• MAX ET LES FERAILLEURS - BOX OFFICE ROMY SCHNEIDER 1971

     

     

    ....

     

    MAX ET LES FERAILLEURS

     

    18 FEVRIER 1971

     

     

    en14243

    Réalisation

    Claude SAUTET

    Scénario

    Claude SAUTET

    Jean-Loup DABADIE

    Claude NERON

    Photographie

    René MATHELIN

    Musique

    Philippe SARDE

    Production

    Ralph BAUM

    LIRA FILMS

    Distribution

    CFDC

    Durée

    110 minutes

    Tournage

    18 /08/1970-23/10/1970

    Max

    Michel PICCOLI

    Lily

    Romy SCHNEIDER

    Abel

    Bernard FRESSON

    Rozinski

    François PERIER

    Le commissaire

    Georges WILSON

    P’tit Lu

    Bobby LAPOINTE

    Robert

    Michel CRETON

     

    Max, officier de police principal, était autrefois un juge. N'ayant pu faire condamner un prévenu alors qu'il était sûr de sa culpabilité, mais les preuves lui ayant manqué, il est obsédé par l'idée de prendre les auteurs de méfaits en flagrant délit. C'est pourquoi d'ailleurs il est entré dans la police. Un jour, Max rencontre Abel, un ancien copain de régiment qu'il n'a pas vu depuis dix-huit ans. Abel, qui semble ému de cette reprise de contact, lui avoue qu'il n'est qu'un petit truand râté qui, dans la zone, fait le trafic de voitures volées. Il appartient à la bande des Ferrailleurs de Nanterre. Max va mettre à profit cette rencontre pour réaliser son idée fixe : il fait la connaissance de l'égérie du groupe, une prostituée nommée Lily, qui est aussi la maîtresse d'Abel. Il l'invite chez lui, dans un studio qu'il a loué pour elle, lui donne de l'argent sans rien lui demander en échange et se fait passer pour un banquier. Habilement, il lui suggère d'amener la bande des Ferrailleurs à commettre un hold-up dans « sa » banque. Il lui indique le jour où les coffres seront pleins. La machination marche admirablement : les truands tombent dans le piège et sont arrêtés. Mais le commissaire du district de Nanterre veut incarcérer également Lily : Max, qui est devenu amoureux fou d'elle, ne peut supporter cette idée et assassine le commissaire. Arrêté, il est maintenant dans la même situation que ceux qu'il voulait taire prendre.

     *********************************************

    Moins d’un an après « Les choses de la vie » revoici Claude SAUTET avec un  film, qui, semble-t-il est bien différent de son brillant film précédent. C’est un polar à la française, tel « le samouraï » de MELVILLE où d’ailleurs François PERIER est également présent. C’est encore l’histoire d’un personnage, Max, policier obsédé par le « flag », va user de tous les stratagèmes pour attirer un groupe de  marginaux dans l’idée d’organiser un casse voué à l’échec.

    Michel PICCOLI, une nouvelle fois immense, interprète un personnage qui présente plusieurs visages en fonction de la personne qu’il côtoie. Flic cassant, il ne semble pas spécialement apprécier ses collègues, et la fonction qu’il occupe n’est qu’un moyen d’obtenir ce qu’il désire. Un personnage bien mystérieux pour ses collègues. Il rencontre par hasard un de ses anciens amis d’adolescence qui a mal tourné. Abel, interprété par un excellent Bernard FRESSON est au contraire de Max un personnage enjoué et plutôt heureux de vivre malgré les galères qu’il rencontre. C’est un petit délinquant, peu dangereux, mais qui a besoin de gagner de l’argent pour vivre. Fourbe, Max qui n’avoue pas son métier, élabore un plan machiavélique. Il annonce à sa hiérarchie que Abel va préparer un coup. L’occasion pour Max de faire connaissance de Rozinski, commissaire cresson qui supervise Nanterre où sévit la bande d’Abel. Il manque juste à Max de trouver le moyen d’entraîner la bande dans un casse idiot. La bande en question est sympathique, les membres sont plus incultes qu’autre chose. L’amitié y règne, et le groupe semble très solidaire, mis à part une balance dans le groupe. L’occasion pour SAUTET et son acolyte Jean-Loup DABADIE de décrire des scènes de vie de groupe, comme d’habitude, et les dialogues afférents.

    Il repère une jolie prostituée qui est la maîtresse d’Abel. Il l’accoste, et l’emmène dans son studio, en veillant bien de ne pas avoir de rapports avec elle. Il montre son coté bourgeois grande classe pour justifier d’un standing certain. Il la photographie, et laisse peu d’indices sur lui, ce n’est qu’au compte-gouttes qu’il dévoile qu’il est le banquier d’une succursale de banque. Evidemment, Lily, dévoile à Abel sa relation et la possibilité de s’en sortir financièrement en faisant un casse. Tout se déroule comme prévu. Les ferrailleurs organisent le hold-up dans un amateurisme consternant. Le gang se jette dans la gueule du loup et les choses tournent mal. Max avoue à Lily qu’il est un flic et laisse celle-ci consternée d’avoir attiré ses amis dans le piège. Pour Max, Lily c’est du menu fretin, et dans son plan, elle n’a pas d’importance et lui promet la liberté. Si dans la série télévisée des années 80, « L’agence tous risques », George PEPPARD adore quand un plan se déroule sans  accroc, dans celui de Max il y a un sérieux accroc : Rosinski a deviné que  Max est le banquier mystérieux, et va envoyer Lily derrière les barreaux. Max est bloqué par la situation, il ne pourra bien sûr invoquer son plan pour aider Lily, ce serait lui faire perdre sa situation. De l’autre coté, il pourrait laisser faire les choses, après tout Lily n’est qu’une informatrice et encoure une peine légère pour un casse aussi minable, même s’il y a eu mort d’homme. Dans un instant de colère contre Rosinski qui est borné et fout son plan en l’air, il l’abat sur un coup de tête. Par son amateurisme, il se met au niveau de la bande des ferrailleurs. Lily est libre, mais peut être Max est-il tout simplement tombé amoureux d’elle ?

    Une nouvelle fois, SAUTET livre un film des plus remarquables. Il peut une nouvelle fois compter sur un casting hors paire : PICCOLI est antipathique, odieux, classe. Romy SCHNEIDER est Lily la prostituée naïve à la beauté éclatante. Le couple fonctionne à merveille, la séance photo dans la salle de bains, Romy avec son chapeau, sont des scènes inoubliables, sa beauté est au zénith. Encore une fois, bien involontairement, elle cause la perte du personnage masculin du film. C’est encore une sorte de second rôle pour elle, elle n’est  pas l’héroïne du film, elle ne conduit pas l’action, mais Claude SAUTET va la faire monter en puissance dans ses futures réalisations. 

    Claude SAUTET livre un joli portrait de la France des banlieues de ces années 70, remplie de petits zonards, de petits métiers qui vont bientôt disparaître. Pour arriver à ses fins il peut compter sur une jolie bande de seconds rôles, tous excellents.

    Le film est plutôt bien accueilli par la critique, malgré quelques réticences. Alors que « les choses de la vie » vient à peine de quitter les écrans, la reformation du couple vedette fait venir le public dans les salles et le film s’empare sans peine de la première place du box office parisien, sans réelle concurrence, et passe trois semaines en tête, confirmant le nouveau statut de Claude SAUTET et de ses interprètes. Toutefois le film perd régulièrement des entrées et ne bénéficiera pas d’une carrière aussi pleine que « Les choses de la vie ». Plus austère, le film est également moins glamour. C’est néanmoins un beau succès avec deux millions de spectateurs en France et près de 600 000 sur Paris Banlieue. Fort de ce nouveau succès, le réalisateur se lance très rapidement dans la réalisation de son nouveau film avec sa même équipe technique mais cette fois avec une modification de taille dans la distribution.

    « Max et les ferrailleurs » demeure aujourd’hui une des plus brillantes réussites de Claude SAUTET. Pour ses acteurs se nouveau succès confirme leur statut de stars du box office et ils poursuivent leur brillante carrière.     

     

     

    CATEGORIE

    RANG

    NOMBRE

    SALLES

    ENTREES FRANCE

     

    1 951 451

     

    ENTREES PARIS BANLIEUE

     

    595 746

     

    ENTREES PARIS

     

    445 529

     

    1ère semaine

    1

    87 191

    8

    2ème semaine

    1

    61 756

     

    3ème semaine

    1

    54 727

     

    4ème semaine

    2

    46 370

     

    5ème semaine

    3

    38 143

     

    6ème semaine

    3

    31 430

     

    7ème semaine

    7

    29 266

     

    8ème semaine

    11

    19 800

     

    9ème semaine

    14

    14 176

     

    Nombre de semaines Paris

     

    11

     

    Cote du succès

     

    * * *

     

     

    "MAX ET LES FERRAILLEURS" BANDE ANNONCE

     

     

     

     

     

    ROMY SCHNEIDER- MICHEL PICCOLI MAX ET LES FERRAILLEURS -1971

     

    ROMY SCHNEIDER- MICHEL PICCOLI MAX ET LES FERRAILLEURS -1971

     

    ROMY SCHNEIDER- MICHEL PICCOLI MAX ET LES FERRAILLEURS -1971

     

    ROMY SCHNEIDER- MICHEL PICCOLI MAX ET LES FERRAILLEURS -1971

     

    ROMY SCHNEIDER- MICHEL PICCOLI MAX ET LES FERRAILLEURS -1971

     

    ROMY SCHNEIDER- MICHEL PICCOLI MAX ET LES FERRAILLEURS -1971

     

    ROMY SCHNEIDER- MICHEL PICCOLI MAX ET LES FERRAILLEURS -1971

     

    ROMY SCHNEIDER- MICHEL PICCOLI MAX ET LES FERRAILLEURS -1971

     

    ROMY SCHNEIDER- MICHEL PICCOLI MAX ET LES FERRAILLEURS -1971

     

    ROMY SCHNEIDER- MICHEL PICCOLI MAX ET LES FERRAILLEURS -1971

     

     

    ...

    « L'ASSASSINAT DE TROTSKY - BOX OFFICE ROMY SCHNEIDER 1972QUI ? - BOX OFFICE ROMY SCHNEIDER »
    Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :