• ON NE VIT QUE DEUX FOIS - BOX OFFICE SEAN CONNERY 1967

     

    ON NE VIT QUE DEUX FOIS

    20 SEPTEMBRE 1967

     

    ON NE VIT QUE DEUX FOIS -FRENCH POSTER

     

    • Titre francophone : On ne vit que deux fois
    • Titre original : You Only Live Twice
    • Réalisation : Lewis Gilbert, assisté de Peter Hunt
    • Scénario : Roald Dahl, d'après On ne vit que deux fois de Ian Fleming
    • Décors : Ken Adam
    • Musique : John Barry. Chanson interprétée par Nancy Sinatra
    • Photographie : Freddie Young, assisté d'Ernest Day (cadreur)
    • Effets spéciaux : John Stears
    • Séquences d'actions : Bob Simmons
    • Affiches : Robert McGinnis & Frank McCarthy
    Affiche française : Yves Thos
    • Production : Harry Saltzman et Albert R. Broccoli
    • Société de production : EON Productions, avec la participation non créditée de Danjaq
    • Société de distribution : United Artists
    • Pays d'origine : Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
    • Langues originales : anglais, japonais et russe
    • Genre : espionnage, action
    • Durée : 117 minutes
    • Tournage : 4 juillet 1966 - février 1967
    • Dates de sortie1 :
      • Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni : 12 juin 1967 (première mondiale à Londres), 13 juin 1967 (sortie nationale)
      • Drapeau des États-Unis États-Unis : 13 juin 1967
      • Drapeau de la France France : 20 septembre 1967

    Distribution

     

    • Sean Connery (VF : Jean-Pierre Duclos) : James Bond 007
    • Akiko Wakabayashi (VF : Joëlle Janin) : Aki
    • Mie Hama (VO : Nikki van der Zyl / VF : Albertine Bru) : Kissy Suzuki
    • Tetsurō Tamba (VO : Robert Rietty / VF : Jean Brassat) : Tigre Tanaka
    • Teru Shimada (VF : Jacques Chevalier) : M. Osato
    • Karin Dor (VF : Nathalie Nerval) : Helga Brandt (N° 11 du SPECTRE)
    • Donald Pleasence (VF : Maurice Dorléac) : Ernst Stavro Blofeld (N° 1 du SPECTRE)
    • Bernard Lee (VF : Serge Nadaud) : « M »
    • Lois Maxwell (VF : Paule Emanuele) : Miss Moneypenny
    • Desmond Llewelyn (VF : Jean-Henri Chambois) : « Q »
    • Charles Gray (VF : Roger Rudel) : Dikko Henderson

     

     

    SYNOPSIS

    Les États-Unis et la Russie se soupçonnent mutuellement de saboter les essais en vol de leurs programmes spatiaux. Le service secret britannique pense qu'un groupement secret qui a sa base au Japon intercepte les fusées lancées par les deux pays afin de provoquer une troisième Guerre Mondiale. James Bond arrive au Japon et entre en contact avec Tiger Tanaka, le chef des services secrets japonais. Son enquête le conduit dans une région volcanique du sud de l'île où il échappe à plusieurs attentats. James Bond rentre dans l'ombre. Prenant l'identité d'un humble pêcheur époux de la ravissante Kissy Suzuki, Bond trouve enfin le repaire de l'organisation terroriste caché dans un volcan éteint. Tandis que Kissy part avertir les autorités, Bond s'aventure dans le repaire et fait prisonnier, est conduit devant son ennemi, Blofeld, le chef du SPECTRE. Une nouvelle fusée interceptrice est sur le point d'être lancée. Bond parvient à se libérer et ouvre le toit mobile de la base pour permettre aux agents secrets d'investir les lieux. Dans un accès de rage, Blofeld fait sauter le volcan, mais Bond, Suzuki et les agents de Tanaka parviennent à s'enfuir

     

    ANALYSE ET BOX OFFICE

     

    Le public devra un an et demie pour voir le cinquième épisode des aventures de James BOND. Les deux producteurs décident de renouveler les cadres et font appel à Lewis Gilbert pour réaliser cette aventure, ce qu’il met un peu de temps à accepter. Lewis Gilbert n’est pas n’importe qui, c’est un grand technicien anglais qui a réalisé un nombre importants de films de tous genres, en particulier des films de guerre et à connu un grand succès en 1966 avec « Alfie ». Le directeur de la photographie change également. Mal aimé de la critique, le film est un de mes préférés pour la démesure et l’ambiance Japonaise du film. Il est évident que pour les puristes "bondiens", le film n'a pas grand chose à voir avec le roman éponyme. En effet l'histoire doit se situer après "Au service secret de sa majesté" qui sera en fait le Bond suivant à l'écran. Exit donc Bond effondré par la mort de sa femme et pour cause. Le film n'a donc que peu à voir avec l'intrigue du roman et la saga devient de plus en plus spectaculaire. Exit la tension nerveuse de "Bons baisers de Russie" liée à la réalisation de Terence YOUNG et place au grand spectacle. certains apprécieront ce virage, d'autres pas du tout et voient le premier signe du déclin artistique de la saga.

    Le film est très ludique et sans autre prétention que de divertir. Majoritairement tourné au pays du soleil levant,le tournage est éprouvant et la logistique colossale lié à l'imposant budget de près de 10 millions de dollars a bien failli compromettre le tournage du film. Sean Connery est harcelé au Japon par des fans hystériques, il ne peut plus faire un pas.

    Le film comprend des scènes spectaculaires. Bien sûr la scène d'introduction a pu impressionner à l'époque. celle-ci voir une capsule spatiale américaines "avalée" par un vaisseau ennemi.  Citons une bataille entre un gyrocoptère et des hélicoptères du SPECTRE, le gyrocoptère existant vraiment. Les producteurs avaient découvert cet engin par la presse et décidèrent de l’intégrer au script. Le fabrication du faux volcan japonais a englouti un budget énorme et est sans doute un des décors les plus imposants jamais construit. A Pinewood, les occupants du célèbre studio anglais ont pu suivre la construction d’un décor de 100 mètres de haut, si énorme qu’une piste d’hélicoptère est installée et que les appareils circulent sans problème au milieu d’une fusée. Les cascadeurs qui se déploient depuis le cratère souffrent même de vertige.

    Si Sean Connery apparait toujours très décontracté, il bout intérieurement. Tous les films qu'il a tourné en dehors des Bond n'ont pas marché, et il est agacé par les immenses profits que font les producteurs sur son dos. Et pourtant il est le seul a percevoir des pourcentages sur les recettes, alors que les réalisateurs sont payés au cachet point final. Une poule aux oeufs platine que se partagent les deux producteurs et un  petit peu Sean Connery. Pour lui, un départ est inéluctable d'autant plus que les deux producteurs pensent qu'il est inutile de l''augmenter étant donné que le personnage est plus important que lui. Cette fois Sean Connery, contre l’avis de tous, déclare qu’il arrête Bond, ce qui fait l’effet d’une bombe : la franchise peut elle survivre sans son plus célèbre acteur ?Une cruelle erreur qui sera découverte avec l'épisode suivant. J'ajouterai que découvrir que Blofeld possède les traits de Donald Pleasance m'a déçu, l'acteur n'ayant jamais été charismatique.

    Au final "On ne vit que deux fois" reste  généreux et spectaculaire. Il me reste en souvenir un plan aérien où Bond est poursuivi sur les toits par une horde de personnes hostiles qui reste très intéressant. Il est aussi sexy en diable avec de superbes actrices exotiques. Cependant la scène du gyrocoptère est un peu longue et les transparences sont pour le moins très visibles. La scène de l'assaut du cratère me fait penser à un remake de "Dr No". C'est un Bond un peu inégal donc mais qui est très accrocheur. Le film possède également une superbe musique et j'adore la chanson du film. Avec le départ de Connery, c'est la fin du premier cycle Bondien et selon moi le meilleur et de loin. Je n'irai pas jusqu'à dire qu'il aurait été peut être préférable de s'arrêter là, mais les producteurs voudront traire la vache aux oeufs d'or jusqu'au bout.   

    Le box office montre une baisse sensible des recettes par rapport à "Opération Tonnerre" et "Goldfinger". Mais ces films figurent encore dans les meilleurs scores de tous les temps dans plusieurs pays, cela ne pouvait pas durer éternellement, mais ce 5ème James Bond accompagné d'un merchandising colossal reste quand même la meilleure recette Mondiale de l'année 1967.  Ajoutons également que globalement le box office Mondial de l'année 1967 fléchit sensiblement, la montée inéluctable des postes de télévisions dans le Monde y étant bien sûr pour quelque chose.  

    En Grande Bretagne le film sort à Londres en juin 1967 ce qui est une date inhabituelle, sans doute les fêtes de fin d'année auraient été une date plus judicieuse, mais 18 mois sans James Bond c'est long en UK. Le film récolte 8 300 000 spectateurs ce qui est encore très bien mais marque un net fléchissement de la franchise.

    Sorti simultanément aux USA, le score au box office est bien meilleur. Il faut dire que "Casino Royal" un Bond alternatif a été un énorme succès les semaines précédent la sortie du film. "You only twice" n'a aucune peine à s'emparer de la première place du box office hebdomadaire dès sa sortie où il reste en tête durant 6 semaines avant de se faire déloger par "12 salopards". Il quitte le top 10 au bout de 10 semaines de présence et aura récolté au final 19.38 millions de dollars net soit la seconde recette de l'année derrière "12 salopards". Le film aurait amorti son budget rien qu'avec les USA.   

    En France le film sort à la rentrée 1967 et aura fort à faire avec l'écrasante domination de Louis de Funès sur le box office. A paris il sort dans 6 salles : Le Marignan où il attire 28 540 spectateurs en première semaine, le Richelieu, le Bosquet, le Cluny palace, le Montrouge Aubert et le Wepler. Il est le seul film à atteindre la barre des 100 000 spectateurs à Paris en 1967 avec 128 328 entrées et il passe 3 semaines en tête du box office parisien. En France, le film s'offre de belles semaines durant les vacances scolaires de la Toussaint avec 387 000 entrées en 54 salles par exemple pour sa 3ème semaine. Il reste également 3 semaines en tête du box office hebdomadaire France et il demeure dans le top 10 hebdo jusqu'à la fin de l'année 1967. C'est à peu près le seul à tenir tête à  l'omniprésent Louis de Funès. avec sa réédition de 1982 le film totalise près de 4.5 millions de spectateurs ce qui reste un très bon score. Après un départ en boulet de canon, le film n'a pas le souffle d'un "Goldfinger" par exemple, cette carrière rapide marque l'évolution de la franchise au box office.

    Le film sort en exclusivité à Bruxelles le 26 octobre 1967 à l'Acropole et au Vendôme. Il récolte 2 450 000 francs Belge (environ 50 000 entrées) et prend la tête du box office et parvient à expulser Louis de Funès et son "Oscar" de justesse de la première place. Le film perd cependant sa première place devant "Oscar" pour sa deuxième semaine avec 1 322 000 francs et demeure second en troisième semaine avec 944 000 francs belges. Il chute a la 4ème place la semaine suivante avec 533 000 francs belges.  Au final il récolte 6 339 000 francs belges à la fin de son exclusivité soit environ 130 000 entrées.   (220 000 pour Goldfinger et 195 000 pour Opération tonnerre).

    En Italie le film ne rentre pas dans le top 10 all-time du box office Italien, mais réalise tout de même la seconde place annuelle avec 7.7 millions de spectateurs, ce qui reste tout de même énorme.

    En Allemagne la franchise est extrêmement solide avec 9 millions de spectateurs au compteur offrant le meilleur score européen au film. 

    La franchise est donc encore la plus grosse recette mondiale, reste bien sûr à gérer la cruelle absence de Sean Connery pour le prochain Bond qui va sortir 18 mois plus tard. Avec quelles conséquences sur le box office de la franchise ?

     

    CATÉGORIE RANG ENTRÉES SALLES
    ENTRÉES FRANCE 4 4 489 249
     
    ENTRÉES FRANCE 1967
    7 2 219 203
     
    ENTRÉES FRANCE 1968   1 068 617
     
    ENTRÉES FRANCE 1982   350 000
     
    1ère semaine FRANCE 2 128 328
    8
    2ème semaine FRANCE 1 219 182
    23
    3ème semaine FRANCE 1
    387 303
    54
    4ème semaine FRANCE 1 281 116
     53
    5ème semaine FRANCE 1 193 529
     51
    6ème semaine FRANCE 5 130 789
     40
    7ème semaine FRANCE 6 131 312
     40
    8ème semaine FRANCE 5 150 763
    49
    9ème semaine FRANCE 6 96 051
    49
    10ème semaine FRANCE 5 80 262
    38
    ENTRÉES PARIS BANLIEUE   1 400 000
     
    1ère semaine 1 126 671
    6
    2ème semaine 1 95 439
     
    3ème semaine 1 75 371
     
    4ème semaine 2 57 173
     
    5ème semaine 3 44 823
     
    BOX OFFICE ITALIE
     2 7 700 000
     
    BOX OFFICE USA 1967
    2 16.5 M$ net  
    BOX OFFICE USA TOTAL   19 388 692 $ net  
    BOX OFFICE UK   8 300 000
     
    BOX OFFICE ALLEMAGNE
      9 000 000
     
    BOX OFFICE ESPAGNE   2 575 182
     
    Cote du succès   * * * * *
     

     

    BANDE ANNONCE ORIGINALE

     

     

    CLIQUEZ SUR LES PHOTOS POUR LES VOIR EN GRAND FORMAT ET EN HD

     

    ON NE VIT QUE DEUX FOIS - BOX OFFICE SEAN CONNERY 1967

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     ON NE VIT QUE DEUX FOIS - BOX OFFICE SEAN CONNERY 1967

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    ON NE VIT QUE DEUX FOIS - BOX OFFICE SEAN CONNERY 1967

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    ON NE VIT QUE DEUX FOIS - BOX OFFICE SEAN CONNERY 1967

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     ON NE VIT QUE DEUX FOIS - BOX OFFICE SEAN CONNERY 1967

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    ON NE VIT QUE DEUX FOIS - BOX OFFICE SEAN CONNERY 1967

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    ON NE VIT QUE DEUX FOIS - BOX OFFICE SEAN CONNERY 1967

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     ON NE VIT QUE DEUX FOIS - BOX OFFICE SEAN CONNERY 1967

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    ON NE VIT QUE DEUX FOIS - BOX OFFICE SEAN CONNERY 1967

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    ON NE VIT QUE DEUX FOIS - BOX OFFICE SEAN CONNERY 1967

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    ON NE VIT QUE DEUX FOIS - BOX OFFICE SEAN CONNERY 1967

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    ON NE VIT QUE DEUX FOIS - BOX OFFICE SEAN CONNERY 1967

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    ON NE VIT QUE DEUX FOIS - BOX OFFICE SEAN CONNERY 1967

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    ON NE VIT QUE DEUX FOIS - BOX OFFICE SEAN CONNERY 1967

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    ON NE VIT QUE DEUX FOIS - BOX OFFICE SEAN CONNERY 1967

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    ON NE VIT QUE DEUX FOIS - BOX OFFICE SEAN CONNERY 1967

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    ON NE VIT QUE DEUX FOIS - BOX OFFICE SEAN CONNERY 1967

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    ON NE VIT QUE DEUX FOIS - BOX OFFICE SEAN CONNERY 1967

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    ON NE VIT QUE DEUX FOIS - BOX OFFICE SEAN CONNERY 1967

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    ON NE VIT QUE DEUX FOIS - BOX OFFICE SEAN CONNERY 1967

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    ON NE VIT QUE DEUX FOIS - BOX OFFICE SEAN CONNERY 1967

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    ON NE VIT QUE DEUX FOIS - BOX OFFICE SEAN CONNERY 1967

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    ON NE VIT QUE DEUX FOIS - BOX OFFICE SEAN CONNERY 1967

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    ON NE VIT QUE DEUX FOIS - BOX OFFICE SEAN CONNERY 1967

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    ON NE VIT QUE DEUX FOIS - BOX OFFICE SEAN CONNERY 1967

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    ON NE VIT QUE DEUX FOIS - BOX OFFICE SEAN CONNERY 1967

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    ON NE VIT QUE DEUX FOIS - BOX OFFICE SEAN CONNERY 1967

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    ON NE VIT QUE DEUX FOIS - BOX OFFICE SEAN CONNERY 1967

     

     

    ON NE VIT QUE DEUX FOIS - BOX OFFICE SEAN CONNERY 1967

     

     

    ON NE VIT QUE DEUX FOIS - BOX OFFICE SEAN CONNERY 1967

     

    ON NE VIT QUE DEUX FOIS - BOX OFFICE SEAN CONNERY 1967

     

     

    ON NE VIT QUE DEUX FOIS - BOX OFFICE SEAN CONNERY 1967

     

     

    ON NE VIT QUE DEUX FOIS - BOX OFFICE SEAN CONNERY 1967

     

    ON NE VIT QUE DEUX FOIS - BOX OFFICE SEAN CONNERY 1967

     

     

    ON NE VIT QUE DEUX FOIS - BOX OFFICE SEAN CONNERY 1967

     

     

    ON NE VIT QUE DEUX FOIS - BOX OFFICE SEAN CONNERY 1967

     

     

    ON NE VIT QUE DEUX FOIS - BOX OFFICE SEAN CONNERY 1967

     

    ON NE VIT QUE DEUX FOIS - BOX OFFICE SEAN CONNERY 1967

     

    ON NE VIT QUE DEUX FOIS - BOX OFFICE SEAN CONNERY 1967

     

     

    ON NE VIT QUE DEUX FOIS - BOX OFFICE SEAN CONNERY 1967

     

     

    ON NE VIT QUE DEUX FOIS - BOX OFFICE SEAN CONNERY 1967

     

     

    ON NE VIT QUE DEUX FOIS - BOX OFFICE SEAN CONNERY 1967

     

    ON NE VIT QUE DEUX FOIS - BOX OFFICE SEAN CONNERY 1967

     

     

    ON NE VIT QUE DEUX FOIS - BOX OFFICE SEAN CONNERY 1967

     

     

    ON NE VIT QUE DEUX FOIS - BOX OFFICE SEAN CONNERY 1967

     

    ON NE VIT QUE DEUX FOIS - BOX OFFICE SEAN CONNERY 1967

     

    ON NE VIT QUE DEUX FOIS - BOX OFFICE SEAN CONNERY 1967

     

    ON NE VIT QUE DEUX FOIS - BOX OFFICE SEAN CONNERY 1967

     

    ON NE VIT QUE DEUX FOIS - BOX OFFICE SEAN CONNERY 1967

     

     

    ON NE VIT QUE DEUX FOIS - BOX OFFICE SEAN CONNERY 1967

     

    ON NE VIT QUE DEUX FOIS - BOX OFFICE SEAN CONNERY 1967

     

    ON NE VIT QUE DEUX FOIS - BOX OFFICE SEAN CONNERY 1967

     

     

     

    ....

    « BOX OFFICE ITALIE DU 3 MAI 2018 AU 6 MAI 2018AU SERVICE SECRET DE SA MAJESTE - GEORGE LAZENBY BOX OFFICE 1969 »
    Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    Tags Tags :
  • Commentaires

    1
    Didier Noisy
    Jeudi 10 Mai à 14:15

    Hello Renaud, 

    Une fois de plus, bravo à toi pour cette nouvelle fiche-film ! cool 

    Pour sa première semaine de sortie en province, voici ce que donnaient les résultats des premières exclusivités dans les villes-clés (source "le film français", à l'époque) : 

     

    Semaine du 27 septembre au 3 octobre 1967

    Bordeaux (1 salle) : 14 476 entrées

    Lille (2 salles) : 18 442 entrées 

    Nantes (1 salle) : 9 308 entrées 

    Nice (2 salles) : 24 879 entrées 

     

    Semaine du 4 au 10 octobre 1967

    Bordeaux (1 salle) : 8 137 entrées  (2ème semaine) 

    Grenoble (1 salle) : 18 221 entrées  (1ère)

    Lille (1 salle) : 8 953 entrées  (2ème) 

    Lyon (4 salles) : 29 317 entrées  (1ère)

    Marseille (2 salles) : 33 573 entrées  (1ère) 

    Nancy (2 salles) : 16 606 entrées  (1ère)

    Nantes (1 salle) : 5 816 entrées  (2ème)

     

    Nice (2 salles) : 10 124 entrées  (2ème) 

    Toulon (2 salles) : 18 295 entrées  (1ère)

    Toulouse (2 salles) : 22 336 entrées  (1ère) 

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :