• LEUR DERNIERE NUIT - BOX OFFICE JEAN GABIN 1953

    LEUR DERNIERE NUIT

     

    23 OCTOBRE 1953

     

      LEUR-DERNIERE-NUIT.jpg

     

    Réalisation Georges LACOMBE
    Scénario Jacques CELHAY
    Georges LACOMBE
    Photographie Philippe AGOSTINI
    Musique Francis LOPEZ
    Production Edourad HARISPURU
       
      CCFC
    Distribution COLUMBIA
    Durée 88 minutes
    Tournage 15/01/1953-09/03/1953
    Pierre RUFFIN Jean GABIN
    Madeleine MARSAN Madeleine ROBINSON
    L'inspecteur Robert DALBAN

    Venue de Limoges, Madeleine Marsan loue une chambre à Paris dans la pension de famille " Au Duc d'Aumale " tenue par mademoiselle Mercier. Elle y fait la connaissance de Pierre Ruffin, directeur de la bibliothèque municipale, qui lui procure un emploi d'enseignante au cours Sévignée. En réalité, sous cette couverture de paisible fonctionnaire se cache un chef de bande, " M. Fernand". Un soir, Madeleine se rend compte que Pierre est blessé à l'épaule et le soigne sans lui poser de questions. Elle apprend le lendemain, dans le journal, qu'une tentative de hold-up a échoué rue de la Paix. M. Fernand et ses complices tentent alors de dérober la paye des ouvriers d'une usine mais tombent dans un piège tendu par la police. Pierre parvient à s'échapper au cours de son transfert à la prison. Activement recherché, il n'a plus qu'une ressource : faire appel à Madeleine, qui lui a témoigné de la sympathie. La jeune femme accepte de lui rapporter de l'argent qu'il a caché à la pension de famille, puis lui loue une chambre dans un hôtel borgne. Mais, reconnu par la bonne, Pierre doit de nouveau s'enfuir. Avant de quitter Paris, il se venge en abattant son receleur, le coiffeur Pérez, qui l'avait donné à la police. Pendant ce temps, soupçonnant Madeleine, l'inspecteur Dupré la prend en filature. Il retrouve ainsi la trace du fugitif, qui s'apprête à prendre une péniche à destination de la Belgique. Sur le point d'embarquer au port de La Bourdonnais, Pierre est cerné par les forces de l'ordre. Grièvement blessé, il tombe dans le canal et se noie sous les yeux de Madeleine, désespérée.

    **********

     

    C'est la troisième et dernière collaboration entre Jean GABIN et Georges LACOMBE après "Martin ROUMAGNAC" et "La nuit est mon royaume", c'est dire que les deux se connaissent bien. C'est cependant le plus faible film à mon sens des deux compères. GABIN hérite d'un double rôle, à l'instar de "Victor" il est à la fois respectable et un mauvais garçon. On ne peut pas dire que l'apparence de GABIN soit tout à son avantage dans la première partie du film, la moustache ne sied guère à l'acteur qui fait tout de suite vieux papy. C'est glabre que nous le retrouvons en gangster qui est balancé avant de faire un ultime vol de coffre fort dans une usine. Il retrouvera sa balance et l'éxécute froidement d'une balle dans le dos pendant qu'il tente désespérement de s'échapper sur les toits. Même pas digne. En dehors d'une scène d'évasion, ce réglement de comptes est la seule scène un tant soi peu énergique du film. Après avoir tourné avec Danielle DARRIEUX et Michèle MORGAN les deux des plus grandes stars de l'époque, il se retrouve avec la douce et jolie Madeleine ROBINSON, plus calme, plus douce, d'ailleurs la scène où elle lui apporte une paire de chaussons après son meurtre est assez significative. Leur amour  improbable  au départ tombe un peu à plat, un comble pour ce film romantique. Bref, poursuivi par un inspecteur solidement interprété par Robert DALBAN (ex mari de ROBIBNSON), nous assistons à la fin prévisible de RUFFIN blessé à mort, caché le long du canal et qui lâche prise devant sa dulcinée. Bref encore un rôle pas vraiment à l'avantage de GABIN tout comme sa fin dans "Martin ROUMAGNAC". Le film ne semble pas bénéficier d'un appui énorme de la part de la COLUMBIA et quitte rapidement les salles d'exclusivité. Le public de province remonte les entrées, mais cela reste cependant un résultat assez moyen, tout comme le précédent. GABIN tourne régulièrement, mais ne parvient toujours pas à être la tête d'affiche d'un film, toujours barré par la vedette féminine. 

     

     

    CATEGORIE

    RANG

    NOMBRE

    SALLES

    ENTREES FRANCE

     

    1 365 207

     

    ENTREES PARIS

     

    85 022

     

    ENTREES PARIS EXCLUSIVITE

     

    291 722

     

    1ère semaine

    3

    49 868

    3

    2ème semaine

    5

    35 154

     

    Nombre de semaines Paris

     

    2

     

    Moyenne salles Paris 1ère sem

     

    16 622

     

    Cote du succès

     

    * *

     

    « LA VIERGE DU RHIN - BOX OFFICE JEAN GABIN 1953FILLE DANGEREUSE - BOX OFFICE JEAN GABIN 1953 »
    Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :