• L'EQUIPEE SAUVAGE (THE WILD ONE) -MARLON BRANDO BOX OFFICE 1958

     

    L’ EQUIPEE SAUVAGE

    (THE WILD ONE)

    5 JUILLET  1958

     

     

    L'EQUIPEE SAUVAGE - BOX OFFICE MARLON BRANDO 1958

     

     Avec Kat  hie Mary MURPHY, Robert KEITH, Lee MARVIN

    Réalisation Laslo BENEDEK* Scénario John PAXTON D'après un argument de Frank ROONEY * Directeur de la photographie Hal MOHR* Direction artistique Walter HOLSCHER* Arrangement musical Leith STEVENS* Production Stanley Kramer Company Distribution Columbia* Durée79 minutes

    Les rebelles noirs, menés par Johnny Strabler (Marlon Brando), une quarantaine de jeunes gens vêtus de blousons de cuirs marqués d'une tête de mort, arrivent à moto à une course de motos. Ils envahissent la piste, sèment la pagaille, se voient finalement intimer l'ordre de quitter les lieux, non sans avoir volé un prix. Ils disparaissent jusqu'à la petite ville voisine, dans laquelle leur arrivée pétaradante fait grande impression. Parmi les badauds, une serveuse de bar, à la fois gracieuse et candide, que Johnny remarque. La suivant dans son café-bar, il commande un bière, ne respectant aucune convention, après un accident ayant failli provoquer le premier incident avec le policier du comté. Brando éblouit l'innocente avec le trophée volé un peu plus tôt. Une autre bande, menée par Chino (Lee Marvin) débarque en ville, reprend le trophée trônant sur la moto de Johnny et la bagarre inévitable éclate ; l'autorité de Brando s'affirme par sa victoire dans la rixe entre les deux meneurs. Les vaincus pactisent alors, pour le pire car dès lors la petite ville tranquille va subir exactions après détériorations, alcool aidant. Marlon Brando sauve ainsi l'innocente serveuse, Kathie, des mains de la bande rivale, s'échappant avec elle à moto pour une balade nocturne qui tournera pour elle à la découverte de la liberté de la route autant que sentimentale. Mais Johnny, comme tous les autres, méprise l'autorité policière. Un incident plus grave se produit où le shériff, quelque peu dépassé, n'ose pas intervenir. Il y aura un mort. Johnny étant le chef incontestable et ayant été vu par un pur hasard à proximité, c'est lui qui est arrêté et passé à tabac. La fin heureuse consiste en l'aveu de témoignage incomplet de la part d'un des témoins à charge, la sortie de cellule de Johnny que vient tenter d'aider la jolie serveuse, la froideur apparente du héros et le départ de la ville de tous les fauteurs de trouble, avec interdiction de remettre les pieds dans le comté. Un retour de Johnny, seul, toujours aussi froid, mais laissant finalement le trophée à la serveuse qui, réjouie, voit enfin le héros esquisser un sourire, clôt le film.

     

    Distribué  avec seulement 4 ans de retard par rapport aux Etats-Unis, la France découvre avec horreur les blousons noirs made in USA, ce qui détonne avec les petites gouapes Françaises. En Angleterre le film est  jusqu’en 1968. Marlon BRANDO est intéressé par ce rôle de voyou (mais qui a un bon fond) pour tenter d’expliquer le phénomène de la violence. Le film est basé sur un fait divers réel, d’une bande de motards qui a terrorisé les habitants d’une petite ville américaine. Hélas le réalisateur ne réalise qu’un film violent. Bon reste une bonne interprétation de Marlon BRANDO dont les posters le représentant en blouson noir et sur sa triumph se vendent par milliers. Rempli de bons sentiments, le film est moins essentiel que sa réputation le laisse supposer. En France, le film dépasse à peine le million d’entrées alors que « le bal des maudits » en fait 5 fois plus. Plus importan que le film qui reste pétri de morale, Marlon Brando devient une icône des posters et un symbole du blouson de cuir. C'est ce qui reste du film finalement. 
     

    TOTAL FRANCE

    1 048 971

    PARIS EXCLUSIVITE

    45 342

    TOTAL PARIS

    331 344

    ENTREES Paris 1ère SEMAINE 1958

    28 419

    NOMBRE DE SEMAINES PARIS 1ère exploitation

    2

    NOMBRE DE SALLES  Paris semaine de sortie

    4

    Moyenne entrées par salles 1ère semaine

    7 105

    COTE DU SUCCES

    * *

     

     

     

    « L' HOMME A LA PEAU DE SERPRENT - THE FUGITIVE KIND - MARLON BRANDO BOX OFFICE 1961 LE BAL DES MAUDITS (THE YOUNG LIONS) - MARLON BRANDO BOX OFFICE 1958 »
    Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :