• LES ARNAUD - BOURVIL BOX OFFICE 1967

     

    LES ARNAUD

      

    13 OCTOBRE 1967

     

    LES ARNAUD -  BOURVIL BOX OFFICE 1967

       

    • Réalisation : Léo Joannon
    • Scénario : Léo Joannon
    • Adaptation : Jacques Robert, Léo Joannon
    • Dialogue : Jacques Robert
    • Images : Willy Gricha
    • Musique : Franck Pourcel, Salvatore Adamo (Éditions Pathé-Marconi)
    • Pellicule 35 mm, couleur par Eastmancolor
    • Tirage : Laboratoire Franay - L.T.C Saint-Cloud
    • Système sonore Magnaphone
    • Production : Les Productions Belles-Rives, Michel Ardan, Société Nouvelle de Cinéma
    • Distribution : Société Nouvelle de Cinéma
    • Producteur : Gérard Beytout
    • Tournage débutant le 3 avril 1967
    • Durée : 95 minutes
    • Genre : Comédie dramatique

     

    • Bourvil : juge Henri Arnaud
    • Salvatore Adamo : André Arnaud
    • Christine Delaroche : Laetitia
    • Marcelle Ranson-Hervé : Belle Arnaud
    • Michel de Ré : M. Jassoron
    • Suzanne Courtal : Mme Bouvier
    • Gisèle Grandpré : Nelly
    • Alain Doutey : étudiant
    • Gérard Croce : Raphaël, étudiant

     

    Henri Arnaud est un brave homme de juge qui exerce ses fonctions au tribunal pour enfants d'Aix-en-Provence. Il s'intéresse à un jeune homme, son homonyme, André Arnaud, étudiant en droit qui vient souvent, en complément de ses cours, assister au déroulement des procès. André n'a pas connu sea parents. Il peut cependant poursuivre ses études grâce aux mandats que lui envoie régulièrement son oncle, un maçon. Un jour, celui-ci se tue sur un chantier. Privé de ressources, André se trouve dans un grand désarroi. Il fait une démarche auprès d'un antiquaire, connu comme prêteur. Celui-ci, personnage sordide, accepte de prêter à André la somme dont il a besoin mais à des conditions moralement inacceptables. Quand il voit la révolte du jeune homme, l'antiquaire menace de faire un chantage, en déclarant qu'il va appeler la police et lui annoncer que le jeune homme s'est introduit chez lui pour le cambrioler. Pris de panique, André tire sur l'antiquaire qui meurt aussitôt. Un autre étudiant est accusé à sa place, puis bientôt libéré. Le juge Arnaud a peu à peu compris que son protégé est le véritable coupable. Habilement, il l'amène à lui avouer la vérité. Le juge déclare ensuite qu'il a pris la décision de l'adopter. Il veut absolument que l'adoption soit faite avant qu'André aille se rendre à la police. Parallèlement, la police poursuit son enquête. Un jour, elle fait son entrée à la Faculté, et le doyen, poussé par les étudiants, intercède pour que les interrogatoires n'aient pas lieu dans les locaux de la Faculté. Ce qui sauve de peu André, qui allait devoir répondre à des questions plutôt embarrassantes pour lui. Enfin, les papiers légalisant l'adoption sont signés. De son côté, le juge a démissionné. Plus ou moins complice d'André puisqu'il a partagé, sans le révéler, son secret, il doit aussi se rendre à la police, et ne veut pas le faire en tant que magistrat. Les deux hommes se rendent ensemble à la justice, espérant une décision clémente.

     

     

    CATEGORIE

    RANG

    NOMBRE

    SALLES

    ENTREES FRANCE

     

    2 168 748

     

    ENTREES PARIS

     

    240 799

     

    ENTREES PARIS EXCLUSIVITE

     

    145 198

     

    1ère semaine

    4

    40 854

    6

    2ème semaine

    5

    33 523

     

    3ème semaine

    6

    34 777

     

    4ème semaine

    10

    19 320

     

    Nombre de semaines Paris

     

    6

     

    Cote du succès

     

    * * *

     

     

     

    .

    « LES CRACKS - BOURVIL BOX OFFICE 1968 LA GRANDE VADROUILLE - BOURVIL BOX OFFICE 1966 »
    Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :