• MARLENE DIETRICH BOX OFFICE

     

     

    MARLENE DIETRICH BOX OFFICE

     

    TABLEAU DE LAURENT AUMAITRE

     

     

    FRANCE

    ESPAGNE

    ALLEMAGNE

    UK

    ITALIE

    MONDE

    (dollars)

    BO US

    (dollars)

    SO SIND DIE MÄNNER(INÉDIT)

    1922

     

     

     

     

     

     

     

    DER MENSCH AM WEGE (INÉDIT)

    1923

     

     

     

     

     

     

     

    TRAGÖDIE DER LIEBE(INEDIT)

    1923

     

     

     

     

     

     

     

    DER SPRUNG INS LEBEN (INEDIT)

    1924

     

     

     

     

     

     

     

    MANON LESCAUT (INEDIT)

    1926

     

     

     

     

     

     

     

    EINE DU BARRY VON HEUTE (INEDIT)

    1927

     

     

     

     

     

     

     

    DER JUXBARON (INEDIT)

    1927

     

     

     

     

     

     

     

    KOPF HOCH, CHARLY ! (INEDIT)

    1927

     

     

     

     

     

     

     

    SEIN GRÖSSTER BLUFF (INEDIT)

    1927

     

     

     

     

     

     

     

    CAFE ELEKTRIC (INEDIT)

    1927

     

     

     

     

     

     

     

    PRINZESSIN OLALA (INEDIT)

    1928

     

     

     

     

     

     

     

    CE N'EST QUE VOTRE MAIN, MADAME
    ICH KÜSSE IHRE HAND, MADAME

    1929

     

     

     

     

     

     

     

    DIE FRAU, NACH DER MAN

    SICH SEHNT (INÉDIT)

    1929

     

     

     

     

     

     

     

    DAS SCHIFF DER VERLORENEN

    MENSCHEN (INEDIT)

    1929

     

     

     

     

     

     

     

    GEFAHREN DER BRAUTZEIT (INEDIT)

    1930

     

     

     

     

     

     

     

    L'ANGE BLEU
    DER BLAUE ENGEL

    1930

    283 595*

     

     3 821 353 **

     

     

     

     

    CŒURS BRULES
    MOROCCO

    1930

    83 120*

     

     

     

     

    $1 300 000

    $900 000

    (cumul 2M$)

    THE BLUE ANGEL (INEDIT)

    1930

     

     

     

     

     

     

    $977 562

    X VINGT-SEPT
    DISHONORED

    1932

    74 904*

     

     

     

     

     

    $1 500 000

    SHANGHAI EXPRESS
    SHANGHAI EXPRESS

    1932

    30 014*

     

     

    N°3

     

     

    $827 000 * * *

    BLONDE VENUS
    BLONDE VENUS

    1932

    37 472*

     

     

    N°27

     

     

    $475 000

    CANTIQUE D'AMOUR
    SONG OF SONGS

    1933

     

     

     

    N°21

     

     

    $600 000
     

    L'IMPERATRICE ROUGE
    THE SCARLET EMPRESS

    1934

     

     

     

    N°38

     

     

     N° 58 en 1934

    LA FEMME ET LE PANTIN
    THE DEVIL IS A WOMAN

    1935

     

     

     

    HORS TOP 100

     

     

    $225 000

    DESIR
    DESIRE

    1936

     

     

     

    N°23

     

     

    $1 200 000

    LE JARDIN D'ALLAH
    THE GARDEN OF ALLAH

    1937

     

     

     

    N°12

     

    $2 850 000

    $ 1 050 000

    LE CHEVALIER SANS ARMURE
    KNIGHT WITHOUT ARMOUR

    1937

     

     

     

    N°17

     

    $750 000

    $195 000

    ANGE
    ANGEL

    1937

     

     

     

    HORS  TOP 100

     

     

    $400 000

    FEMME OU DEMON
    DESTRY RIDES AGAIN

    1945

    1 631 414

     

     

     

     

    $2 000 000

    $1 196 000

    LA MAISON DES SEPT PECHES
    SEVEN SINNERS

    1947

    236 035

     

     

     

     

     

    $954 000
    N°61 en 1940

    LA BELLE ENSORCELEUSE
    THE FLAME OF NEW ORLEANS

    1946

    1 120 040

     

     

     

     

     

    $400 000
    N°96 en 1941

    L'ENTRAINEUSE FATALE
    MANPOWER

    1947

    935 408

     

     

     

     

    $1 842 000

    $1 180 000
    N°54 en 1941

    MADAME VEUT UN BÉBÉ
    T
    HE LADY IS WILLING

    1945

     

     

     

     

     

     

    $800 000
    N°104 en 1942

    LES ECUMEURS
    THE SPOILERS

    1948

    109 665

     

     

     

     

    $2 000 000

    $ 1 100 000
    N°76en 1942

    PITTSBURGH
    PITTSBURGH

    1951

    40 591

     

     

     

     

    $1 900 000

    $1 110 000
    N°87 en 1942

    KISMET
    KISMET

    1950

    34 122

     

     

     

     

    $3 934 000

    $1 957 000
    N°35 en 1944

    MARTIN ROUMAGNAC

    1946

    2 491 431

     

     

     

     

     

     

    LES ANNEAUX D'OR
    GOLDEN EARRINGS

    1948

    1 648 805

     

     

     

     

    $7 000 000

    $2 955 000
    N°29 en 1947

    LA SCANDALEUSE DE BERLIN
    A FOREIGN AFFAIR

    1949

    1 647 450

     

     

     

     

     

    $ 2 500 000
    N° 32 en 1948

    LE GRAND ALIBI
    STAGE FRIGHT

    1951

    542 353

     

     

     

     

    $1 908 000

    $1 012 000
    N°99 en 1950

    LE VOYAGE FANTASTIQUE
    NO HIGHWAY

    1951

    196 019

     

     

     

     

     

    $1 150 000
    N°114 en 1951

    L'ANGE DES MAUDITS
    RANCHO NOTORIOUS

    1953

    804 610

     

     

     

     

     

    $900 000
    N°108 en 1952

    LE TOUR DU MONDE EN 80 JOURS
    AROUND THE WORLD IN 80 DAYS

    1957

    3 856 607

    2 351 000

     

     

    4 500 000

     

    $23 000 000
    N°2 en 1957

    UNE HISTOIRE DE MONTE-CARLO
    MONTECARLO

    1957

    432 337

     

     

     

    3 605 000

     

    $50 000
    N°194 en 1956

    TÉMOIN À CHARGE
    WITNESS FOR THE PROSECUTION

    1958

    1 211 421

     

     

     

    N ° 54

    $9 000 000

    $ 3 750 000
     N° 15 en 1958

    LA SOIF DU MAL
    TOUCH OF EVIL

    1958

    1 232 534

     

     

     

     

     

    $1 497 000
    N°85 en 1958

    JUGEMENT A NUREMBERG
    JUDGMENT AT NUREMBERG

    1961

    395 772

     

     

     

    N ° 27

     

    $5 000 000
    N° 11 en 1961

    GIGOLO
    SCHÖNER GIGOLO, ARME GIGOLO

    1985

    42 108

    165 733

     

     

     

     

    N°127 en 1978

    Les recettes américaines sont des "rentals" soit des recettes nettes distributeurs

    * Entrées parisiennes comptabilisées à partir de 1952

    ** Entrées allemandes  comptabilisées à partir d' une recette de 2 866 015 marks (sur la base d'une moyenne de 0.75 marks par entrées)

    *** S'agissant de "Shangaï express" le chiffre de 3.7 millions de dollars de recettes circule sur le net que ce soit sur le site de Cogerson ou de IMDB. Il s'agit en fait du score de la reprise de 1973 ( 604 980 dollars dans les salles-clés du journal Variety pour la seule année 1973) 

    INFORMATIONS COMPLÉMENTAIRES

    Il est très difficile d’avoir des données pour le box office européen des années 30. Toutefois voici quelques informations concernant l’exploitation parisienne et londonienne de quelques-uns de ses films. Lorsqu’un film était joué dans une trentaine de salles sur Paris même, c’était un succès populaire.

    « L’ange bleu » : A paris, le film (en version allemande) resta en première exclusivité durant 48 semaines dans la petite salle des Ursulines (300 places), battant ainsi le record de longévité. Ce succès surprise l’amena à être ensuite présenté en seconde exclusivité dans une salle plus importante: le Aubert-Palace (800 places) où il y resta 4 semaines, avant d’être ensuite diffusé dans 48 salles différentes. Ce fut donc un véritable succès, du moins à Paris.

    A Londres, sa première semaine au Regal fut l’une des meilleures de l’année avec $29 000 de recette, soit 2000 de plus que le succès mondial de l’époque : « à l’ouest rien de nouveau ». Il joua ensuite 6 semaine au Rialto, rapportant ainsi $48 000. Un des plus gros score de cette salle de 750 places.

    « Cœurs brulés » resta 8 semaines aux Miracles, puis deux semaines au Max Linder (900 places) à Paris, puis 42 autres salles le diffuseront dans la capitale.

    « Agent x-27 » resta 8 semaines aux Miracles avant d’être joué dans 52 autres salles parisiennes. Un succès de plus pour Marlène. 22 811 entrées au Regent de Portsmuth en une semaine (énorme pour cette salle).

     « Shanghai express » 9 semaines au Champs Elysées (450 places) puis 2 semaines au Paramount (2000 places), avant d’être distribués dans 38 salles parisiennes. 

    « Blonde venus », 6 semaines au Colisée (650 places), 2 semaines au Paramount, et 32 autres salles.

     

     

    .

    « LES BARBOUZES - BOX OFFICE FRANCE 1964BOX OFFICE MONDE DU 23 JUIN 2017 AU 25 JUIN 2017 »
    Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    1
    Didier Noisy
    Lundi 26 Juin à 14:29

    Bravo et bien vu pour cette filmo-chiffrées totalement inédite sur le net !!! Et les détails sur l'exploitation de l'époque sont très intéressants !

    Je me permets juste d'actualiser quelques films : 

     

    - L'ANGE BLEU = 290 963 entrées (chiffres arrêtés au 25/06/2017). En effet, il se trouve que le film est actuellement projeté au "Christine 21" depuis la semaine dernière. Rapportant pour le moment 107 entrées de mieux (à hier soir !)... 

    - ANGE = 67 992 entrées (chiffres au 25/06/2017). Tout comme "L'ange bleu", le film de Lubitsch fait l'objet d'une rétrospective Marlène Dietrich au "Christine 21". Réunissant pour le moment 146 entrées (à hier soir !)... 

    - L'IMPERATRICE ROUGE = 166 734 entrées

    - SHANGHAÏ EXPRESS = 32 030 entrées

    - DESIR = 24 783 entrées

     

    2
    Pierre
    Dimanche 9 Juillet à 21:25

    Bonsoir 

    très interresante page sur les informations d exploitation dans les années 30 et merci pour les dernieres mises à jour.

    bravo laurent, j ai une petite question sur le BO anglais nous avons la place mais mesurait il comme nous par le nombre de spectateurs ou bien en pond comme aux États Unis.

    merci

    pierre

    3
    Laurent
    Lundi 10 Juillet à 09:51

    Les anglo-saxons, n'ont toujours été intéressé que par une chose : L'argent. Donc, le BO anglais, comme celui des USA est basé sur les recettes. J'ai trouvé toutefois, pour quelques salles, des entrées.

    Ceci dit, pour être tout à fait honnête, il existe plusieurs classements différents pour le BO anglais, publiés dans plusieurs journaux d'époque. Ils différent selon la date de publication, s'ils prenaient les recettes brutes (d'un échantillon de salles), des recettes nettes distributeurs (communiqués par les studios), du circuit de distribution (il y avait deux gros réseaux, plus un troisième plus petit), s'il s'agissait d'un top année civile, ou sur l'ensemble de l'exploitation. Le tout sans forcément les précisions nécessaires. Sans parler des oublis et autres erreurs. Bref, il est très difficile de s'y retrouver. En plus il s'agissait dans la plupart des cas de top 12 (?!).

    Aussi, pour les années trente, je me base sur le travail remarquable de l'historien John Sedgwick. Il a épluché la programmation de toutes les salles du pays (environ 5000), et en se basant sur la capacités de recettes de chacune d'elles (nombre de places, prix pratiqué, taux de remplissage pour qu'un film soit reconduit), il a estimé les recettes des films de l'époque. Puis il a publié un top 100 pour les années 1932-1937. Son travail a été accueilli comme LA référence du BO anglais de cette période par ses pairs. J'ai donc fait pareil.

    4
    Pierre
    Samedi 22 Juillet à 00:48

    Bonsoir Laurent,

    Merci pour votre réponse et j ai une question

    ou puis je trouver le travail de Monsieur John Sedgwick , j ai essayé sur le net mais a priori je n ai rien su trouver.

    j ai été surpris par les résultats de Monté Carlo en France et en Italie.

    aux USA un échec sans appel...

    Martin Roumagnac aussi pas si mal en terme de spectateurs , en revanche en terme de rentabilité je n en ai aucune idée , 

    je sais que le film est sorti aux US avec le titre "the Room UPstairs" mais a priori un bide ...

    Rien trouvé sur variety.

     

    Très bonne soiree

     

    Pierre 

    5
    Laurent
    Samedi 22 Juillet à 09:21

    Bonjour Pierre,

    John Sedgwick a publier son travail dans le livre "Popular filmgoing in 1930's Britain", en 2000. Il est assez difficile à trouver maintenant. Rien sur Ebay ou sur Priciminister. Il y a un exemplaire en vente sur Amazon, au "modeste" prix de 139 euros...

    Je vous confirme que Martin Roumagnac fut un bide cinglant aux US. Il ne bénéficia que d'une petite sortie dans des salles d'Arts et d'essais comme le Laurel à Los Angeles ou le Clay de San Francisco. Et même dans ces petites salles, il ne fut pas bien accueilli par le public, ce qui mit un terme rapide à sa carrière américaine.

    6
    Pierre
    Lundi 24 Juillet à 22:33

    Bonsoir Laurent,

    merci pour les infos et il me semble que vous avez enrichi le box office international de Marlene..

    je pens que knigh a été un échec mais le jardin d ´Allah  et Kismet au vu du rental international ont été rentables ..du moins me semble t il...

    Ils sont pourtant cités comme échec dans les bio de Dietrich..

    Le jardin d Allah a été si populaire au Brésil qu un parc en plein centre de Rio porte son nom. 

    Tres bonne soiree

    pierre 

     

    7
    Laurent
    Mardi 25 Juillet à 08:53

    Bonjour Pierre,

    Allah et Kismet n'ont tout simplement pas été rentable. C'est pourquoi ils sont considérés comme des échecs. Petite explication.

    Le premier à coûté $2 000 000 et le second $2 942 000. Mais ce sont les coûts du film, hors promotion distribution et autres faux frais. Ce que les américains appellent le Negative Cost. Le coût à la pellicule. Celui-ci est en moyenne 50% plus élevé que le coût du film.

    Ce qui met le coût final d'Allah à $3 000 000. Pour Kismet, c'est même encore plus clair : Selon les archives de la MGM, le studio à perdu $643 000 avec ce film, malgré ses rentals très correct de près de $4 000 000

    8
    Mardi 25 Juillet à 14:03

    Merci Pierre et Laurent.

    Merci Laurent pour ces informations qui ne sont connues pratiquement que par vous. Même les américains ne les possèdent pas.

    9
    Pierre
    Jeudi 27 Juillet à 23:24

    Bonsoir Laurent, Bonsoir Renaud, 

    tout d abord c est moi qui vous remercie pour cette richesse d'informations sur tous les sujets...

    et aussi je comprends mieux l histoire de la liste Box Office Poison des distributeurs américains indépendants face à Dietrich, Garbo, Crawford  et Hepburn...en 1937

    Pour Marlene trois gros échecs de suite c est compliqué même si ce n est pas avec la même compagnie.

    mais de fait j ai une question au sujet du Chevalier, il semble avoir eu une exploitation limitée sur le marché américain pourquoi??

    il a eu sa première au Radio City at NYC. Les recettes sur Variety et Herald ont l air d être bonnes dans les premières semaines d exploitation.

    le producteur à du perdre beaucoup d argent et en même temps à du faire face au naufrage de "I Claudius" avec JVS.

    j ai vu le film, il est tout à fait classique et Feyder était un des maîtres de l époque.

    Je crois que c est United Artiste qui était chargé de la distribution...

    apres je suis un peu coincé 

    Très bonne soirée 

    Pierre 

    10
    Laurent
    Vendredi 28 Juillet à 10:05

    Bonjour Pierre,

    Il faut bien comprendre que le public américain à toujours été réfractaire aux films étrangers, même anglais. Or le "chevalier sans armure" est anglais. Quand à Jacques Feyder, pour l'américain moyen, c'était plutôt Jacques "comment vous dites ?"

    Ceci étant, Marlène était une vraie star aux USA et le film connut une vraie distribution digne d'un blockbuster de l'époque entre la deuxième quinzaine de juillet et la première d'août 1937. Il eut même droit, comme vous le dites, à un passage de deux semaines au RadioCity Music Hall, la plus grande salle du monde de l'époque avec le Gaumont Palace, où il rapporta $147 000 durant la quinzaine. Un bon score,surtout pour la période estivale, mais sans être exceptionnel non plus pour une salle qui pouvait dépasser les $100 000 en une seule semaine.

    Et c'est là tout le problème, car en-dehors de New-York, le film fit des recettes en-deçà de la moyenne des salles où il était joué. Résultat, très vite il était distribué avec un autre film, puis disparut des salles clés de Variety tout à fait logiquement pour ce qui s'était révélé être un échec.

    D'ailleurs de ce que je sais, le film s'est planté partout dans le monde, en-dehors de la Grande Bretagne. Toujours est-il que la United Artists n'a récolté que $750 000 pour son exploitation mondiale.

    11
    Pierre
    Mardi 1er Août à 23:00

    Bonsoir Laurent,

    je mattendais à votre première phrase et j y adhère totalement.

    ce que je trouve légèrement ironique est le cachet de Marlene  Dietrich pour ce film, le plus gros de sa carrière pour ce qui semble être son plus gros échec avec Devil Is a woman.

    en regardant variety j avais note le couplage de deux films  et il me semblait bien  que ce n était pas bon signe.

    je profite de vos connaissances pour savoir si L Ange Beu version allemande à ete distribué en URSS, il me semble que oui mais si oui à t il ete un succes?

    Merci encore et à bientôt...

    pierre 

    12
    Laurent
    Mercredi 2 Août à 09:42

    Bonjour Pierre,

    Vous me posez une colle. Je n'ai aucune info confirmée concernant une éventuelle sortie du film (Version allemande ou anglaise) en URSS. Il semble être sortie le 13 mai 1931, mais sans certitude.

    Le BO soviétique n'est pas facile d'accès, en particulier pour les années précédent 1945. A vrai dire, je n'ai qu'un seul chiffre russe d'avant-guerre.

    13
    Pierre
    Dimanche 6 Août à 22:48

    Bonsoir Laurent,

    l ange bleu est un succes interplanétaire et deux versions ont été tournée , perso je suis sur le vo allemande parce que c est vraiment la plus pure en 

    Terme d ambiance mais la version allemande est sur le marché européen tandis que la version anglaise est sur les marchés anglos Saxon.

    j ai bien lu vos explications sur l exploitation de l ange bleu à Paris et en Angleterre mais est il possible d avoir un top de l exploitation de l ange bleu en Europe.quels sont les pays où le film a vraiment triomphe en terme d exploitation et permettant de dire à nos grands mères que Marlene  avait bousculé sinon détrône Garbo.

    c est un film classique et qui reste dure à regarder et certaines scènes sont indémodables en dehors des problèmes techniques.

    ce film a établi la carrière de Marlene en France en même temps que Morocco aux USA.

    et franchement c est fascinant de voir une actrice triomphe sur deux continents  et avec deux films différents et du jour  au lendemain pour les deux films.

    je pense que c est le seul cas dans l histoire du cinéma.

    bien à vous 

    Pierre 

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :