• ON NE VIT QUE DEUX FOIS - YOU ONLY LIVE TWICE - JAMES BOND BOX OFFICE 1967

     

     

    ON NE VIT QUE DEUX FOIS

    (YOU ONLY LIVE TWICE)

    12 JUIN 1967 (UK)

    20 SEPTEMBRE 1967

     

    ON NE VIT QUE DEUX FOIS

    Réalisation Lewis GILBERT
    Scénario Roald DAHL
    Photographie  Freddy YOUNG
    Musique John BARRY
    Production

    H SALTZMAN

    Albert R BROCCOLI

    Eon Production

    Distribution Artistes Associés
    Durée 116 minutes
    Tournage 04/07/1966- février 1967
    James BOND
    Sean CONNERY
    Tatiana Romanova
    Daniela BIANCHI
    Blofeld
    Donald PLEASANCE
    Aki
    Akiko WAKABAYASHI
    Tiger Tanaka
    Testsuro TAMBA
    LMiss Moneypenny
    Lois MAXWELL

     

    Les États-Unis et la Russie se soupçonnent mutuellement de saboter les essais en vol de leurs programmes spatiaux. Le service secret britannique pense qu'un groupement secret qui a sa base au Japon intercepte les fusées lancées par les deux pays afin de provoquer une troisième Guerre Mondiale. James Bond arrive au Japon et entre en contact avec Tiger Tanaka, le chef des services secrets japonais. Son enquête le conduit dans une région volcanique du sud de l'île où il échappe à plusieurs attentats. James Bond rentre dans l'ombre. Prenant l'identité d'un humble pêcheur époux de la ravissante Kissy Suzuki, Bond trouve enfin le repaire de l'organisation terroriste caché dans un volcan éteint. Tandis que Kissy part avertir les autorités, Bond s'aventure dans le repaire et fait prisonnier, est conduit devant son ennemi, Blofeld, le chef du SPECTRE. Une nouvelle fusée interceptrice est sur le point d'être lancée. Bond parvient à se libérer et ouvre le toit mobile de la base pour permettre aux agents secrets d'investir les lieux. Dans un accès de rage, Blofeld fait sauter le volcan, mais Bond, Suzuki et les agents de Tanaka parviennent à s'enfuir

     

    ************************************

     

    Il faut attendre un an et demie pour voir le cinquième épisode des aventures de James BOND. Les deux producteurs décident de renouveler les cadres et font appel à Lewis GILBERT pour réaliser cette aventure, ce qu’il met un peu de temps à accepter. Lewis GILBERT n’est pas n’importe qui, c’est un grand technicien anglais qui a réalisé un nombre importants de films de tous genres, en particulier des films de guerre et à connu un grand succès en 1966 avec « Alfie ». Le directeur de la photographie change également. Mal aimé de la critique, le film est un de mes préférés pour la démesure et l’ambiance Japonaise du film. Il est évident que pour les puristes "bondiens", le film n'a pas grand chose à voir avec le roman éponyme. En effet l'histoire doit se situer après "Au service secret de sa majesté" qui sera en fait le Bond suivant à l'écran. Exit donc le BOND effondré par la mort de sa femme et pour cause. Le film n'a donc que peu à voir avec l'intrigue du roman et la saga devient de plus en plus un ensemble de films spectaculaires. Exit la tension nerveuse de "Bons baisers de Russie" liée à la réalisation de Terence YOUNG et place au grand spectacle. certains apprécieront ce virage, d'autres pas du tout et voient le premier signe du déclin artistique de la saga.

    La séance d’ouverture est un grand classique de la saga avec la capture d’une capsule américaine dans l’espace par un vaisseau du SPECTRE. Un des astronautes sera perdu dans l’espace. Puis BOND est « tué » dans un lit après avoir été piégé par une belle asiatique.

    Officiellement mort, celui-ci va pouvoir se consacrer à rechercher l’origine de l’intrigue et empêcher une nouvelle guerre mondiale.

    Le film est très ludique et sans autre prétention que de divertir. Majoritairement tourné au pays du soleil levant,le tournage est éprouvant et la logistique colossale lié à l'imposant budget de près de 10 millions de dollars a bien failli compromettre le tournage du film. Sean CONNERY est harcelé au Japon par des fans hystériques, il ne peut plus faire un pas. Le tournage est très long, et cette fois Sean CONNERY, contre l’avis de tous, déclare qu’il arrête BOND, ce qui fait l’effet d’une bombe : la franchise peut elle survivre sans son plus célèbre acteur ? Du coté des acteurs ou plutôt des actrices, il est difficile de trouver une asiatique à la fois belle, bonne actrice et parlant anglais. BLOFELD que l’on découvre enfin sous les traits de Donald PLEASANCE, a été durant un moment incarné par un acteur tchèque, les figurants Japonais eurent la surprise, un matin de découvrir que l’acteur n’était plus le même.

    Du coté des grandes séquences du film, une bataille entre un gyrocoptère et des hélicoptères du SPECTRE, le gyrocoptère existant vraiment. Les producteurs avaient découvert cet engin par la presse et décidèrent de l’intégrer au script. Le fabrication du faux volcan japonais a englouti un budget énorme et est sans doute un des décors les plus imposants jamais construit. A Pinewood, les occupants du célèbre studio anglais ont pu suivre la construction d’un décor de 100 mètres de haut, si énorme qu’une piste d’hélicoptère est installée et que les appareils circulent sans problème au milieu d’une fusée. Les cascadeurs qui se déploient depuis le cratère souffrent même de vertige. Le combat final est un peu un foutoir, mais le fun est là, et c’est bien l’essentiel. BLOFELD peut s’échapper, mais désormais BOND connaît son visage et ils se retrouveront.

    Si Sean CONNERY apparait toujours très décontracté, il bout intérieurement. tous les films qu'il a tourné en dehors des BOND n'ont pas marché, et il est agacé par les immenses profits que font les producteurs sur son dos. Et pourtant CONNERY est le seul a percevoir des pourcentages sur les recettes, alors que les réalisateurs sont payés au cachet point final. Une poule aux oeufs platine que se partagent les deux producteurs et un tout petit peu Sean CONNERY. Pour lui, un départ est inéluctable d'autant plus que les deux producteurs pensent qu'il est inutile d'augmenter CONNERY étant donné que le personnage est plus important que lui. Une cruelle erreur qui sera découverte avec l'épisode suivant.  

    Si le film ne rapporte pas autant que "Opération Tonnerre" qui représente le pic de la montagne d'or rapporté par BOND, le film marque le pas en Angleterre où il rapporte à peu près la moitié des recettes colossales du BOND précédent, mais continue de très bien marcher aux USA et dans toute l'Europe.

    En 1965 BOND fut le seul à pouvoir concurrencer la machine Louis DE FUNES, et bien ce sera la même chose en 1967 année encore laminée par Louis DE FUNES avec 3 nouveautés et "La grande vadrouille" qui, sorti en décembre 1966  fait le maximum d'entrées cette année là . Seul James BOND parviendra à tirer son épingle du jeu entre deux Louis DE FUNES.

    Sorti à la rentrée 1967 le film est la seul nouveauté de l'année a passer la barre des 100 000 spectateurs à Paris avec le score massif de 126 671 entrées. Il conserve facilement la tête du box office parisien durant deux semaines supplémentaires et reste dans le top 5 hebdomadaire durant 7 semaines. Il dépasse facilement les 600 000 spectateurs en exclusivité.

    Au niveau de l'année civile, il se classe à la troisième place du box office France avec 3 454 000 entrées, derrière "Les grandes vacances" avec 5 537 00 entrées et  "Oscar" avec 4 972 000 entrées. Il se classe devant "Les risques du métier" et "Fantômas contre Scotland Yard".  

    Le fil poursuit son exploitation et sera réédité en 1971 à Paris au cours d'un festival "Bond" en en 1982 où il fera 138 536 entrées à Paris. Au total sur la France le film cumule près de 4.5 millions d'entrées. Un gros succès donc. 

    Avec ce film et le départ de CONNERY se clôt la fin de l'âge d'or de James BOND ou plus simplement la fin de son premier cycle. Le meilleur. Le film reste également une référence pour la franchise Austin Powers qui s'est très largement inspiré du film.

     

    ENTREES FRANCE 4 489 249
    ENTREES FRANCE 1967 3 454 000
    ENTREE PARIS
    1 078 141
    PREMIERE SEMAINE PARIS N° 1
    126 671
    2EME SEMAINE PARIS - N° 1
    95 439
    3EMESEMAINE PARIS - N° 1 75 371
    4EME SEMAINE PARIS - N° 2
    57 173
    5 EME SEMAINE PARIS - N°3
    44 824
    6 EME SEMAINE PARIS - N°4 41 349
    7 EME SEMAINE PARIS - N° 3
    40 728
    NOMBRE DE SEMAINE PARIS 15
    NOMBRE DE SALLES SEM SORTIE PARIS
    6
    BUDGET 9.5 M$
    RECETTE USA 1967 19.3 Millions de dollars de rentals

     

    CLIQUEZ SUR LES PHOTOS POUR LES VOIR EN GRAND FORMAT ET EN HD

     

    ON NE VIT QUE DEUX FOIS - BOX OFFICE SEAN CONNERY 1967

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     ON NE VIT QUE DEUX FOIS - BOX OFFICE SEAN CONNERY 1967

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    ON NE VIT QUE DEUX FOIS - BOX OFFICE SEAN CONNERY 1967

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    ON NE VIT QUE DEUX FOIS - BOX OFFICE SEAN CONNERY 1967

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     ON NE VIT QUE DEUX FOIS - BOX OFFICE SEAN CONNERY 1967

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    ON NE VIT QUE DEUX FOIS - BOX OFFICE SEAN CONNERY 1967

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    ON NE VIT QUE DEUX FOIS - BOX OFFICE SEAN CONNERY 1967

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     ON NE VIT QUE DEUX FOIS - BOX OFFICE SEAN CONNERY 1967

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    ON NE VIT QUE DEUX FOIS - BOX OFFICE SEAN CONNERY 1967

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    ON NE VIT QUE DEUX FOIS - BOX OFFICE SEAN CONNERY 1967

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    ON NE VIT QUE DEUX FOIS - BOX OFFICE SEAN CONNERY 1967

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    ON NE VIT QUE DEUX FOIS - BOX OFFICE SEAN CONNERY 1967

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    ON NE VIT QUE DEUX FOIS - BOX OFFICE SEAN CONNERY 1967

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    ON NE VIT QUE DEUX FOIS - BOX OFFICE SEAN CONNERY 1967

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    ON NE VIT QUE DEUX FOIS - BOX OFFICE SEAN CONNERY 1967

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    ON NE VIT QUE DEUX FOIS - BOX OFFICE SEAN CONNERY 1967

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    ON NE VIT QUE DEUX FOIS - BOX OFFICE SEAN CONNERY 1967

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    ON NE VIT QUE DEUX FOIS - BOX OFFICE SEAN CONNERY 1967

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    ON NE VIT QUE DEUX FOIS - BOX OFFICE SEAN CONNERY 1967

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    ON NE VIT QUE DEUX FOIS - BOX OFFICE SEAN CONNERY 1967

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    ON NE VIT QUE DEUX FOIS - BOX OFFICE SEAN CONNERY 1967

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    ON NE VIT QUE DEUX FOIS - BOX OFFICE SEAN CONNERY 1967

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    ON NE VIT QUE DEUX FOIS - BOX OFFICE SEAN CONNERY 1967

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    ON NE VIT QUE DEUX FOIS - BOX OFFICE SEAN CONNERY 1967

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    ON NE VIT QUE DEUX FOIS - BOX OFFICE SEAN CONNERY 1967

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    ON NE VIT QUE DEUX FOIS - BOX OFFICE SEAN CONNERY 1967

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    ON NE VIT QUE DEUX FOIS - BOX OFFICE SEAN CONNERY 1967

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    ....

    « LE BATTANT - BOX OFFICE CATHERINE DENEUVE 1982LE SAUVAGE - BOX OFFICE CATHERINE DENEUVE 1975 »
    Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :