• BOX OFFICE FRANCE 1973 TOP 21 A 30

      TOP 10TOP 11 A 20TOP 21 A 30TOP 31 A 40TOP 41 A 50 - TOP 51 A 60

     

    FILM

    FRANCE

    PARIS

    REALISATEUR

    INTERPRETE

    INTERPRETE

     21

    ELLE COURT, ELLE COURT, LA BANLIEUE

    1 549 617

    600 711

    PIRES

    HIGELIN

    KELLER

     Une jolie petite Suissesse et son charmant mari cherchent à fuir l'atmosphère polluée et bruyante de la capitale. Ils visitent des appartements en banlieue: là on n'accepte ni les noirs, ni les juifs, ni les étrangers, ni les jeunes... là le papier se décolle, l'évier est mal posé..., là on entend un avion à réaction passer toutes les 30 secondes... En désespoir de cause, ils échouent dans une H.L.M. où la tranquillité se révélera relative. Lorsque Georges tape sur Marie au 4ème, c'est la maquette de Monsieur CRS au 3ème qui s'effondre. Lorsque Bernard a des envies de s'exercer sur sa batterie, c'est tout l'immeuble qui est au rythme de la pop'music. Heureusement on ne se gêne que relativement peu!... car tous les habitants de ces "ensembles" font sonner leurs réveils à la même heure, courent prendre le même train, font les mêmes 2 heures de trajet matin et soir, reviennent par le même train, mangent le même rôti en réclame au même supermarché, en regardant la même émission de télévision. Le samedi, Mesdames font toutes le ménage, la lessive, le repassage et le soir tous ces couples échangent les mêmes tendresses. Le dimanche, tout le monde va chez sa belle-mère... sauf ces deux-là: lui travaille de jour, elle travaille de nuit, ils se voient tous les jours, à 8 h 26, en gare de X. par les fenêtres de leurs trains respectifs, et le lundi! Cette course éternelle après la vie qu'ils ne peuvent plus saisir finit par mettre à bout les nerfs de Monsieur CRS qui se défoule sur les étudiants de Nanterre, de Georges qui se défoule sur sa femme, de sa femme qui se défoule avec un autre (en 35 minutes, entre deux trains), et de nos deux amoureux... qui n'ont plus le temps de s'aimer. Ayant évité de justesse la catastrophe, ils reviennent habiter à Paris le jour où, le rouage de la bureaucratie s'étant dérouillé par un drôle de hasard, Marlène obtient sa mutation à l'usine de Mantes!

     22

    PLEURE PAS LA BOUCHE PLEINE

    1 529 868

    334 336

    THOMAS

    MENEZ

    CECCALDI

    PLEURE PAS LA BOUCHE PLEINE Dans un village du Poitou, autour de la maison d'un menuisier, la vie coule lentement à l'écart du vacarme et des conflits incessants des grandes cités. Nous sommes au début de l'été. L'année scolaire est finie, et les vacances commencent. Annie, fille du menuisier, a pour petit ami Frédéric, très bien vu du père, et qu'elle connaît depuis son enfance. Leurs rapports sont purement platoniques et le jour où elle veut se donner à lui il refuse car le lendemain il doit participer à une course de vélo. Peu de temps après, il reçoit sa feuille de route et doit partir au service militaire. Annie fait la connaissance d'Alexandre, jeune snob qui a fait ses études à Paris et possède une voiture de sport. Le père ne voit pas d'un bon oeil cette nouvelle relation de sa fille. Mais Alexandre, quoique toujours un peu ridicule, est cependant sympathique et poli. Annie se donnera à lui, curieuse d'avoir ainsi sa première expérience. Mais elle n'aime pas Alexandre et c'est avec Frédéric qu'elle reprendra sans doute plus tard une tendre et amoureuse relation.

     23

    JE SAIS RIEN MAIS JE DIRAIS TOUT

    1 485 350

    390 685

    RICHARD

    RICHARD

    BLIER

     Pierre Gastié-Leroy a la vocation d'éducateur social, ce qui n'est pas du goût de sa famille : son père dirige en effet une usine d'armement militaire, ses oncles ont fait de brillantes carrières sous les drapeaux, ou dans l'Église. Pierre, n'ayant pas eu la reconnaissance de ses protégés, se retrouve en prison à leur place, et réussit à en sortir grâce aux relations paternelles. Il accepte donc de travailler à la section du personnel de l'usine familiale. Il fait alors la connaissance d'une infirmière, plus décontractée que Laurence, fille du général présentée par ses parents. Mais Pierre s'attire aussi dans l'usine les pires catastrophes et provoque même la colère des ouvriers, à qui il reproche d'accepter de fabriquer des armes. Ses trois protégés sont embauchés à l'usine et manifestent un zèle excessif pour endormir la confiance patronale. Ils réussisent ainsi à voler 499 chars de guerre qu'ils revendent à bas prix ! Les soucis de Pierre sont compensés cependant par la joie qu'il éprouve en voyant l'usine détruite, lors d'une démonstration de fusées missiles !

     24

    LE CREPUSCULE DES DIEUX

    1 380 846

    587 964

    VISCONTI

    BERGER

    SCHNEIDER

    LUDWIG Le jeune Ludwig, à 19 ans, devient roi de Bavière. A cette époque, c'est un être plein de bonnes intentions et de rêves enthousiastes qui souhaite s'entourer de conseillers émérites et de célèbres artistes. Hélas, son règne de vingt années va être une suite ininterrompue de déceptions. Il aide d'abord Wagner à représenter ses opéras tels qu'il les conçoit. Il l'héberge et lui donne tout l'argent dont il a besoin. Mais Wagner n'éprouvera jamais pour Ludwig une véritable amitié. Il l'exploite et charge sa maîtresse, la femme du chef d'orchestre, de lui soutirer une pension. Bien que peut attiré par les femmes, Ludwig éprouve une passion sans espoir pour sa cousine, Elisabeth d'Autriche. Mais la raison d'état lui impose de se fiancer avec la jeune Sophie pour laquelle il ne ressent qu'indifférence et agacement. Il ne l'épousera jamais. Lors de la guerre contre la Prusse, Ludwig tente résolument d'ignorer le conflit et de se tenir à l'écart. Cela lui est vigoureusement reproché par l'un de ses officiers. Désormais, Ludwig devient l'esclave de ses faiblesses et de ses goûts anormaux. Son temps se passe dans la fréquentation d'artistes, en orgies paysannes et en retraites dans des châteaux fastueux et baroques qu'il se fait construire à grands frais. Ses ministres le destituent et l'arrêtent. Le considérant comme fou, ils l'internent dans une clinique psychiatrique en pleine forêt. Lors d'une promenade, Ludwig tuera son docteur et se suicidera.

     25

    LA BONNE ANNEE

    1 373 322

    560 967

    LELOUCH

    VENTURA

    FABIAN

    BOX OFFICE FRANCE 1973 TOP 21 A 30 Pour la nouvelle année, le directeur de la prison offre à ses pensionnaires une séance de cinéma: "Un homme et une femme". Cette histoire d'amour provoque une émeute au sein du groupe de prisonniers. Peu importe. Le directeur ne s'en offusque pas et se montre plus généreux, puisqu'il libère trois hommes... Simon rentre chez lui, s'aperçoit que sa femme l'a remplacé. Il repart donc et réveillonne seul dans une boîte à la mode. Un an plus tard, il gagne Cannes avec son compère Charles. Tous deux installés au Carlton observent la bijouterie Van Cleef et préparent minutieusement un hold-up. Mais Simon n'est pas insensible au charme de l'antiquaire qui tient boutique près de la bijouterie. Il délaisse quelque peu le hold-up et fait en sorte de lier connaissance avec Françoise. Charles a beau tempêter, Simon préfère dîner avec la jeune femme plutôt que d'observer les heures d'entrée et de sortie des employés de Van Cleef. Leur liaison est de courte durée. Puis, le hold-up rate. Les deux hommes sont remis en prison. Pourtant, six ans plus tard, Simon retrouvera Françoise...

     26

    LE SERPENT

    1 361 271

    411 490

    VERNEUIL

    BRYNNER

    FONDA

    BOX OFFICE FRANCE 1973 TOP 21 A 30 Une fin d'après-midi à Orly. Un ressortissant soviétique demande asile aux U.S.A. Il est intercepté par les services secrets français, qui espèrent en obtenir des renseignements. Après un essai de chantage raté, les Français doivent s'incliner, et le remettre à l'ambassadeur des U.S.A. Le colonel Vlassov pénètre donc au coeur de l'imposante machine qu'est la C.I.A. Il est soumis au détecteur de mensonges. Deux de ses réponses inquiètent la C.I.A. et un Anglais plein d'humour, mais qui ne laisse pas de nous inquiéter. Pour prouver sa bonne foi, le colonel dénonce un nombre important d'agents doubles dans différents pays d'Europe. Suit une série de suicides et de révocations de personnages importants du contre-espionnage. Le colonel soviétique serait parvenu, avec l'aide du "Serpent", à démanteler le contre-espionnage de l'Ouest, si le directeur de la C.I.A Davies n'avait pas démasqué, grâce à un stratagème astucieux, le fameux transfuge.

     27

    L'AFFAIRE DOMINICI

    1 359 946

    156 517

    AUBERT

    GABIN

    DEPARDIEU

    BOX OFFICE FRANCE 1973 TOP 21 A 30 Une petite fille anglaise, accompagnée de ses parents, rencontre un vieux paysan, occupé à faire paître ses chèvres. Ces personnes sont venues en pèlerinage à cet endroit d'où leur fils parachuté lors de la dernière guerre, n'est pas revenu. Et un geste du père à sa fille en direction du ciel, n'échappe pas au vieux Dominici. Les Anglais décident de passer, au bord de la route, une nuit qui s'annonce des plus inconfortables. Des personnages motorisés arrivent à la ferme tard dans la soirée. Une fusillade éclate en pleine nuit. On retrouve, le lendemain matin, les cadavres des trois touristes. Suivent les péripéties nombreuses et embrouillées de l'enquête, puis du procès. Les fils Dominici, soupçonnés, accusent leur père du triple assassinat. Celui-ci avoue, puis se rétracte. Le cadet se rétracte à son tour. Le vieux Dominici sera finalement condamné sans qu'apparaissent les preuves formelles de sa propre culpabilité.

     28

    R.A.S

    1 342 417

    324 617

    BOISSET

    BAUMER

    BROSSET

     BOX OFFICE FRANCE 1973 TOP 21 A 301956. Le contingent ne suffit plus pour assurer le quadrillage de l'Algérie. Des rappelés s'apprêtent à partir pour le front des opérations. Dans la gare de Dreux une manifestation est organisée pour empêcher leur départ. Ils y participent activement malgré l'intervention des gendarmes mobiles, mais ne peuvent empêcher le départ du train. En Algérie, les réfractaires dont le caporal Rémy March, les soldats Alain Charpentier et Raymond Dax sont envoyés au camp d'Aïn Sour, commandé par le lieutenant Keller. Brimades et vexations font que les trois garçons deviennent des amis bien que leur conception politique soit opposée: l'un est membre du Parti Communiste, l'autre Anarchiste, le troisième ne sait pas très bien. Première opération de la compagnie: ratissage et destruction totale d'un village. C'en est trop pour certains. Un déserteur est achevé sur l'ordre de l'adjudant-chef; devant un tel cynisme, Dax se révolte et, saisissant une mitraillette, abat le sous-officier de plusieurs rafales avant de se suicider. "Que doit-on inscrire sur le cahier de service? R.A.S." dit le lieutenant Keller sarcastique, "Mort au Champ d'Honneur"! L'Unité est dissoute et doit se rendre dans un "dépôt" du Sahara. Conduits par Charpentier, les réfractaires se livrent à un pillage en règle des réserves. Le laisser-aller gagne. Un matin, les parachutistes, dirigés par le commandant Lecoq, investissent le camp. Cheveux ras, uniformes neufs, nourriture abondante, camp impeccable, B.M.C. pour la distraction, tous apprennent maintenant à devenir "de bons Commandos". Embarqués sur un train, par petits groupes les paras sont envoyés en mission de reconnaissance. Au cours d'un accrochage, March est blessé. Un Détachement Opérationnel de Protection arrive pour l'interrogatoire "poussé" d'un prisonnier. March assiste impuissant à une séance de torture. Bouleversé, proche de la désertion, il tente de convaincre son ami Charpentier, partisan, lui, de la lutte collective. Charpentier est abattu dans une Mechta "pacifiée". De douleur, March vise et tue un fellagha. Félicité par ses camarades, il se détourne et s'éloigne, comprenant, alors, qu'il ne peut rien éviter, rien changer. Il est déserteur...

     REP  LE PONT DE LA RIVIERE KWAI  1 340 000    LEAN  GUINNESS  HOLDEN
    BOX OFFICE FRANCE 1973 TOP 21 A 30Le colonel Saïto commande un camp japonais de prisonniers de guerre en Birmanie lors de l'expansion de l'Empire japonais en Extrême-Orient durant la Seconde Guerre mondiale. Il reçoit dans ce camp perdu au milieu de la jungle un nouveau groupe de prisonniers britanniques, commandés par le colonel Nicholson. Il doit aussi faire construire un pont faisant partie de la voie ferrée de la mort et passant au-dessus de la rivière Kwaï, avec une échéance impérative : un train d'importance stratégique doit y passer. Le colonel Saïto décide donc de mettre à l'ouvrage ses prisonniers et exige du colonel Nicholson que même les officiers se mettent au travail. Le colonel Nicholson refuse ce dernier point, non conforme à la Convention de Genève sur les prisonniers de guerre. Saïto brime alors sévèrement Nicholson et met à l'épreuve sa résistance physique, espérant ainsi le forcer à céder. Nicholson ne cède pas, par principe. Tenant tête à ses geôliers, Nicholson inspire une grande admiration à ses hommes. Mais il voit aussi l'effet de la détention et ce travail forcé volontairement mal fait par sabotage sur les militaires dont il est responsable. Il parvient donc à un accord avec Saïto : le pont, mal conçu, sera construit sous son commandement et suivant ses plans. Il met au travail ses officiers, et constatant que le temps manque, convainc les malades et blessés de participer, allant ainsi au-delà de la demande initiale de Saïto. L'ouvrage productif et le but commun à atteindre par les Britanniques ont un effet très positif sur le moral des troupes. Nicholson a trouvé un moyen de remettre de l'ordre chez ses subordonnés et de leur donner un sentiment positif de fierté pour le travail accompli, alors qu'ils sont vaincus et prisonniers. En parallèle, un détenu américain, le commandant Shears, est parvenu à s'enfuir et fait part aux Alliés de la construction de ce pont. Cela les inquiète et on décide de renvoyer cet ancien prisonnier avec un commando pour plastiquer le pont dont il faut à tout prix empêcher la réalisation. Shears refuse de retourner dans l'enfer duquel il s'est échappé, mais il est rattrapé par son passé : il a usurpé son grade et son identité lors du naufrage de son bâtiment et il est découvert et contraint d'accepter la mission sous les ordres du major Warden. Le commando arrive sur place la nuit précédant le passage du train et met en place les explosifs sur le pont achevé la veille. Ils attendent alors l'aube, le but étant de faire sauter le train avec le pont. En attendant le passage du convoi, le colonel Nicholson aperçoit le dispositif de destruction, le niveau de la rivière ayant baissé durant la nuit. Perdant tout à fait de vue que la construction du pont sert l'ennemi dans une guerre qui dépasse les enjeux locaux, il prévient le colonel Saïto et provoque la mort du commando sauf le major Warden couvrant ses hommes. Le colonel Nicholson est mortellement blessé dans la fusillade, mais retrouve sa lucidité dans ses derniers instants, et dans son dernier souffle déclenche lui-même l'explosion en tombant sur la boîte de commande au moment où le train franchit le cours d'eau

     

     29

    CRIS ET CHUCHOTEMENTS

    1 330 796

    582 787

    BERGMAN

    ULLMANN

    ANDERSON

     BOX OFFICE FRANCE 1973 TOP 21 A 30Au début du siècle, quatre femmes, trois soeurs et leur servante, habitent une luxueuse demeure de campagne. Laissons Bergman nous parler de chacune d'elles. Agnès : « Aucun homme n'est entré dans sa vie. Elle souffre d'une maladie mortelle. Elle ne se plaint guère et adresse au Christ ses humbles espérances. » Karin : « Elle apparaît toujours irréprochable ; elle passe pour arrogante et d'un contact difficile (.). Une haine impuissante contre son mari et une rancoeur durable contre la vie. » Maria : « La benjamine, douce, enjouée, souriante. Sa seule règle est de plaire. » Anna, la domestique : « Son enfant est mort à trois ans. un lien entre Anna et Agnès est demeuré. Anna est très taciturne, très farouche. » Karin, Maria et Anna assistent à l'agonie et à la mort d'Agnès. Chacune de ces femmes a été déçue par la vie, y compris Maria qui n'a connu l'amour véritable qu'en dehors du mariage, avec son amant, un médecin. Après la mort d'Agnès, Anna relit le journal intime de celle-ci. Elle se souvient du bonheur passé qui n'a peut-être existé qu'en imagination.

     30

    LE SILENCIEUX

    1 324 969

    382 537

    PINOTEAU

    VENTURA

    MASSARI

    BOX OFFICE FRANCE 1973 TOP 21 A 30 L'accident minutieusement conçu s'était déroulé à merveille. Officiellement décédé à la suite d'une hémorragie cérébrale, le physicien soviétique Haliakov, enlevé, se retrouva au siège de la Military Intelligence en butte à un interrogatoire poussé. Car Haliakov s'appelait en réalité Clément Tibère, savant français "emprunté", en 1954, par les Russes à la suite d'une macabre mise en scène. Les Anglais posèrent à Tibère un ultimatum : sa vie en échange de l'identité de deux espions russes qui sévissaient dans leurs services. Après une nuit d'hésitations, Tibère finit par accepter le marché, tout en sachant que les Russes n'accepteraient pas si facilement sa prétendue mort. Ce qui arriva ! D'Angleterre en France, le K.G.B. poursuivit Tibère, lequel fuyait de maisons amies en cachettes, perdu dans ce pays depuis trop longtemps quitté. Il apprit la mort de son père, celle de son fils. Il parvint même à revoir sa femme, Marie, qui, le croyant mort, s'était remariée et vivait une existence où il n'avait plus de place... Pour sauver sa vie, Tibère parvint à envoyer à la D.S.T., alertée, les partitions du célèbre chef d'orchestre - en même temps espion - Boris Korodine, en tournée à Zurich, puis à Paris. Dans les notes, la D.S.T. découvrit des microfilms et arrêta le musicien. Dans le même temps, les Russes s'assurèrent de la personne de Tibère... Un échange fut organisé à l'aube d'un petit matin d'automne. Et nul, depuis ce jour, n'entendit plus jamais parler de Tibère...

     

     

    .

    « BOX OFFICE FRANCE 1973 TOP 31 A 40BOX OFFICE FRANCE 1973 TOP 11 A 20 »
    Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :