• JERRY LEWIS BOX OFFICE

     

       Cliquez sur les titres en surbrillance rouge    pour découvrir la fiche détaillée du film ( affiche + résumé + critique + box office détaillé )

     

     

    France

    PARIS

    Espagne

    Allemagne

    Italie

    BO US

    Ma bonne amie Irma
    My Friend Irma

    1950

    10 247

    6 563

     

     

     

    N°22

    6.16 M(2,8 R)

    Irma à Hollywwod
    My Friend Irma Goes West

    1951

    10 530

    5 245

     

     

     

     N°25

    5.28 M

    Soldat récalcitrant, le
    At War with the Army

    1952

    1 464 218

    157 998

     

     

     

    N°9

    7.26M (3,35 R)

    Bon sang ne peut mentir
    That's My Boy

    1952

    21 386

    14 349

     

     

     

    N° 7

    8.36 M(3,8 R)

    Cabotin et son compère, le
    The Stooge

    1953

    37 424

    14 444

     

     

     

    N°17

    7.7 M(3,5 R)

    Bal à Bali
    Road to Bali

    1953

    43 450

    43 170

     

     

     

    3 R

    Polka des marins, la
    Sailor Beware

    1953

    854 588

    125 728

     

     

     

    N°5

    9.46 M (4,3 R)

    Parachutiste malgré lui
    Jumping Jacks

    1953

    586 195

    237 353

     

     

     

    N° 7

    8.8 M(4 R)

    Fais moi peur
    Scared Stiff

    1953

    811 256

    267 334

     

     

     

    N°16

    7.7 M(3,5 R)

    Amour délices et golf
    The Caddy

    1954

    1 025 405

    226 679

     

     

     

    N°13

    7.7M (3,5 R)

    Un galop du diable
    Money from Home

    1954

    488 392

    70 589

     

     

     

    N°22

    7.70 M(3,5 R)

    Clown est roi,le
    Three Ring Circus

    1955

    1 679 919

    296 536

     

     

    n °36

    N° 25

    8.58 M(3,9 R)

    Ce n'est pas une vie,Jerry
    Living It Up

    1955

    1 435 633

    238 842

     

     

     

    N° 14

    9.35 M (4,25 R)

    Artistes et modèles
    Artists and Models

    1956

    1 031 433

    317 370

     

     

    n ° 58

    N°21

    8.36 M(3,8 R)

    Un pitre au pensionnat
    You're Never Too Young

    1956

    2 202 595

    599 618

     

     

    n ° 55

    N°28

    7.48 M(3,4 R)

    Un vrai cinglé de cinéma
    Hollywood or Bust

    1957

    1 801 970

    483 209

     

     

    n °23

    N° 23

    7.26 M(3,3 R)

    Trouillard du Far-West,le
    Pardners

    1957

    1 817 503

    446 272

     

     

    n ° 30

    N°24

    7.92M (3,6 R)

    Délinquant involontaire,le
    The Delicate Delinquent

    1958

    803 522

    191 883

     

     

    n ° 47

    3,4 R

    P'tite tête de trouffion
    The Sad Sack

    1958

    1 878 519

    329 758

     

     

    n ° 19

    3,5 R

    Trois bébés sur les bras
    Rock-a-By Baby

    1959

    1 608 274

    279 808

     

     

    n ° 65

    3,1 R

    Kid en kimono,le
    The Geisha Boy

    1959

    1 329 398

    315 076

     

     

    n ° 67

    3,2 R

    Tiens bon la barre matelot
    Don't Give up the Ship

    1960

    1 735 230

    336 564

     

     

    n° 40

    4 R

    Mince de planête
    Visit to a Small Planet

    1960

    907 280

    174 523

     

     

    n ° 43

    3,2 R

    Dingue du palace,le
    The bellboy

    1961

    836 783

    162 069

     

     

    n ° 63

    3,6 R

    Cendrillon aux grands pieds
     Cinderfella

    1961

    936 799

    191 735

     

     

    n ° 31

    2,4 R

    Zinzin d' Hollywood,le
    The Errand Boy

    1963

    843 546

    175 575

     

     

    n ° 66

     

    Tombeur de ces dames,le
    The Ladies Man

    1962

    926 423

    171 828

    1 688 885

     

    n ° 55

    2,8 R

    Increvable Jerry,l'
    It's Only Money

    1963

    1 073 011

    221 655

     

     

    n ° 60

     

    Dr Jerry et mister Love
    The Nutty Professor

    1963

    1 956 744

    504 574

     

     

    n ° 30

    4 R

    Un chef de rayon explosif
    Who's Minding the Store ?

    1964

    1 414 558

    276 948

     

     

    n ° 33

     

    Jerry souffre douleur
    The Patsy

    1964

    836 439

    183 412

    1 100 713

     

    n ° 53

    2,5 R

    Jerry chez les cinoques
    The Disordely Orderly

    1965

    1 434 122

    324 595

    1 241 584

     

    n ° 66

    2,7 R

    Tontons farceurs,les
    The Family Jewels

    1965

    824 903

    194 679

    1 697 186

     

     

    2,6 R

    Boeing boeing
    Boeing Boeing

    1966

    1 128 519

    221 381

    1 588 598

     

     

    3 R

    3 sur un sofa
    Three on a Couch

    1966

    464 995

    55 425

    1 464 956

     

     

    2, 8 R

    Tiens bon la rampe,Jerry
    Way...
    Way Out 

    1966

    361 933

    29 007

    842 169

     

     

    2 R

    Jerry la grande gueule
    The Big Mouth

    1967

    588 356

    124 163

    1 182 394

     

     

    2 R

    Te casse pas la tête,Jerry
    Don't Raise the Bridge, Lower the River

    1968

    316 754

    16 759

    616 762

     

     

    1,1 R

    Cramponne-toi Jerry
    Hook, Line and Sinker

    1969

    395 484

    29 776

    810 439

     

     

     

    Ya ya mon général
    Which Way to the Front ?

    1970

    1 474 881

    320 992

    681 944

     

     

     

    Au boulot Jerry
    Hardly Working

    1980

    540 740

    137 725

    561 983

     

     

     

    Slapstick (inédit)

    1982

     

     

     

     

     

     

    T'es fou Jerry
    Smorgasbord

    1983

    553 259

    160 529

    647 542

     

     

     

    Valse des pantins, La
    The King of Comedy

    1983

    193 810

    94 407

    142 580

    57 780

     

    2,5

    Retenez moi ou je fais un malheur

    1984

    636 314

    148 463

     

     

     

     

    Par où t'es rentré on t'as pas vu sortir

    1985

    823 230

    149 590

     

     

     

     

    Cookie
    Cookie

    1989

    191 940

    97 039

    73 287

     

     

    1,9

    Arizona Dream
    Arizona dream

    1993

    939 879

    368 001

    24 614

     

     

    0,1

    Funny bones
    Funny bones

    1995

    52 088

     

     

     

     

    0,5

     

    Merci à Didier pour les chiffres France et Paris des années 50 de moins de 500 000 entrées totalement inédits et issus du CNC

     

    Les cinquantenaires s'en souviennent avec nostalgie, Jerry LEWIS et ( un peu ) Dean MARTIN furent un duo bien connu des enfants de la télé des années 60 et 70.

    A la fin des années 40 trouver un job était aussi compliqué qu'aujourd'hui aux USA, surtout si on voulait percer dans le showbiz, un monde de requins. Un petit juif ( comme il se nomme lui même ) rencontre un petit rital beau gosse. Chacun essayant de percer, ils décident d'unir leur talent pas vraiment encore au point. Jerry, maigre comme un coucou et totalement élastique du visage et du corps jouera le gaffeur un peu neu neu et Dean, le crooner séducteur. A force de roder des spectacles, plus menés par le talent inouï d'improvisateur de Jerry qu'autre chose, le duo finit par se faire connaitre et les cachets augmentent. Le cinéma qui cherche régulièrement de nouveaux talents les appelle rapidement pour intégrer le casting de " Ma bonne amie Irma" et sa suite. Alors que ABBOTT et COSTELLO commencent à se faire vieux, le duo gagne les grandes salles et surtout Jerry fait rire les petits avec ses grimaces et ses pitreries. Cette fois, Hal WALLIS vieux requin d' Hollywood qui a produit le premler "Irma" flaire le bon coup et leur offre rapidement leur chance en haut de l'affiche et le duo casse la baraque au box office classant 3 films dans le top 20 annuel du box office 1953.Les deux deviennent des stars d' Hollywood. Les dollars coulent à flot, mais le rythme de tournage élevé ( WALLIS aime bien traire les vaches jusqu'à la dernière goutte) et le rythme des shows quotidiens à Vegas épuisent le duo. Jerry LEWIS impose ses vues sur les films et les spectacles et commence à faire braire WALLIS et surtout Dean MARTIN qui ne peut plus le saquer. Le duo se sépare en pleine gloire. Jerry LEWIS reste avec WALLIS et grâce au talent de réalisateurs  tel Franck TASHLIN, l'acteur conserve sa popularité aux USA mais aussi en Europe, dont la France, où les deux acteurs ont habitué le public à des sorties aux vacances scolaires et pour la fin d'année. LEWIS bénéficie également de l'appui de la Paramount avec qui il a un juteux contrat. A Paris, le cinéma Paramount diffuse régulièrement ses films en exclusivité et fait salle comble. 

    Cela ne suffit pas à LEWIS qui après quelques bons films en solo, décide de devenir réalisateur et producteur. Il devient un auteur complet et c'est sa meilleur période avec trois perles " Le tombeur de ces dames"(son meilleur film), "Les tontons farceurs"  et son plus grand succès solo " Docteur Jerry et Mister love". On peut également citer "Jerry chez les cinoques" et "Un chef de rayon explosif" bourrés de gags hilarants.

    Mais Jerry LEWIS s'est fait mal au dos en jouant. Gravement blessé il tombe dans la drogue des anti douleurs. Insupportable, il a quitté la Paramount et fait l'erreur de tourner avec d'autres studios qui distribuent mal ses films. Moins drôle, un peu has been, il a de plus forcément perdu son look d'éternel adolescent. Il disparait de l'affiche en France après un dernier succès avec le médiocre "Ya ya mon général".

    Après avoir fait de la télé aux USA, il revient au cinéma  début des années 80 avec quelques films pas drôles du tout où il se caricature lui même. Il tourne un rôle sérieux dans "La valse des pantins" de SCORSESE qui est un bide total, mais qui lui permet de se faire remarquer, surtout en France. Peut être est-ce la raison qui le pousse à tourner  deux superbes nanars en France dont " Par où t'es entré on t'a pas vu sortir" de Philippe CLAIR de très triste mémoire. Heureusement il tourne quelques films en guest star qui lui permettent de rester crédible.

    Si Jerry LEWIS a beaucoup agacé, il reste pour certains ( c'est en tout cas mon avis) un acteur génial dans son genre, un spécialiste du gag visuel qui a influencé des acteurs comme Jim CARREY aux USA, et Michel LEEB en France, mais ça, vaut mieux pas trop s'en vanter...

    Vous trouverez sur le blog une section dédiée à ce grand comique américain. et.... GERONIMOOOOOO !!!           

     

    .

    Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique