergio Sollima) et en Allemagne (Bis zur bitteren Naige, 1974, de Gerd Oswald et Guido Leoni). En 1982, il joue dans un dernier film, La Balance de Bob Swaim.

     

    .

    Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    4 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique