• NEW YORK 1997 - BOX OFFICE JOHN CARPENTER 1981

     

    NEW YORK 1997

    (ESCAPE FROM NEW YORK)
    24 JUIN 1981

      
     

    NEW YORK 1997 - BOX OFFICE JOHN CARPENTER 1981

    Réalisation John CARPENTER
    Scénario John CARPENTER
    Nick CASTLE
    Photographie Dean CUNDEY
    Musique John CARPENTER
    Production Debra HILL
    Distribution PARAFRANCE
    Durée 99  minutes
    Snake Plissken Kurt RUSSELL
    Bob Hauk Lee VAN CLEEF
    Cabbie Ernest BORGNINE
    Le Président des Etats-Unis Donald PLEASENCE

     

    1997. Manhattan est devenue la plus grande prison du monde, abritant, entre les hauts murs qui la cernent, près de trois millions d'individus. Une incessante surveillance électronique interdit à quiconque de s'évader: les ponts reliant Manhattan au reste de la ville ont été minés. Ce soir-là, l'alerte générale est donnée: un groupe de terroristes s'est emparé des commandes de l'avion du Président des États-Unis et fait s'écraser l'appareil au cœur de l'ancienne métropole. Installé dans une capsule indestructible, le Président, porteur d'une cassette importante pour l'avenir du monde, échappe à la catastrophe. Il est pris en otage par les détenus. Bob Hauk, le chef de la police, propose un marché à Snake Plissken, dangereux criminel sur le point d'être incarcéré. Celui-ci dispose de vingt-quatre heures pour ramener le Président, en échange de quoi il sera libre. Dans le cas contraire, les nodules qui lui ont été implantés dans le crâne exploseront. Plissken atterrit en planeur sur le toit d'un immeuble. Avec l'aide de Cabbie, un chauffeur de taxi passionné de jazz, il retrouve la trace du Président, prisonnier de la bande des gitans dirigée par Duke et entre en contact avec Brain qui possède le plan de minage des ponts. Après avoir vaincu le champion des gitans sur le ring de Madison Square Garden, il entraîne le Président hors des murs alors que le délai arrive à expiration. Dans la fuite, Cabbie, Brain et Maggie, son amie, trouvent la mort. Le Président lui-même abat Duke, qui était sur le point de tuer Snake. Les nodules implantés dans la tête de Snake sont neutralisés in extremis. Le Président s'apprête à faire son discours et à révéler le contenu de la cassette. Mais Snake a malicieusement procédé à un échange et c'est l'une des bonnes vieilles cassettes de jazz de Cabbie qui est diffusée...

    ****************

     

    Hautement prophétique, le nouveau CARPENTER montre un New York devenu une prison où les laissés pour compte d’une société qui s’en désintéresse n’ont aucune chance de s’en sortir vivants. C’est un monde anarchiste, individualiste, sauvage. Le concept est d’autant plus génial lorsque l’on sait que l’avion du Président des Etats-Unis s’est abimé sur un immeuble de New York. Mais Snake PLISSEN va le sauver.
    C’est un film « claque » de John CARPENTER qui reste en France bien plus connu que sa « nuit des masques ». Malgré un budget riquiqui, John CARPENTER montre tout son talent de réalisateur efficace et économe. Cela n’empêche pas les séquences de bravoure de tenir en haleine les nombreux adolescents qui ont été découvrir le film. Le casting est imparable : Kurt RUSSELL devient le nouveau héros des lecteurs de Mad Movies et de l’Ecran fantastique, mais le reste du casting n’est pas mal non plus, et c’est avec grand plaisir que l’on redécouvre un Lee Van Cleef, sorti de la zone Z du cinéma. Le film marche correctement aux USA et très bien en France où il passe pour la barre du million d’entrées en France et fait plus de 100 000 entrées à Paris pour sa sortie. Dire que ce film a eu une influence majeure sur le cinéma Européen est un doux euphémisme : de nombreux sous « New York 1997 » réalisés en Italie inondent  le marché Européen. John CARPENTER entre dans la légende pour le public Français. Pour le moment c’est presque un sans-faute pour le réalisateur dont la cassette du film va tourner en boucle sur les magnétoscopes.  A noter que le film à été tourné à Los Angeles, ce qui est drôle.

     

    ENTREES France TOUTES EXPLOITATIONS

     

    1 243 900

     

     

    ENTREES Paris 1ère Exclusivité

     

     

    411 243

     

    ENTREES Paris 1ère SEMAINE

    121 163

    NOMBRE DE SEMAINES PARIS 1ère exclusivité

    25

    NOMBRE DE SALLES  Paris semaine de sortie

    27

    Moyenne entrées par salles 1ère semaine

    4 488

    1er JOUR Paris

    11 448

    Budget

    6 M$

    Recettes USA

    25,2 Ms

    (58 M$ 2008)

    COTE DU SUCCES

    * * *

    « THE THING - BOX OFFICE JOHN CARPENTER 1982DARK STAR - BOX OFFICE JOHN CARPENTER 1980 »
    Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    1
    steforce
    Mercredi 29 Mai 2013 à 04:53
    steforce
    Voilà, je suis impatient de connaitre enfin les scores France de Carpenter. Je constate que tu as particulièrement apprécié John Rambo qui a le mérite semble-t-il de montrer l'argent à l'écran et de ne pas décevoir les fans. Le film semble avoir du mal à ratisser au-delà d'un cercle de fans et d'amateurs d'action pure. Avec les vacances le film s'en sortira peut-être avec 1,2 ou 1,5 millions d'entrées ce qui serait déjà pas si mal, même si on peut regrettait que le mauvais Rambo III avait rassemblé en son temps la bagatelle de 1 989 000 ! (surfant il est vrai sur l'immense score du 2 réalisé trois ans plus tôt).
    2
    math-cine
    Mercredi 29 Mai 2013 à 04:53
    il faut que j'arrête de regarder ton site renaud, ça m'empeche de dormir :)
    a 23h00 j'ai commencé la lecture de ton b-o carpenter et cela m'a rappelé qu'il était tant que je vois new york 1997. 00h40 fin de la vision du film (en streaming) et bien une sacré claque, je regrette pas de m'être un peu forcé a le regarder. Le concept, kurt russel est l'ambiance (ainsi la musique) vont me marquer longtemps. Merci pour ton site qui est aussi excellent pour un jeune céniphile comme moi qui l'est encore plus grace a toi. bonne nuit
    3
    renaud
    Mercredi 29 Mai 2013 à 04:53
    merci math ciné! C'est gentil mais tu devras être indulgent pour les premiers travaux que j'ai effectué genre Brigitte BARDOT, parce que c'était vraiment la découverte du blog pour moi et le rédactionnel est très pauvre. Petit à petit j'ai tenté d'améliorer la qualité, c'est pourquoi petit à petit je tente de réecrire mes articles, on peut en voir sur BELMONDO et STALLONE qui est partiellement réecrit. FAire une fiche demande du temps bien sur, mais j'espère bientôt avoir tout repris sans compter les nouveaux articles bien sûr !
    Encore merci !
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :