• TREMBLEMENT DE TERRE (EARTHQUAKE) - CHARLTON HESTON BOX OFFICE 1975

    TREMBLEMENT DE TERRE

    (EARTHQUAKE)

    12 FÉVRIER 1975

     

     

     

    • Titre : Tremblement de terre
    • Titre original : Earthquake
    • Réalisation : Mark Robson
    • Scénario : George Fox et Mario Puzo
    • Production : Mark Robson
    • Société de production : Universal Pictures
    • Photographie : Philip Lathrop
    • Musique : John Williams
    • Montage : Dorothy Spencer
    • Effets spéciaux : Frank Bendel et Jack McCasters
    • Budget : 7 millions $ (estimation)
    • Pays d'origine : Drapeau des États-Unis États-Unis
    • Langue : anglais
    • Format : couleurs Technicolor - ratio 2,35:1 Cinémascope
    • Genre : catastrophe, drame
    • Durée : 123 minutes
    • Dates de sortie :
      • Drapeau des États-Unis États-Unis : 15 novembre 1974
      • Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni : 28 novembre 1974
      • Drapeau de la France France : 12 février 1975

     

    • Charlton Heston (VF : Raymond Loyer) : Stewart Graff, architecte
    • Ava Gardner (VF : Paule Emanuele) : Remy Royce-Graff, fille de Sam et épouse de Stewart
    • George Kennedy (VF : André Valmy) : Sgt. Lew Slade, officier de Police
    • Lorne Greene (VF : Raoul Curet) : Sam Royce, PDG d'une société de construction
    • Geneviève Bujold (VF : Brigitte Morisan) : Denise Marshall, jeune comédienne, devient la maîtresse de Stewart
    • Richard Roundtree (VF : Med Hondo) : Miles Quade, cascadeur amateur
    • Marjoe Gortner (VF : Jacques Ferrière) : Jody Joad, commerçant puis militaire réserviste
    • Barry Sullivan (VF : Jacques Berthier) : Dr. Willis Stockle, sismographe
    • Lloyd Nolan (VF : Jean-Henri Chambois) : Dr. James Vance, docteur en médecine
    • Victoria Principal (VF : Sylvie Feit) : Rosa Amici, jeune femme sexy
    • Walter Matthau (VF : Jacques Hilling) : l'ivrogne

     

    SYNOPSIS

    Ce matin-là, les habitants de Los Angeles croient que commence une journée semblable aux autres. Stewart Graff, ingénieur en chef d'une entreprise de construction, vient une nouvelle fois de se disputer avec sa femme. Le policier Lew Slade et son adjoint Chavez poursuivent un chauffard. Au même instant, la terre se met à trembler légèrement. Deux scientifiques, le docteur Willis Stockle et l'étudiant Walter Russell, sont persuadés que cette secousse n'est que le prélude à un tremblement de terre beaucoup plus important dans les prochaines heures...

     

    ANALYSE

    Le succès surprise de "L'aventure du Poseidon" plus gros succès de l'année 1973 au box office américain a bien sûr donné des idées à la concurrence et suscité des convoitises. Irwin Allen le producteur du "Poseidon" a déjà mis en route un autre film catastrophe "La tour infernale"et  le studio Universal compte bien mettre en route son propre film catastrophe "Earthquake" (Tremblement de terre en vf), un vieux projet qui trainait sur leur bureau depuis des années avec l'objectif de le sortir sur les écrans avant "La tour infernale" histoire de profiter de la mode du genre avant qu'elle ne s'essouffle. En parallèle le studio développe un projet de film centré autour d'un requin tueur que nous évoquerons plus tard. Pour mettre toutes les chances de leur coté et de faire du film un évènement, un mode sonore accompagnera la projection, le "sensurround". Pour schématiser c'est la diffusion de basses fréquences à divers endroits de la salle à l'instar d'un caisson de graves qui équipe les installation home cinéma actuelles afin de faire trembler les sièges des spectateurs. Bien sûr il faudra équiper les salles en haut parleurs supplémentaires ainsi qu'un système de gestion des pistes sonores ce qui va induire un investissement important pour les quelques salles qui le diffuseront mais qui seront théoriquement compensées par un afflux de spectateurs. Seuls 5 films utiliseront le sensurround. A la fin de son exploitation 300 salles dans le Monde l'auront diffusé "Earthquake" en sensurround. Sorti le 18 juin 1976 "La Bataille de Midway" sera aussi diffusé sur un parc de 300 salles en sensurround puis "Le toboggan de la mort" le 10 juin 1977 bénéficiera de 400 salles équipées, enfin "Galactica la bataille de l'espace" et "Galactica les cylons attaquent" seront les derniers films à en bénéficier. Concernant "Earthquake" le film comprend 5 passages en sensurround pour un total de 17 minutes. Bien sûr ce système est aujourd'hui dépassé car désormais le must est de découvrir un film en 4DX, mais une vidéo "you tube" permet de voir l'effet ressenti en sensurround car le système a été recrée par une équipe de passionnés. 

    Mais l'argument marketing ne fait pas tout, même s'il se révèlera essentiel, il faut tout de même fagoter un vrai film. Mario Puzo l'auteur du "Parrain" est embauché et livre un script un peu longuet qui s'attarde sur la psychologie des personnages, au final Puzo se consacrera rapidement au script du "Parrain 2" et George Fox en livrera un plus efficace. L'expérimenté Mark Robson, rompu à tous les genres cinématographiques coproduit le film et le réalise. Il reste à trouver la star du film qui n'est qu'autre que Charlton Heston tout juste sorti du cockpit du Boeing de "Airport 1975 (747 en péril en vf)" qui est embauché, un acteur sûr, mondialement reconnu. Le budget du film ne permet pas d'embaucher d'autres stars alors le reste du casting est composé de noms un peu moins ronflant au box office. Ava Gardner qui ne vaut plus grand chose au box office sera la co-vedette du film réunissant ainsi le célèbre couple des "55 jours de Pékin quand Ava Gardner était encore une star. Si l'alcool conserve il laisse quelques marques sur son visage qui ne peut cacher les excès passés. Après une longue éclipse elle tentera de revenir au cinéma mais se cantonnera à des  troisièmes rôle dans quelques séries B. Le brave George Kennedy formidable trogne du cinéma US et couteau suisse (il peut tout jouer) sera le flic du film. La jeune et plate brindille starlette canadienne Geneviève Bujold sera la dernière tête d'affiche. Pour accompagner tout cela un casting pas cher : Lorne Greene ( que les anciens connaissent grâce à la vielle série " Bonanza" ) joue le rôle du père d'Ava Gardner ce qui m'a fait toujours bien rigoler et est donc le beau-père de Charlton Heston ! Richard Roundtree "Shaft" en personne tente de s'échapper de films de blaxploitation et la jeune et plantureuse Victoria Principal ( la future Pamela de "Dallas") va donner la fièvre aux spectateurs masculins. 

    L'histoire obéit aux désormais fameux cahier des charges des films catastrophes. En Californie au pied d'Hollywood, quartier de Los Angeles, s'érige un barrage dans cette belle cité. L'ingénieur en chef de la société qui gère le barrage incarné par Charlton Heston a des problèmes avec Madame, une desperate housewife qui s'emmerde ferme entre ses robes de luxe et ses bijoux, il faut dire que Monsieur a une jeune et jolie (et plate) amie en la personne de Geneviève Bujold et de son insupportable mioche (indispensable à un bon film catastrophe). L'occasion pour Ava Gardner de se rappeler qu'elle sait jouer une femme bafouée et malheureuse. Bujold joue la jeune veuve d'un ami de Heston et on voit bien qu'elle est une potentielle candidate a finir dans le lit de ce dernier. Puis Heston va retrouver son jeune beau papa, Lorne Greene président d'une société située en haut d'un gratte-ciel et qui serait très embêté financièrement si un tremblement de terre intervenait. Or cela tombe mal une petite secousse intervient dès le début du film qui abîme le barrage de la ville et fait sa première victime en la personne d'un technicien du barrage noyé dans un ascenseur. Et puis il y a le brave flic bourru interprété par George Kennedy, le cascadeur joué par Richard Roundtree et  la jeune Pamela principal. Bref on s'en fout complètement et il faudra attendre 55 minutes pour que le premier tremblement de terre surgisse durant 2 minutes de quoi activer le sensurround et tirer brusquement le spectateur de sa douce torpeur. Le téléspectateur quant à  lui aura pu se faire couler un bon bain et se taper un bon sandwich dans l'attente et l'amateur de vidéo, le bienheureux, aura pu avancer sa cassette jusque là. Pour tout dire cette première heure ressemble à un bon feuilleton Universal des années 70 du type "Homme qui valait trois milliards" musique incluse et pourtant celle-ci est signée John Williams.

    Même si dans une logique tout à fait imparable des films comme "2012" ou "San Andreas" donnent des résultats incomparables grâce aux outils numériques, "Tremblement de terre" se débrouille pas mal du tout avec les moyens du bord. Grâce à une nouvelle caméra capable d'être secouée dans tous les sens, l'illusion du décor qui tremble en mode Parkinson est réussi. L'utilisation de maquettes avec plus ou moins de bonheur est légion, mais il y a aussi la destruction de décors réels (le tout dans les studios Universal) et même l'utilisation de lourds blocs de béton qui seront filmés tombant de haut vers les nombreux cascadeurs qui n'ont pas intérêt à marcher sur leurs lacets pendant ce temps là. L'intérêt du film étant de montrer les réactions des survivants durant la catastrophe, certains se livrant à des pillages, voire pire avec la pauvre Victoria principal, la police devant même prendre des mesures radicales contre certain d'entre eux. d'autres se révèleront courageux devant l'épreuve. Un peu à l'instar du futur "La tour infernale" Lorne Greene et son personnel devront s'échapper du sommet de leur building dévasté et compter de nouvelles victimes tombant du haut de l'immeuble, sans doute le meilleur passage du film. La production du film n'étant pas bégueule rajoute une réplique de la première secousse, un sauvetage dans un tunnel qui rappelle un peu "Daylight" et une jolie inondation, car le barrage rompt fatalement. bref de quoi en donner pour son argent au spectateur. Le dernier plan pessimiste du film montre un Los Angeles rasé et en flammes. mais le couple Heston / Gardner en est sorti renforcé, la journée n'était pas si mauvaise finalement.

    Si "tremblement de terre" est aujourd'hui oublié, il n'en reste pas moins un film généreux et spectaculaire qui donne au spectateur ce à quoi il est légitimement venu chercher passé la première heure soporifique. Nommé 3 fois aux Oscars 1975 dans des catégories techniques il obtient l'oscar de devinez quoi..... du meilleur son bien sûr. Il faut dire qu'aucun acteur ne mérite de statuette malgré l'abattage habituel de Charlton Heston. Il va d'ailleurs se spécialiser dans les films spectaculaires avec un succès qui ira decrescendo jusqu'à la fin des 70's avec "La bataille de Midway", "Un tueur dans la foule" et "sauvez le Neptune". Puis sans doute sans rôles intéressants mais les poches bien remplies il se mettra en retrait de Hollywood. Il n'avait de toute manière plus rien à prouver à qui que ce soit et était devenu depuis longtemps une légende du cinéma.  

    Le studio Universal s'inspirera de son film pour en faire une attraction à succès dans son célèbre parc.                              

    BOX OFFICE (avec Laurent Aumaitre)

     USA -  Pari tenu le film parvient à sortir avant son grand concurrent qui est "La Tour infernale". Il sort le 14 novembre 1974 au Chinese Theatre en sensurround bien sûr. La concurrence est acharnée en cette fin d'année 1974 au box office US et le nombre de salles limité fait qu'il ne se classe que second dans le top 10 hebdomadaire du magazine Variety derrière. il ne parvient pas à déloger "The trial of Billy Jack" de la première place suivi du "justicier dans la ville"  et ne pourra rien faire face aux blockbusters des fêtes de fin d'année tels "La tour infernale" ou "Le Parrain 2". Cependant du fait qu'il va tourner longtemps dans les différentes villes et dans un nombre de copies limité il demeure 16 semaines de suite dans le top 10 jusqu'en mars 1975 et réapparait même début avril 75 en 20ème semaine pour 8 semaines consécutives soit jusqu'à fin mai 1975. Avec près de 6 mois dans le top 10 il se place top 3 du top annuel 1975 avec plus de 37 millions de dollars de recettes nettes (79.66 millions de dollars de recettes guichet)  derrière "Les dents de la mer" et "La Tour infernale". Une belle opération pour Universal car le film a rapporté 5 fois son budget et que le studio a entre temps sorti "Les dents de la mer".    

    FRANCE - Le film sort d'abord à Paris le 12 février 1975 dans 3 salles uniquement mais toutes équipées en sensurround. Il est en concurrence avec "L'important c'est d'aimer" sorti sur 16 salles. Le film se classe top 2 du box office parisien hebdomadaire mais avec 80 236 entrées et occupe les 3 premières places du classement des salles avec un score atomique de 40 300 spectateurs au Berlitz, 21 216 spectateurs à L'Ambassade et 18 720 spectateurs au Colisée. La semaine suivante il sera encore second du box office hebdomadaire avec encore 30 200 spectateurs au Berlitz. Le pari du sensurround aura été gagnant. Ce mode limité d'exploitation a des répercussions sur son box office hebdomadaire sur la France. Il grimpe top 4 en 3ème semaine mais ne passera jamais la barre des 100 000 entrées dans la semaine et sera plus proche de la 10ème place hebdomadaire, cependant le film tournant dans toute la France il demeure dans le top 30 hebdomadaire durant 25 semaines consécutives et on le retrouve pour la dernière fois dans le top pour sa 33ème semaine. Un parcours honorable dont se souviendront ceux qui auront été le voir en sensurround. Au final il termine top 14 des films sortis en 1975 et réalise presque exactement le même score que "L' aventure du Poseidon". Est-ce le plafond de verre pour un film catastrophe ?  

    ANGLETERRE - Le film sort le 28 novembre 1974 à l'Empire de Londres. Il occupe la première place du box office hebdomadaire durant 3 semaines avant de laisser la première place à  "James Bond l'homme au pistolet d'or". Il reste 4 mois dans le top 5 hebdomadaire ce qui lui permet de figurer top 5 du box office annuel 1975. A l'Empire il rapporte 24 806 £ la première semaine, 23 737 £ la seconde semaine et 21 968 £ la troisième semaine.

    AUSTRALIE - Top 2 annuel 1975 derrière "L'Arnaque" avec 2 327 000 A$ de recettes net. A Sydney il est resté 47 semaines à l'affiche du cinéma le Forum. Top 14 all-time au 1er janvier 1981.  

    JAPON - Top 2 de l'année 1975 et 23ème all-time en 1976 avec 1 831 000 000 yens de recettes nettes. A Tokyo il a rapporté 800 000 000 de yens net distributeur. Il a attiré dans les salles de Tokyo 787 924 spectateurs.  

    BRÉSIL - Top 1 annuel 1975 avec 583 000 $ et 7 065 000 spectateurs soit le 6ème succès de la période 1970-1984.

    ALLEMAGNE - Top 9 annuel 1975 avec 2 100 000 entrées selon Insidekino.

    ITALIE - Top 21 de 1975 ce que nous estimons à 3 700 000 spectateurs

    ESPAGNE -  3 385 000 spectateurs - Top 6 Madrid avec 288 378 spectateurs en exclusivité  et Top 6 Barcelone avec 213 546 spectateurs en exclusivité. Top 9 all-time au 30 juin 1976.

    BELGIQUE - Top 4 des exclusivités bruxelloises 1975 avec 10 970 000 francs belges soit environ 120 000 spectateurs 

    PHILIPPINES - Manille - Top 2 annuel 1975 avec 550 000 $

    DANEMARK - 116 212 entrées depuis 1976

    SUÈDE - Forte recette de 4 428 000 couronnes au 12 mai 1975, recette totale de 6 752 000 couronnes

    HOLLANDE - Top 11 de l'année civile 1975, avec un Box Office compris entre 250 000 et 500 000 entrées. Top 19 de l'année civile 1976.

    PORTUGAL - Top 2 avec une recette de 156 000 $.

    PÉROU - Top 6 all-time au 31 novembre 1976 avec une recette de 283 000 soit 12 706 000 sols.

    SUISSE - Pour la période du 1/7/75 au 30/06/75 top 16 avec 39 613 entrées sur Genève et Lausanne.

    MEXIQUE - Top 1 pour l'année 1975 avec 1 475 000 $

    SINGAPOUR - Top 2 pour l'année 1975 derrière "La Tour Infernale" avec 869 326 $.

    VENEZUELA - Top 2 pour l'année 1975 derrière "Emmanuelle" avec 432 000 $

    COLOMBIE - Top 1 de 1975 et Top 15 all-time au 30/09/81 avec 184 000 $

    MONDE - Avec 85 000 000 $ net de recettes (pour un budget de 7.5 millions de dollars) "Earthquake" prouve que le genre du film catastrophe plait au plus grand nombre, le public va-t-il suivre^pour d'autres catastrophes au cinéma. Aux USA il ne faudra attendre que 6 semaines pour voir débarquer "La tour infernale" sur les écrans et à peine 6 mois pour découvrir "Les dents de la mer". A suivre donc.   

     

    CATÉGORIE RANG ENTRÉES SALLES
    TOTAL ENTRÉES FRANCE
    14 2 226 216
     
    ENTRÉES FRANCE 1975
      1 626 302
     
    ENTRÉES FRANCE 1976   451 122
     
    1ère semaine FRANCE
    8 80 105
    3
    2ème semaine FRANCE
     10 62 687
     
    3ème semaine FRANCE
     4 89 789
     
    4ème semaine FRANCE
     7 74 352
     
    5ème semaine FRANCE
     11 55 864
     
    6ème semaine FRANCE
     15 47 876
     
    TOTAL ENTRÉES PARIS PERIPHERIE
      1 079 745
     
    1ère semaine PARIS  2 80 105
    3
    2ème semaine PARIS 2
    62 587
     
    3ème semaine PARIS  3 49 276
     
    BOX OFFICE USA GUICHET
      79.66 M$
     
    BOX OFFICE USA NET 3 35.84 M$  
    ENTRÉES BRÉSIL 1 7 065 000  
    ENTRÉES ITALIE 21 3 700 000
     
    ENTRÉES TOKYO   787 924  
    ENTRÉES ESPAGNE
      3 385 601
     
    Cote du succès   * * * * * 
     

     

     

    TREMBLEMENT DE TERRE (EARTHQUAKE) - CHARLTON HESTON BOX OFFICE 1975

     

     

     

    TREMBLEMENT DE TERRE (EARTHQUAKE) - CHARLTON HESTON BOX OFFICE 1975

     

     

     SORTIE DU FILM A PARIS EN "SENSURROUNG"

    TREMBLEMENT DE TERRE (EARTHQUAKE) - CHARLTON HESTON BOX OFFICE 1975

     

    LE FILM DIFFUSE TRIOMPHALEMENT AU BIARRITZ TOUJOURS EN SENSURROUNG

    TREMBLEMENT DE TERRE AU CINEMA LE BERLITZ

     

     

    TREMBLEMENT DE TERRE (EARTHQUAKE) - CHARLTON HESTON BOX OFFICE 1975

     

    TREMBLEMENT DE TERRE (EARTHQUAKE) - CHARLTON HESTON BOX OFFICE 1975

     

     

    TREMBLEMENT DE TERRE (EARTHQUAKE) - CHARLTON HESTON BOX OFFICE 1975

     

     

    TREMBLEMENT DE TERRE (EARTHQUAKE) - CHARLTON HESTON BOX OFFICE 1975

    EXPLOITATION DU FILM AU CELEBRE CHINESE THEATRE A HOLLYWOOD

    TREMBLEMENT DE TERRE (EARTHQUAKE) - CHARLTON HESTON BOX OFFICE 1975

     

    LE SENSURROUND AU CHINESE THEATRE

    TREMBLEMENT DE TERRE (EARTHQUAKE) - CHARLTON HESTON BOX OFFICE 1975

     

    LE SENSURROUND

     

    TREMBLEMENT DE TERRE (EARTHQUAKE) - CHARLTON HESTON BOX OFFICE 1975

     

    TREMBLEMENT DE TERRE (EARTHQUAKE) - CHARLTON HESTON BOX OFFICE 1975

     

    TREMBLEMENT DE TERRE (EARTHQUAKE) - CHARLTON HESTON BOX OFFICE 1975

     

     

    TREMBLEMENT DE TERRE (EARTHQUAKE) - CHARLTON HESTON BOX OFFICE 1975

     

    TREMBLEMENT DE TERRE (EARTHQUAKE) - CHARLTON HESTON BOX OFFICE 1975

     

    TREMBLEMENT DE TERRE (EARTHQUAKE) - CHARLTON HESTON BOX OFFICE 1975

     

    TREMBLEMENT DE TERRE (EARTHQUAKE) - CHARLTON HESTON BOX OFFICE 1975

     

    TREMBLEMENT DE TERRE (EARTHQUAKE) - CHARLTON HESTON BOX OFFICE 1975

     

     

    TREMBLEMENT DE TERRE (EARTHQUAKE) - CHARLTON HESTON BOX OFFICE 1975

     

    TREMBLEMENT DE TERRE (EARTHQUAKE) - CHARLTON HESTON BOX OFFICE 1975

     

    TREMBLEMENT DE TERRE (EARTHQUAKE) - CHARLTON HESTON BOX OFFICE 1975

     

    TREMBLEMENT DE TERRE (EARTHQUAKE) - CHARLTON HESTON BOX OFFICE 1975

     

    TREMBLEMENT DE TERRE (EARTHQUAKE) - CHARLTON HESTON BOX OFFICE 1975

     

    TREMBLEMENT DE TERRE (EARTHQUAKE) - CHARLTON HESTON BOX OFFICE 1975

     

     

     

     

    « STEVE McQUEEN BOX OFFICEBEN HUR - CHARLTON HESTON BOX OFFICE 1960 2ème PARTIE »
    Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    Tags Tags :
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :