• POUR LA PEAU D'UN FLIC - ALAIN DELON BOX OFFICE 1981

    POUR LA PEAU D'UN FLIC

     

    9 SEPTEMBRE 1981

     

    POUR LA PEAU D'UN FLIC - AFFICHE

     

     
    • Titre : "Pour la peau d'un flic"
    • Réalisation : Alain Delon
    • Scénario : Alain Delon et Christopher Frank, d'après le roman de Jean-Patrick Manchette "Que d'os !"
    • Dialogues : Christopher Frank
    • Production : Adel Productions
    • Directeurs de production : Antoine Arcos et Henri Jaquillard
    • Photo : Jean Tournier
    • Décors : Théo Meurisse
    • Montage : Michel Lewin
    • Son : Jean Labussière
    • Musique : emprunts à Oscar Benton (Bensonhurst blues), Sidney Bechet, Neil Diamond
    • Réalisateur 2e équipe : Bernard Stora (ph. : André Domage)
    • Assistant réalisateur : Patrick Jaquillard et Patrick Meunier
    • Cascades auto : Rémy Julienne
    • Distribution : UGC, Europe 1.
    • Pellicule 35mm, couleur par Eastmancolor
    • Durée : 105 minutes
    • Tournage : 27 avril 1981 - 26 juin 1981
    • Date de sortie : 9 septembre 1981

     

     

    • Alain Delon : Choucas
    • Anne Parillaud : Charlotte
    • Michel Auclair : Haymann / Tarpon
    • Daniel Ceccaldi : Coccioli
    • Jean-Pierre Darras : Commissaire Chauffard
    • Xavier Depraz : Kasper
    • Jacques Rispal : Professeur Bachhoffer
    • Gérard Hérold : Pradier
    • Pierre Belot : Jude, le pharmacien
    • Annick Alane : Isabelle Pigot
    • Pascale Roberts : Renée Mouzon
    • Jean Barney : Le premier ricaneur
    • Étienne Chicot : Le second ricaneur

     

     
    SYNOPSIS
     
    Choucas, ex- policier, est devenu détective privé. Il est visiblement fier de son affaire – investigations, enquêtes, preuves –, dans laquelle il a pour associé son ami Haymann. Certains liens qu'il a conservés avec la police officielle lui permettent d'agir en toute liberté. Un de ses amis, le commissaire Coccioli, lui envoie Mme Pigot, dont la fille a disparu. Elle ne croit pas à la fugue mais à un kidnapping, car sa fille est aveugle. Choucas n'en doute plus lorsqu'au rendez-vous qu'elle lui a donné sur l'esplanade du Trocadéro, sa cliente est assassinée sous ses yeux d'une balle en plein front. Choucas reçoit des coups de téléphone, des menaces, des visites dont celle d'un commissaire qui veut le tuer. Le détective, en se défendant, l'abat. Choucas se retrouve accusé de deux meurtres, la même arme ayant servi aux deux crimes. Tous les policiers sont à sa recherche, ainsi qu'une bande de gangsters. Impossible pour Choucas de reculer. Charlotte, sa secrétaire, qui est également sa maîtresse, est prise en otage. Choucas arrive, après maintes recherches, à retrouver le repaire des truands afin de la délivrer. Le détective se fait passer à tabac et briser les mains. La police arrive. Toute la bande est inculpée. Choucas, à la clinique, entouré de bandages, voit arriver Charlotte, qui lui annonce qu'elle a rompu avec son mari.

     
     
     
    ANALYSE ET BOX OFFICE
     
    Alain DELON est entré du bon pied dans les années 80 avec "3 hommes à abattre". Il a bien compris que son concurrent BELMONDO tournait peu, mais fait de son film annuel un évènement accompagné d'une campagne marketing imposante. Pour son nouveau film il pousuit dans un genre à priori sans risques et qui a la faveur du public: le polar. Il va passer également à la réalisation, ce qui n'est pas étonnant étant donné l'expérience qu'il a acquit sur ses nombreux tournages. Certains réalisateurs pourraient même confirmer que c'est un acteur qui n'hésitait pas à conseiller, voire à toucher à la caméra lui-même. Tant qu'à faire autant que ce soit lui qui dirige l'équipe technique. Au scénario, il se fait aider par Christopher Frank qui a le vent en poupe. Tous deux concoctent un polar sans surprise, qui aurait sa place dans une collection de poche "Fleuve noir" ou autre.  
    Le film s'ouvre sur une impressionnante séance de tir, un entrainement où l'ancien poulaga Choucas semble être un réel virtuose.... Ce qui lance le film sur la chanson de Oscar BENTON, "Bensonhurst blues".
    Choucas est devenu un privé, mais un privé sympa, en jean et très décontracté. Il se rend à son bureau et le spectateur découvre un des grands points forts du film: la jeune Anne Parillaud. Il est clair que l'actrice n'a pas été choisie pour son talent mais bel et bien pour une insolente beauté qui n'a certainement pas du laisser insensible Alain DELON.... Le ton des dialogues est sans équivoque, très modernes, la secrétaire n'hésitant pas à évoquer qu'elle ne porte pas de culottes, etc.... c'est le ton des années 80. L'actrice n'hésitera pas à montrer son anatomie en totalité dans une scène où elle est violentée lors d'une séquestration. De quoi émoustiller l'adolescent boutonneux qui se rend dans les salles. L'actrice est belle et elle va faire très rapidement parler d'elle, et pas toujours de manière correcte, ce qui injuste pour une jeune actrice qui plait tant aux jeunes adultes.
    Choucas est entrainé dans une histoire très conventionnelle. Il sera en concurrence avec la Police, l'occasion d'offrir des rôles à des acteurs de la "famille" de DELON : Daniel CECCALDI, le sosie de Bryan FERRY, Jean Pierre DARRAS , Gérard HEROLD (trop tôt disparu), une petite apparition de Brigitte LAHAIE qui tente de percer dans le cinéma conventionnel et surtout Michel AUCLAIR qui retrouve DELON deux ans après "Le toubib" et qui bénéficie d'une longue exposition. 
    C'est d'ailleurs une très bonne idée, un trio très sympathique est constitué et va résoudre l'enquête : DELON, AUCLAIR et PARILLAUD permettent au film de se laisser regarder. 
    Au niveau du scénario, le film ne casse pas trois pattes à un canard, mais est tout à fait représentatif du ton des années 80. Ex-flic sympa et habillé comme un jeune, une secrétaire sexy au langage libre, quelques cascades signées Rémi Julienne et naturellement quelques scènes de gunfight.
    DELON se paye le luxe de se faire torturer dans la partie finale du film, assez violente. Ce qui lui vaut d'être présenté platré de partout dans la scène finale où le trio se retrouve. Charlotte qui est enfin une femme libre, va tenter de vérifier si toutes les extrémités de Choucas sont bien immobilisés et va s'offrir une expérience inédite.
    Rien de bien sérieux dans ce film sympathique sans aucun enjeux autre que de divertir le public et servir du DELON à toutes les sauces. DELON dédie son film à J.P.M...Sans doute s'agit-il de Jean-Pierre MELVILLE, dans ce cas, il ne faut pas pousser quand même !
    Le choix de la date du fim est déterminant. Il sort début septembre alors que les films sortis mis août sont en retrait. La première semaine à Paris est exceptionnelle pour un DELON et reste sur les bases du film précédent avec quelques salles de plus. Dès la semaine suivante les géants de la rentrée déboulent, dont "Les aventuriers de l'Arche perdue" qui prendra la tête du box office parisien pour 4 semaines, suivi du "Professionnel" de BELMONDO qui cassera la baraque.
    Mais le DELON établit une belle deuxième semaine. Il dépasse les 400 000 entrées en deux semaines avant de voir ses entrées diminuer régulièrement. Le film bénéficie d'un atout avec le succès de la chanson d'Oscar BENTON dans les charts français. très présente sur les ondes, elle est un élément non négligeable dans la carrière du film qui passe la barre des 700 000 entrées parisiennes, un score magnifique. En France le film dépasse allègrement la barre des deux millions de spectateurs ets e classe 13ème au BO annuel dans une année qui ne manque pas de grands succès. Une très belle performance qui prouve que DELON est toujours là et bien là au box office après 25 ans de carrière. Une stratégie gagnante que l'acteur va tenter de faire durer.      
          

    CATEGORIE

    RANG

    NOMBRE

    SALLES

    ENTREES FRANCE

    13

    2 377 084

     

    ENTREES PARIS

     

    406 761

     

    ENTREES BANLIEUE

     

    312 124

     

    ENTREES PARIS BANLIEUE

     

    718 885

     

    exploitation Paris

     

     

     

     

     

     

     

    1ère semaine

    1

    225 884

    40

    2ème semaine

    2

    120 349

    39

    3ème semaine

    3

    73 624

    36

    4ème semaine

    4

    55 608

    32

    5ème semaine

    6

    42 048

    25

    6ème semaine

    8

    31 822

    22

    7ème semaine

    9

    18 317

    16

    Nombre de semaines Paris

     

    19

     

    Cote du succès

     

    * * *

     

     
    ANNE PARILLAUD - POUR LA PEAU D'UN FLIC
    vlcsnap-2010-10-19-01h51m33s236.png
    ALAIN DELON - POUR LA PEAU D'UN FLIC
    vlcsnap-2010-10-19-02h01m57s76.png
    vlcsnap-2010-10-19-02h04m23s248.png
    vlcsnap-2010-10-19-02h06m03s225.png
    vlcsnap-2010-10-19-02h07m10s133.png
    ANNE PARILLAUD NUE - POUR LA PEAU D'UN FLIC
    ANNE PARILLAUD NUE - POUR LA PEAU D'UN FLIC
    vlcsnap-2010-10-19-02h10m38s165.png
    BRIGITTE LAHAIE - POUR LA PEAU D'UN FLIC
    vlcsnap-2010-10-19-02h14m25s124.png
    vlcsnap-2010-10-19-02h15m48s192.png
    vlcsnap-2010-10-19-02h16m27s67.png
    vlcsnap-2010-10-19-02h17m02s160.png
     
    ......
    « LE CHOC - ALAIN DELON BOX OFFICE 19823 HOMMES A ABATTRE - ALAIN DELON BOX OFFICE 1980 »
    Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :