• 220px-Elvis_Presley_promoting_Jailhouse_Rock.jpg

     

     

     

    France

    PARIS

    Espagne

    Allemagne

    Italie

    BO US

    Cavalier du crépuscule,le
    Love Me Tender

    24/01/1958

    14 679

    7 948

     

     

     

    4,5 R

    Amour frénétique
    Loving You

    18/12/1957

    25 077

    18 430

     

     

     

    3,7 R

    Rock du bagne,le
    Jailhouse Rock

    20/09/1960

    394 817

    9 670

     

     

     

    3,9 R

    Bagarres au King Creole
    King Creole

    01/04/1960

    587 378

    143 502

     

     

     

     

    Café Europa en uniforme
    G.I. Blues

    01/03/1961

    835 688

    191 582

     

     

     

    4,3 R

    Rodeurs de la plaine,les
    Flaming Star

    20/10/1961

    1 222 051

    195 392

     

     

     

    2 R

    Amour sauvage
    Wild in the Country

    03/11/1961

    302 977

    43 989

     

     

     

    2,5 R

    Sous le ciel bleu d'Hawaï
    Blue Hawaii

    25/04/1962

    701 662

    237 331

    252 257

     

     

    4,7 R

    Shérif de ces dames, le
    Follow That Dream

    13/07/1962

    573 189

    184 405

     

     

     

    2,8 R

    Un direct au cœur
    Kid Galahad

    03/07/1963

    490 212

    14 794

    506 585

     

     

    1,75 R

    Des filles encore des filles
    Girls ! Girls ! Girls !

    07/06/1963

    541 031

    106 870

     

     

     

    3,6 R

    Blondes, brunes et rousses
    It Happened at the World's Fair

    15/01/1964

    338 778

    54 634

    910 284

     

     

    2,25 R

    Idole d' Acapulco,l'
    Fun in Acapulco

    19/02/1964

    593 721

    123 101

     

     

     

    1,5 R

    Salut les cousins
    Kissin's Cousins

    22/07/1970

    116 480

    15 780

     

     

     

    2,8 R

    Amour en quatrième vitesse, l'
    Viva Las Vegas

    28/07/1965

    376 189

    73 741

    821 707

     

     

    5,12 R

    Homme à tout faire,l'
    Roustabout

    30/12/1964

    486 703

    100 720

     

     

     

    3 R

    Stip teaseuse effarouchée,la
    Girl Happy

    10/08/1966

    232 730

    36 311

     

     

     

    1,48  R

    Tickle me (inédit)

     

     

     

     

     

     

    1,5 R

    Harum scarum (inédit)

     

     

     

     

     

     

    1,5 R

    Une rousse qui porte bonheur
    Frankie and Johnny

    12/07/1967

    189 916

    16 555

     

     

     

    2,7 R

    Paradis Haïwaien
    Paradise, Hawaiian Style

    26/08/1966

    324 062

    52 441

    636 903

     

     

    2,5 R

    Tombeur de ces demoiselles,le
    Spinout

    28/08/1968

    166 100

    27 210

     

     

     

    3 R

    Trois gars, deux filles et un trésor
    Easy Come, Easy Go

    06/12/1967

    183 130

    28 017

     

     

     

    1,95 R

    Croisière surprise(inédit)

     

     

     

     

     

     

    1,6 R

    Clambake (inédit)

     

     

     

     

     

     

     

    Mic mac au montana (inédit)

     

     

     

     

     

     

    1,5 R

    A plein tubes
    Speedway

    05/05/1971

    109 523

    20 982

     

     

     

    3 R

    Live a little, love a little (inédit)

     

     

     

     

     

     

     

    Charro
    Charro

    05/08/1970

    192 476

    32 449

    793 937

     

     

     

    EN COLLABORATION AVEC DIDIER NOISY

     

    Oui, bon, nous sommes tous d'accord, Elvis PRESLEY jouait comme une savate et ses films entièrement produits par la PARAMOUNT autour de sa personne sont généralement de superbes navets.

    La faute au Colonel PARKER qui a insisté pour que sa poule aux oeufs d'or fasse une belle carrière au cinéma. Cependant deux films au moins sortent du lot:"Le rock du Bagne" et "Bagarres au King Creole". Le reste ?... Hmmm...

    Et portant j'avoue m' être pris au jeu et avoir apprécié certains de ses films au second degré, généralement quand une scène servait d'introduction à une belle roucoulade enrobée de bon gros sirop poisseux par celui  qui fut le premier vrai rocker de l'histoire de la musique.

    Ces films ne marchaient pas vraiment en Europe, et en France, seul le début des années 60 à réservé un acceuil correct aux mièvreries de l'acteur chanteur (où l'inverse). Aux USA les recettes ont régulièrement baissé jusqu'à la fin des années 60, où l'acteur reprendra la guitare pour notre bonheur.

    Au total une bonne trentaine de films en douze ans, c'est pas mal. 

     

    Merci à Dider NOISY pour les chiffres inédits !

     

    Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique