• RAMBO - SYLVESTER STALLONE BOX OFFICE 1983

    RAMBO

    (FIRST BLOOD)
    22 OCTOBRE 1982 (USA)

     3 MARS 1983

     

     

    RAMBO - BOX OFFICE SYLVESTER STALLONE 1983

     

     

     

    • Réalisation : Ted Kotcheff
    • Scénario : David Kozoll, William Sackheim, Sylvester Stallone d'après l'œuvre de David Morrell, Rambo
    • Directeur de la photographie : Andrew Laszlo
    • Musique : Jerry Goldsmith
    • Production : Buzz Feitshans
    • Sociétés de production : Anabasis Investments N.V. et Elcajo Productions
    • Sociétés de distribution : S.N. Prodis
    • Format : couleur – 2.35:1 - 35 mm - Dolby
    • Genre : action
    • Durée : 90 minutes
    • Sylvester Stallone (VF : Alain Dorval) : John Rambo
    • Richard Crenna (VF : Gabriel Cattand) : Colonel Samuel Trautman
    • Brian Dennehy (VF : Marc de Georgi) : Shérif Will Teasle
    • David Caruso (VF : Lambert Wilson) : Mitch

    John Rambo est un ancien Béret Vert, médaillé du Viêt-nam, il vient d'être démobilisé. Il se rend dans une petite ville où il espère retrouver un camarade de combat; mais il apprend avec douleur la mort de celui-ci, due aux séquelles laissées par les produits chimiques employés pendant la guerre. Il erre dans la ville mais se heurte à la police locale qui ne souhaite pas voir " rôder" ce genre de vagabond. Rambo réagit violemment. Il est amené dans les locaux de la police. La vue d'une lame évoque immédiatement en lui le souvenir des tortures vietnamiennes qu'il a subies, Il s'échappe, enfourche une moto et disparaît vers les montagnes proches. L'hélicoptère de la police est à ses trousses. Rambo, en lançant une pierre, déséquilibre l'engin et entraîne la mort d7un policier. Dès lors, cette forêt où il a trouvé refuge se rapproche d'une jungle qu'il a bien connue. Pour lui, c'est à nouveau la guérilla. Les hommes de Teasle, le chef de la police, sont décimés; les grands moyens sont employés. Le colonel Sam Trautrnan est appelé à la rescousse: il a lui-même formé Rambo et des soldats comme lui, entraînés à tuer, à résister, à survivre C'est à une véritable guerre que se livrent Rambo et Teasle. Terré dans une mine, Rambo, parvient à déjouer l'étroite surveillance dont il est l'objet et à créer une diversion en faisant exploser une station-service. Il est désormais en ville. Sur le toit du poste de police, il défie Teasle. Il est sur le point de le tuer lorsque le colonel Trautman intervient, le raisonne et écoute Rambo, qui ne comprend pas pourquoi tous le haïssent, lui qu'on a envoyé dans une guerre qui n'était pas la sienne... Rambo est emprisonne.

     ************************************************

    Cela fait seulement deux mois que « Rocky 3 » triomphe dans les salles Parisiennes. Pour la première fois, le public Parisien se rue en masse à un film de Stallone qui devient populaire. Même pas le temps de se demander si l’acteur va parvenir à se renouveler et à se maintenir au sommet, quand fleurissent sur les murs de la capitale des affiches annonçant le retour de Stallone dans un film nommé « Rambo ». Une affiche  impressionnante où l'acteur porte une imposante mitrailleuse. En lisant le nouveau magazine « Starfix » qui a eu le flair de le mettre en couverture, le film traite des difficultés rencontrées par les vétérans de la guerre du Vietnam pour se réinsérer dans la vie normale. Le titre original « first blood », tiré du livre du même nom, est largement plus explicite. Le magazine est enthousiaste, et c’est vrai que les extraits télé sont aguichants. Rendez-vous au Grand REX pour une bonne claque, le genre de séance qui bénéficie d’un silence religieux de la part des spectateurs. Le film est fort bien enlevé, dès le début on oublie le « Rocky » de Stallone. L’acteur avec son look de SDF est fort convaincant. Rentrant au pays et cherchant à retrouver d'anciens compagnons de guerre, John RAMBO qui un homme bien poli, est déstabilisé d'apprendre la mort de son ami des suites de cette tragique guerre. Il cherche à prendre un café à la ville la plus proche quand il est interpellé par le shérif de celle-ci, un gars droit dans ses bottes qui ne veu pas d'un SDF dans sa ville, même pour prendre un café. Il est reconduit en dehors de la ville. Le jeu de STALLONE est bien différent de celui de "Rocky". Monolithique, voire absent, il interprète un personnage "qui n'est plus là"...absorbé par sa douleur il ne prête pas attention à l'attitude puante du shérif TEASLE. Le rôle est joué par Brian DENNEHY un acteur charismatique et brillant qui n'a pas obtenu la carrière que son immense talent méritait. A l'inverse de Rambo, il est bien ancré dans ses certitudes, il est sûr de lui. Il symbolise l'Amérique conservatrice, qui refuse de s'ouvrir aux autres et qui ne cherche qu'à se protéger de l'extérieur contre l'envahisseur. En éconduisant Rambo comme un chien il bafoue un homme qui est allé risquer sa vie pour servir son pays justement. Lorsqu'il arrête RAMBO qui décide de revenir dans sa ville, il enclenche un processus de destruction. Son manque de psychologie va entraîner ce qui va suivre, il en est entièrement responsable. L'acteur montrera dans le film toute une palette de sentiments: la colère, la peur, la panique, la bêtise. Le meilleur rôle de DENNEHY abslument sublime.

    Lorsque RAMBO est enfermé dans le poste de police, il subit des huliliations, qu'il  supporte encore. Il faut dire que l'équipe des policiers, dans laquelle on reconnait le jeune David CARUSO (le héros des "experts Miami" ), comprend un adjoint au shérif des plus fachos et sadique. Rabaissant constamment RAMBO avec violence, il va réveiller les terreurs que celui-ci à connu à la guerre. Celui-ci s'échappe après avoir corrigé l'équipe des policiers dans une scène violente et qui marque le public.

    Dans un engrenage infernal, la police poursuit RAMBO dans la forêt. L'adjoint du shérif le traque en hélicoptère. Aveuglé par la colère, il va descendre RAMBO sans justification de sang froid. Celui-ci le tue en état de légitime défense. Les policiers ont versé le premier sang. Blessé, RAMBO se soigne en se cousant une blessure à l'épaule. Une scène marquante du film. Bien décidés à se venger, les policiers traquent RAMBO dans la forêt. Cruelle erreur. Dans son élement, RAMBO en tenue de camouflage piège les hommes un à un causant la panique dans les troupes. Il laisse vivre TEASLE contre sa tranquilité. Le shérif en sera bon pour une sévère diarrhée...

    L'armée s'en mêle et RAMBO est traqué comme une bête et se réfugie dans une ancienne mine. Il maintient les hommes du shérif au loin car il inspire la peur. Mais en fait il est démuni dans sa mine...

    Le Colonel TRAUTMAN intervient. C'est l'instructeur de RAMBO et il tente de faire comprendre ses erreurs au shérif. celui-ci n'en tient pas compte. L'occasion pour l'ancienne vedette Richard CRENNA de connaître une une seconde carrière, lui qui était devenu un acteur de télévision. 

    RAMBO bouffé par les rats, tel un homme des cavernes, parvient à l'aide d'une torche de fortune à s'échapper de la mine. Il s'empare d'un véhicule militaire et met la ville à feu. Le shérif fait dans son pantalon. Perché sur le toit du poste de police, il ne peut empêcher RAMBO d'arriver à lui. Au moment où il est à terre et s'attend à mourir de la main de RAMBO, il est sauvé par l'intervention de TRAUTMAN. John RAMBO craque et dévoile tout ce qu'il a sur le coeur, décrit la manière où ses amis sont morts devant lui les tripes à la main suppliants de revenir à la maison, de la façon dont ses propres concitoyens le considère comme de la merde...Il se rend.

    Des films sur le Vietnam il y en a eu quelques uns dont le fameux « Deer hunter » ou «  retour » avec John Voight, mais Rambo est le premier film qui montre les séquelles sur les hommes de cette guerre, et le regard d’une population Américaine qui ne les a jamais aimé. STALLONE est extraordinaire en Rambo il s’approprie le personnage, on y croit complètement et son aisance physique y contribue grandement. Son personnage est caricatural, mais le message passe fort bien. 

    Ted KOTCHEFF honnête réalisateur canadien utilise à merveille les décors naturels de cette ville grise et de la forêt dense. Le film est parfaitement rythmé. Le film est également un réquisitoire pour l'autodéfense. 

    Le public assiste à un série B des plus efficaces, un classique du genre. Totalement en phase avec la manière de filmer des années 80, le film bénéficie d'une bande son des plus efficace. Le film va donner lieu à des remakes italiens et inspirer beaucoup de téléfilms ou séries B sur le même thème. Il reste le meilleur de la saga, et de loin et un des meilleurs films de 1983. 

    Le film est un très bon succès aux USA, avec 42 millions de dollars de recettes et trois semaines passées en tête du Box office, il prouve que STALLONE peut obtenir un succès en dehors de Rocky.

    En Europe le film est très bien reçu se classant dans tous les top 20 annuels . En Italie le film triomphe en se classant deuxième de l'année.

    En France, le film a la bonne idée de sortir 5 semaines après "Rocky 3" qui triomphe sur les écrans. Contrairement à celui-ci qui n'était sorti que dans 76 salles en  France, la distribution de RAMBO va être plus ambitieuse. Le film sort en concurrence  avec deux sérieux candidats à la première place du Box Office : "Tootsie" avec Dustin HOFFMAN  et "L'africain" avec Catherine DENEUVE et Philippe NOIRET.

    A la force du poignet "Rambo" s'empare de la première place, c'est une demi-surprise. Le film bat nettement le score de "Rocky 3" à Paris Banlieue en passant  la barre des 200 000 spectateurs avec, entre autres, un REX bien rempli. Plus fort, le film s'impose en France avec près de 500 000 entrées en 136 salles. Un sacré succès. "Tootsie" est juste derrière, mais ce n'est pas suffisant. Par contre en seconde semaine, le travesti va s'imposer nettement pour s'envoler vers un immense succès. 

    STALLONE a donc deux films dans le top 10 français. Disposant de plus de salles, le film va connaître une exploitation plus rapide que "Rocky 3" mais va passer lui aussi la barre des 3 milliosn de spectateurs. STALLONE est bel et bien devenu une star avec deux films a plus de 3 millions de spectateurs dans la même année.

    En 1984, l'acteur ne sort pas de films en France, le mauvais "Rhinestone" ne passera pas l'Atlantique. La k7 video de "rambo" fait un malheur et tourne en boucle sur les magnetoscopes. Les adolescents ne parlent que de "rambo" dans les cours des lycées et imitent la scène finale où les "colonels" larmoyants de STALLONE sont connus comme le loup blanc. L'annonce de la mise en chantier d'un "Rambo 2" est accueillie avec enthousiasme. Rendez-vous est pris en octobre 1985 avec la suite de "Rambo" suivi rapidement d'un "Rocky 4" qui ne semblait pas indispensable. Comment le public va-t-il accueillir ces séquelles après deux ans d'attente ? STALLONE est-il toujours au top ?

     

     

    CATEGORIE

    RANG

    NOMBRE

    SALLES

    ENTREES FRANCE

     

    3 038 974

     

    1ère semaine

    1

    496 870

    136

    2ème semaine

     

    381 411

    154

    3ème semaine

     

    309 281

    164

    4ème semaine

     

    198 894

    166

    5ème semaine

     

    213 123

    162

    6ème semaine

     

    177 704

     

    7ème semaine

     

    121 497

     

    8ème semaine

     

    97 146

     

    9ème semaine

     

    77 096

     

    10ème semaine

     

    63 347

     

    11ème semaine

     

    70 484

     

           

    ENTREES PARIS

     

    364 839

     

    TOTAL PARIS BANLIEUE

     

    717 188

     

    1ère semaine

    1

    213 192

    45

    2ème semaine

    2

    126 091

    46

    3ème semaine

    2

    106 202

    52

    4ème semaine

     

    62 786

    42

    5ème semaine

     

    41 630

    27

    6ème semaine

     

    23 751

    20

    7ème semaine

     

    15 126

    16

    1er jour Paris

     

    25 315

     

    Budget

     

    14 M$

     

    Recettes US

     

    47,2 M$

     

    Recettes Mondiales

     

    125,2 M$

     

    Cote du succès

     

    * * *

     

    RAMBO BANDE ANNONCE VF

     

    FIRST BLOOD TRAILER VO

     

     

    RAMBO - SYLVESTER STALLONE

     

    vlcsnap-2010-08-30-22h05m00s42.png

     

    RAMBO - SYLVESTER STALLONE

     

    RAMBO - DAVID CARUSO

     

    vlcsnap-2010-08-30-22h07m08s49.png

     

    vlcsnap-2010-08-30-22h08m19s243.png

     

    RAMBO - SYLVESTER STALLONE

     

    vlcsnap-2010-08-30-22h09m17s58.png

     

    vlcsnap-2010-08-30-22h10m54s3.png

     

    RAMBO - BRIAN DENNEHY

     

    RAMBO - RICHARD CRENNA

     

    vlcsnap-2010-08-30-22h14m23s43.png

     

    vlcsnap-2010-08-30-22h14m56s117.png

     

    vlcsnap-2010-08-30-22h16m01s252.png

     

    RAMBO - BRIAN DENNEHY

     

    vlcsnap-2010-08-30-22h18m08s247.png

     

    vlcsnap-2010-08-30-22h18m16s68.png

     

         

    ...

    « RAMBO 2 LA MISSION - SYLVESTER STALLONE BOX OFFICE 1985ROCKY 3 L'OEIL DU TIGRE - SYLVESTER STALLONE BOX OFFICE 1983 »
    Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    Tags Tags : , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :