• MELODIE EN SOUS SOL - BOX OFFICE JEAN GABIN 1963

    MELODIE EN SOUS SOL

     

    19 MARS 1963

     

     

      MELODIE EN SOUS-SOL

     

    Réalisation

    Henri VERNEUIL

    Assistants réalisateur

    Claude PINOTEAU

    COSTA-GAVRAS

    Scénariste

    Albert SIMONIN

    Dialogues

    Michel AUDIARD

    Photographie

    Louis PAGE

    Musique

    Michel MAGNE

    Production

    Jacques BAR

    Distribution

    M.G.M

    Durée

    117 minutes

    Tournage

    22/10/1962- fin 12/62

    Charles

    Jean GABIN

    Francis Verlot

    Alain DELON

    Ginette

    Viviane ROMANCE

    Brigitte

    Carla MARLIER

    Louis

    Maurice BIRAUD


    À peine sorti de prison et revenu auprès de son épouse Ginette, Charles, un truand sur le retour, rêve déjà d'un nouveau gros coup. Son ami Mario a en vue un superbe hold-up, celui du Palm Beach de Cannes et, malade, en confie la réalisation à Charles, qui constitue alors son équipe : Francis Verlot, d'abord, jeune délinquant ambitieux et le beau-frère de celui-ci, Louis, un mécanicien qui sera le chauffeur de la petite bande.À Cannes, Charles organise le coup : il surveille au casino les allées et venues de M. Grimp qui, chaque soir, va déposer la recette des jeux dans un coffre, au sous-sol. Francis devra s'introduire dans l'établissement par les coulisses – grâce à Brigitte, une jeune danseuse qu'il a séduite –, monter sur le toit et descendre à la salle du coffre par un conduit d'aération. Mais le jeune homme n'est pas aussi docile que le voudrait Charles : jaloux de Brigitte, qui le trompe avec Walther, un riche soupirant, il se fait remarquer dans les salles de jeu et rate presque son passage sur le toit. Il réussit néanmoins à rafler un milliard de centimes, qu'il enfouit dans des sacs de plage.Le lendemain, la photo de Francis au casino s'étale à la une des journaux. Les deux truands doivent fuir. Ils jettent les sacs dans l'eau de la piscine; l'un d'eux s'ouvre et les billets remontent à la surface...

     ***************************************************

    En 1962 l’entreprise GABIN tourne rond. « Le Président », « le cave se rebiffe », « le singe en Hiver » on bien fonctionné mais « le gentleman d’Epsom » a cependant relativement déçu. Avec le producteur Jacques BAR une nouvelle production importante est mise en route. Ce sera le dernier projet commun des deux, et sans doute un de ses derniers très bons films. Pour le film GABIN perçoit un cachet de 850 000 Nouveaux Francs somme très importante pour l'époque. GABIN n'a jamais développé de rapports cordiaux avec Jacques BAR au grand regret de celui-ci. L'acteur s'est toujours méfié  des producteurs qu'il soupçonne de le dépouiller. Et pourtant, c'est bien GABIN, qui, refusant les risques préfère négocier des cachets fixes mais élevés ce qui lui permet des rentrées d'argent régulières afin d'entretenir sa propriété quitte à ne pas gagner beaucoup plus.

    Henri VERNEUIL est choisi pour mettre en scène le film. Il possède plusieurs atouts, une habitude de composer avec des stars et pas des moindres: FERNANDEL, GABIN entre autres et sait bien gérer les grosses productions.

    Albert SIMONIN est de la partie et à  ses cotés, Michel AUDIARD officie aux dialogues. Les deux assistants réalisateurs, Claude PINOTEAU et COSTA-GAVRAS craignaient les modifications de dernières minutes des deux auteurs qui auraient eu pour conséquences des changements sensibles dans le plan de travail et  l'obligation d'effectuer de  nouveaux repérages. heureusement les deux auteurs sont sages, et seuls les dialogues d'Audiard changent afin de coller au mieux à la personnalité des acteurs, comme d'habitude. Quand on faisait remarquer à Jacques BAR que 25 lignes de dialogues  écrites par AUDIARD c'était un peu cher, le producteur répondait que c'étaient justement ces lignes qui faisait toute la différence. Du reste, AUDIARD, débordé de travail ne fait que superviser le scénario.

    Reste à trouver l'acteur qui va donner la réplique à GABIN. Cela fait un moment que Alain DELON désire travailler avec GABIN. Après tout Jean Paul BELMONDO a bien eu cet honneur il y a quelques mois auparavant. Certes "Rocco et ses frères" a confirme DELON mais il reste accroché à son image d'acteur romantique. Il insiste particulièrement. Jacques BAR informe la MGM que DELON veut le rôle, et le stuioi lui répond que s'il veut obtenir tant que ça le rôle, il n'a qu'à le faire gratis. A la surprise générale DELON accepte, et demande juste à obtenir les droits du films sur quelques territoires sans intérêt: Le Japon, le Brésil et la Russie. L'acteur s'assoit sur un cachet de 250 000 Francs. Reste un détail, l'acteur tourne en même temps "Le guépard" de Visconti. Qu'importe, le tournage est tellement long, qu'il tournera durant les périodes de repos. D'ailleurs la majorité des scènes son réservées à Burt LANCASTER...Luchino VISCONTI accepte que " son Alain" lui fasse des infidélités dans un polar, et un peu revanchard, va raccourcir le temps de présence de DELON à l'écran.   

    Pour la première fois, GABIN tique quelque peu, il trouve son rôle un peu en retrait par rapport aux cahier des charges habituels. Alain DELON est très prévenant et respectueux avec GABIN, il fait tout pour lui être agréable et montre qu'il le considère comme un de ses maîtres. Le vieux lion l'apprécie c'est clair, il l'appelle "le môme". Mais, il se méfie et va vérifier que les rôles sont bien répartis, son temps de présence à l'écran ne doit pas être inférieur à celui de sa jeune co vedette.... DELON est plus dur avec VERNEUIL avec qui il communique via les assistants de celui-ci, il a déjà un comportement de star...

     

    Charles rentre donc chez lui après 5 ans purgés en prison. Le vieux gangster retrouve Ginette sa femme qui l'a sagement attendu. Qui plus est, elle est économe. Elle a conservé l'argent d'un butin, et rêve d'ouvrir un hôtel restaurant avec Charles dans le midi.

    Le vieux lion ne veux pas pas terminer comme "un cave" et passer son temps à bosser. Il rêve d'un dernier coup fumant, pour passer une belle retraite à se tourner les pouces au soleil. L'occasion pour GABIN d'échanger de bons dialogues ciselés par AUDIARD avec sa compagne de tournage, la grande Viviane ROMANCE. C'était la vamp des années 40/50 en France et elle a déjà tourné deux fois avec GABIN dans les fameux "La bandera" et "La belle équipe". c'est dire qu'ils se connaissent. A 50 ans, la belle possède encore une sacré prestance. Elle ne se laisse pas compter par GABIN et campe une femme au foyer, qui a du pas mal subir avec les poulagats durant sa vie. Dire qu'elle est déçue de l'attitude de son mari est un doux euphémisme...Curieusement ce rôle important sera le dernier de Viviane Romance. Un dernier film en 1974 avec Claude CHABROL en 1974.

    Toute la première partie du film est dominée par la présence de Jean GABIN qui expose son plan a ses deux recrues. Francis doit exécuter le plan à la lettre, la voix off de GABIN est omniprésente lors du déroulement de la première partie du casse. Ensuite, Alain DELON très sûr de lui, prend les choses en main. Charismatique, il se fait cependant reprendre à l'ordre par Charles. Victime de son charme envers la gente féminine, Francis manque de faire capoter l'affaire. GABIN vide son sac et traite Francis de de demi-sel, des dialogues crus dans la bouche de GABIN écrits par AUDIARD qui a bien compris les rapports entre le vétéran GABIN et le jeune DELON.

    Le casse en lui-même est un bon moment de cinéma avec un DELON qui se faufile comme une anguille dans les conduits d'aération de l'hôtel casino. La fin du film est demeurée célèbre, c'est une idée d'Henri VERNEUIL qui avait le sens du spectacle c'est évident.

    Au final, le film est une superbe réussite, VERNEUIL a réussi son pari. Les deux acteurs se sont bien entendus, il semble même que c'est le pauvre Maurice BIRAUD qui a fait les frais de la mauvaise humeur de GABIN. Au fur et à mesure des films, Maurice BIRAUD glisse vers les seconds rôles et il ne retournera plus avec GABIN. Alain DELON assure son rôle avec grand professionalisme. Il est évident qu'il peut désormais se mesurer d'égal à égal avec les plus grands acteurs français. Monolithique, GABIN est à bon niveau, peut être motivé par la "concurrence" de DELON.

    Au cours du tournage, GABIN s'amuse également en comettant de bonnes grosses blagues de potaches, dont une faite aux dépends du grand compositeur Michel MAGNE. Cela ne manquera pas d'attirer la fureur de VERNEUIL qui doit diriger un tournage complexe. 

    C"est vraiment un polar français "à l'américaine".

    Après une bonne campagne de promotion, le film s’empare très facilement de la première place du Box Office et attire 30 000 spectateurs rien qu'au BERLITZ la première semaine. Le film se transforme en triomphe. Fort d’un bouche à oreille énorme, le film attire plus d'un million de spectateurs sur Paris Banlieue. Le film termine dans le top 5 annuel avec plus de 3.5 millions de spectateurs.

    Il est évident que c'est désormais le plus grand succès dans la carrière d'Alain DELON qui sait désormais qu'il peut attirer un nombre important de spectateurs sur son seul nom, ce qu'il va exploiter avec un film d'aventure où il sera la seule vedette: "La tulipe noire". Il démontre qu'il a également le sens des affaires. Parti promouvoir le film au Japon et au Bresil, il va récolter les fruits de son investissement. Le film lui rapporte beaucoup d'argent. Lorsque Jacques BAR annonce à GABIN la somme perçue par  DELON, celui-ci est estomaqué. Mais le producteur lui explique que c'est toute la différence entre prendre des risques et être payé au cachet. Leçon retenue par GABIN qui va créer sa société de production avec FERNANDEL quelques temps après. 

    Jean GABIN ne retrouvera pas, sauf à de rares occasions les grandes réussites qu'il a connu avec Jacques BAR.

    A signaler également la bonne partition très jazzy composée par Michel MAGNE qui est un incontournable de cette période (Angélique et Fantômas entre autres). 

     

    Quelques dialogues d'Audiard:

     

    -Écoute-moi bien. A partir de maintenant, travaille au chrono parce qu'une minute d'écart ça veut pas dire forcément 60 secondes. Ça peut se transformer en années de placard. Crois-moi, je connais la question.

    -Dans les situations critiques, quand on parle avec un calibre bien en pogne, personne ne conteste plus. Y'a des statistiques là-dessus.

    -La liberté sonne à sept heures dans toutes les prisons de france.

    - Y'a du vison dans l'air! Et les putes ont toujours aimé les animaux

    A sa sortie le film s’empare facilement de la première place du Box Office et attire 30 000 spectateurs au BERLITZ la première semaine, c'est un triomphe. Fort d’un bouche à oreille énorme, le film attire plus de 600 000 spectateurs rien qu’en exclusivité et continuation. Le film termine dans le top 5 annuel et fera la joie des spectateurs de la télévision durant de nombreuses diffusion. Un grand classique du polar à la Française.         

     

     

    CATEGORIE

    RANG

    NOMBRE

    SALLES

    ENTREES FRANCE

     

    3 518 083

     

    ENTREES PARIS

     

    968 016

     

    ENTREES BANLIEUE

     

    280 932

     

    ENTREES PARIS BANLIEUE

     

    1 248 948

     

    exclusivité parisenne

     

     

     

    1ère semaine

    1

    82 610

    3

    2ème semaine

    1

    79 878

    3

    3ème semaine

    1

    56 362

    3

    4ème semaine

    2

    45 376

    3

    5ème semaine

    1

    47 328

    3

    6ème semaine

    3

    30 482

    3

    7ème semaine

    4

    28 784

    3

     

     

     

     

    Quartiers (semaine du 2/10/1963)

     

     

     

    1ère semaine

    1

    93 041

    27

    2ème semaine

    4

    31 612

    12

    Nombre de semaines Paris

     

     

     

    Moyenne salles Paris 1ère sem

     

    27 536

     

    Budget

     

     

     

    Box office annuel FRANCE

     

     

     

    Box office annuel Espagne

     

     

     

    Box office annuel Italien

    34

     

     

    Cote du succès

     

    * * * *

     

     

     

     

    MELODIE EN SOUS SOL - JEAN GABIN

     

    vlcsnap-2010-08-19-12h26m19s111.png

     

    vlcsnap-2010-08-19-12h26m43s96.png

     

    vlcsnap-2010-08-19-12h29m37s43.png

     

     

    MELODIE EN SOUS SOL - ALAIN DELON

     

    MELODIE EN SOUS SOL - MAURICE BIRAUD

     

    MELODIE EN SOUS SOL - JEAN GABIN

     

    vlcsnap-2010-08-19-12h30m34s97.png

     

    vlcsnap-2010-08-19-12h31m17s18.png

     

    vlcsnap-2010-08-19-12h31m53s123.png

     

    vlcsnap-2010-08-19-12h32m11s42.png

     

    vlcsnap-2010-08-19-12h32m39s67.png

     

    MELODIE EN SOUS SOL - MICHEL AUDIARD

     

    MELODIE EN SOUS SOL - HENRI VERNEUIL

     

    vlcsnap-2010-08-19-12h36m14s173.png

     

     

     

     

     

     

     

    « MAIGRET VOIT ROUGE - JEAN GABIN BOX OFFICE 1963LE GENTLEMAN D'EPSOM - BOX OFFICE JEAN GABIN 1962 »
    Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

  • Commentaires

    1
    Lundi 23 Août 2010 à 14:53
    Benoît Delmas

    Chapeau bas devant votre travail.

    Continuez.

    Bien à vous,

    Benoît Delmas

    2
    Pierre-Michel
    Mercredi 29 Mai 2013 à 04:43
    Pierre-Michel

    Il est toujours plaisant de lire des infos, anecdotes, souvenirs, sur un tournage de film, car on peut à travers ces échos, arriver à mieux cerner le cinéma et esquisser la personnalité de ces fameux  acteurs…Merci à vous.

    3
    renaud soyer
    Mercredi 29 Mai 2013 à 04:43
    renaud soyer

    Merci à vous de me  suivre !

    4
    renaud soyer
    Mercredi 29 Mai 2013 à 04:43
    renaud soyer

    Encore merci à vous tous !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :