• MARIE OCTOBRE - BOX OFFICE BERNARD BLIER 1959

     

    MARIE - OCTOBRE

     

    24 AVRIL 1959

     

     
    MARIE-OCTOBRE.jpg

    Réalisation

    Julien DUVIVIER

    Scénario

    Julien DUVIVIER

    Jacques ROBERT

    Directeur de la photographie

    Robert LEFEBVRE

    Musique

    Jean YATOVE

    Production

    Lucien VIARD

    Distribution

    PATHE

    Durée

    94 minutes

    Tournage

    17/11/58- 10/12/58

    Marie-Octobre

    Danielle DARRIEUX

    François RENAUT-PICARD

    Paul  MEURISSE

    Julien SIMONEAU

    Bernard BLIER

    Antoine ROUGIER

    Serge REGGIANI

    Carlo BERNARDI

    Lino VENTURA

    Lucien MARINVAL

    Paul FRANKEUR

    Etienne VANDAMME

    Noël ROQUEVERT

    Léon BLANCHET

    Robert DALBAN

    Père Yves LE GUEN

    Paul GUERS

    Robert THIBAUT

    Daniel IVERNEL

    Victorine

    Jeanne FUSIER-GIR

     

    Quinze ans après la fin de la guerre, " Marie-Octobre ", directrice d'une maison de couture, a invite à dîner dans sa très belle demeure les membres de son ancien réseau de Résistance, dont le chef, Castille, a été abattu par les Allemands, Ici même. Elle annonce brusquement aux onze hommes qui l'entourent qu'un hasard lui a fait découvrir avec certitude que le réseau fut livré par l'un d'entre eux : il faut découvrir le traître, et le forcer à se tuer comme il fit tuer Castille... A la stupeur générale, succède l'indignation, puis une certaine lassitude : à quoi bon réveiller de vieilles histoires qui déjà causèrent tant de mal et tant de haine ? Mais Marie-Octobre qui aimait le chef abattu, n'aura de cesse qu'elle n'ait contraint chacun de ses convives et elle-même, à se trouver en butte aux doutes, puis à l'accusation des autres... Le coupable enfin, et presque par hasard, se trouve démasqué. Il se traîne, suppliant qu'on le laisse vivre. Marie-Octobre, cependant, ne peut supporter ce fléchissement qui sera général : elle se jette sur le revolver et abat l'homme.

     

    " Marie-Octobre" c'est danielle DARRIEUX mise en scène par un Julien DUVIVIER en très grande forme. Oui, le réalisateur prouve qu'il est tout à fait possible de réaliser un thriller tout aussi efficace qu'un Alfred HITCHCOCK ou qu'un "12 hommes en colère" de Sidney LUMET.

    Le réalisateur va mettre en scène un superbe huis-clos et bénéficier d'une distribution assez stupéfiante pour ce faire. Un tournage serré, nous ne sommes pas loin d'une pièce de théâtre filmée, permet de bénéficier de la présence d'acteurs qui tournent beaucoup en cette année 1958.

    Le pitch du film est redoutable. Les membres survivants d'un ancien réseau de résistance sont invités dans la riche demeure de Marie-Octobre où 15 ans auparavant, Castille, le chef du réseau a été abattu par la Gestapo. C'est une réunion en hommage à Castille. Mais pas uniquement. François a comploté cette réunion avec Marie-Octobre afin de démasquer le traître qui a dénoncé le réseau aux allemands. Alors évidemment, après un joyeux repas, la nouvelle plombe un peu l'ambiance. François annonce que le coupable démasqué pourra sauver son honneur en se suicidant, il doit donc se dénoncer,ce qui n'arrange pas l'ambiance. Un par un, chaque membre de l'assemblée devra décrire les derniers moments de la sombre journée où Castille est mort et devra  justifier de son innocence. Les langues se délient et chacun devient un coupable potentiel aux yeux des autres. Petit à petit les mobiles de l'assassinat se dessinent: jalousie, intérêt financier. Bref, chacun est mal à l'aise. Les soupçons se posent même sur Marie-Octobre qui doit avouer son amour pour Castille. DUVIVIER et Henri JEANSON se font un malin plaisir de brouiller les pistes. La conclusion rassure l'assemblée, le coupable serait la vieille gouvernante qui aurait eu la langue bien trop pendue à l'époque. Mais non, la vieille a confondu les dates et l'enquête revient à son point de départ sans que le coupable soit démasqué. Mais François et Marie-Octobre ont gardé un atout machiavélique dans leur manche et le coupable se confond tout seul. Son destin va dépendre de l'assemblée, surtout que le père LE GUEN semble convaincre ses amis de laisser le coupable vivant....

    Mené tambour battant en 90 minutes, le film fort bavard ne lasse jamais le spectateur du fait du suspense constant qui monte crescendo.

    Alors certes, DUVIVIER peut compter sur quelques uns des plus grands acteurs de l'époque.

    Danielle DARRIEUX est comme d'habitude d'une grande classe et est très convaincante en ancienne maîtresse quicherche à venger son amant. Avec elle, c'est du tout cuit et sa présence en fait la chef naturelle du groupe et elle bénéficie du respect de l'assemblée. Encore un grand rôle pour l'actrice qui quittera les années 50 comme elle y était entrée: comme une star.

    Son âme damnée, Paul MEURISSE fait merveille. C'est lui qui mène le tempo de l'enquête. Impitoyable, il traquera le coupable jusqu'au bout. Impressionnant, voire inquiétant il apporte son physique et son phrasé si particuliers. Une grande prestation encore une fois.

    Bernard BLIER est partout à la fin des années 50. ce n'est guère étonnant qu'on le retrouve dans une des productions les plus importantes de l'année après son triomphe dans "Les misérables".  L'acteur est pourtant sobre, et son personnage est un peu la force tranquille du film. Clairement amoureux de Marie-Octobre, son amour pour elle pourrait en faire un coupable logique. Il est excellent comme d'habitude, voire comme toujours. Sa joute avec Lino VENTURA est savoureuse. Lino, tourne beaucoup en 1959. Après un petit trou dans sa carrière, il se montre partout pour gagner ses galons d'indispensable du cinéma. Il joue le rôle d'une brute, un ancien lutteur assez frustre, hommage en forme de clin d'oeil à la carrière sportive de Lino. C'est l'homme d'action qui soupçonne un peu tout le monde.

    Il y a bien sûr Serge REGGIANI qui une nouvelle fois joue le rôle d'un veule, d'un fourbe, d'un lâche. Les pistes mènent vers lui, en effet il doit se justifier d'une coquette somme d'argent qui lui a servi pour reprendre une imprimerie, mais il saura faire déplacer les soupçons vers Marie-Octobre. 

    Nous citerons aussi Paul FRANKEUR habitué des productions de l'époque, Noël ROQUEVERT et Robert DALBAN éternels seconds rôles du cinéma français ainsi que Daniel IVERNEL. Paul GUERS jouera l'homme d'Eglise, la bonne conscience du groupe chargé de rappeler que l'homme ne peut faire sa justice lui même....

    Mention à Jeanne FUSIER-GIR dans le rôle de la vieille gouvernante gouailleuse et qui a la fâcheuse tendance à confondre les dates. Un rôle drôle qui apporte un peu de légèreté dans ce thriller haletant.

    Il est délicat de parler de la résistance en 1959, mais il est nécessaire de préciser que l'intrigue policière supplante le coté historique du récit.

    DUVIVIER réussit un modèle du genre ou chaque acteur apporte une pierre à l'édifice. Le réalisateur est à l'aise dans le policier à suspense et tentera une nouvelle fois de reprendre ce concept avec "Diaboliquement vôtre" en 1967, mais sans la même réussite.

    Sorti dans deux salles seulement à Paris , le film n'a pas de difficultés pour s'emparer de la première place du box office. Grâce à un bon bouche à oreille il sera un des grands succès parisien de l'année et termine sa course à plus de 2.5 millions d'entrées en France confirmant la grande popularité de Danielle DARRIEUX.

       

    MERCI A FABRICE

     

    CATEGORIE

    RANG

    NOMBRE

    SALLES

    ENTREES FRANCE

    24

    2 598 091

     

    ENTREES PARIS

     

      588 437

     

    ENTREES BANLIEUE

     

      264 254

     

    TOTAL PARIS BANLIEUE

     

        852 691 

     

     

     

     

     

    1ère semaine

    1

    40 501

    2

    2ème semaine

     

    44 117

     

    3ème semaine

     

    24 071

     

    4ème semaine

     

    24 979

     

    5ème semaine

     

    19 735

     

    6ème semaine

     

    17 913

     

    7ème semaine

     

    14 868

     

    Nombre de semaines Paris

     

    7

     

    Moyenne salles Paris 1ère sem

     

    22 375

     

    1er jour Paris

     

     

     

    Budget

     

     

     

    Box office annuel Espagne

     

     

     

    Box office annuel Italie

     

     

     

    Cote du succès

     

    * * *

     

     
     vlcsnap-2010-11-10-15h53m22s127.png

     

    vlcsnap-2010-11-10-15h55m02s99.png

     

    vlcsnap-2010-11-10-15h55m51s81.png

     

    vlcsnap-2010-11-10-15h57m23s228.png

     

    vlcsnap-2010-11-10-15h59m10s20.png

     

    vlcsnap-2010-11-10-16h00m28s26.png

     

    vlcsnap-2010-11-10-16h01m58s163.png

     

    vlcsnap-2010-11-10-16h02m27s197.png

     

    vlcsnap-2010-11-10-16h02m45s119.png

     

    vlcsnap-2010-11-10-16h09m11s137.png

     

    vlcsnap-2010-11-10-16h15m30s92.png

     

    vlcsnap-2010-11-10-16h22m42s58.png

     

    vlcsnap-2010-11-10-16h25m33s228.png

     
        

     

    <script src="http://www.google-analytics.com/urchin.js" type="text/javascript"> </script><script type="text/javascript"> // <![CDATA[ _uacct = "UA-1145147-1"; urchinTracker(); // ]]> </script>

    « LES TONTONS FLINGUEURS - BOX OFFICE BERNARD BLIER 1963ARCHIMEDE LE CLOCHRD - BOX OFFICE BERNARD BLIER 1959 »
    Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :