•  

    Howard hawks1

       

    France

    PARIS

    Espagne

    Allemagne

    UK

    Italie

    BO US

    Scarface
    Scarface

    (depuis 1945 arrêté au 29/04/2014)

    1932

    512 636

    263 944

           

     

    Boule de feu,la
    Ball of Fire

    1948

    731 209

    257 015

           

    2,2

    Banni,le
    The Outlaw

    1948

    1 197 735

    418 977

           

    5 R

    Port de l'angoisse,le
    To Have and Have Not

    1947

    299 698

    201 038

             

    Grand sommeil,le
    The Big Sleep

    1947

    1 261 312

    561 394

           

    3 R

    La rivière rouge
    Red River

    1949

    1 719 383

    423 004

           

    9,0

    Si bémol fa dièse
    A Song Is Born

    1950

    790 565

    245 375

             

    Allez coucher ailleurs!
    I Was a Male War Bride

    1949

    1 987 263

    609 691

           

    3,1 R

    Chose d'un autre monde,la *
    The Thing

    1952

    524 984

    158 614

             

    Chérie,je me sens rajeunir
    Monkey Business

    1953

    866 097

    398 317

           

    2 R

    Captive aux yeux clairs,la
    The Big Sky

    1953

    963 296

    228 313

           

    1,5 R

    Hommes préfèrent les blondes,les
    Gentlemen Prefer Blondes

    1954

    854 134

    390 305

           

    12,0

    Terre des pharaons,la
    Land of The Pharaohs

    1955

    1 762 999

    351 902

           

    2,7 R

    Rio Bravo
    Rio Bravo

    1959

    3 661 063

    836 141

         

    env 5 000 000

    5,8

    Hatari !
    Hatari

    1962

    3 234 404

    975 588

         

    n°25

    12,9

    Sport favori de l'homme,le
    Man's Favourite Sport

    1964

    104 217

    36 607

         

    n ° 70

    3 R

    Ligne rouge 7000
    Red Line 7000

    1966

    309 439

    21 844

    635 616

         

    2,5 R

    El Dorado
    El Dorado

    1967

    2 509 242

    669 885

    2 818 319

       

    n°21

    6 R

    Rio Lobo
    Rio Lobo

    1971

    1 252 630

    246 790

    1 608 619

       

    n°51

    4 R

     * Non crédité

    EN COLLABORATION AVEC DIDIER NOISY

    Howard Winchester Hawks naît le 30 mai 1896 à Goshen (Indiana). Après diverses études poursuivies à Indianapolis, à l'Université de Pasadena (Californie), puis dans diverses écoles de l'est, il obtient en 1917 un diplôme d'ingénieur. Mobilisé en 1917, il participe à la guerre en Europe comme pilote de chasse dans l’U.S. Air Force. A son retour il est embauché dans une usine d'aviation et se passionne pour la course automobile (en 1965, il réalisera d’ailleurs un film sur ce sujet, Ligne rouge 7000). En 1922, il s’installe à Hollywood et travaille régulièrement dans l'industrie cinématographique. Producteur, scénariste, il signe son premier contrat de réalisateur avec la Fox en 1926. Scarface, en 1932, attire l'attention sur lui. Cette biographie d’Al Capone accuse, pour l'époque, un réalisme peu courant dans la description de la violence qui lui vaut plusieurs interdictions dans des villes américaines. A partir de 1940, Howard Hawks est reconnu comme un cinéaste de premier plan. Et ses films seront chacun, dès lors, des évènements cinématographiques: Sergent York (1941) vaudra à sa vedette Gary Cooper le premier Oscar de sa carrière; La Rivière rouge (1948) lance le comédien Montgomery Clift; Chérie, je me sens rajeunir (1952) et Les Hommes préfèrent les blondes (1953) confirment le talent de comédienne de Marilyn Monroe, Rio Bravo marque le début de la carrière d'acteur dramatique de Dean Martin, ancien compagnon et "faire-valoir" de Jerry Lewis... Pilier du cinéma hollywoodien aux côtés de John Ford et Raoul Walsh, « élevé » au rang d’auteur par la Nouvelle Vague, Howard Hawks a toujours été rétif à l’analyse de son œuvre. Brouillant les pistes, il touche à tous les genres avec un même bonheur, les mêle allègrement, pimente ses drames d’un humour corrosif et ses comédies d’un pessimisme désenchanté. Du génial et « scandaleux » Scarface avec Paul Muni en 1932 au désenchanté Rio Lobo (1970), ultime incursion dans un Ouest déprimé, il marqua de son empreinte le film noir, magnifiant le couple Bogart-Bacall dans Le port de l’angoisse (1945) et Le grand sommeil (1946) et transcenda le western avec le sublime Captive aux yeux clairs (1952 et l’incontournable Rio Bravo (1960). Le film d’action sur les circuits automobiles (La foule en délire, 1932), dans les airs (Seuls les anges ont des ailes (1939) ou au milieu de la savane africaine (Hatari !, 1962) lui doit aussi de belles pages. Au fil des témoignages de gens qui l’ont côtoyé, l’homme apparaît solitaire, indépendant, peu loquace, intimidant même, à l’image du John Wayne de La rivière rouge et de Rio Bravo. Loin des frasques d’un Walsh ou d’un Huston, il a su pourtant réaliser quelques comédies particulièrement loufoques et débridées (L’impossible monsieur Bébé en 1938, Les hommes préfèrent le blondes). « Seuls sont intéressants les gens qui font bien ce qu’ils ont à faire ». Pilote de voiture ou shérif, trappeur ou éleveur, ses héros n’ont pas à justifier leurs actions, ses héros sont des professionnels, comme lui, un point c’est tout. Sur les circuits automobiles dans les airs, en remontant le Missouri ou dans les plaines du Kenya… ils mettent leurs vie en péril mais quand un camarade meurt. Pas question de s’apitoyer, de ralentir l’action. Car c’est la vie et non la mort que Hawks célèbre à travers des personnages, à l’écart de toute entrave sociale, mais soudés par une amitié virile, à la fois entraide pour des partenaires tourné vers un même but, et protection du plus faible par le plus fort. Misogyne Hawks ? Sans doute. Et pourtant, à côté de ses hommes sans femme, cherchant à atteindre coûte que coûte l’objectif qu’ils se sont fixés, il saura avec autant d’évidence faire du couple Bogart-Bacall la fusion idéale des forces et des vulnérabilités de chacun. Après avoir réalisé en 1967 et en 1970 deux ultimes westerns (El Dorado et Rio Lobo), à la fois testaments de son œuvre et remakes plus ou moins avoués de Rio Bravo, Howard Hawks s'est retiré dans son ranch californien et s'est consacré à l'élevage des chevaux, une autre des grandes passions de son existence. Il est mort à Palm Springs (Californie) le 29 décembre 1977.

     

     

     

     

     

    .

    Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    5 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique