• THE DARK KNIGHT - BOX OFFICE CHRISTOPHER NOLAN 2008

    LE CHEVALIER NOIR

    (THE DARK KNIGHT)

    18 JUILLET 2008 (USA)

    13 AOUT  2008

     

     

    Réalisation

    Christopher Nolan

    Scénario

    Christopher Nolan

    Jonathan Nolan

    Photographie

    Wally Pfister

    Musique

    James Newton Howard

     Hans Zimmer

    Production

    Warner Bros

     Di Bonabentura Pictures

    Distribution

    WARNER BROS

    Durée

    147  minutes

    Tournage

    18/04/07- 11/11/07

    Batman/Bruce Wayne

    Christian Bale

    Le Joker

    Heath Ledger

    Harvey Dent / Double face

    Aaron Eckhart

    Rachel Dawes

    Maggie Gyllenhall

    Alfred Pennyworth

    Michael Caine

    Lucius Fox

    Morgan Freeman

    Lt James Gordon

    Gary Oldman

    Salvatore Maroni

    Eric Roberts

    L’Epouvantail

    Cillian Murphy

     

    Batman et le lieutenant de police James Gordon ont uni leurs efforts pour tenter d’éradiquer le crime organisé de la ville de Gotham. Bientôt, le procureur Harvey Dent, « chevalier blanc » de la cité, souhaite s’allier à eux. Mais leur mission va s’avérer bien plus compliquée que prévue. Un criminel sans foi ni loi, se faisant surnommer le Joker, sème le chaos dans Gotham. Bien décidé à distiller la mort et la violence dans la ville, il compte avant tout faire tomber ceux capables de l’en empêcher. Batman, Dent et Gordon se retrouvent alors en ligne de mire d’un fou furieux que rien, même pas la puissance mafieuse, ne peut arrêter...

     


    Précédé d’une réputation très favorable, le nouveau BATMAN allait-il réussir à devenir le meilleur films de super héros ? Clairement, la réponse est OUI ! Le réalisateur, extrêmement inspiré nous livre une version du « bon la brute et le truand » dans un environnement très influencé par le « heat » de Michael MANN dont NOLAN s’inspire visiblement. La scène d’ouverture formidablement réalisée fait passer la scène de la banque du « Batman forever » de SCHUMACHER pour de l’amateurisme, (sans compter le maquillage de « double face » bien ringard). NOLAN gère l’espace comme jamais, et est précis comme un Stanley KUBRICK des grands jours. Le ton est donné, c’est bien le JOKER qui mènera le film. Tout comme Clint EASTWOOD dans le film de LEONE précité, BATMAN sera presque un personnage secondaire durant tout le film. J’aimais bien Heath LEDGER, mais je trouvais que peut être les critiques énormes sur son jeu étaient peut être dues à l’émotion suscitée par son regrettable et trop prématuré décès, mais force est de constater la colossale performance qu’il livre, digne d’un Oscar qui semble difficilement lui échapper. Le réalisateur lui rend un hommage qui force l’admiration. Très loin du cabotinage, même talentueux, d’un Jack NICHOLSON, LEDGER donne une réelle personnalité au personnage et surtout une très grande crédibilité. Qui est-il ? Qu’est-ce qu’il a vécu dans sa jeunesse pour devenir ce maître du mal ? Ce n’est pas un voyou, il est cultivé, c’est une sorte de Dandy et possède une connaissance de la psychologie criminelle hors norme et c’est un manipulateur né. D’une intelligence du niveau d’un « Hannibal LECTER », il manipule littéralement tous les personnages du film, y compris ce brave Harvey DENT, magnifiquement interprété également. La grande force du film est que les principaux personnages sont toujours dépassés par les plans du Joker qui se joue littéralement d’eux. La grande qualité du Joker c’est qu’il ne fait que de manipuler les autres, rien de plus « je ne fais rien !» entre les criminels dont il utilise la veulerie naturelle et la haine des uns des autres, mais aussi la naïveté de BATMAN, de GORDON et surtout d’Harvey DENT, car comme le sait très bien le JOKER, l’enfer est pavé de bonnes intentions. Lors d’une rencontre d’anthologie entre DENT et le JOKER nous en saurons plus sur la personnalité de cet homme hors norme, mais terriblement fascinant. C’est dans cette scène que, peut être, faisons nous connaissance du « vrai » JOKER qui rencontre en « Double Face » un frère à la tragique destinée ! Finalement, le JOKER cèdera face à ce qui sera son point faible, l’ambition et la vanité, qui lui feront perdre son sens du jugement au mauvais moment…. Dans ce film où chaque dialogue est ciselé et où aucune scène n’est inutile, ce qui justifie les 2h30 du film (comme le LEONE) aucun personnage ne sortira indemne de l’expérience. BATMAN devra faire face à un dilemme cornélien face à un horrible chantage affectif du JOKER et apportera une réponse pragmatique qui peut laisser penser qu’il est peut être aussi peu humain que le JOKER lui-même…
    Le tout est filmé avec une justesse et une maîtrise technique époustouflantes. Moults plans divins du Dark Knight sur fond de métropoles font passer les décors des BURTON pour du Guignol…les scènes chocs ne manquent pas pour les plus jeunes, en particulier une course poursuite en BATMOBILE puis BATMOTO énorme. Physiquement, BATMAN est le plus fort des protagonistes, le JOKER n’est pas un athlète c’est certain donc il devra faire appel à toutes ses ressources mentales pour sortir vainqueur de ce duel psychologique, si vainqueur il y a….Fourmillant de personnages secondaires, dont le surprenant mais trop court retour de Cillian MURPHY en Epouvantail, le film est d’une densité énorme, et tous les comédiens sont justes. Le cheminement lent mais inévitable de Bruce WAYNE et de son alter-égo vers le coté sombre de la justice, n’est pas sans rappeler le passage du coté noir de Michael CORLEONE dans le « Parrain 2 » de COPPOLA dont NOLAN est désormais l’égal. Une perle, un must, un chef d’œuvre !

    Les pontes de la Warner ont compris qu’ils ont une pépite en puissance. La promotion se fait sur le coté sombre du film, amplifié par le décès surprise de Heath LEDGER a 28 ans. Le film sera un hommage à l’acteur. Les premières critiques sont énormes et les prévisions s’envolent à quelques jours de la sortie du film. Les salles IMAX sont complètes depuis 15 jours, les taux de réservation des meilleures salles est du jamais. Le film est prévu pour exploser la barre des 100 millions de dollars. Le premier jour est phénoménal avec 67 millions de dollars de recette. Le week end est colossal et le film bat « Spiderman 3 ». Contrairement à celui-ci le film ne s’essoufle pas et continue d’engranger les dollars à la vitesse d’un TGV. La concurrence est laminée. Bien que le Box Office US a tendance à battre ses records années après années du fait de leur ridicule manière de comptabiliser les recettes qui bénéficient de l’inflation, le résultat est très impressionnant. Le film dépasse facilement les entrées du premier opus et sera la meilleure recette de 2008, même si la barre des 600 millions de dollars de recette (mais effectué en 1998) était un peu loin, le film se classe deuxième de tous les temps aux USA. Dans tous les pays du monde, Dark Knight bat les records de la franchise. En France, pays où la franchise n’a jamais fait de scores mirobolants, la tendance se vérifie, le film sera clairement et de loin l’épisode qui aura le plus de succès. Et c’est mérité au vu du déluge de critiques élogieuses sur le film. 

    Evidemment la prestation de Heath LEDGER lui permettra d'obtenir un Oscar mérité du meilleur second rôle en 2009 dans une salle remplie d'émotion. 

    Un BATMAN 7 sera mis en chantier, sans nul doute avec Christopher NOLAN aux manettes, mais la barre n'est-elle pas trop haute sans un Joker aussi charismatique?       

     


    ENTREES France

     

    3 036 568


    ENTREES FRANCE

    1ère semaine n° 1

    2ème semaine n°1

    3ème semaine n°1

    4ème semaine n°1

    5ème semaine n°4

     

    1 271 688(820)

      661 333 (820)

      415 212 (783)

      249 949 (708)

      218 294 (649)

     

     

     

     

    ENTREES Paris

     

     

    700 000

    (estimation)

     

    ENTREES Paris

    1ère semaine  n°1

    2ème semaine n°1

    3ème semaine n°1

    4ème semaine n°1

    5ème semaine n°4

     

     

    318 099(67)

    177 339 (67)

    125 877 (68)

    75 435 (66)

    53 625 (52)

     

     

     

     

     

    NOMBRE DE SEMAINES PARIS

     

    NOMBRE DE SALLES  Paris semaine de sortie

    67

    Moyenne entrées par salles 1ère semaine

    4 748

    1er JOUR Paris

    56 474

    Budget

     

    150 M$

     

    Recettes US

    (4 semaines n°1)

    533 M$


    RECORD PREMIER WEEK END AUX USA

    158.4 M$

    RECORD PREMIER JOUR USA

    67 M$

    Recettes mondiales

     

    1 000 M$

    (estimation)

     

    BOX OFFICE ANNUEL USA

    N° 1

    BOX OFFICE ANNUEL France

      N ° 10  

    BOX OFFICE ANNUEL Italie -1 588 575 entrées

    N° 13 

    BOX OFFICE Allemagne - 2 808 380 entrées

    N° 9 

    Entrées en Europe

    24 533 000 

    COTE DU SUCCES

    * * * *

    « LA BANDE A BONNOT - BOX OFFICE ANNIE GIRARDOT 1968BATMAN BEGINS - BOX OFFICE CHRISTOPHER NOLAN 2005 »
    Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :