• L'ETERNEL RETOUR - SORTIE PARIS LE 13 OCTOBRE 1943

     

     

    L'ETERNEL RETOUR - SORTIE PARIS LE 13 OCTOBRE 1943

     

     

    L'ETERNEL RETOUR - TOURNAGE 15 MARS 1943

     

    L'ETERNEL RETOUR - SORTIE PARIS LE 13 OCTOBRE 1943

     

    L'ETERNEL RETOUR - BOX OFFICE

     

    L'ETERNEL RETOUR - SORTIE PARIS LE 13 OCTOBRE 1943

     

    L'ETERNEL RETOUR - BOX OFFICE PARIS 1943

     

    L'ETERNEL RETOUR - SORTIE PARIS LE 13 OCTOBRE 1943

     

    L'ETERNEL RETOUR - SORTIE PARIS LE 13 OCTOBRE 1943

     

     

    L'ETERNEL RETOUR -BOX OFFICE 1943

     

    L'ETERNEL RETOUR - SORTIE PARIS LE 13 OCTOBRE 1943

     

    L'ETERNEL RETOUR - SORTIE PARIS LE 13 OCTOBRE 1943

     

    L'ETERNEL RETOUR - SORTIE PARIS LE 13 OCTOBRE 1943

     

    L'ETERNEL RETOUR - SORTIE PARIS LE 13 OCTOBRE 1943

     

    L'ETERNEL RETOUR - SORTIE PARIS LE 13 OCTOBRE 1943

     

     

     

    « LE QUAI DES BRUMES - BOX OFFICE JEAN GABIN ET MICHELE MORGAN 1938JON FAVREAU BOX OFFICE »
    Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    Tags Tags :
  • Commentaires

    1
    pak
    Mardi 16 Juillet à 20:56

    Le film a l'air d'avoir cartonné malgré la période.

    J'ai souvent entendu ou lu que tel ou tel film avait eu du succès en salles entre 1940 et 1944, sans trop avoir vu de chiffres. Wikipedia parle "d'immense succès en 1943" sans chiffrer.

    Je découvre aussi qu'on parlait à l'époque en nombre d'entrées mais aussi en recettes (comme les USA) alors qu'aujourd'hui en France on parle surtout de nombre d'entrées (après je ne lis pas la presse spécialisée).

    1 036 776 francs de recettes pour 2 semaines en 1943, ça ne me parle pas trop mais ça parait une somme importante, surtout qu'on parle d'une salle unique à Lyon, même si je ne sais pas ce que coûtait une place de cinéma à l'époque. D'ailleurs combien ça coûtait ?

    En tous cas ces documents permettent d'un peu mieux cerner ce que fut le succès du film.

     

      • Mercredi 17 Juillet à 11:15

        Bonjour Pak.

        J'ai eu Laurent hier soir et il m'a dit qu'il prendra du temps pour tenter de vous donner des indications pour comprendre le succès du film. Perso j'ai peu de données chiffrées de l'époque, Ma mère a vu le film en 1943 à Paris et quand le film est passé à la téléviision, elle m'avait dit qu'il avait eu un succès fou, en particulier pour Jean Marais, jeune beau premier. D'ailleurs tout le monde voulait des pull Jacquard. Il faut comprendre que pour une ado de 14 ans, Jean Marai sétait un peu plus sexy que Harry Baur ou Raimu. C'était un film très apprécié des femmes et des jeunes.   

    2
    Laurent
    Mercredi 17 Juillet à 15:04

    Bonjour Pak.

    Il est difficile en effet d’appréhender le succès d'un film en France via des recettes, tant nous sommes habitué de parler des entrées. Pourtant, jusqu'au milieu des années 40, la presse parlait essentiellement de recettes. Il était rare qu'elle communique les entrées, tout simplement parce que c'est ce qui intéressait les professionnels. D'ailleurs ces chiffres sont surtout adressé à ces derniers. Souvent sur ces encarts à côté des recettes on pouvait lire un slogan publicitaire du genre "Avec les films Machins, vous êtes sûr de remplir les salles", "Encore un succès distribué par la société Tartempion", ou encore "Seule la salle X peut vous assurer un succès d'une telle ampleur" etc.

    Par la suite, petit à petit, la presse spécialisée se mit à parler des entrées, car on s'aperçu que les recettes ne parlaient pas vraiment au public, mais que de savoir qu'une salle était pleine pour un film faisait une remarquable publicité au film diffusé.

    Il est très difficile de donner un prix moyen des places de l'époque, tant les tarifs variaient d'une salle à l'autre, et même selon l'emplacement du fauteuil. A cela s'ajoute les tarifs réduits pour les enfants, les entrées gratuites, et même les entrées au prix détaxés. Toutefois sous l'occupation, les prix étaient réglementés selon la zone géographique, la catégorie de la salle (première exclusivité, continuation ou seconde exclusivité, troisième vision et salles de quartier, les plus nombreuses), et de la catégorie de du fauteuil (balcon, premier  rang) qui étaient au nombre de 3 (A,B et C). Toutefois, sous certaines conditions, des salles pouvaient obtenir des dérogations afin d'appliquer des tarifs personnalisés, à l'image du Paramount à Paris, dont le ticket moyen était plus élevé que la réglementation.

    Pour vous donner une idée du prix des places, et de l'importance du succès du film, dans cette première moitié des années 40 un succès au Pathé-Palace de Lyon rapportait dans les 200 000 Frs, et rares étaient ceux qui passaient la barre des 400 000. De plus, la plupart du temps, les recettes s'effondraient en deuxième semaine, ce qui explique en partie pourquoi peu de films tenaient l’affiche plus de 2 semaines. Au moment de la projection de "L'éternel retour", le précédent record de recettes pour la salle était "Le mariage de chiffon", qui avait rapporté en une semaine la somme 524 873 Frs. Ce fut le premier film à dépasser le demi-million au Pathé-Palace. "L'éternel retour" rapporta, quand à lui 574 954 Frs, la première semaine, et encore 461 822 Frs la semaine suivante. Tous les records étaient battus.

    Au Madeleine de Marseille, où il rapporte 131 671 Frs en 3 jours, il établi un nouveau record de recette, battant celui qui était tenu par "Pontcarral" qui avait rapporté 99 702 Frs en une semaine ! Pareil au Rex de Marseille, où après avoir rapporté les 519 730 Frs annoncés dans l'encart, il resta encore 2 semaines à l'affiche, totalisant ainsi 1 758 000 Frs, pulvérisant le record détenu par le même "Pontcarral" qui avait rapporté 1 192 084 Frs.

    Quand aux recettes de son exclusivité parisienne, voici les entrées pour chacune des 11 semaines pour les trois salles cumulées : 

    Semaine 1 : 26 260

    Semaine 2 : 26 130

    Semaine 3 :28 758

    Semaine 4 : 26 671

    Semaine 5 : 27 041

    Semaine 6 : 26 527

    Semaine 7 : 26 904

    Semaine 8 : 25 094

    Semaine 9 : 24 797

    Semaine 10 : 22 213

    Semaine 11 : 25 292

    Soit un total de 285 687 entrées dans seulement 3 salles ! Et de taille moyenne (750 places pour l'Aubert-Palace, 500 pour le Club-des-vedettes et 650 pour le Colisé). De plus le film n'avait pas encore finit son exploitation dans ces salles, et on voit qu'elles ne désemplissaient pas.

    Voila, en espérant vous avoir un peu éclairé sur cette période.

      • cinefilnog94
        Mercredi 17 Juillet à 16:03

        " Il est très difficile de donner un prix moyen des places de l'époque, tant les tarifs variaient d'une salle à l'autre, et même selon l'emplacement du fauteuil. "

         

        Pour tous les passionnés de cinéma qui n'ont pas connu les salles dites de quartier des années 60 ( je suis né en 1952 et j'ai commencé à fréquenter les salles de cinéma en 1964 avec entre autres les films de Louis de Funès et de Jean Paul Belmondo ) , il y avait effectivement plusieurs tarifs selon que vous vous trouviez à l'orchestre ( 5 premiers rangs appelés " Seconde " , puis 5 rangs suivants appelés " Première " , puis les rangs du fond de l'orchestre appelée " Réserve " si mes souvenirs sont bons ) ou au balcon .

         

        Bonne continuation avec ces publications passionnantes des films des années 40 !

         

        Ca nous change des recettes en milliards de dollars des films actuels !

         

      • pak
        Mercredi 17 Juillet à 20:55

        Wow !

        Merci Laurent (je me permets) d'avoir pris le temps d'éclairer un peu ma lanterne. Des explications passionnantes qui poussent à en savoir plus ! Ce que je retiens, c'est que l'exploitation en salles des films était alors plus complexe qu'aujourd'hui.

        Je n'ai pas connu ces tarifs "étagés", n'ayant eu l'âge d'aller seul en salle qu'à partir du début des années 1980.

        Je fantasme d'un livre qui recenserait les films exploités en salles en France depuis les débuts du parlant jusqu'en 1945, chiffres à l'appui (classements, nombres d'entrées... ). Un pavé qui serait sans doute passionnant, du moins pour les rares qui s'intéressent encore au sujet... happy

         

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :