• TRAITEMENT DE CHOC - BOX OFFICE ANNIE GIRARDOT 1973

    TRAITEMENT DE CHOC

     

    18 JANVIER 1973

     

     TRAITEMENT-DE-CHOC.jpg

    Réalisation

    Alain JESSUA

    Scénario

    Alain JESSUA

    Photographie

    Jacques ROBIN

    Musique

    Alain JESSUA

    René KOERLING

    Production

    LIRA FILMS

    Distribution

    LIRA CNC

    Durée

    91 minutes

    Tournage

     

    Docteur DEVILERS

    Alain DELON

    Hélène MASSON

    Annie GIRARDOT

    Gérome SAVIGNAT

    Robert HIRSCH

    Docteur BERNARD

    Michel DUCHAUSSOY

     

    Hélène Masson, célibataire de trente six ans, qui a fait fortune dans le prêt-à-porter, s'est sentie brusquement, à cause d'une déception sentimentale, au bord de la dépression. Elle se décide à faire une cure à l'institut de thalassothérapie du docteur Devilers dont on lui a dit le plus grand bien. En effet, le docteur a l'art de redonner énergie et santé à une clientèle fortunée, épuisée par le rythme des grandes villes. Hélène reconnaît, parmi les autres malades, de grands bourgeois qui paraissent tous extrêmement jeunes pour leur âge. La plupart d'entre eux font une ou deux cures par an. Hélène a été recommandée par un ami, Jérôme, qui, hélas, a des problèmes d'argent et va être chassé de la clinique. Quelques jours après l'arrivée d'Hélène, Jérôme se suicide en se jetant du haut de l'une des hautes falaises qui bordent cette côte bretonne. La nuit précédente, il l'avait ardemment exhortée à fuir le traitement, qui devient vite une drogue. Quoique ressentant, comme les autres patients, les effets bienfaisants des piqûres et du régime qui lui sont administrés, Hélène devient méfiante et, traumatisée par le suicide de son ami, fait son enquête personnelle. Après bien des efforts, elle découvrira l'horrible vérité: utilisant une méthode en usage chez les sorciers brésiliens, le docteur prélève des organes vivants sur les domestiques portugais employés à la clinique et en extrait un sérum de rajeunissement. Tous les patients se livrent à une sorte de conspiration du silence. Hélène, en état de légitime défense, tuera le docteur Devilers et sera aussitôt arrêtée. Le commissaire est un habitué de la clinique et entend que le successeur de Devilers continue, sans être inquiété, son travail.

     

    C'est un genre peu visité par les cinéastes français qui est à l'honneur dans ce film d'Alain JESSUA. "Traitement de choc" reste un  magnifique thriller qui n'a pas pris une ride.

    Alain JESSUA double son film d'une satire sociale. Si il se passe des choses horribles au sein de l'institut, les bourgeois aisés qui composent la clientèle n'en sont pas moins des monstres d'égoïsmes soucieux de leur paraître. C'est ce que découvre Hélène qui tente l'expérience de la cure de repos de cet institut clinquant et de luxe. En compagnie de Gérome, son ami gay, superbement interprété par un Robert HIRSH des grands jours, elle fait connaissance de bourgeois qui n'apprécient pas Gérome, faux riche, qui ne cesse d'emprunter de l'argent pour calmer son angoisse de vieillir, de devenir moins beau. Pour lui, la cure est une drogue et il prévient Hélène de ne pas tomber dedans. Malgré l'amitié d'Hélène il est retrouvé mort en bas de la falaise. A partir de là le film bascule lentement dans l'angoisse. La communauté l'observe, elle est soignée de force par l'inquiétant Docteur Bernard campé par un Michel DUCHAUSOY froid comme une lame de scalpel. Alors qu'elle devient l'amante du mystérieux et séduisant Docteur DEVILERS elle lui vole les clés de son laboratoire où elle se fera finalement pincer, le film basculant dans l'horreur quand elle découvre le cadavre d'un des membres du personnel, un portugais censé être retourné au pays, accroché à un croc de boucher. Elle tue DEVILERS mais va découvrir le réseau de complicité qui entoure l'institut.

    Alain JESSUA réalise un film parfaitement maîtrisé qui sait doser les effets. Il utilise à merveille le décor naturel maritime vivant qui fait contrepoint avec le centre glacé et luxueux. Par petite touche, il fait monter la pression, degré par degré avant le point d'orgue final, qui sombre dans l'horreur et le gore.

    Naturellement il est nécessaire d'avoir de bons acteurs sous la main pour que le film ne tourne pas au ridicule. La grande GIRARDOT montre toute l'étendue de la palette de son talent. D'une femme apaisée qui devise avec son meilleur ami, elle devient suspicieuse, voire franchement apeurée, avant de paraître de nouveau sereine et amoureuse de DEVILERS. Lors de son combat avec lui dans la grande scène finale, elle est saisissante de vérité lorsqu'elle contemple avec effroi les mixtures sensées redonner la pêche au curiste, du jus de membres humains. hurlant, criant, elle tue DEVILERS sans se rendre ridicule, un exploit, une leçon d'actrice.

    Elle retrouve son ami Alain DELON, le meilleur ami de son époux Renato SALVATORI, dix ans après "Rocco et ses frères". La très grande complicité des deux sert le film. DELON retrouve le haut niveau d'interprétation qui fut le sien. Qui d'autre que lui pour interpréter ce très séduisant directeur d'institut, dont tous les moyens sont bons pour soutirer de l'argent à des bourgeois qu'il semble ne pas apprécier, ne dit-il pas que ce sont les riches qui ont provoqué la mort des employés portugais ? DELON sait être inquiétant et sait lui aussi alterner les passages de séduction avec la folie. Il joue au chat et à la souris avec Hélène. Une fois encore il meurt à la fin du film dans une scène poignante, le ventre torturé par le scalpel d'Hélène. DELON sait très bien jouer ces scènes.

    En marge du tournage, Alain DELON n'appréciait pas que Annie GIRARDOT soit infidèle à Renato SALVATORI. Lorsque l'actrice doit jouer une scène où elle est prise d'hystérie, DELON la gifle plusieurs fois, sans artifice. Surprise et sonnée, l'actrice comprend que DELON la "corrige" pour la punir de son infidélité. Cependant le couple fonctionne parfaitement à l'écran.

    Réussite majeure du cinéma français des années 70, le film reste connu pour la scène où les acteurs se baignent dans la mer après un sauna. GIRARDOT et les autres acteurs sont totalement nus frontalement. L'occasion de constater qu'à la quarantaine l'actrice est superbe. Les curistes hèlent le Docteur DEVILERS qui se prom_ne sur la plage afin que celui rejoigne le groupe dans la mer, l'occasion de voir DELON entièrement nu de face. Ces deux acteurs ne reculent devant rien.

    Ce film spectaculaire reçoit un bel accueil du public et prend aisément la première place du box office parisien durant deux semaines et va se maintenir aux premières places durant 5 semaines. Au final le film totalise 550 000 spectateurs à Paris et sa banlieue, score excellent pour ce film violent et angoissant. Sur la France le film frôle les deux millions de spectateurs et fonctionne bien en Europe. Nos deux stars françaises sont en pleine forme.          

     

     

    CATEGORIE

    RANG

    NOMBRE

    SALLES

    ENTREES FRANCE

     

    1 857 200

     

     

     

     

     

    1ère semaine

     

    128 131

     

    2ème semaine

     

    216 737

     

    3ème semaine

     

    205 350

     

    4ème semaine

     

    213 718

     

    5ème semaine

     

    176 978

     

    6ème semaine

     

    133 320

     


         

    ENTREES PARIS BANLIEUE

     

    550 779

     

    TOTAL ENTREES PARIS

     

    450 389

     

     

     

     

     

    1ère semaine

    1

    96 170

    15

    2ème semaine

    1

    86 722

    16

    3ème semaine

    4

    66 547

    18

    4ème semaine

    6

    56 611

    20

    5ème semaine

    6

    53 732

    18

    6ème semaine

     

    34 878

    22

     

     

     

     

    Nombre de semaines Paris

     

    12

     

    Moyenne salles Paris 1ère sem

     

    6 411

     

    Budget

     

     

     

    Box office annuel FRANCE

     

     

     

    Box office annuel Espagne

     

    699 666

     

    Box office annuel Italien

     

    81

     

    Cote du succès

     

    * * *

     

     

    « IL N Y A PAS DE FUMEE SANS FEU - BOX OFFICE ANNIE GIRARDOT 1973LES FEUX DE LA CHANDELEUR - BOX OFFICE ANNIE GIRARDOT 1972 »
    Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :