• MEURTRES - FERNANDEL BOX OFFICE 1950

     

    MEURTRES

    10 NOVEMBRE 1950

     

     

    MEURTRES - BOX OFFICE FERNANDEL 1950


    • Réalisation : Richard Pottier
    • Assistant réalisateur : Jean Valère
    • Scénario : adaptation de Charles Plisnier, Maurice Barry d'après le roman de Charles Plisnier
    • Dialogue : Henri Jeanson
    • Musique : Raymond Legrand
    • Production : Cité Films, Fidès
    • Directeur de production : Walter Rupp
    • Distribution : Rank
    • Images : André Germain
    • Photographe : Igor Kalinine
    • Tournage du 27 mars au 22 mai 1950 aux studios de Neuilly
    • Pellicule 35mm, noir et blanc
    • Durée : 120 min / 101 min
    • Genre : Drame
    • Fernandel : Noël Annequin, le paysan, mari d'Isabelle
    • Jeanne Moreau : Martine Annequin, la fille de Blaise et Blanche
    • Jacques Varennes : Maître Hervé Annequin, magistrat
    • Raymond Souplex : Le docteur Blaise Annequin
    • Mireille Perrey : Blanche Annequin, la femme de Blaise
    • Line Noro : Isabelle Annequin, la femme incurable de Noël
    • Colette Mareuil : Lola Annequin, la femme d'Hervé
    • Georges Chamarat : Mr Pierrefot, le juge d'instruction
    • Edmond Beauchamp : Le professeur Le Gossec
    • Germaine Kerjean : Mme Frangier, la garde malad

    SYNOPSIS

    Une famille du Midi de la France, les Annequin. Noël, un viticulteur honnête, vit replié sur sa terre. Ses frères, établis à Aix-en-Provence, ont pignon sur rue et dédaignent ce parent pauvre. Hervé, l'aîné, est un bâtonnier, marié à une pimbêche, Lola. Le cadet, Blaise, est un chirurgien réputé qui s'est taillé une place dans la grande bourgeoisie locale grâce à sa femme Blanche, née Destevelle. La malchance s'abat sur Noël : sa femme Isabelle, atteinte d'un cancer, est à l'agonie. Aucun de ses parents ne semble s'en préoccuper, sauf Martine, la fille de Blaise, qui juge avec sévérité l'égoïsme des siens. Cependant, Isabelle supplie son mari de la tuer pour abréger ses souffrances. Il s'exécute, la mort dans l'âme... Son acte accompli, il court s'en expliquer à ses frères. Ceux-ci, par crainte du scandale, tentent d'étouffer l'affaire. Un permis d'inhumer de complaisance est délivré. Mais des lettres anonymes parviennent au procureur, qui s'en émeut. Une voisine, Mme Frangier, qui était la garde-malade de la défunte, est compromise. Noël décide de se constituer prisonnier. Martine compatit à son drame. La famille veut plaider l'irresponsabilité et faire enfermer Noël pour maladie mentale. Un psychiatre, le professeur Le Gossec, se prête à la manœuvre. Le malheureux est mûr pour l'asile. Mais sa nièce crie à l'internement arbitraire. Un arrangement sera trouvé, et Noël discrètement incité à s'exiler en Amérique du Sud. Martine, que l'on veut marier à son cousin José, rompra avec ce milieu hypocrite, et partira avec son oncle.

    ANALYSE ET BOX OFFICE


    Avec Fernandel on ne sait jamais à quoi s'en tenir : navet ou classique les films s'enchainent et dans ces années 50 naissantes il tourne avec deux films de suite avec Richard Pottier (qui réalise "Caroline Chérie" la même année)dont ce Meurtres" un film à la tournure assez dramatique. Tiré d'une saga familiale oubliée depuis, "Meurtres" est divisé en deux parties distinctes. La première voit Fernandel interpréter Noël un paysan qui a "raté" sa vie professionnelle tandis que ses frères sont des notables aixois. Il doit affronter le cancer qui ronge sa femme adorée et doit commettre un acte très grave dans la France des années 40: l'euthanasier. Autant dire que pour un tel acte c'était les galères assures dans tous les sens du terme. Nous retrouvons le Fernandel, grave, capable d'endosser toutes les situations avec le même talent. Mais finalement le sujet du film n'est pas tant l'euthanasie mais bel et bien une brocarde de la haute bourgeoisie française, un sujet maintes fois exploité. Ce sera le cas avec la description de la famille de Noël une triste bande de notables mariés a des femmes plus vénales et bêtes que possible. Nous retrouvons Jacques Varenne en ignoble magistrat qui tremble de penser que si l'affaire de son frère venait à être connue du public il pourrait perdre sa promotion de bâtonnier de l'Ordre qui lui est promis. Raymond Souplex interprète Blaise le médecin faussement sympathique avec Noël qui tente d'entendre raison à ce dernier. Noël sera interné sur recommandation de Blaise. Parti pour finir ses jours à Sainte-Anne, Noël sera sauvé par sa nièce Martine, l'occasion de retrouver la très jeune Jeanne Moreau qui compose une jeune fille loin de se laisser marcher sur les pieds par sa famille et qui menace de tout révéler si Noël ne sort pas de l'asile. La troisième partie est plus sur le ton d'une comédie, il s'agit d'un film avec Fernandel que diable ! Noël se fait un malin plaisir de pourrir la réputation de ses frères. Las, Blaise lui propose de partir à Caraccas tout frais payé. Noël obéit et se rend à la gare escorté de toute sa famille. Ultime pied de nez, Noël part avec Martine qui apparait à la fenêtre du wagon devant la mine stupéfaite de son père.
     
    C'est un très bon film où le talent de Fernandel est employé à bon escient. On peut trouver le jeu des acteurs un peu désuet et suranné c'est surement vrai mais la jeune Jeanne Moreau détonne et étonne, on devine le futur grand talent. Quelques beaux dialogues signés Henri Jeanson achève de faire de ce film un des meilleurs de l'année 1950. Bien sûr la promotion du film est effectuée autour de ce rôle grave de Fernandel et du sujet très tabou de l'euthanasie. Le film triomphe donc dès sa sortie sur Paris avec plus de 75 000 spectateurs en seulement deux semaine au Gaumont Palace où il a le bonheur de sortir ainsi qu'aux Normandie et Aubert Palace. Après une très belle exclusivité le film poursuit son parcours brillant dans les salles de continuation et les quartiers. Au final le film dépasse la barre du million de spectateurs sur Paris et sa banlieue. La province suit et ce ne sont pas moins de 4 millions de spectateurs qui permettent au film de figurer à la 8ème place des films sortis en 1950. Un nouveau succès majeur pour Fernandel qui prouve que le public peut le suivre dans un rôle dramatique si le film est bon. Aujourd'hui "Meurtres" demeure un film encore hautement appréciable. Fernandel entre donc dans les années 50 avec succès et c'est loin d'être fini.   
        

     

    CATÉGORIE RANG ENTRÉES SALLES
    ENTRÉES FRANCE 8 4 013 069
     
    ENTREES PARIS BANLIEUE   1 100 000
     
    1ère semaine   78 580
    4
    2ème semaine   61 216
    4
    Cote du succès   * * * * *
     

     

                     

     

     

     


     
     
     
     
     
     
     
     
     
    MEURTRES - JACQUES VARENNE ET RAYMOND SOUPLEX
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
    MEURTRES - JEANNE MOREAU 1950
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
    MEURTRES - JEANNE MOREAU ET FERNANDEL 1950
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
    MEURTRES - BOX OFFICE FERNANDEL 1950
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
    MEURTRES - BOX OFFICE FERNANDEL 1950
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
    MEURTRES - BOX OFFICE FERNANDEL 1950
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
    MEURTRES - BOX OFFICE FERNANDEL 1950
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
    MEURTRES - BOX OFFICE FERNANDEL 1950
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
    MEURTRES -  FERNANDEL ET JEANNE MOREAU 1950
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
    MEURTRES - BOX OFFICE FERNANDEL 1950
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
    MEURTRES - BOX OFFICE FERNANDEL 1950
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
    MEURTRES - BOX OFFICE FERNANDEL 1950
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
    MEURTRES - BOX OFFICE FERNANDEL 1950
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
    .
    « UNIFORMES ET GRANDES MANOEUVRES - FERNANDEL BOX OFFICE 1950CASIMIR - BOX OFFICE FERNANDEL 1950 »
    Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :