• JAMAIS PLUS JAMAIS -NEVER SAY NEVER AGAIN - SEAN CONNERY BOX OFFICE 1983

     

    JAMAIS PLUS JAMAIS

    ( NEVER SAY NEVER AGAIN)

    7 OCTOBRE 1983 (USA)

    30 NOVEMBRE 1983

     

    JAMAIS PLUS JAMAIS -NEVER SAY NEVER AGAIN - SEAN CONNERY BOX OFFICE 1983

     

    • Réalisation : Irvin Kershner
    • Scénario : Lorenzo Semple Jr
    • Décors : Stephen B. Grimes
    • Photographie : Douglas Slocombe et Paul Beeson
    • Musique : Michel Legrand
    • Production : Jack Schwatzman
    • Sociétés de production : Taliafilm, Warner Bros., PSO International et Woodcote
    • Société de distribution : Warner Bros. Pictures
    • Pays d'origine : Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni / Drapeau des États-Unis États-Unis / Allemagne de l'Ouest Allemagne de l'Ouest
    • Langues originales : anglais, français, espagnol et arabe
    • Format : couleurs - 35 mm - 2,35:1 - son Dolby
      • Copies 70 mm - 2,20:1 - Son stéréo 6 pistes
    • Genre : espionnage, action
    • Tournage : 27/09/82 - ?
    • Distribution France : UGC
    • Durée : 133 minutes

     

    • Sean Connery (VF : Jean-Claude Michel) : James Bond 007
    • Klaus Maria Brandauer (VF : Lui-même) : Maximilian Largo
    • Kim Basinger (VF : Dorothée Jemma) : Domino Petacci
    • Barbara Carrera (VF : Évelyne Séléna) : Fatima Blush
    • Max von Sydow (VF : Roland Ménard) : Ernst Stavro Blofeld
    • Bernie Casey (VF : Emmanuel Gomès Dekset) : Felix Leiter
    • Alec McCowen (VF : Roger Carel) : « Q » Algernon
    • Edward Fox (VF : Jean Roche) : « M »
    • Pamela Salem (VF : Martine Messager) : Miss Moneypenny
    • Rowan Atkinson (VF : Marc François) : Nigel Small-Fawcett

     

     

     

    SYNOPSIS

    Le "Spectre", organisation terroriste internationale, détourne deux bombes H et menace de les faire exploser si une colossale rançon n'est pas payée. Largo, agent exécuteur du "Spectre", les a dissimulées quelque part dans le monde. Pour les récupérer, "M", chef des Services secrets britanniques, rappelle James Bond. Suivant une piste, l'agent 007, se rend aux Bahamas où l'attend une tueuse acharnée à sa perte, Fatima. Séduisant ses victimes avant de les tuer, elle invite Bond à une promenade sous-marine dans une vieille épave. Bond est attaqué par une meute de requins téléguidés. Pistant Largo, Bond se rend sur la Côte d'Azur. Il y fait la connaissance de la protégée de Largo, Domino, et lui apprend que son protecteur vient de faire éliminer le frère qu'elle attend. Le duel est engagé entre les deux hommes : d'abord dans une réception de bienfaisance puis à bord du bateau de Largo. Fatima va chercher à tuer 007 et y perdra la vie après une course poursuite à moto. Bond traquera Largo jusque dans une grotte où est cachée la dernière bombe.

    ANALYSE ET BOX OFFICE

    En 1982 la situation est objectivement pas très folichonne pour Sean CONNERY. Quelques uns de ses derniers films ont été des flops très nets comme "Meurtres en direct" qui est passé totalement inaperçu, " 5 jours ce printemps là" fort joli film qui a bénéficié de bonnes critiques, mais sans dépasser un succès confidentiel. Si on ajoute les nanars comme "Meteor" ou "Cuba", c'est pas fameux fameux tout cela, malgré un passage remarqué sur "Bandits bandits". Vraiment pas de quoi justifier les cachets de l'acteur qui risque à 50 ans de passer pour un total has been dans ces années 80. On le sait le passage d'une nouvelle décennie est toujours cruciale pour un acteur qui doit se remettre en question régulièrement. Et puis Sean CONNERY qui a dévoilé très tôt une sévère calvitie arbore avec sa moustache une apparence assez lointaine avec celle de James BOND, personnage qui l'a rendu riche et célèbre dans le monde entier.
    Tiens, parlons en de James BOND. Roger MOORE qui a repris le flambeau depuis 1973, prépare son sixième BOND: "Octopussy". L'acteur qui affiche allègrement ses 56 printemps au compteur est déjà un peu loin du fringuant Brett SINCLAIR de la série "Amicalement vôtre". Même s'il est pas mal conservé, il faut reconnaitre qu'il conduit la saga des BOND vers une issue assez pathétique. Car c'est pas vraiment un athlète notre ami Roger. Après un "Moonraker" qui avait relancé la franchise vers les cimes du Box office mondial, "Rien que pour vos yeux" et son rythme pépère m'avait  déjà légèrement assoupi . Les choses ne s'arrangent pas en 1983 quand sort "Octopussy". Ce BOND que j'ai gentiment renommé "Octopoussif" s'est certainement révélé être un souvenir douloureux pour les spectateurs du Grand REX qui ont partagé la séance en ma compagnie. En effet difficile pour eux de se concentrer sur le film, tant mes ronflements sonores hantent encore les murs de cet illustre cinéma parisien. De plus le spectacle du léger écoulement de bave s'échappant de mes lèvres durant mon profond sommeil, ne devait pas être à mon avantage. Car comment ne pas sombrer dans un profond coma devant le spectacle de ce BOND bonne pomme qui accompli pépère sa mission et doit combattre un ennemi aussi dangereux que notre bon vieux Louis JOURDAN national. Ceci étant c'est normal, car "Octopussy" n'est-il pas un film pour les octogénaires comme son titre l'indique ? Bref, la saga des BOND se poursuit mollement.
    Et pourtant en coulisse, le tournage s'est fait sous tension. Pourquoi ? Parce que durant le tournage d' "Octopussy" un BOND "pirate" est en tournage. Il faut remonter à 1959 quand Ian FLEMING qui a commencé à écrire régulièrement quelques BOND travaille avec un certain Kevin McCLORY sur l'écriture d'un livre intitulé "Longitude 78 Ouest". Finalement FLEMING va publier le roman en tant que BOND sous le titre "Opération Tonnerre". Justement ce livre devait être le premier épisode de James BOND au cinéma, mais les deux producteurs Harry Saltzman et Albert Broccoli ont décidé d'adapter "Dr No" avec le succès que l'on connait.
    Mais devant le succès de la franchise, Kevin McCLORY annonce qu'il va faire réaliser "Opération tonnerre" par lui même car il possède les droits du livre. Evidemment avec un pourcentage de 20% sur les bénéfices du film "officiel", les deux producteurs parviennent à convaincre McCLORY de ne pas produire de remake avant 10 ans et de céder les droits sur certains personnages dont Blofeld qui fera de fait sa dernière apparition dans la saga en 1971 dans "Les diamants sont éternels".
    Saltzman parti de "EON productions", Broccoli reste seul aux commandes de la franchise et monte "L'espion qui m'aimait" qui doit la remettre à flots. Avec la MGM il doit se battre juridiquement contre McCLORY qui tente de monter un série télévisée dont James BOND doit être le héros. Ce dernier possède toujours les droits d' "Opération tonnerre" et Broccoli, à sa grande crainte voit se développer en parallèle un projet de film basé sur le roman. McCLORY parvient à mettre sur pied la production d'un BOND. A l'aide d'un montage financier basé sur plusieurs sociétés dont Warner Bros, il lance la réalisation du film avec un budget équivalent à un BOND habituel. Le grand coup de chance du producteur est de convaincre Sean CONNERY de reprendre le rôle de BOND, véritable pied de nez à Broccoli. Evidemment l'acteur va bénéficier d'un cachet plus que confortable pour reprendre son smoking et va trouver l'opportunité de remonter sa côte au box office. De bonne grâce et de façon transparente , il va arborer une moumoute, raser sa moustache, et repasser par les salles de sport et, mis à part quelques rides marquées, on retrouve presque notre 007 intact. De plus, c'est un cas unique où un acteur va jouer le remake d'un de ses films dans la peau du même personnage.  Le reste du casting fait appel à une jeune génération d'acteurs de bonne qualité. Klaus Maria BRANDAUER est un acteur côté à l'époque, Max Von SYDOW qu'on ne présente plus sera un Blofeld conforme à l'imagerie des BOND. La jolie starlette Barbara CARRERA jouera une tueuse cougar, mais la plus grande trouvaille de la production sera de proposer le rôle de Domino à l'incendiaire Kim BASINGER, une beauté dont on reparlera. Du coté de la réalisation, c'est Irvin KERSHNER, le réalisateur de "L'empire contre-attaque" le meilleur épisode de la saga "Star wars" qui est au manettes, garantissant la réussite de l'entreprise. On avouera que c'est un casting d'un très bon standing qui est un peu plus pêchu que celui des BOND version officielle.
    Malgré la pression juridique qu' impose Broccoli et EON productions sur McCLORY, le tournage se déroule bien. Mieux, Roger MOORE qui entretient de bonne relations avec Sean CONNERY déclare n'en pas vouloir du tout à ce dernier. Le public décidera. Après tout, deux BOND a un mois d'écart c'est plutôt sympathique pour le spectateur.
    Ce qui frappe à la vision du film c'est le véritable parti pris de se moquer de l'âge de 007 et mieux, d'en faire une force. A la cinquantaine passé, 007 se fait secouer par sa hiérarchie. Il se fait vieux selon eux. Alors il est vrai que par inadvertance, lors d'une mission d'entraînement il se fait tuer par traîtrise par l'otage qu'il vient de libérer. Une faute d'inattention, voire de "jeunesse". Et en plus pour y arriver il a décimé une véritable petite armée à lui tout seul. BOND n'en a cure, cela le fait bien rire. Il faut dire qu'il a bonne allure notre agent secret préféré. CONNERY est grand, svelte et toujours aussi altier dans ses déplacements.
    La cure de remise en forme de BOND, décidée par "M", tourne en bonne blague. Il taquine les infirmières sur la puissance de son jet d'urine et ne manque pas de proposer à une autre, très jolie, de la bonne chair made in France qu'il a dissimulé dans sa valise. Car BOND est devenu un épicurien. Sans doute dû à son existence périlleuse il compte bien profiter de la bonne vie et reste toujours un séducteur impénitent. Il découvre par hasard des choses pas très catholiques dans une chambre voisine et devra par la suite se battre avec un colosse bien décidé à l'éliminer au sein de la maison de repos. Après avoir mis l'établissement  feu et à sang au cours d'un très beau combat BOND élimine son adversaire en lui lançant le contenu d'un flacon sur son visage qui semble le brûler comme l'acide, il s'agit en fait de l'urine de BOND. Un beau gag qui révèle le coté comédie du film, mais qui ne gâche pas le plaisir du spectacle bien au contraire. Nous faisons connaissance de Fatima Blush redoutable tueuse du SPECTRE adepte des serpents venimeux dont les tenues vestimentaires très mode ne passent pas inaperçues. Très imbue de sa personne elle cherchera au cours d'une scène explosive à faire avouer à BOND (un peu sous la menace), séducteur connu mondialement, qu'elle est un coup exceptionnel. Barbara CARRERA actrice découverte à la télévision dans la série "Colorado" trouve là un de ses seuls rôles reconnus au box office, un rôle sauce piquante, caramba !
    Comme dans la version originale, Largo est l'ennemi principal de BOND. Ici, pas de bandit borgne version Adolfo Celi, mais le très séduisant Klaus Maria BRANDAUER qui est un vrai gentleman. Cependant il possède un talon d'Achille en la personne de Domino jouée par Kim BASINGER. Très jaloux de cette beauté, celle-ci sera mise à mal car elle succombera bien sûr au charme de notre quinua préféré. Rarement une James Bond girl aura autant exposé ses charmes à l'écran. Nous assistons aussi au retour de Blofeld et de son chat persan, incarné de façon conventionnelle par Max Von SYDOW dont le physique émacié et inquiétant se prête bien à l'incarnation du terrible chef du SPECTRE. 
    Le film ne manque pas de scènes d'action conventionnelles, certes, mais bienvenues. Pour une fois,007 ne sacrifie pas aux cascades en voiture, mais utilise une moto. Il peut aussi utiliser le cheval où les compétences de l'acteur sont très utiles. Signe que la production désire se démarquer des productions un peu "old school" de la franchise officielle, une bataille entre BOND et Largo a lieu par l'intermédiaire d'une sorte de "table console vidéo", séquence intéressante mais qui fait un peu désuète aujourd'hui. Bien sûr à l'instar de la version originale, des séquences sous marines sont bien présentes, mais elles sont quand même moins bien réalisées que celles de la version de Terence YOUNG qui étaient vraiment une prouesse technique à l'époque. BOND utilise aussi son célèbre "Jet Pack" vu dans la version originale. Signalons aussi la présence gaffeuse du jeune Rowan ATKINSON déjà acteur farfelu qui annonce son futur "Mister Bean".
    Le cahier des charges est bien rempli et cette production n'a rien à envier à un BOND "classique" surtout que l'humour et les dialogues rendent le film très agréable à voir et bien sûr la présence de Sean CONNERY fait tout passer. La dernière image du film le voit faire un clin d'œil aux spectateurs, cette fois ci, c'est la bonne, Sean CONNERY ne sera plus jamais 007.
    Aux USA le film procure à Sean CONNERY son premier numéro un au Box Office depuis "Le crime de l'Orient express". Il reste trois semaines en tête et finit dans le top 15 annuel, un résultat proche d '"Octopussy".                                     
    La promotion du film est très importante et les affiches choc fleurissent sur Paris, alors qu'"Octopussy" vient juste de finir sa carrière. Le magazine "Starfix" fait sa couverture sur le film et salue le retour du "vrai" BOND. Je me souviens aussi du magazine "playboy" US qui montrait Kim BASINGER nue ce qui faisait une promotion intéressante. Alors que la concurrence est très rude en cette fin d'année 1983, en particulier avec "Les compères" le film prend une superbe première place à Paris en approchant les 300 000 entrées, ce qui signe le record d'un film avec Sean CONNERY depuis "James BOND"...c'est dire. Le film obtient un bon bouche à oreille et va finir également très proche d'"Octopussy" et échouer aux portes du top 10 annuel français. Au niveau mondial le film marche également très fort.
    A la grande colère de la société EON "Jamais plus jamais" aura été un très gros succès mondial. Pour Sean CONNERY en dehors d'un gros chèque rien de mieux que ce grand succès pour repartir de plus belle pour une seconde carrière pleine de surprises. Car, désormais la vidéo a permis à une jeune génération de découvrir les James BOND avant Roger MOORE, et surtout de faire connaître l'acteur. résultat, de jeunes réalisateurs européens vont faire appel à lui : Russel MULCAHY, Jean jacques ANNAUD et plus tard aux USA, Brian DE PALMA....
    Le film aura aussi permis à Kim BASSINGER de devenir un sex-symbol. Sa fulgurante beauté va en faire une actrice appréciée pour sa plastique à défaut d'avoir de très grands rôles, hélas.
    McCLORY va bien tenter de faire un remake du remake, mais cette fois EON productions est sur ses gardes. Pour les fans de la saga des BOND, ce film est un peu un vilain petit canard qui a osé se mêler à la version officielle, et pourtant cette épisode est un des meilleurs e la série.   
    Pour terminer voici quelques répliques cultes issues du film:

     
    1 - Bond : Avec tout le respect que je vous dois, je me prête à votre petit jeu depuis deux semaines, et je n'ai été tué qu'une fois.
    M : Deux fois ! Vous avez déjà oublié cette mine sur la plage de la Mer Noire ?
    Bond : Désolé, j'ai perdu les deux jambes, mais je n'ai pas été tué


    2- M : Trop d'éléments subversifs, c'est là tout votre problème.
    Bond : Trop d'éléments subversifs ?
    M : Oui, il y a des toxines qui détruisent l'esprit et le corps humain. Quand on mange trop de viande rouge, de pain blanc et qu'on boit trop de martini dry.
    Bond : Vous avez raison, je devrais arrêter le pain blanc.

    3-Infirmière : Monsieur Bond ? On doit vous faire une analyse d'urine. Voudriez-vous remplir ce gobelet?

    Bond : D'ici ?

    4-Fatima : Oh, je suis impardonnable ! Je vous ai tout mouillé !
    Bond : Oui, mais mon martini est resté sec.


    5-Fatima : Vous savez que faire l'amour avec Fatima a été le plus grand plaisir de toute votre vie !
    Bond : Hé bien, pour être parfaitement honnête, j'ai connu une fille, à Philadelphie...
    Fatima : La ferme ! C'est moi la meilleure !
    Bond : Oui. Oui, vous avez raison. En fait, je... je pensais vous mettre dans mes mémoires en numéro un.
    Fatima : Alors, écrivez : "Les minutes où j'ai pris le plus de plaisir de ma vie se sont passées à bord d'un bateau à Nassau avec Fatima Blush. Signé, James Bond, agent 007."
    Bond : Tout à coup, je me rappelle. Il est interdit par le règlement de délivrer un certificat de bons et loyaux services.
     

     

    CATEGORIE

    RANG

    NOMBRE

    SALLES

    ENTREES FRANCE

    11

    2 570 800

     

     

     

     

     

    ENTREES PARIS

    6

    779 306

     

     

     

     

     

    1ère semaine

    1

    278 389

    59

    2ème semaine

    1

    174 829

    60

    3ème semaine

    4

    92 309

    53

    4ème semaine

    7

    75 062

    42

    5ème semaine

    7

    73 475

    39

    6ème semaine

    12

    31 450

    24

    7ème semaine

    18

    12 478

     

           

    BOX OFFICE USA

    14

    55,5 M$

     

     

     

     

     

    1ère semaine

    1

    13,1 M$

    1550

    2ème semaine

    1

    9,5 M$

    1560

    3ème semaine

    1

    7,4 M$

    1552

    4ème semaine

    2

    4,9 M$

    1457

    5ème semaine

    1

    4,4 M$

    1231

    6ème semaine

    2

    3,3 M$

    1219

    7ème semaine

    4

    3 M$

    1045

    8ème semaine

    4

    3 M$

    1087

    9ème semaine

    4

    1,6 M$

    944

    10ème semaine

    7

    0,9 M$

    718

           

    Nombre de semaines Paris

     

    17

     

    Moyenne salles Paris 1ère sem

     

    4 718

     

    1er jour Paris

     

    39 087

     

    1er jour Paris 14 heures

     

    5 155

     

           

    Budget

     

    36M$

     

    Recettes Mondiales 1983

    4

    160,1 M$
    (350 M$ 2010)

     

    Box office annuel Allemagne

    5

    3 583 930

     

    Box office annuel Espagne

     

    1 437 553

     

    Box office annuel Italie

    11

     

     

    Box office annuel UK

    2

    4 sem n°1

     

    Cote du succès

     

    * * *

     

     

    SORTIE DU FILM EN 1983 AU JOURNAL TELEVISEE ANTENNE 2

     

     

     

      SEAN CONNERY JAMAIS PLUS JAMAIS

    vlcsnap-2012-01-06-14h17m55s36.png

    JAMAIS PLUS JAMAIS SEAN CONNERY

    BARBARA CARRERA JAMAIS PLUS JAMAIS

    vlcsnap-2012-01-06-14h19m31s224.png

    vlcsnap-2012-01-06-14h19m39s53.png

    vlcsnap-2012-01-06-14h20m21s215.png

    vlcsnap-2012-01-06-14h21m20s37.png

    vlcsnap-2012-01-06-14h23m41s165.png

    KIM BASINGER - JAMAIS PLUS JAMAIS

    ROWAN ATKINSON JAMAIS PLUS JAMAIS

    vlcsnap-2012-01-06-14h25m43s104.png

    vlcsnap-2012-01-06-14h26m57s77.png

    vlcsnap-2012-01-06-14h27m19s46.png

    vlcsnap-2012-01-06-14h28m18s124.png

    vlcsnap-2012-01-06-14h28m24s180.png

    vlcsnap-2012-01-06-14h30m24s103.png

    KIM BASINGER JAMAIS PLUS JAMAIS

    vlcsnap-2012-01-06-14h32m13s169.png

    vlcsnap-2012-01-06-14h33m11s232.png

    vlcsnap-2012-01-06-14h33m43s47.png

    vlcsnap-2012-01-06-14h34m42s125.png

     

      .

      

    « HIGHLANDER - BOX OFFICE SEAN CONNERY 1986CINQ JOURS CE PRINTEMPS LA - BOX OFFICE SEAN CONNERY 1983 »
    Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :