• LA COMTESSE DE HONG KONG - BOX OFFICE MARLON BRANDO 1967

     

    LA COMTESSE DE HONG-KONG

    (A COUNTESS FROM HONG-KONG)

    13 JANVIER  1967

     

      COMTESSE-DE-HONG.jpg

    Scénario, musique réalisation Charles CHAPLIN  Directeur de la photographie Arthur IBBETSON (Technicolor) Décors Bob CARTWRIGHT Production Charles CHAPLIN, Jerome EPSTEIN Distribution Universal  Durée 120 minutes

    Natacha Sophia LOREN Ogden Marlon BRANDO Harvey Sydney CHAPLIN

    Au cours d'une escale à Hong Kong, le milliardaire et diplomate américain Ogden Mears passe la soirée dans une boîte de nuit. Le lendemain, en pleine mer, il découvre cachée dans le placard de sa cabine, la ravissante Natacha, une taxi-girl avec laquelle il avait dansé la veille au soir. La jeune femme est la fille d'anciens aristocrates russes émigrés. Elle veut entrer aux États-Unis et espère que Mears lui facilitera la tâche. Ogden, d'abord réticent, met dans la confidence son domestique Hudson et son secrétaire particulier Harvey. Il imagine de faire épouser Natacha par Hudson : de cette façon, elle obtiendra sans difficulté la nationalité américaine. Il ne lui restera plus ensuite qu'à divorcer. Ogden vient d'être nommé ambassadeur des États-Unis en Arabie Saoudite. Il doit rejoindre son poste le plus tôt possible. Sa femme est venue le rejoindre à Honolulu. C'est au cours de cette nouvelle escale qu'il comprendra qu'il aime la jolie passagère clandestine. Dans un ultime sursaut d'énergie, il abandonne sa femme et sa carrière et part rejoindre Natacha.

    BRANDO est très touché que CHAPLIN, 77 ans à l’époque, l’ait choisi pour son deuxième film en tant que réalisateur, sans qu’il apparaisse lui-même à l’écran. Le scénario décrit pa CHAPLIN lui-même ne plaît pas réellement à l’acteur, mais bon… Après tout, c’est une bonne occasion de revenir en haut du Box Office. Malgré son âge, CHAPLIN tient fermement les rênes de sa production. En face de Marlon, Sophia LOREN, superstar, fait son boulot en grande professionnelle, ce qui n’impressionne pas des masses BRANDO qui lui dit après une scène d’amour « qu’elle a des poils noirs dans les narines ». On comprend aisément qu’on a déjà trouvé d’autres compliments plus gracieux envers l’actrice, et que le plan drague de l’acteur s’éloigne un peu. Donc, c’est glacial entre les deux stars, mais pire entre BRANDO et CHAPLIN qui sont déçus l’un de l’autre. BRANDO l’imite ‘ailleurs derrière son dos, ce dont se moque le réalisateur. Au final, un film long et pénible et une assez mauvaise prestation de l’acteur peu motivé et un bide public. La critique éreinte le film : Le New York Times conseille poliment d’oublier ce film qui entache un peu la filmographie du maître. Bref, pour un retour au sommet du Box Office, c’est raté. En France, à la longue, et surtout grâce à la réputation de CHAPLIN, le film ne fonctionne pas trop mal au Box Office.
     

    ENTREES France TOUTES EXPLOITATIONS

    1 215 830

    ENTREES Paris 1ère EXPLOITATION

    171 532

    ENTREES Paris TOUTES EXPLOITATIONS

    288 634

     

    ENTREES Paris 1ère SEMAINE

    23 696

    NOMBRE DE SEMAINES PARIS 1ère exploitation

    15

    NOMBRE DE SALLES  Paris semaine de sortie

    3

    Moyenne entrées par salles 1ère semaine

    7 898

    1er JOUR Paris

     

    COTE DU SUCCES

    * *

    « REFLETS DANS UN OEIL D' OR - BOX OFFICE MARLON BRANDO 1968L 'HOMME DE LA SIERRA - BOX OFFICE MARLON BRANDO 1966 »
    Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :