• MARY POPPINS - JULIE ANDREWS BOX OFFICE 1965

    MARY POPPINS

    8 OCTOBRE 1965

     

     

    MARY POPPINS - JULIE ANDREWS BOX OFFICE 1965

     

    • Titre original et français : Mary Poppins
    • Réalisation : Robert Stevenson,
    • Scénario : Bill Walsh et Don DaGradi d'après Pamela L. Travers
    • Photographie : Edward Colman
    • Montage : Cotton Warburton
    • Effets spéciaux : Peter Ellenshaw, Eustace Lycett et Robert A. Mattey
    • ision), Dean Thomas (mixage)
    • Musique :
      • Chansons : Richard M. Sherman et Robert B. Sherman
      • Arrangements et direction : Irwin Kostal, assisté de James MacDonald
      • Montage : Evelyn Kennedy
    • Production : Bill Walsh
    • Société de production : Walt Disney Productions
    • Société de distribution : Buena Vista Pictures
    • Budget : 5 millions USD
    • Pays : Drapeau des États-Unis États-Unis
    • Langue : anglais
    • Format : Couleurs - 1,75:1 - Stéréo (RCA Sound System)
    • Durée : 139 minutes
    • Dates de sortie : États-Unis : 27 août 1964, France : 15 septembre 1965

     

    • Julie Andrews : Mary Poppins
    • Dick Van Dyke : Bert / Mr Dawes Sr.
    • David Tomlinson : George Banks
    • Glynis Johns : Winifred Banks
    • Karen Dotrice : Jane (Jeanne) Banks
    • Matthew Garber : Michael (Michaël) Banks
    • Ed Wynn : Uncle Albert (oncle Albert)
    • Hermione Baddeley : Ellen
    • Reta Shaw : Mrs. Brill

     

    SYNOPSIS

    M. Banks, banquier austère, sa femme, suffragette enragée et leurs deux enfants, Jane et Michel, vivent dans le quartier résidentiel de Londres, en 1910. Une nouvelle nurse, Mary Poppins arrive dans la maison, portée par le vent d'Est et soutenue dans les airs par son parapluie. D'emblée, Jane et Michel sont conquis par la jeune femme. Mary Poppins a la faculté de les entraîner dans un univers enchanté où se mêlent le rêve et les occupations quotidiennes. L'ordre à mettre dans les chambres des enfants devient un jeu palpitant. La promenade journalière s'agrémente d'un voyage fantastique, à l'occasion des dessins à la craie tracés sur le trottoir par Bert. Chez l'oncle Albert, à qui ils rendent visite, ils prennent le thé installés au plafond, et cela le plus naturellement du monde. Mais ces fantaisies ne sont pas du goût de M. Banks qui souhaiterait une éducation plus réaliste, à l'image de ce qui ae passe à la banque. Mary Poppins lui propose d'y emmener les enfants pour la leur faire visiter. Mais les enfants y créent une « panique » parmi les clients. Courroux de M. Banks. Les enfants s'enfuient et rencontrent Bert qui les convie à une promenade sur les toits de Londres en compagnie de ramoneurs. Tout s'arrange : M. Banks comprend que le bonheur n'est pas là où il le mettait et il partira avec ses enfants faire une joyeuse partie de cerf-volants. Mary Poppins, sa mission terminée, regagne le ciel de Londres.

    ANALYSE
     

    Mary Poppins est un film intéressant à plus d'un titre car la genèse du film a elle même donné lieu à un film "dans l'ombre de Mary Poppins" qui a vu "l'affrontement" entre l'auteur du livre "Mary Poppins", Pamela Travers et Walt Disney ("Dans l'ombre de Marie" avec Tom Hanks et Emma Thompson). C'est un drôle de film qui pour certains est un film musical, pour d'autres un film d'animation. Walt Disney qui depuis quelques années se consacre principalement à son parc d'attraction et à la télévision cherche à obtenir de la part de l'auteur australienne les droits de "Mary Poppins" livre pour enfant populaire en Angleterre dont le personnage principal est une jeune nounou aux pouvoirs fantastiques (oui je la décrit très mal) . Le personnage va vivre plusieurs aventures à partir de 1934 qui vont faire la joie des petits anglais à l'instar d' un "Oui Oui" d' Enid Blyton. Pour être très franc ce personnage semblait totalement inconnu des chères petites têtes blondes françaises dans un pays pas encore infecté par la culture anglo-saxonne (pas encore de Halloween, de thanksgiving, de franglais ou de Starbuck à l'horizon. Après de multiples et longues tractations Walt Disney arrache les droits de "Mary Poppins" contre un  chèque mais aussi la possibilité pour l'auteure de donner son avis sur l'adaptation du film ce qui rendra infernal les rapports entre les deux. La longue production du film peut débuter et le studio de cinéma va faire appel à son réalisateur attitré, touche à tout génial capable de tout tourner, même n'importe quoi avec la même efficacité. En effet Robert Stevenson cinéaste respectable dans les années 40 poursuit une belle carrière à la télévision américaine avant de réaliser pour Walt Disney pas moins de 19 films et pas les plus mauvais. Certes, ne cherchons pas dans sa filmographie un film comme "La horde sauvage", sa spécialité est le film familial quelque soit le thème. Sans doute que pour lui "Mary Poppins" est un film comme les autres, mais il en faut des qualités pour marrier à la fois un film musical et des effets spéciaux au top pour l'époque car le film mêle prises de vues réelles avec de l'animation. Ce n'est pas la première fois que Walt Disney produit de tels films on l'a déjà vu avec "Les 3 caballeros" ou "La mélodie du Sud" mais dans le cas de Mary Poppins le film devient le mètre étalon du genre. Le tournage lui même aura lieu de mai à septembre 1963 pour une sortie prévue en septembre 1964 aux USA et pour noël 1964 en UK. Stevenson va bénéficier comme d'habitude chez Disney d'un budget confortable estimé entre 4.5 et 6 millions de dollars et de l'ensemble des techniciens et artistes de l'usine Disney.

    Reste à trouver celle qui va donner vie à "Mary Poppins" sur l'écran. Pas très loin en fait étant donné que le studio va se tourner vers Broadway et ses comédies musicales. L'anglaise Julie Andrews a beaucoup travaillé afin de parvenir en haut des planches de Broadway. Dès son plus jeune âge elle a appris à chanter, danser, jouer et joue rapidement dans des comédies musicales à Londres avant de s'envoler pour Broadway où elle va obtenir le rôle principal de "My fair Lady" qui sera joué 2717 fois au Mark Hellinger Theatre du 15 mars 1956 au 24 février 1962. Julie Andrews va jouer la pièce jusqu'au 1er février 1958. Elle jouera ensuite dans d'autres pièces comme "cendrillon" ou "Camelot". Alors qu'elle espère tourner la version cinéma de "My fair Lady" elle est engagée pour jouer Mary Poppins où elle rejoindra le jeune Dick van Dyke. Le tournage se déroule sans problèmes sur le plateau mis à part que Julie Andrews tombera enceinte durant le tournage. le film est exigeant techniquement mais l'équipe est joyeuse. En fait Julie Andrews attend désespérément d'être embauchée pour le tournage de "My Fair Lady" mais c'est Audrey Hepburn qui obtient le rôle, bien plus connue et qui a la faveur de tous les producteurs par sa grâce et sa beauté. Julie Andrews très déçue veut retourner à Londres dès la fin du tournage. Parallèlement les producteurs du futur film "La mélodie du bonheur" qui sera produit par la FOX cherchent leur vedette. Ils évoquent la possibilité d'embaucher Julie Andrews mais cette dernière n'a pas la faveur de tout le monde, elle est inconnue au cinéma et ne serait pas vraiment très belle. Mais pour en avoir le coeur net les producteurs obtiennent l'autorisation d'entrer sur le plateau de tournage pour rencontrer la jeune actrice. Très impressionné par sa présence et son charisme ils se dépêchent de lui proposer le film avant que d'autres producteurs découvrent cette pépite. Elle s'engage donc pour plusieurs films avec la FOX et ne rentrera pas à Londres. De quoi la consoler un peu de son échec avec "My fair lady". Elle commencera le tournage en mars 1964 pour le finir en aout 1964 alors que "Mary Poppins n'est toujours pas sorti sur les écrans".

    Alors que le tournage se termine Pamela Travers a du se rendre à l'évidence, "Mary Poppins" ne sera pas le film dont elle rêvait. Cependant qu'on aime où qu'on aime pas le film (soyons franc ce n'est pas du tout ma cup of tea) le film s'avère irréprochable techniquement et les acteurs Julie Andrews en tête livrent une copie impeccable. Il reste bien sûr à la machine marketing Disney à se mettre en place. Merchandising puissant, la télévision et les revues pour enfants seront de gros vecteurs de promotion. Le film sera bien aidé par une BOF qui intègrera la première place du Billboard. Alors que Mary Poppins est un indéniable succès d'envergure ce n'est que 5  mois plus tard que sortira "La mélodie du bonheur" aux USA. Alors que Mary Poppins est toujours dans le top 10 ce succès va se télescoper avec le colossal succès de "La mélodie du bonheur" ce qui va propulser à la vitesse d'un météore la carrière de Julie Andrews qui va tout simplement en quelques mois devenir l'actrice la plus célèbre aux USA et la reine du box office. L'actrice avouera vivre dans un tourbillon durant 4 ans. Un tel accès à la célébrité ne sera pas revu avant l'avènement de John Travolta en 1978.

    "Mary Poppins" et "My fair lady" vont s'affronter aux Oscars 1965 ce dernier obtenant les principales récompenses, mais Julie Andrews va obtenir l'Oscar de la meilleure actrice alors que Audrey Hepburn n'est pas nominée. Il est aisé d'imaginer la satisfaction mesquine de Julie Andrews à cette occasion.

    Mary Poppins film techniquement indiscutable et d'ailleurs tout à fait respectable pour le reste reste un film très apprécié des enfants devenus grands. Peut être que la nouvelle génération des petits enfants reste moins émerveillée par le film aujourd'hui à l'époque des effets spéciaux en cascade et que Harry Potter est passé par là. Les studios Disney toujours à l'affut de faire fructifier son propre catalogue produit une suite au film sorti en décembre 2018. Avec le même succès ? 

    Julie Andrews se mettra en retrait d'Hollywood quelques années plus tard et reste une actrice relativement méconnue en France alors qu'elle est restée très respectée aux USA. Robert Stevenson poursuivra la réalisation de films familiaux à succès (et de qualité) avec la régularité d'un métronome.        

           

    BOX OFFICE - Avec Laurent Aumaitre et Didier Noisy

    USA - Mary Poppins est sorti dans les salles américaines le 29 août 1964, deux jours après une avant première  organisée au Chinese Theater de Los Angeles, en présence des acteurs et de Walt Disney. Il faut attendre la semaine du 15 octobre 1964 pour que "Mary Poppins" intègre le top 10 hebdomadaire de Variety à la seconde place. Bref numéro un la semaine suivante le film sera délogé de la première par l'irruption en force de "My fair Lady". les deux films vont s'affronter durant de nombreuses semaines, le duo étant rejoint par "Goldfinger" qui va occuper temporairement la première place du box office hebdomadaire. "Mary Poppins" va demeurer dans le top 10 jusqu'au début mai 1965 en 36ème semaine. Lors de sa 30ème semaine d'exploitation le film verra l'irruption de "La mélodie du bonheur" dans le top qui va déloger "My fair Lady" du top hebdomadaire et entamer une invraisemblable et écrasante domination du top à partir de mars 1965.

    Au 31 décembre 1965 le film se classe premier au top Variety et aura rapporté 28 millions de dollars net soit au moins 4 fois le coût de production. Ce résultat est surement un peu surestimé par Variety car le film a rapporté 31 millions de dollars net au cours de sa première exploitation (52 millions de dollars brut).  Il rapportera encore 9 millions net lors de sa réédition de 1973 et 14 millions de dollars brut lors de sa dernière exploitation en 1980. Au total il aura rapporté 45 millions de dollars net rien qu'aux USA pour une recette brute de 102.72 millions de dollars.

    UK - Patrie de "Mary Poppins" il aurait attiré 14 millions de spectateurs ce qui le plaçait top 25 all-time en 2005. 

    FRANCE - Le film sort tout d'abord à Paris le 8 octobre 1965 au Caméo et à l'Ermitage  

    Semaine du 6-8 au 12-14 octobre :

    Caméo = 9 800 entrées (28 séances OU 35 séances, selon la Cinématographie) / tarifs : de 4,50 à 8 frs

    Ermitage = 12 200 entrées (28 séances) / tarifs : de 8 à 9 frs

    Soit 22 000 entrées (source : le film français et La Cinématographie Française)

    Semaine du 13-15 au 17-19 octobre :Caméo = 9 770 entrées, Ermitage = 10 740 entrées, Soit = 20 510 entrées

    Semaine du 20-22 au 26-28 octobre :Caméo = 8 920, Ermitage = 9 280, Soit = 18 200

    Il film reste 19 semaines dans les deux salles, réalisant 280 913 entrées 

    Puis, la semaine du 16-18 au 22-24 février 1966, il quitte le Caméo et l’Ermitage pour le Plaza, où il réalise 5 780 entrées, en 1ère semaine de continuation directe. Le film va rester 14 semaines au Plaza – cumulant ainsi 326 020 entrées depuis le début de sa sortie.

    La semaine du 25-27 mai au 31 mai/2 juin 1966, le film continue sa carrière à l’Arlequin. La première semaine dans cette salle, il réalise 3 247 entrées de mieux. Il y tiendra l’affiche pendant 9 semaines. Au final, « Mary Poppins » aura tenu 42 semaines, rien qu’en exclusivité + continuations, avant d’attaquer les salles de quartiers. Au terme de ces 42 semaines, le film aura enregistré 349 150 entrées parisiennes.

    Il faut attendre 18 semaines pour le voir entrer dans le top 30 hebdomadaire français. Il est top 4 la semaine du 9 février avec 108 628 entrées en 17 salles (cumul 360 234 entrées) . Il monte à la seconde place en semaine 19 avec 179 824 entrées en 27 salles puis top 4 la semaine suivante. Nous le retrouverons top 4 pour les vacances de Pâques avec 84 683 entrées en 27 salles (cumul de 840 971 entrées) et à la rentrées de septembre 1966 classé quelques semaines avant la disparition du top 30 en février 1967.

    Dans les villes-clés, ce seront d’abord :

    Semaine du 26 janvier au 1er février :

    NICE (Monte-Carlo) = 12 711 entrées / Total exclusivité (6 semaines) = 32 910 entrées

    Semaine du 9 au 15 février : (1ère semaine)

    BORDEAUX (Rio) = 8 323 entrées / Total exclusivité (5 semaines) = 21 894 entrées, LYON (Scala) = 9 999 entrées / Total exclusivité (10 semaines) = 46 301 entrées, NANCY (Colisée) = 7 058 entrées / Total exclusivité (4 semaines) = 20 363 entrées, NANTES (Club) = 6 863 entrées / Total exclusivité (4 semaines) = 23 167 entrées, STRASBOURG (Capitole) = 9 286 entrées / Total exclusivité (24 jours) = 22 567 entrées, TOULON (Casino) = 7 684 entrées / Total exclusivité (22 jours) = 17 926 entrées

    Semaine du 16 au 22 février : (1ère semaine)

    LILLE (Bellevue) = 10 938 entrées / Total exclusivité (6 semaines) = 28 801 entrées, TOULOUSE (Variétés) = 10 192 entrées / Total exclusivité (4 semaines) = 25 167 entrées

    Semaine du 2 au 8 mars : (1ère semaine)

    MARSEILLE (Meilhan) = 9 514 entrées / Total exclusivité (10 semaines) = 43 690 entrées

     

    Pour sa première exploitation il attire 1 720 000 spectateurs dans les salles. C'est un résultat en deçà d'autres pays européens, mais c'est en fait un bon résultat pour la France si on considère que les comédies musicales n'y ont jamais fonctionné, en opposition avec les USA, et que les films pour enfants attiraient peu d'adultes dans les salles. C'est une évidence quand on regarde les films distribués par Buena Vista (Walt Disney) à l'époque, à part "Les enfants du capitaine Grant" ce n'était guère des succès d'ampleur mis à part les dessins animés du même studio. De plus le nombre d'écrans diminuait  hors des vacances scolaires. La diffusion du film s'est accompagné d'un merchandising important en France en plus de la publicité faite par le journal de Mickey. Beaucoup d'enfants ce sont fait offrir les livres où les livres-disques du Petit Ménestrel qui racontent l'histoire du film. 

    Comme d'habitude avec la politique Disney, le film a bénéficié d'une belle réédition en 1977 et d'une autre en 1987  pour poter le total des entrées à plus de 4 300 000 ce qui est un très beau score pour un film musical et le plus beau score pour un film avec Julie Andrews. A partir de 100 000 entrées une exclusivité Bruxelloise était un très bon score, au delà de 150 000 entrées un très beau score et au-delà des 200 000 entrées un score exceptionnel.

     

    BELGIQUE - sorti dans deux salles d'exclusivité à Bruxelles le 28 octobre 1965 il se classe top 3 la première semaine avec  852 000 francs belges de recettes derrière "les tribulations d'un chinois en Chine" et "Le tonnerre de Dieu". Il  reste top 3 durant 4 semaines. Pour noël il est encore top 4 en 8ème semaine. Il termine second de la saison 1965/66 avec 6 807 000 francs belges de recettes (environ 170 000 entrées) derrière "Opération Tonnerre". Un succès bien plus important qu'en France. 

    Il ressort en 1968 et récolte 368 000 francs en 3 semaines soit environ 6 700 entrées.

    Distribué par Elan Films (qui avait repris le catalogue Disney, quelques années auparavant), Mary Poppins ressort en grandes pompes le 20/10/1977. Le film est projeté dans 4 salles (Acropole, Ambassador, Capitole, Plaza), soit 1 817 fauteuil. Sur sa première semaine, il rapporte la coquette somme de 1 173 000 FB. Le film restera 11 semaines à l'affiche, lors son exclusivité, ajoutant 6 570 000 FB (environ 65 700 entrées) à son cumul de 1965 ! C'est à dire 13 377 690 FB. 

    Le film ressort une nouvelle fois le 28/02/80, où il réalise 751 000 FB en 4 semaines (environ 6 350 entrées).

    Mary Poppins sort de nouveau en 1987 sur les écrans bruxellois. Cette fois-ci distribué par Dreamworld, le film reste à l'afiche pendant 6 semaines, rapportant 2 077 000 FB (soit 13 768 entrées) de mieux, permettant ainsi de cumuler les recettes à 15 454 690 FB.

    Au total le film aurait attiré environ 270 000 spectateurs dans les salles d'exclusivité bruxelloises pour 16 573 690 francs de recettes.

    ITALIE - Au 21 novembre 1965 il est top 7 des films en exclusivité avec 53 millions de lires de recettes à Rome et 56.5 millions de recettes à Milan. Au bout de 50 jours ces recettes s'élevaient a 62 millions de lires à Rome.Nous estimons ses recettes a 1 400 000 000 de lires pour la saison 1965/66 soit environ 5 530 000 spectateurs et a 500 000 entrées pour la saison 1983/84 soit un total d'au moins 6 000 000 d'entrées au vu des deux rééditions de 1976-77 et 1983-84.

    ESPAGNE - Il figure à la 5ème place des films sortis entre le 1/1/65 et le 29/6/68 avec 72 382 000 de pesetas devant "Un homme et une femme". Au total il aura attiré dans les salles 4 984 097 spectateurs un très gros score dont 4 172 615 entrées pour sa première exploitation .

    ALLEMAGNE - 3 500 000 spectateurs à partir du 22 octobre 1965 (estimation), 460 000 à partir du 16/12/76 (estimation) et 46 488 en 1995 pour un total estimé a 4 millions de spectateurs

    JAPON -  429 Millions de  yens nets distributeur année civile 1966 ce qui la place a la seconde place du top des films étrangers derrière "Opération Tonnerre".

    SUISSE  241 747 entrées en 1976, dont 150 000 en Suisse alémanique.

    SUEDE - 630 000 entrées

    AUSTRALIE : 4 985 000 AUD cumulé en 2013, 88ème all-time an recette ajusté selon l’équivalent du CNC australien.

    OSLO -  $15 400 en 1965 (n° 2 de l’année). Oslo, vile de 450 000 habitants à l’époque représentait 50% du marché norvégien.

    MONTEVIDEO : Top 7 avec 2 054 000 pesos pour l'année 1967   

    MONDE - 44 millions de recettes distributeurs (net) pour sa première exploitataion 

     

    CATÉGORIE RANG ENTRÉES SALLES
    TOTAL ENTRÉES FRANCE
      4 321 038
     
    ENTRÉES FRANCE 1965
      184 124
     
    ENTRÉES FRANCE  1966
      1 535 882
     
    ENTRÉES FRANCE 1967
      307 618
     
    ENTRÉES FRANCE 1977
      1 102 191
     
    ENTRÉES FRANCE 1978
      261 383
     
    ENTRÉES FRANCE 1987
      558 307
     
    ENTRÉES ANGLETERRE
      14 000 000
     
    ENTRÉES ITALIE   6 000 000
     
    BOX OFFICE ALLEMAGNE
      4 006 448
     
    BOX OFFICE ESPAGNE    4 984 097  
    BOX OFFICE USA 1967
      15 M$ net
     
    BOX OFFICE USA TOTAL   47.1 M$ net
     
    Cote du succès   * * * * * *
     

     

     

    MARY POPPINS - JULIE ANDREWS BOX OFFICE 1965

     

    MARY POPPINS - JULIE ANDREWS BOX OFFICE 1965

    Photo Didier Noisy

     

    MARY POPPINS - JULIE ANDREWS BOX OFFICE 1965

     

     

    MARY POPPINS - JULIE ANDREWS BOX OFFICE 1965

     Photo Didier Noisy

    MARY POPPINS - JULIE ANDREWS BOX OFFICE 1965

     

     

     

    MARY POPPINS - JULIE ANDREWS BOX OFFICE 1965

     

    MARY POPPINS - JULIE ANDREWS BOX OFFICE 1965

     

    MARY POPPINS - JULIE ANDREWS BOX OFFICE 1965

     

    MARY POPPINS - JULIE ANDREWS BOX OFFICE 1965

     

    MARY POPPINS - JULIE ANDREWS BOX OFFICE 1965

     

    MARY POPPINS - JULIE ANDREWS BOX OFFICE 1965

     

    MARY POPPINS - JULIE ANDREWS BOX OFFICE 1965

     

    MARY POPPINS - JULIE ANDREWS BOX OFFICE 1965

     

    MARY POPPINS - JULIE ANDREWS BOX OFFICE 1965

     

    MARY POPPINS - JULIE ANDREWS BOX OFFICE 1965

     

    MARY POPPINS - JULIE ANDREWS BOX OFFICE 1965

     

    MARY POPPINS - JULIE ANDREWS BOX OFFICE 1965

     

    MARY POPPINS - JULIE ANDREWS BOX OFFICE 1965

     

    MARY POPPINS - JULIE ANDREWS BOX OFFICE 1965

     

    MARY POPPINS - JULIE ANDREWS BOX OFFICE 1965

     

    MARY POPPINS - JULIE ANDREWS BOX OFFICE 1965

     

    MARY POPPINS - JULIE ANDREWS BOX OFFICE 1965

     

    MARY POPPINS - JULIE ANDREWS BOX OFFICE 1965

     

    MARY POPPINS - JULIE ANDREWS BOX OFFICE 1965

    LE SUCCES DE MARY POPPINS AU CHINESE THEATRE

     

    MARY POPPINS - JULIE ANDREWS BOX OFFICE 1965

     

    MARY POPPINS - JULIE ANDREWS BOX OFFICE 1965

     

    MARY POPPINS - JULIE ANDREWS BOX OFFICE 1965

     

    MARY POPPINS - JULIE ANDREWS BOX OFFICE 1965

     

     

    MARY POPPINS - JULIE ANDREWS BOX OFFICE 1965

     

    MARY POPPINS - JULIE ANDREWS BOX OFFICE 1965

     

    MARY POPPINS - JULIE ANDREWS BOX OFFICE 1965

     

    MARY POPPINS - JULIE ANDREWS BOX OFFICE 1965

     

    « BOX OFFICE PARIS OCTOBRE 1950BOX OFFICE MONDE DU 21 DECEMBRE AU 23 DECEMBRE 2018 »
    Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    Tags Tags :
  • Commentaires

    1
    adda chentouf
    Mardi 25 Décembre 2018 à 17:38

    Quelle belle coïncidence, je l'ai vu hier soir sur M6 avec ma fille Ikram qui a 11 ans et qui est en première année de collège. Elle a beaucoup aimé ce film magique que j'ai revu avec plaisir. On a passé une superbe soirée ! Merci pour cette très belle fiche.

    2
    Mercredi 26 Décembre 2018 à 10:57

    Merci Adda

    3
    Didier Noisy
    Jeudi 27 Décembre 2018 à 13:06

    Et pour compléter cette superbe fiche, voici quelques petits chiffres bruxellois supplémentaires, en passant : 

    BELGIQUE - Distribué par Elan Films (qui avait repris le catalogue Disney, quelques années auparavant), Mary Poppins ressort en grandes pompes le 20/10/1977. Le film est projeté dans 4 salles (Acropole, Ambassador, Capitole, Plaza), soit 1 817 fauteuil. Sur sa première semaine, il rapporte la coquette somme de 1 173 000 FB. Le film restera 11 semaines à l'affiche, lors son exclusivité, ajoutant 6 570 000 FB à son cumul de 1965 ! C'est à dire 13 377 690 FB. 

    Mary Poppins sort de nouveau en 1987 sur les écrans bruxellois. Cette fois-ci distribué par Dreamworld, le film reste à l'afiche pendant 6 semaines, rapportant 2 077 000 FB (soit 13 768 entrées) de mieux, permettant ainsi de cumuler les recettes à 15 454 690 FB !* 

    "I'll be back !"... pour d'autres chiffres quand j'en aurai le temps ! yes 

     

    * il est possible que le film est bénéficié d'autres rééditions, mais je n'ai pas encore décortiqué tous mes documents... 

     

      • Jeudi 27 Décembre 2018 à 13:43

        Hello !

        Toi et tes reprises belges !

        J'ai établi une table de conversion de recettes en entrées toute personnelle mais néanmoins permet de déterminer que sur ses 3 exploitations Bruxelloises Mary Poppins aurait donc fait 177 000 + 65 700 + 13 768 entrées soit environ 257 000 entrées.

    4
    Didier Noisy
    Vendredi 25 Janvier à 04:06

    Je viens de retrouver une autre reprise de Mary Poppins, à Bruxelles : 

    Le film ressort une nouvelle fois le 28/02/80, où il réalise 751 000 FB en 4 semaines. Ce qui porte le total à 16 205 690 FB, toutes exploitations confondues (sous réserve de tomber sous d'autres rééditions)... 

    Renaud, je te laisse remonter l'info à ta convenance... wink2 

     

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :