• PENDEZ- LES HAUT ET COURT - BOX OFFICE CLINT EASTWOOD 1968

     

    PENDEZ-LES HAUT ET COURT

    (HANG’ EM HIGH)

    20 NOVEMBRE 1968

     

     

    PENDEZ- LES HAUT ET COURT - BOX OFFICE CLINT EASTWOOD 1968

     

     

    • Réalisation : Ted Post
    • Scénario : Leonard Freeman et Mel Goldberg
    • Producteur : Leonard Freeman
    • Producteur associé : Irving L. Leonard
    • Musique : Dominic Frontiere
    • Photographie : Richard H. Kline, A.S.C. et Leonard J. South (de), A.S.C.
    • Budget : 1 600 000 $
    • Société de production : Leonard Freeman Production - The Malpaso Company
    • Société de distribution : United Artists
    • Pays d'origine : Drapeau des États-Unis États-Unis
    • Langue : Anglais
    • Formats : 1,85 : 1 | Couleur DeLuxe | 35 mm
    • Son : Mono
    • Genre : Western
    • Durée : 110 minutes
    • Date de sortie : Drapeau des États-Unis États-Unis 3 août 1968 
    • Clint Eastwood (VF : Jacques Deschamps) : Jedediah "Jed" Cooper
    • Inger Stevens (VF : Régine Blaess) : Rachel Warren
    • Ed Begley (VF : Claude Bertrand) : Le Capitaine Wilson
    • Pat Hingle (VF : Jean-Henri Chambois) : Le juge Adam Fenton
    • Ben Johnson (VF : André Valmy) : Le Marshall Dave Bliss
    • Charles McGraw (VF : Jacques Dynam) : Le Shérif Ray Calhoun
    • Dennis Hopper (VF : Henry Djanik) : Le "prophète"
    • Ruth White (VF : Lita Recio) : Madame 'Peaches' Sophie, gérante du bordel de Fort Grant
    • Bruce Dern (VF : Gérard Hernandez) : Miller

     

    SYNOPSIS

     

    Jedediah Cooper, ancien policier, fait traverser le Rio Grande à son troupeau quand neuf hommes en armes - des "vigilants" - menés par le capitaine Wilson, l'arrêtent et l'accusent du meurtre d'un rancher et du vol de ses bêtes. Jed Cooper a beau leur montrer l'acte d'achat, il est dûment lynché et laissé pour mort. Un marshall itinérant, Bliss, le sauve et l'envoie à Ford Grant afin qu'il soit jugé. Là, le juge Fenton - magistrat connu pour son invention spectaculaire, une potence à six noeuds - le déclare innocent et le relâche : le coupable du vol vient en effet d'être arrêté et Cooper assiste à son exécution. Mais il a décidé de se venger. Fenton réussit à l'en dissuader en lui proposant un poste d'adjoint, que Cooper accepte. Alors qu'il se trouve dans une ville voisine, il reconnaît dans le saloon un de ses agresseurs, qu'il tue au cours d'une bagarre. A Ford Grant, un autre "vigilant" se rend et dénonce ses complices, qui habitent à Red Creek. Alors que Cooper se dirige vers le ranch de Wilson, il rencontre une bande d'hommes armés poursuivant un voleur et se joint à eux. L'homme arrêté se révèle être un de ses ennemis. Cooper le sauve pourtant de la colère des fermiers qui veulent le lyncher, et parvient à le ramener à Fort Grant, où Fenton le condamne à la pendaison avec les deux "vigilants". Pendant l'exécution, Wilson, prenant Cooper par traîtrise, le blesse grièvement. Rachel, une jeune veuve, le sauve et le soigne. Une fois guéri, Cooper retoume à Red Creek. Une partie de la bande s'est barricadée dans le ranch de Wilson. Cooper élimine un à un les "vigilants". Quand il entre dans le ranch, il trouve Wilson pendu : terrorisé, il a préféré se suicider. Ayant pris conscience de la cruauté de sa vengeance, il veut rendre son étoile; Fenton lui explique que la justice, si imparfaite soit-elle, vaut la peine que l'on se batte pour elle. Cooper repart donc à la poursuite des autres "vigilants" qui se sont enfuis de l'Oklahoma.

     

    ANALYSE ET BOX OFFICE

     

    Alors que "Le bon, la brute et le truand" n'est même pas encore sorti en France ( il est sorti en Italie en décembre 1966), Clint EASTWOOD est retourné aux USA dans l'espoir de lancer sa carrière. En 1967 "la trilogie du dollar" est diffusée  aux USA distribuée par United Artist avec un certain succès. Mais en fait, l'acteur va connaitre une année sans travailler. Il tape aux portes des studios pour trouver des projets, sans succès et l'inquiétude le gagne. Il est pourtant décidé à proposer ses propres projets épaulé en cela par United Artist. Ted Post se souvient d'un Eastwood très déçu et démotivé au fur et à mesure de ses échecs. Or, Clint Eastwood est considéré comme un risque potentiel et qui plus est il n'est pas très connu des producteurs influents. Leonard Freeman et Mel Goldberg ont sous le coude le scénario de "Pendez-les haut et court" un projet qu'ils comptent développer en film mais surtout en série télé car Freeman est un scénariste et producteur de séries télé. Or, leur  nouveau show "hawaï 5-0" (Hawaï police d'Etat) reçoit le feu vert et devient un show à succès. Freeman parle de ce script à son agent, Irvin Leonard qui lui propose Clint Eastwood comme acteur. Or Freeman et le scénariste Mel Goldberg ne connaissent pas Eastwood du tout. Or l'agence de Clint Eastwood n'est pas favorable au projet et aimerait que l'acteur tourne dans "L'Or de McKenna" par exemple. Freeman et Goldberg convoquent Eastwood à un rendez-vous dans leur bureau et lorsque celui-ci arrive (en retard) ils sont impressionnés par la stature de l'acteur ( "Lorsqu'il a passé la porte on aurait dit qu'il mesurait 2m20" selon Freeman). Ils découvrent un Eastwood plutôt taiseux alors que beaucoup d'acteurs discutent le scénario sans fin. Au final Eastwood accepte sans réserve ce nouveau western alors qu'il aimerait sortir du genre, mais il convient d'être réaliste, le western est toujours un genre qui fonctionne aux USA.

    Irving Leonard fonde Malpaso avec Clint Eastwood. Leonard en est le Président et Eastwood en est l'actionnaire majoritaire. Une équipe est montée autour de Eastwood qui sera le principal produit de la société. Leonard va devenir un personnage fondamental de Malpaso et s'occuper de la carrière de l'acteur et avant sa mort ( en 1969 des suites de complications cardiaques) il aura structuré la petite société pour que Eastwood touche un million de dollars par films en revenus dérivés. Cet argent sera placé dans l'immobilier et dans l'achat de terres. Eastwood sera effondré à sa mort, ce qui lui arrivera rarement.

    "Hang' em high" sera donc coproduit par United Artist et Malpaso. Malgré son manque de reconnaissance aux USA, Eastwood percevra 400 000 dollars et 25% des recettes, un deal vraiment favorable, mais United Artist et Leonard comptent sur un succès massif en Italie. Eastwood désire absolument Ted Post à la réalisation. il le connait très bien étant donné qu'il a réalisé 24 épisodes de la série "Rawhide" mais aussi 179 épisodes de la série "Peyton place" (entre autres) et que c'est un très grand professionnel habitué a diriger les acteurs et Eastwood redoute les parties où son personnage doit parler, il tente souvent de raccourcir les scènes de dialogues pour dynamiser le film (méthode Leone). Ted Post embauché, le reste du casting suit rapidement et il est vraiment de qualité en particulier avec  Pat Hingle, très grand acteur vu dans toutes les séries américaines et qui se fera connaitre des plus jeunes avec son rôle du commissaire Gordon dans le "Batman" de Tim Burton. L'actrice principale est Inger Stevens une suédoise naturalisée américaine qui s'est fait connaitre avec une série télé "the farmer's daughter". Celle-ci ne connait absolument pas Eastwood et demande à le rencontrer. Du fait elle sera enchantée du tournage et sera très proche de Eastwood ce dernier ne tardant pas à amener la belle actrice dans son lit, car Eastwood a toujours été un infatigable coureur de jupons, d'autant plus facile que l'acteur dégage un magnétisme souvent irrésistible. 

    Le tournage débute en juin 1967au Nouveau Mexique et se termine dans les studios de la MGM. Si Irving Leonard est le producteur exécutif du film, le plateau reçoit régulièrement la visite de Freeman qui tient à vérifier que son script est respecté. Ce dernier tente d'imposer sa loi, mais Eastwood le prend dans un coin et est suffisamment convaincant pour que Freeman ne revienne plus. Les patrons ce sont Eastwood et Leonard. Parfois Eastwood impose également ses vues sur certaines scènes pour rendre le film plus efficace, c'est bien sûr une conséquence de ce qu'il a observé sur les plateaux italiens et démontre qu'il a déjà des affinités à devenir réalisateur.

    Le film est très agréable et se situe dans la fourchette haute des productions habituelles constitués de produits stéréotypés comme "Bandolero" ou "5 cartes à abattre" par exemple. Si le film contient son lot de scènes efficaces dont le lynchage de Jed Cooper et sa quête de vengeance qui verra le dernier coupable préférer se suicider par pendaison plutôt que de se faire capturer, il vaut cependant par les relations entre le Juge interprété par l'impeccable Pat Hingle et Jed Cooper. Le juge ne jure que par l'exemplarité des peines capitales (la pendaison) et Cooper tente de discuter le sort de certains condamnés surtout quand il s'agit de jeunes gens qui n'ont été que vaguement participé au forfait. Cooper parviendra à sauver la vie d'un homme en échange de poursuivre son travail pour le juge. Cette relation entre le juge et son bras armé de la justice n'est pas sans rappeler la série télé "Amicalement vôtre" où Wilde et Sainclair travaillent pour le juge Fulton. D'ailleurs la fin ouverte du film évoque une possible séquelle et ce n'est pas pour rien qu'à la base le scénario de Freeman était destiné à devenir une série télévisée.

    Le film est fort bien réalisé par Ted Post, du bon travail bien propre qui sait également se focaliser sur sa star. Comme d'habitude Eastwood voit son personnage martyrisé entre lynchage et embuscade mortelle. Il y a bien sûr une part humaniste contre la justice pour le moins impitoyable de l'époque. Si le film ne possède pas la virtuosité d'un Leone (pourtant Cooper arbore régulièrement un cigarillo et la musique tente de se rapprocher d'un thème à la Leone) Eastwood démontre toujours un charisme incroyable.

    A l'issue du tournage, Eastwood enchaîne le tournage de "Coogan's bluff" ( Un shérif à New York) dès l'automne 1967.

    "Hang"em high" sort début août 1968 aux USA et est reçu très favorablement par la critique et le public. Lors de sa première américaine à Baltimore il rapporte 5241 dollars soit le record pour United Artist devant les James Bond. Il prend la tête du box office à "Rosemary Baby" la semaine de sa sortie avec une recette de 3.2 millions de dollars et reste en tête la semaine suivante. Il rembourse son coût en deux semaines. Au final il récolte plus de 6.7 millions de dollars de recettes nettes. En Europe il marche très bien, même si en Italie le film ne connait pas le même triomphe qu'un LEONE il attire quand même près de 3.5 millions de spectateurs. 

    En France le film sort en novembre 1968 alors que "Le Bon, la brute et le truand" effectue toujours un parcours remarquable. Sur Paris les westerns ne manquent pas de concurrencer le film durant ses trois premières semaines. " 5 cartes à abattre" de Henry Hathaway avec Dean Martin et Robert Mitchum s'impose largement, tout comme "Le dernier jour de la colère" avec Lee Van Cleef et "Shalako" avec Sean Connery et Brigitte Bardot. Cependant grâce au public français le film parvient à approcher la barre du million de spectateurs. Un succès très correct mais il est clair que les spectateurs préfèrent voir un "Leone".

    Avec cet accueil américain favorable, United Artist et Malpaso sont donc confiants sur le potentiel de l'acteur sur le box office américain. Reste que Eastwood désire tourner dans d'autres genres et sortir de son image d'acteurs de westerns surtout que le genre vit ses dernières heures de gloire à Hollywood.                     

     

    PENDEZ LES HAUT ET COURT BANDE ANNONCE VO

               

    CATEGORIE POS NOMBRE SALLES
    ENTREES FRANCE   964 587
     
    ENTREES PARIS BANLIEUE   271 051
     
    1ère semaine 5 33 562
    4
    2ème semaine 7 21 664
     
    3ème semaine 8 17 570
     
    BOX OFFICE USA   6.77 M$ (rentals)
     
           
           
    Cote du succès   * *
     

     

                     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     PENDEZ- LES HAUT ET COURT - BOX OFFICE CLINT EASTWOOD 1968

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    PENDEZ- LES HAUT ET COURT - BOX OFFICE CLINT EASTWOOD 1968

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    .

     

     

     

     

     

    PENDEZ- LES HAUT ET COURT - BOX OFFICE CLINT EASTWOOD 1968

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    PENDEZ- LES HAUT ET COURT - BOX OFFICE CLINT EASTWOOD 1968

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    PENDEZ- LES HAUT ET COURT - BOX OFFICE CLINT EASTWOOD 1968

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    PENDEZ- LES HAUT ET COURT - BOX OFFICE CLINT EASTWOOD 1968

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    PENDEZ- LES HAUT ET COURT - BOX OFFICE CLINT EASTWOOD 1968

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    PENDEZ- LES HAUT ET COURT - BOX OFFICE CLINT EASTWOOD 1968

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    PENDEZ- LES HAUT ET COURT - BOX OFFICE CLINT EASTWOOD 1968

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    PENDEZ- LES HAUT ET COURT - BOX OFFICE CLINT EASTWOOD 1968

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    PENDEZ- LES HAUT ET COURT - BOX OFFICE CLINT EASTWOOD 1968

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    PENDEZ- LES HAUT ET COURT - BOX OFFICE CLINT EASTWOOD 1968

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    PENDEZ- LES HAUT ET COURT - BOX OFFICE CLINT EASTWOOD 1968

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    PENDEZ- LES HAUT ET COURT - BOX OFFICE CLINT EASTWOOD 1968

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    PENDEZ- LES HAUT ET COURT - BOX OFFICE CLINT EASTWOOD 1968

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    PENDEZ- LES HAUT ET COURT - BOX OFFICE CLINT EASTWOOD 1968

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    PENDEZ- LES HAUT ET COURT - BOX OFFICE CLINT EASTWOOD 1968

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     .

     

    « QUAND LES AIGLES ATTAQUENT - BOX OFFICE CLINT EASTWOOD 1969LE BON LA BRUTE ET LE TRUAND - BOX OFFICE CLINT EASTWOOD 1968 »
    Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :