• SCREAM BOX OFFICE DE LA FRANCHISE

     

     

     

    SCREAM BOX OFFICE

     

     

     

     

    FRANCE

    PARIS

    ESPAGNE

    ALLEMAGNE

    UK

    ITALIE

    EUROPE

    BO US
    (M$)

    SCREAM
    SCREAM

    1997

    2 043 965

    430 632

    860 235

    1 792 646

    2 163 833

    445 524

    9,2 M

    103,0

    SCREAM 2
    SCREAM 2

    1998

    2 161 002

    383 754

    850 842

    1 550 099

    2 073 956

    275 477

    8,7 M

    101,3

    SCREAM 3
    SCREAM 3

    2000

    2 664 980

    450 286

    1 401 377

    1 804 426

    1 341 625

    452 985

    9,7 M

    89,1

    SCREAM 4
    SCREAM 4

    2011

    1 070 090

    289 327

    234 581

    430 315

    925 735

    200 480

    4,5 M

    38,1

    SCREAM
    SCREAM

    2022

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    SCREAM 1996 BOX OFFICE

     

     

    SCREAM 2 BOX OFFICE

     

     

    SCREAM 3 BOX OFFICE

     

    SCREAM 4 BOX OFFICE

     

    SCREAM 20222 BOX OFFICE

     

     

     

     

    ;

     

     

    .


    Tags Tags :
  • Commentaires

    1
    pak
    Samedi 22 Janvier à 17:51

    De gros cartons, même si le quatrième opus montre clairement un essoufflement de la saga, il faut le dire aussi, assez répétitive.

    Un défaut récurrent de ce genre de films lorsque leurs producteurs tentent d'étirer l'élastique jusqu'au bout, cumulant des épisodes pas toujours convaincants (SAW, Destination finale... ).

    Par contre c'est assez rare de voir des acteurs et personnages récurrents survivre à tous les épisodes, comme Neve Campbell (mais elle, sa Sidney, c'est un peu la Laurie Strode de la saga), mais aussi Courtney Cox et Davis Arquette dont les personnages étaient au début assez secondaires.

    Le côté intéressant de Scream, c'est que généralement, le serial killer d'une saga est toujours le même, quasi seul survivant d'un épisode à l'autre, alors qu'ici, ce sont des "copycats" comme on dit aux USA...

    Des films qui ont aussi de plus gros budgets que les slashers des années 1980 qui n'avaient pas besoin de records d'entrées pour être rentables...

    Merci pour ces chiffres.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :