• L'ANIMAL - JEAN PAUL BELMONDO BOX OFFICE 1977

     

    L’ANIMAL


     5 OCTOBRE 1977

     

       


     

    L'ANIMAL - BOX OFFICE JEAN-PAUL BELMONDO 1977 

    Réalisation Claude ZIDI
    Scénario Michel AUDIARD
    Michel FABRE
    Dialogues Michel AUDIARD
    Assistant réalisateur Jean-Jacques BEINEIX
    Photographie Claude RENOIR
    Musique Vladimir COSMA
    Production Les Films Christian Fechner
    Distribution AMLF
    Durée 100  minutes
    Michel Gaucher / Bruno Ferrari Jean-Paul BELMONDO
    Jane Gardner Raquel WELCH
    Sergio Campanese Aldo MACCIONE
    Jacinthe Charles GÉRARD

     

    À la suite d'une cascade ratée, Michel Gaucher, dit Mike, et sa fiancée, Jane Gardner, se retrouvent à l'hôpital. En dépit du maire du XVIIIe, Jane, hors d'elle, refuse de se marier et agresse Mike, qui n'arrange rien en la taquinant. Rétabli, Mike se retrouve sans travail, endetté chez Camille, un restaurateur qu'il fait patienter en inventant de faux contrats avec l'aide de Jacinthe, son imprésario. Avec beaucoup de maladresse, Mike tente de reconquérir le coeur de Jane. Puis, noyant son chagrin dans l'alcool, il saccage un supermarché où il remplaçait son ami Santos, déguisé en gorille. Le célèbre acteur Bruno Ferrari, homosexuel maniéré et sosie de Mike arrive à Paris pour tourner dans un film d'espionnage. Son incapacité a faire des cascades oblige le producteur et Stanislas, directeur de production, à embaucher Mike. La visite de Stanislas coïncide avec celle du médecin de la Sécurité Sociale, venu contrôler Mike pour une fausse invalidité. Une démonstration acrobatique révèle sa bonne santé à l'inspecteur. Heureusement, Jacinthe a négocié un gros contrat avec Stanislas. N'ayant plus de partenaire, car elle aussi a fini à l'hôpital, Mike propose Jane. Grâce aux indications de son amie Doris et, après avoir repoussé un tigre et s'être introduit en serveur dans un château, Mike retrouve Jane aux côtés du comte de Saint-Prix, qui la demande en mariage. Jane aide Mike à se cacher après qu'il ait atterri sur une pièce montée et lui promet de travailler avec lui afin de sauver le château de la destruction. Pour Mike, les cascades sont éprouvantes à cause du manque de professionnalisme de Bruno et de Sergio Campanese, le réalisateur. Usurpant l'identité de Bruno, Mike emmène Jane, invitée par Sergio et crée un quiproquo. Attendant Jane, Mike fuit lorsque Bruno rentre chez lui et le trouve nu dans son lit. Jane, qui n'était pas dupe, en profite pour rendre Mike jaloux en prétendant avoir passé la nuit avec Bruno. Lors d'une périlleuse cascade, Mike tombe d'un avion. À l'atterrissage, Jane part rejoindre le comte, furieuse du comportement de Mike, qui a tenté de profiter d'elle alors qu'elle lui a sauvé la vie. Et les journalistes découvrent la supercherie : Bruno Ferrari a une doublure. Alors que des animaux sauvages interrompent la cérémonie, Jane dit non au comte et Mike l'enlève, accroché à une liane et déguisé en gorille. Direction : la mairie du XVIIIe.

     

     *****************

    1976 a été une année mi figue-mi raisin pour BELMONDO malgré deux films plutôt honnête : "L'alpagueur" et "Le corps de mon ennemi". Si ce dernier peut même être qualifié de bon film, le résultat des deux n'a pas été exceptionnel au box office. En tout cas, les résultats ont été sensiblement inférieurs à celui de "L'incorrigible" sorti en 1975 et qui avait fait 2.5 millions d'entrées en France et surtout un triomphe en Allemagne avec pas moins de 4.2 millions de spectateurs.

    Alors évidemment, la tentation est plus de poursuivre la lignée des comédies et cet "Animal" semble être une suite plus ou moins directe de "L'incorrigible".

    L'équipe Christian FECHNER / Claude ZIDI vole de succès en succès et en 1976 ils ont réussi un fort beau pari avec le retour triomphal de DE FUNES avec  "L'aile ou la cuisse". Fort de ce succès les deux compères décident de s'offrir une Rolls du cinéma français, un peu en mal de succès au box office, avec Jean-Paul BELMONDO.

    Alors que BELMONDO sensible à cette attention pense mettre de l'argent au pot, Christian FECHNER va totalement financer un tournage haut de gamme où rien ne sera refusé à la production. Les choses vont être faites en grand avec un budget très important à l'époque de 25 millions de francs. Pour mettre toutes les chances de leur coté, Claude ZIDI et FECHNER vont servir la soupe à BELMONDO. L'acteur pourra faire place à BEBEL le cabotin, le Fregoli du cinéma français qui va vampiriser l'écran. Alors évidemment au niveau du scénario ça va taper assez bas. La production va s'offrir Michel AUDIARD qui a stoppé sa carrière de cinéaste pour revenir aux dialogues. D'ailleurs l'auteur avait fait un très beau travail sur "Le corps de mon ennemi". Cependant l'auteur sera assez déçu du résultat. Enthousiaste, il rédige un scripte certainement un peu acide tendance "Tontons flingueurs" qui voit la rivalité entre les deux personnages joués par BELMONDO aller assez lin. Claude ZIDI qui reconnait certains flottements dans le travail d'AUDIARD va édulcorer sérieusement le ton du film, qui devient assez inoffensif, tout public. Il ne reste que quelques dialogues communs d'Audiard (j'ai toujours trouvé que BELMONDO n'était pas le plus doué pour réciter du Audiard par rapport à BLIER, GABIN et surtout VENTURA...) mais du moins le nom très vendeur du dialoguiste figure en bonne position sur l'affiche.

    BELMONDO insiste pour que ses copains habituels participent au tournage. Nous retrouverons donc l'inévitable Charles GERARD, Mario DAVID, Julien GUIOMAR retrouvent Aldo MACCIONE choisi par la production pour le marché Italien, mais aussi Claude CHABROL, Johnny HALLYDAY, Jane BIRKIN, Dany SAVAL....    

    Vladimir COSMA très en vogue à l'époque et compositeur attitré des productions FECHNER/ ZIDI propose une bonne partition primesautière, très années 70.

    Au niveau de la star féminine, FECHNER veut rééditer le coup de Jacqueline BISSET pour "Le magnifique" te s'offre la star Raquel WELCH. Enfin star, pas au niveau du box office. C'est bien vu, car l'actrice n'est plus une grande valeur au Box Office américain, ce n'est pas Barbra STREISAND ou Goldie HAWN les reines du BO US de l'époque. Elles se cantonne à quelques séries B et est passé depuis quelque temps à la chanson et aux shows télé. Mais le public français l'ignore, et elle reste officiellement en France le sex symbole mondial et apparait dans les pages glacées des Paris Match and Co. Du reste, son nom est toujours évocateur du star system hollywoodien et l'actrice de 36 ans est toujours aussi sublime et possède un corps exceptionnel. Elle ne refuse donc pas de figurer avec BELMONDO dans cette superproduction française. Aux USA la modeste promotion du film se fera entièrement sous son nom au détriment de BELMONDO. C'est de bonne guerre.

    L'actrice qui joue un peu sa star, sera vite remise sur les rails par BELMONDO lui-même. L'équipe du film décrit une femme finalement fort abordable et qui mangeait à la cantine avec tout le monde. D'ailleurs un membre du tournage va oser draguer la belle, et bingo, deviendra son mari. Comme quoi, je l'ai toujours dit, quand vous voyez une femme superbe, tentez votre chance, sur un malentendu cela peut marcher.    

    Au niveau du film lui même, BELMONDO va s'en donner à cœur joie et boire la bonne sousoupe qui lui est proposée à larges lampées. L'acteur cabotine, éructe, se secoue avec joie. On le voit tout à tour en costume qui ne manque pas de rappeler celui de l'affiche de "L'incorrigible", jouer au gogolito tout comme "L'incorrigible", se vêtir d'un costume de gorille ridicule pour faire des animations dans les supermarchés. Clou du film, il interprète un double rôle, un peu comme dans "Le magnifique". L'occasion d'interpréter un acteur gay et pleutre. Une prestation qui n'a rien à envier à un Michel SERRAULT de "La cage aux folles". 

    Raquel WELCH qui n'est pas la meilleure actrice du monde, parvient à tirer son épingle du jeu, c'est une sacrée pro qui sait jouer avec son outil principal, un physique  parfait, en tout cas elle sait jouer la comédie. Pas facile de se faire une place avec un tel mangeur d'espace.

    Ca sent la bonne ambiance sur le tournage et les copains semblent ne pas subir de pressions particulières, même si l'ensemble sent bon le niveau zéro de l'acting (Il faut dire qu'avec Aldo MACCIONE dans les parages...)

    BELMONDO adore les cascades, alors FECHNER va le gâter. Pas moins de 25 cascades au programme et tout le gratin des cascadeurs autour de BELMONDO qui tient à en assurer lui même une majorité. Clou du film, une magnifique scène aérienne ou BELMONDO prouve qu'il a quand même les bonbons bien accrochés, il faut le faire. Dans une autre scène, BEBEL à affaire avec un  tigre très aimant. Malgré toute la préparation nécessaire, on sent bien que l'acteur fouette un peu, la belle bête joue un peu à lui mâchonner l'oreille. C'est donc le corps martyrisé par les cascades que l'acteur informe qu'il va arrêter les frais pendant un moment.

    Si "L'animal" n'est pas un grand film (il y a une intrigue ?) l'acteur trouve ici un écrin superbe, une quintessence de son cinéma de distraction. C'est tout pour lui et la production ne lui a jamais donné autant de moyens. 

    Au niveau de la promotion, René CHATEAU sort la grosse cavalerie et la campagne d'affichage est imposante; Cela fait déjà de longues semaines que "Le film français" contient des encarts impressionnants pour lancer le film.

    C'est que l'enjeu est grand. Le film va sortir pour le mois d'octobre, un mois primordial, et va devoir affronter une énorme concurrence. Il convient de faire sauter le Box office dès la sortie du film.

    Sans surprise, le film fait une superbe première semaine à Paris en égalant le score de "Peur sur la ville". Une brillante semaine, cependant un peu en deçà de celle de "L'aile ou la cuisse". La semaine suivante le film doit affronter le retour en pleine forme de James BOND avec "L'espion qui m'aimait" qui bat son record de la première semaine. "L'animal" limite les dégâts et résiste bien. La semaine suivante ce n'est rien de moins que "La guerre des Etoiles" qui entre triomphalement en tête du box office, et "L'animal" accuse un peu le coup. Heureusement les vacances scolaires permettent au film de réaliser une superbe 4ème semaine en passant de nouveau la barre des 100 000 entrées. Malgré cette concurrence de poids, "L'animal" réussit son pari et passe haut la main la barre des 3 millions de spectateurs, soit près du double que "Le corps de mon ennemi". BELMONDO est relancé au box office et autre bonne nouvelle, le film passe les 3 millions de spectateurs en Allemagne, où l'acteur est une sacrée star. Ces bons chiffres qui impose l'acteur en tête du box office français vont causer une rupture définitive avec des productions aux ambitions artistiques. Désormais, c'est le produit BEBEL qui va être mis en valeur pour poursuivre une belle carrière au box office.

    Alors que reste-t-il de "L'animal" 35 ans après. Un film mauvais certes, mais un souvenir impérissable pour les quarantenaires qui ont découvert enfants le film dans les salles en 1977. Le film reste un souvenir indélébile, bien ancré dans son époque dont il est un parfait produit rutilant, certes, mais un peu vain.


     

    CATEGORIE

    RANG

    NOMBRE

    SALLES

    ENTREES FRANCE

     

    3 157 389

     

    ENTREES PARIS

     

     

     

    ENTREES BANLIEUE

     

     

     

    ENTREES PARIS BANLIEUE

     

    729 409

     

    Détail entrées Paris

     

     

     

    1ère semaine

    1

    183 832

    25

    2ème semaine

    2

    122 261

     

    3ème semaine

    3

    89 764

     

    4ème semaine

    3

    107 563

     

    5ème semaine

    4

    59 116

     

    6ème semaine

    7

    53 937

     

    7ème semaine

    8

    28 863

     

    8ème semaine

    12

    25 171

     

    Nombre de semaines Paris

     

    15

     

    Moyenne salles Paris 1ère sem

     

    7 353

     

    1er jour Paris

     

     

     

    Budget

     

    25 MF 

     

    Box office annuel Allemagne

    5

    3 150 000

     

    Box office annuel Espagne

     

    517 218

     

    Box office annuel Italien

     

     

     

    Cote du succès

     

    * * * *

     

     

    L'ANIMAL BOX OFFICE

     

     

    vlcsnap-2011-10-12-14h28m16s99.png

     

    L'ANIMAL - JEAN PAUL BELMONDO

     

    RAQUEL WELCH - L'ANIMAL

     

    vlcsnap-2011-10-12-14h34m00s209.png

     

    vlcsnap-2011-10-12-14h34m14s94.png

     

    vlcsnap-2011-10-12-14h34m30s2.png

     

    vlcsnap-2011-10-12-14h34m54s235.png

     

    vlcsnap-2011-10-12-14h35m06s99.png

     

    JEAN PAUL BELMONDO - L'ANIMAL

     

    vlcsnap-2011-10-12-14h37m03s249.png

     

    vlcsnap-2011-10-12-14h38m27s64.png

     

    vlcsnap-2011-10-12-14h39m43s57.png

     

    vlcsnap-2011-10-12-14h39m46s86.png

     

    RAQUEL WELCH - BOX OFFICE

     

    vlcsnap-2011-10-12-14h43m41s131.png

     

    vlcsnap-2011-10-12-14h43m51s229.png

     

    vlcsnap-2011-10-12-14h44m02s89.png

     

    vlcsnap-2011-10-12-14h44m28s91-copie-1.png

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     AFFICHE SUEDOISE

     

     

    ANIMAL-SUEDE.jpg

     

     

     

     ....

    .

    « FLIC OU VOYOU - JEAN PAUL BELMONDO BOX OFFICE 1979LE CORPS DE MON ENNEMI - JEAN PAUL BELMONDO BOX OFFICE 1976 »
    Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    Tags Tags : , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :