• PLUS CA VA MOINS CA VA - BOX OFFICE JEAN PIERRE MARIELLE 1977

    .

     

    PLUS CA VA, MOINS CA VA

     

    17 AOUT 1977

     

    plus_ca_va_moins_ca_va.jpg

    Réalisation

    Michel VIANEY

    Scénario

    Michel VIANEY

    Photographie

    Georges BARSKY

    Musique

    Mort SHUMAN

    Production

    FILM AND CO

    Distribution

    PARAFRANCE

    Durée

    90  minutes

    Tournage

    12/04/77 - 04/06/77

    Pignon

    Jean-Pierre MARIELLE

    Melville

    Jean CARMET

    Paul TANGO

    Louis JOURDAN

    Vincent

    Niels ARESTRUP

    Sylvia

    Caroline CARTIER

    Francis le producteur

    Mort SHUMAN

    Edouard Henri GARCIN

     

     

    En Provence, les inspecteurs Pignon et Melville sont chargés d'élucider le meurtre d'une jeune fille retrouvée nue et pendue. Ils interrogent les occupants des villas alentour, mais ils n'obtiennent rien qui puisse leur fournir une piste sérieuse, aussi admettent-ils que seul un Nord-Africain a pu commettre le crime... Ils arrêtent aussitôt un ouvrier algérien (Salah) et, couvert par leur supérieur, le "passent à tabac" pour qu'il fasse des aveux complets. L'enquête se poursuit pourtant après l'évasion de Salah et les deux policiers pénètrent chez le riche Edouard dont la femme (Zuka) hésite à partir avec le jardinier (Vincent), son amant. Pignon et Melville questionnent ensuite le voisin d'Edouard, un producteur de cinéma (Francis), qui attend d'Hollywood un contrat miracle susceptible de le renflouer. Un comédien sur le retour (Paul) et une jeune actrice sans préjugé (Sylvia) vivent chez lui. Pignon tombe amoureux de Sylvia et, pour la revoir, il entraîne Melville à une soirée organisée par Francis... Au petit matin, Paul se suicide dans la piscine, Zuka s'en va définitivement avec Vincent, Edouard et Sylvia, qui ont passé la nuit ensemble, se séparent moroses et Francis termine une partie de poker acharnée tandis que Pignon et Melville en sont rendus au point de départ à la suite d'un nouvel assassinat commis à proximité du premier...

     

    On se souviendra que fin août 1976, Jean-Pierre MARIELLE accompagné de la grande Annie GIRARDOT a connu un succès surprise avec "Cours après moi que je t'attrape" et cela a forcément donné des idées à certain. Pour preuve ce "Plus ça va, moins ça va" qui prend un concept d'affiche plus ou moins similaire et une date de sortie située également à l'orée de la rentrée cinématographique de septembre.

    L'affiche semble alléchante et propose une comédie avec deux acteurs spécialistes du genre. Le problème est que le film n'est pas réellement une comédie. En effet le réalisateur est Michel VIANEY, qui est également scénariste et écrivain spécialisé dans les polars. Sans doute le réalisateur se sent pousser des ailes et à bien l'intention de livrer un film aussi corrosif qu' un "Dupond Lajoie", mais n'est pas Yves BOISSET qui veux. 

    Le problème de VIANEY est qu'il se regarde filmer son propre scénario et qu'il en est très satisfait. Le film veut taper large, mais hélas, tombe souvent à l'eau.

    Et pourtant à la base le film peut compter sur un bau casting dont Louis JOURDAN que nous sommes heureux de retrouver. L'acteur joue un rôle presque autobiographique. L'acteur après avoir connu de grands succès avec "Le comte de Monte Cristo" en 1962 est parti trouver le succès aux USA. De fait son rôle d'ancienne star d'Hollywood qui cherche un succès perdu dans sa villa du Var est un rôle de composition.

    Pignon (hommage à Francis Veber ?) et Melville (hommage au réalisateur) sont deux flics pas vraiment brillants. Je m'en foutistes, moqueurs, mateurs et racistes, ils représentent les flic looser / ripoux qu'affectionne le cinéma des années 70.

    Le film propose deux intrigues: d'une part la recherche d'un meurtrier sadique dont l'Arabe du coin semble être le coupable idéal et d'autre part la description de la faune qui habite à proximité du lieux du meurtre.

    Effectivement il y a pas mal de bourgeois ou de nantis sur la Côte d'Azur et ceux-ci possèdent des meurs bizarres. L'auteur brosse des portraits remplis de poncifs, mais bon.

    Le pire c'est que les acteurs ne jouent pas bien, ce qui est incroyable avec Jean-Pierre MARIELLE et Jean CARMET. Ils ne semblent pas croire à leurs personnages et sur jouent un maximum, surtout dans la scène de l'interrogatoire de l'arabe au commissariat. Les acteurs forcent la dose, mais cela ne passe pas, sans compte leur supérieur hiérarchique qui est joué par une savate par un acteur dont j'ai oublié le nom. Michel VIANEY ne sait pas diriger les acteurs et cela se voit. De plus, on ne peut pas dire que Mort SHUMAN soit un grand acteur.

    Le film est d'une lenteur confondante. Pour faire passer la pilule l'auteur nous propose de forts jolies actrices qui apparaissent dénudées régulièrement, on est sur la Côte d'Azur, que diable ! Autre élément peu intéressant, Pignon est amoureux de Sylvia et prend la tête de son coéquipier, mais on y croit pas une seconde, tant MARIELLE cabotine.

    Seul Louis JOURDAN tire son épingle du jeu en livrant un passage émouvant. Lors d'une soirée, déguisé en clown, il se laisse couler au fond de la piscine. Une séquence onirique très symbolique.

    Reste quand même un passage fort drôle bien qu'inattendu. Salah se réfugie dans une communauté de cow boys et d'indiens à la mode western (si si !). Un des chefs indiens, "cou farci" entame un dialogue fort savoureux avec Pignon. Mais c'est un peu maigre pour faire du film une œuvre remarquable. MARIELLE et CARMET ont beau avoir du métier, leur performance reste anecdotique, cela reste une petite fausse note dans cette année 1977 de haute volée pour Jean-Pierre MARIELLE.

    Le film réalise une bonne première semaine à Paris en s'emparant de la première place dans un circuit de salles important. Après une seconde semaine honorable le film s'écroule. Sans doute victime d'un bouche à oreille négatif, le film dépasse tout juste la barre des 500 000 entrées, ce qui est normal au vu de la piètre qualité du produit. 

     

     

    CATEGORIE

    RANG

    NOMBRE

    SALLES

    ENTREES FRANCE

     

    517 297

     

    ENTREES PARIS

     

     

     

    ENTREES BANLIEUE

     

     

     

    ENTREES PARIS BANLIEUE

     

    185 298

     

    Détail entrées Paris

     

     

     

    1ère semaine

    1

    68 095

    27

    2ème semaine

    2

    54 301

     

    3ème semaine

    7

    32 459

     

    4ème semaine

    21

    12 230

     

    Nombre de semaines Paris

     

    9

     

    Moyenne salles Paris 1ère sem

     

    2 522

     

    Budget

     

     

     

    Box office annuel Espagne

     

    105 110

     

    Box office annuel Italien

     

     

     

    Cote du succès

     

    * *

     

     

     

    vlcsnap-2011-10-05-16h53m17s99.png

     

    vlcsnap-2011-10-05-16h53m12s48

     

    vlcsnap-2011-10-05-16h53m53s207.png

     

    vlcsnap-2011-10-05-16h54m19s216.png

     

    vlcsnap-2011-10-05-16h54m59s99.png

     

    vlcsnap-2011-10-05-16h55m08s187.png

     

    vlcsnap-2011-10-06-08h59m34s30.png

     

    vlcsnap-2011-10-06-09h00m17s207.png

     

    vlcsnap-2011-10-06-09h00m51s41.png

     

    vlcsnap-2011-10-06-09h01m42s32.png

     

    vlcsnap-2011-10-06-09h01m52s132.png

     

    vlcsnap-2011-10-06-09h10m34s232.png

     

    vlcsnap-2011-10-06-09h10m49s131.png

     

    vlcsnap-2011-10-06-09h11m05s30.png

     

    vlcsnap-2011-10-06-09h12m12s192.png

     

    vlcsnap-2011-10-06-09h14m36s91.png

     

    vlcsnap-2011-10-06-09h14m44s176.png

     

    .

    « COMME LA LUNE - BOX OFFICE JEAN PIERRE MARIELLE 1977COURS APRES MOI QUE JE T'ATTRAPE - BOX OFFICE JEAN PIERRE MARIELLE 1976 »
    Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :