• LES TONTONS FLINGUEURS - BOX OFFICE BERNARD BLIER 1963


    LES TONTONS FLINGUEURS
    27 NOVEMBRE 1963

     


    Réalisation

    Georges LAUTNER

    Scénario

    Albert SIMONIN

     Georges LAUTNER

    Dialogues

    Michel AUDIARD

    Directeur de la photographie

    Maurice FELLOUS

    Musique

    Michel MAGNE

    Production

    Alain POIRÉ

    Distribution

    GAUMONT

    Durée

    92  minutes

    Fernand Naudin

    Lino VENTURA

    Raoul Volfoni

    Bernard BLIER

    Maître Folage

    Francis BLANCHE

    Patricia

    Sabine SINGEN

    Antoine Delafoy

    Claude RICH

    Paul Volfoni

    Jean LEFEBVRE

    Jean, le majordome

    Robert DALBAN

     

     

    Propriétaire d'une petite usine de tracteurs, Fernand Naudin mène une vie tranquille et sans histoires quand un télégramme l'appelle à Paris. Il arrive juste à temps pour recueillir le dernier soupir d'un ami de jeunesse, Louis, dit « le Mexicain », interdit de séjour et directeur d'affaires plus ou moins louches. Au nom de leur vieille amitié, Louis arrache à Fernand la promesse de veiller sur les intérêts de sa fille Patricia pour laquelle il a fait les plus grands sacrifices, allant même jusqu'à la faire élever chez les Soeurs. Il lui confie aussi la direction de ses « affaires » et de ses « hommes d'affaires ». Il hérite aussi du « gorille » de Louis, un certain Pascal, au tir infaillible. Les « employés » du Mexicain, qui escomptaient se partager les dépouilles du « patron», sont bien déçus de la tournure que prennent les événements et le premier souci de Fernand est de remettre chacun à sa place et de l'ordre dans la maison. Ceci n'ira pas évidemment sans diverses aventures que nous raconte le film. Fernand espère des compensations du côté de Patricia qui se révèle d'abord pleine d'affection pour son « tonton ». Mais, de ce côté aussi, les déceptions attendent Fernand. Car Patricia, qui semble n'avoir pas beaucoup profité de son éducation chez les Soeurs,se montre bientôt tout aussi ingouvernable que les « employés » de son père, sinon pour les mêmes raisons. En particulier, elle est plus ou moins fiancée à un certain Antoine qui a le don de porter à l'extrême sur les nerfs de Fernand. Cet aspect de la question ménagera aussi bien des soucis à notre héros jusqu'à ce que tout finisse par s'arranger, les « méchants garçons » trépassant à tour de rôle ou se convertissant. Quant à Fernand, il conduit à l'église sa « nièce » Patricia pour y trouver le bonheur auprès d'Antoine, enfin réconcilié, pour le meilleur et pour le pire.
    (les fiches du cinéma)

    Ecrire sur les « tontons flingueurs » est bien difficile aujourd’hui, car le film est depuis longtemps passé au statut de film culte, mieux : un des fleurons du patrimoine français . Des livres ont été consacrés au film qui le feront découvrir aux rares personnes qui ne l’on pas déjà vu, ce qui semble impossible car le film fait encore 10 millions de spectateurs à chaque diffusion télé.
    De plus, ce film fait parie de ce que je nomme « la trilogie LAUTNER » qui sont tout simplement les trois films présents dans mon top 10 de mes films préférés. C’est donc difficile d’en parler, d’autres le font mieux.
    En 1963, Lino, très populaire, s’est déjà essayé à la comédie avec « le bateau d’Emile » avec un résultat mitigé. On le sait, l’acteur est connu pour ses rôles de durs.
    Cela tombe bien, car une bande de copains, décide de lui écrire un rôle sur mesure, il jouera le rôle d’un gangster sur le retour mais dans une comédie policière. C’est un film noir à la trame classique, dû à Albert SIMONIN, mais traité à la sauce comédie par LAUTNER et AUDIARD.
    Pour accompagner Lino, le casting est éblouissant.
    Dans ces conditions, Lino accepte et délivre une de ses prestations les plus savoureuses, à la fois fort et drôle, Lino trouve l’adéquation parfaite entre ces deux états. Car Lino est drôle, sacrément drôle, qu’il le veuille ou non.
    Bernard BLIER, ex-gloire des années 40 et 50 trouve un deuxième souffle inouï dans la comédie. D’abord acteur « sérieux » il démontre des qualités humoristiques insoupçonnées, et devient la coqueluche de tous les réalisateurs de comédies. Dans sa bouche, les dialogues d’ AUDIARD deviennent énormes.
    Francis BLANCHE, perdu à jouer des comédies, certes rentables avec Darry COWL, trouve lui aussi un rôle à sa mesure, son génie comique étant exploité à merveille par LAUTNER, son « touche pas au grisbi », salope !! »  reste immortel dans l’histoire du cinéma.
    Claude RICH en jeune premier exaspérant, est parfait en tête à claques, dans un rôle de jeune gendre en totale opposition au milieu des gangsters.
    Les seconds rôles sont au diapason.
    La réalisation de Georges LAUTNER, reste sobre mais celui-ci commence à se démarquer des autres réalisateurs de comédie. En tout cas, il démontre des qualités de Directeur d’acteurs remarquable.
    Evidemment, il y a les dialogues d’ AUDIARD. Cela fait déjà dix ans qu’il est réputé pour être le meilleur dialoguiste de France. Il a connu de nombreux succès avec GABIN et il  faut dire qu’il enchaîne les films avec plus ou moins de bonheur, en tout cas il y a toujours un ou deux dialogues à retenir, on n’écrit pas les dialogues du «  Président » chaque jour.
    L’intensité avec laquelle il distille les dialogues cultes, frise l’indécence. C’est un véritable « best-of » de répliques mémorables, il est clair que l’auteur, inspiré par tant d’acteurs a peaufiné des dialogues spécialement adaptés à chaque personnalité.
    Citons-en quelques unes à la volée :

    Raoul Volfoni - Non mais t'as déjà vu ça ? en pleine paix, y chante et pis crac, un bourre-pif, mais il est complètement fou ce mec ! Mais moi les dingues j'les soigne, j'm'en vais lui faire une ordonnance, et une sévère, j'vais lui montrer qui c'est Raoul. Au 4 coins d'Paris qu'on va l'retrouver éparpillé par petits bouts façon puzzle... Moi quand on m'en fait trop j'correctionne plus, j'dynamite... j'disperse... et j'ventile... 

    Fernand Naudin - Patricia, mon petit... Je voudrais pas te paraître vieux jeu ni encore moins grossier. L'homme de la Pampa parfois rude reste toujours courtois mais la vérité m'oblige à te le dire : ton Antoine commence à me les briser menu !

    Fernand Naudin - Les cons, ça ose tout. C'est même à ça qu'on les reconnaît.

    Paul Volfoni - Vous avez beau dire, y'a pas seulement que de la pomme, y'a aut'chose.  Ça serait pas dès fois de la betterave, hein ?
    Fernand Naudin - Si, y'en a aussi.

    Raoul Volfoni - Alors, y dors le gros con ? Ben y dormira encore mieux quand il aura pris ça dans la gueule. Il entendra chanter les anges, le gugusse de Montauban. J'vais l'renvoyer tout droit à la maison mère, au terminus des prétentieux.

    Sorti sans grande prétention à Paris, le film connaît un bouche à oreille remarquable, devenant un des plus grands succès de Lino et fait entrer Georges LAUTNER dans la cour des réalisateurs bankable. Une « suite » est aussitôt mise en chantier.

     

     

    ENTREES France TOUTES EXPLOITATIONS

     

    3 310 000

     

     

    ENTREES Paris 1ère exclusivité

     

     

    568 052

     

    ENTREES PARIS toutes exploitations

    858 684

    ENTREES Paris

     

    1ère semaine  n° 1

    2ème semaine n° 1

    3ème semaine n° 2

    4ème semaine n° 4

    5ème semaine n° 5

    6ème semaine n° 3

    7ème semaine n° 4

    8ème semaine n° 6

    9ème semaine n° 5

    10ème semaine n°8

    11ème semaine n°6

    12ème semaine n°7

     

     

    47 307

    45 505

    38 362

    41 205

    47 949

    37 810

    32 317

    26 850

    26 382

    24 530

    27 560

    24 515

    NOMBRE DE SEMAINES PARIS

    17

    NOMBRE DE SALLES  Paris semaine de sortie

    4

    Moyenne entrées par salles 1ère semaine

    11 827

    COTE DU SUCCES

    * * * *

     

     

     

    <script src="http://www.google-analytics.com/urchin.js" type="text/javascript"> </script><script type="text/javascript"> // <![CDATA[ _uacct = "UA-1145147-1"; urchinTracker(); // ]]> </script>

    « 100 000 DOLLARS AU SOLEIL - BOX OFFICE BERNARD BLIER 1964MARIE OCTOBRE - BOX OFFICE BERNARD BLIER 1959 »
    Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :