• QUAND LA FEMME S'EN MELE - BERNARD BLIER BOX OFFICE 1957



    QUAND LA FEMME S’EN MELE

     

    15 NOVEMBRE 1957

     

     

     

    QUAND LA FEMME S'EMMELE - BOX OFFICE ALAIN DELON 1957

     

     

    • Titre : Quand la femme s'en mêle
    • Réalisation : Yves Allégret
    • Scénario et Adaptation : Jean Meckert et Charles Spaak 
    • Dialogue : Jean Meckert
    • Musique : Paul Misraki, 
    • Images : André Germain
    • Producteurs : Cino Del Duca, Arys Nissotti et Pierre O'Connell
    • Durée : 90 minutes (1h30)
    • Pays : France / Italie / Allemagne
    • Langue : Français
    • Téchnologie du son : Mono
    • Enregistrement : Western-Recording System
    • Trucage : LAX
    • Tirage : Laboratoire L.T.C Franay
    • Pellicule 35mm, noir et blanc
    • Tournage du 8 juillet au 20 août 1957 dans les studios Paris Studio Cinéma de Billancourt
    • Sociétés de production : Cino del Duca, Royal Films, Régina Films, Plazza Films Productions
    • Sociétés de distribution : Cinédis
    • Genre : Policier
    • Date de sortie : 15 novembre 1957 (France)

     

    • Edwige Feuillère : Angèle, d
    • Jean Servais : Henri Godot, dit « Riton »
    • Jean Debucourt : Auguste Coudert
    • Bernard Blier : Félix Seguin, postier de province ex-mari de "Maine" et père de Colette
    • Pascale Roberts : Gigi une entraîneuse du cabaret "La main chaude"
    • Sophie Daumier : Colette Seguin, la fille de Félix et Maine
    • Jean Lefebvre : Fred, un homme de Riton
    • Yves Deniaud : Bobby, l'ancien amant de "Maine"
    • Bruno Cremer : Bernard, l'homme de main de M. Coudert de la Taillerie
    • Alain Delon : Jo, un homme de Riton
    • Pierre Mondy : Le commissaire Verdier
    • Alain Nobis : Le Vilain, un homme de Bobby
    • Henri Cogan : Alberti, un homme de Bobby

     

     

    SYNOPSIS

    Dès les premières images, le film situe la rivalité entre deux chefs de bandes : Boby, déjà sur le retour, et Godot, qui lui enlève sa maîtresse, Marie. Boby tente de réagir mais le tueur de Godot, Jo, abat Boby devant l'immeuble où Marie vient d'amener sa fille et le père de sa fille, Félix. Félix va se servir de Godot pour assouvir une vieille haine contre celui qui lui a tué sa femme en incendiant le magasin où elle était vendeuse. Mais, tandis que Godot et Marie essaient dans ce règlement de compte de s'adjuger une somme importante qui leur permettra de prendre une retraite honorable, Colette, la fille de Marie, et Jo tombent amoureux l'un de l'autre et Jo aussi souhaite pouvoir sortir de cette vie de vols et d'assassinats. Mais, suivant le mot de Prévert, « lorsqu'on est au fond, il faut savoir rester dans le fond », une fois dans l'engrenage, il est difficile d'en sortir. Marie, entraînée par Félix, tuera à son tour et c'est une succession de morts en chaîne. Jo, lui aussi, y succombera. La morale semble y trouver son compte, mais à quel prix !

     

    ANALYSE ET BOX OFFICE

     

    C'est un film de mauvais garçons dans la tradition. Il faut dire qu'il y a très peu d'originalité dans la trame de ce film réalisé platement par Yves ALLEGRET.

    C'est la très grande Edwige FEUILLERE qui tient le rôle principal de ce film. C'est peu de dire qu'elle apporte sa grande classe et sa beauté à ce rôle d'ex prostituée qui peut professer quelques insanités sans paraître vulgaire. Elle et son mec, Henri GODOT, un chef de bande sur le retour vont tenter de prendre leur retraite dorée en montant un dernier bon coup. Le rôle est tenu par Jean SERVAIS désormais habitué aux rôles de vieux beaux gangsters virils. Il est certain que l'affiche n'est pas faite pour attirer les jeunes spectateurs. Tous deux jouent parfaitement leurs rôles peu originaux, mais avec talent et professionalisme. Le trosième larron est interprété par l'inévitable Bernard BLIER, toujours aussi génial. Il interprète un peu sexy contrôleur de fourgon postal qui vient à Paris pour y rencontrer des gens du milieu et faire un bon coup pour sortir du prolétariat. Il apporte une touche drôle et fraîche au film, comme d'habitude. Les bons mots sont pour lui.

    D'autres acteurs occupent des seconds rôles. Jean LEFEBVRE interprète un homme de main qui travaille pour Henri, un dur. Avec son air de chien battu et son mètre 60, on y croit pas vraiment. L'acteur saura trouver des rôles plus à sa mesure et à son physique. Bruno CREMER prête son physique aquilin et inquiétant à l'homme de main de Boby. Il ajoute même une touche de sadisme lorsqu'il est tout en joie à l'idée d'abattre Maine et Félix à la fin du film, avant d'être tué par Henri. Pierre MONDY est aussi présent dans un court rôle d'inspecteur très patient  qui va pincer le couple à la fin du film.

    Pour ajouter un peu de piment à ce film ultra classique, Yves ALLEGRET donne le rôle de Colette, la fille de Maine, à la jeune Sophie DAUMIER. Très mignonne, nous avons du mal à déceler celle qui sera la compagne de Guy BEDOS et sera une reine de l'humour décapant.

    La trouvaille d'Yves ALLEGRET est de proposer le rôle de jeune homme de main romantique à un jeune homme qui a été conseillé et présenté à sa femme: Alain DELON.

    Cela faisait déja quelques mois que le jeune homme courait la jet set et les endroits à la mode en compagnie de Jean-Claude BRIALY. Il est évident que son physique hors du commun était fort remarqué. Ce n'est finalement que très logique qu'il tente sa chance au cinéma. Pour son premier rôle il est un peu gauche devant les caméras. Il parait un peu tendre et ses efforts pour prendre l'accent des titis parisiens. Il reste bien sûr idéal pour jouer les jeunes romantiques et interpréter une idylle avec la jeune Colette. En défendant Maine à la fin du film, il se fait descendre par Bruno CREMER. Déjà une habitude cinéphilique pour l'acteur.

    Si ces débuts sont encore hésitants, il reste bien sûr un physique qui ne peut être ignoré des futurs réalisateurs qui verront le film. Du ce n'est pas un grand succès et il passe relativement inaperçu au box office lors de sa sortie.       

     

     

    ENTREES FRANCE

     

    913 880

     

     

    ENTREES Paris  exclusivité

     

     

    47 654

     

    ENTREES PARIS 

    214 280

    ENTREES Paris 1ère SEMAINE

    29 746

    NOMBRE DE SEMAINES PARIS

    2

    NOMBRE DE SALLES  Paris semaine de sortie

    2

    Moyenne entrées par salles 1ère semaine

    16 438

    COTE DU SUCCES

    * *

     

     

    vlcsnap-2010-08-30-02h28m16s48.png
    EDWIGE FEUILLERE - QUAND LA FEMME S4EN MELE
    vlcsnap-2010-08-30-02h28m49s130.png
    BERNARD BLIER - QUAND LA FEMME S'EN MELE
    vlcsnap-2010-08-30-02h30m12s188.png
    vlcsnap-2010-08-30-02h30m18s245.png
    JEAN LEFEBVRE ET PIERRE MONDY - QUAND LA FEMME S'EN MELE
    ALAIN DELON - QUAND LA FEMME S'EN MELE
    SOPHIE DAUMIER - QUAND LA FEMME S'EN MELE
    vlcsnap-2010-08-30-02h32m21s199.png
    vlcsnap-2010-08-30-02h32m38s114.png
    vlcsnap-2010-08-30-02h32m52s250.png
    vlcsnap-2010-08-30-02h33m11s179.png
    vlcsnap-2010-08-30-02h33m53s90.png
    vlcsnap-2010-08-30-02h34m06s228.png
     
    « ARCHIMEDE LE CLOCHRD - BOX OFFICE BERNARD BLIER 1959LES HUSSARDS - BOX OFFICE BERNARD BLIER 1955 »
    Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    1
    Didier Noisy
    Mercredi 29 Mai 2013 à 03:39
    Didier Noisy
    Bonjour Renaud,
     Je viens de tomber par hasard sur votre B.O. de bernard blier (ah bon? seulement deux films?... ce n'est qu'un début, j'espère).
    En attendant, j'essaie de vous envoyer en pièce jointe le tableau je j'ai fais il n'y a pas longtemps concernant les 10 plus gros succès le concernant (source Simsi).
    Ne sont pris en comptes que les films où il a eu des rôles ou seconds rôles important :

    <table style="margin-left: -10pt; border-collapse: collapse; mso-table-layout-alt: fixed; mso-border-alt: solid windowtext .5pt; mso-padding-alt: 0cm 3.5pt 0cm 3.5pt;" border="1" cellspacing="0" cellpadding="0"> <tbody> <tr style="height: 125.5pt;"> <td style="padding-right: 3.5pt; padding-left: 3.5pt; padding-bottom: 0cm; width: 279pt; padding-top: 0cm; height: 125.5pt; background-color: transparent; border: windowtext 0.5pt solid;" width="372" valign="top">

    BERNARD BLIER

     

    Les misérables (58) ; J.P. Le Chanois ; PATHE-CONS.                    9 966 274

    Quai des orfèvres (47) ; H.G. Clouzot ;                                            5 525 341

    Les casse-pieds (48) ; J. Dréville ; Gaumont                                   4 328 290

    Tout le monde il est beau… (72) ; J. Yanne ; CFDC                         4 076 678

    Archimède le clochard (59) ; G. Grangier ; CINEDIS                        4 073 891

    Les grandes familles (58) ; D. de La Patellière ; CINEDIS                 4 042 041

    Le grand restaurant (66à ; J. Besnard ; GAUMONT                        3 878 520

    D’homme à hommes (48) ; Christian-Jaque ; RAC                           3 561 986

    Jo (71) ; J. Girault ; M.G.M                                                                3 488 415

    Le grand blond...  (72) ; Y. Robert ; Gaumont                                  3 471 266

     

                                                                                                        46 412 702

    </td> </tr> </tbody> </table>
    J'ai déjà fait d'autres tableaux, comme celui-ci, d'une trentaine d'acteurs/trices.
    Dont le dernier en date est Michel Galabru... interressant. C'est (sur 10 films) l'un des plus gros box-office français de tous les temps. Penchez-vous y. A bientôt. Didier Noisy (celui qui fait presque le même travail de recherche que vous) 
    2
    renaud
    Mercredi 29 Mai 2013 à 03:39
    renaud
    Bonsoir Didier,
    En effet je ne compte pas m'arrêter pour Bernard BLIER, mais faire des fiches sur chaque film est un travail long. Je fais ce genre de classement avec un ami du CNC et bien nous ne sommes pas d'accord sur les films à prendre en compte pour le box office total des  acteurs. Personnellement pour "les grandes familles" il n'a qu'un petit rôle (il était pote de GABIN) je ne le compterai pas, par exemple, c'est un film monté sur GABIN et BRASSEUR....
    Merci en tout cas de vos encouragements.
    PS Le livre de Simsi contient pas mal de fautes dixit le CNC, mais bon...
    3
    fabrice ferment
    Mercredi 29 Mai 2013 à 03:39
    fabrice ferment
    En effet, il est toujours difficile de savoir quels sont les acteurs qui ont arriré le public.
    Par exemple, compter "Papa, Maman, la bonne et moi" et sa suite dans les gros succès de ... Louis de Funès est une véritable aberration : il est en fait le voisin qui apparaît dans 2 ou 3 scènes du film.
    A mon humble avis, un film était bati sur 1 ou 2 vedettes et c'est tout.
    On était ravi de retrouver Bernard Blier dans "Tout le monde il est beau" mais personne n'est allé voir le film pour lui mais bien pour Jean Yanne.
    Il faudrait en fait voir tous les films pour réellement savoir exactement.
    Il me paraît bien saugrenu de comptabiliser "Les gendarmes" dans la carrière de M Galabru.
    Le public allait voir le film pour De Funès.  
    4
    Didier Noisy
    Mercredi 29 Mai 2013 à 03:39
    Didier Noisy
    Bonjour Renaud, et merci d'avoir répondu si vite...

    Evidemment, en ce qui concerne les acteurs de ''seconds'' rôles, il y a un parti pris à prendre (ces le cas de le dire) en compte : les Serrault, Galabru, Blier, Carmet et même De Funès, ont tous eus des rôles de plus ou moins grandes importances dans des films ayants obtenus de gros succès avant d'accéder aux 1ers rôles. Seulement (pour prendre exemple de Galabru dans les ''Gendarmes'', il y tient un rôle non seulement récurent, mais aussi important dans chacun des films de la série, même si il sert la soupe à De Funès, il est souvent à l'écran, contrairement à son personnage de ''Bienvenue chez les Ch'tis'', aussi mythique sois-t-il, il n'a q'une seule scène à défendre), quand ces acteurs font partis intégrante d'un film à succès, même si celui-ci n'est pas spécialement grâce à eux, je pense qu'on peut leur attribuer une partie de ce succès.

    Comme j'ai vu que je pouvais facilement vous envoyer mes classements (quoi que j'aurais du mal à vous envoyer les 178 films de Blier, ou les 189 de Galabru), je vous en envoie d'autres (toujours sur la base des 10 plus gros succès importants de chacun).

    Mes amitiés aussi à Fabrice du CNC (qui me connait plus sous mon vrai nom, voir mon adresse mail) avec qui je discute de temps en temps. il faut juste tombé sur un ''bon'' jour. Didier.

    <table style="margin-left: -10pt; border-collapse: collapse; mso-table-layout-alt: fixed; mso-border-alt: solid windowtext .5pt; mso-padding-alt: 0cm 3.5pt 0cm 3.5pt;" border="1" cellspacing="0" cellpadding="0"> <tbody> <tr style="height: 125.5pt;"> <td style="padding-right: 3.5pt; padding-left: 3.5pt; padding-bottom: 0cm; width: 279pt; padding-top: 0cm; height: 125.5pt; background-color: transparent; border: windowtext 0.5pt solid;" width="372" valign="top">

    MICHEL GALABRU

     

    Astérix et Obélix contre César (99) ; C. Zidi ; AMLF                        8 948 228

    Le gendarme de St-Tropez (64) ; J. Girault ; SNC                           7 809 334

    Le gendarme se marie (68) ; J. Girault ; SNC                                  6 828 626

    Le gendarme et les extra-terrestres (79) ; J. Girault ; SNC              6 280 070

    Le gendarme à New York (65) ; J. Girault ; SNC                             5 495 045

    La cage aux folles (78) ; E. Molinaro ; ARTISTES ASSOCIES        5 406 614

    L’été meurtrier (83) ; J. Becker ; SNC                                              5 137 040

    Le gendarme en ballade (70) ; J. Girault ; SNC                               4 870 609

    Le gendarme et les gendarmettes (82) ; J. Girault ; SNC                4 209 139

    Papy fait de la résistance (83) ; J.M. Poié ; AMLF                           4 103 933

     

                                                                                                       59 088 638

    </td> </tr> </tbody> </table> <table style="margin-left: -10pt; border-collapse: collapse; mso-table-layout-alt: fixed; mso-border-alt: solid windowtext .5pt; mso-padding-alt: 0cm 3.5pt 0cm 3.5pt;" border="1" cellspacing="0" cellpadding="0"> <tbody> <tr style="height: 125.5pt;"> <td style="padding-right: 3.5pt; padding-left: 3.5pt; padding-bottom: 0cm; width: 279pt; padding-top: 0cm; height: 125.5pt; background-color: transparent; border: windowtext 0.5pt solid;" width="372" valign="top">

    MICHEL SERRAULT

     

    La cage aux folles (78) ; E. Molinaro ; Artistes Associés                 5 406 614

    Le bonheur est dans le pré (95) ; E. Chatiliez ; Bac Films               4 930 804

    </td> </tr> </tbody> </table>
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :