• LES TONTONS FARCEURS - BOX OFFICE JERRY LEWIS 1965

    ....

    LES TONTONS FARCEURS

    (The jewels family)
     1ER JUILLET 1965 (USA)

    24 DECEMBRE 1965

     

     

     

    Réalisation

    Jerry LEWIS

    Scénario

    Jerry LEWIS

    Bill RICHMOND

    Directeur de la photographie

    W Wallace KELLEY

    Musique

    Pete KING

    Production

    Jerry LEWIS

    Tournage

    18/01/65-02/04/65 

    Distribution

    Paramount

    Durée

    98  minutes

    Willard

    Jerry LEWIS

    Donna Peyton

    Donna BUTTERWORTH

     

     

    Depuis la mort de son père. Donna Peyton, une fillette de dix ans, vit avec son chauffeur et ami, Willard Woodward. Mais pour toucher son héritage, elle doit à présent choisir, parmi ses oncles, celui qui sera son tuteur légal. Elle fait ainsi la connaissance de James, le vieux loup de mer ronchon au grand cœur, Julius, le photographe de mode myope et maladroit, Eddie, le charmeur et catastrophique pilote d'un invraisemblable coucou; Shylock, le détective émule de Sherlock Holmes. Le cinquième oncle, le clown Everett, Donna l'élimine d'office lorsqu'elle se rend compte qu'il déteste les enfants et ne s'intéresse qu'à l'argent. D'ailleurs, ce méprisable individu s'apprête à abandonner sa nationalité et à se réfugier en Suisse pour se soustraire au fisc. Un sixième oncle manque à l'appel Bugs, le mauvais garçon, dont on n'a plus de nouvelles depuis tort longtemps. Or, Bugs est bien vivant et poursuit de sa vindicte Willard qui a fait, par hasard, échouer son dernier hold-up. Mais Willard sort toujours indemne de ces tentatives d'assassinat. Bugs finit par enlever Donna et exige une forte rançon Willard appelle les oncles à la rescousse, mais c'est lui qui délivrera la fillette avec l'aide involontaire d'un régiment de Marines. Le moment est venu pour Donna de donner sa réponse à ses avocats. Elle souhaiterait être confiée à la garde de Willard, mais c'est impossible, puisqu'il n'est pas son oncle. Surgit alors Everett, que l'on croyait à l'étranger. A la surprise générale, la fillette le choisit comme tuteur. Car, sous le maquillage de clown, elle a reconnu le fidèle et ingénieux Willard.

     

    Félicitation au choix du titre français qui n’a rien à voir le titre original, mais qu’importe. Deux ans après son « Nutty professor », son chef d’œuvre, Jerry LEWIS toujours inspiré livre un film décousu, certes, mais très inspiré. A l’instar d’un Alec GUINNESS dans « Noblesse oblige » il délivre lui aussi une performance remarquable. Mais contrairement au film cité, LEWIS ne cherche pas à être méconaissable derrière ses déguisements, il accentue le trait de son aviateur qui ressemble à Terry THOMAS (l’anglais de « La grande vadrouille »), le photographe possède le physique du professeur KELP (« Dr Jerry et Mister Love »), le gangster ressemble plus à Quasimodo qu’autre chose et est plus maladroit que méchant. Le vieux loup de mer ressemble à un personnage de comics et reste le clown, particulièrement antipathique sous son maquillage.

    Reste donc Willard qui est interprété par Jerry LEWIS sous sa véritable apparence. Du reste, c’est Willard qui est gaffeur et représente le personnage typique de l’univers de LEWIS. Gauche mais tendre, il porte ses chaussures à l’envers, détail qui va le trahir lorsqu’il empruntera l’identité du clown pour gagner le droit d’être le tuteur. Donna va être le seul à le reconnaître.

    Film décousu, il est surtout prétexte de permettre à LEWIS d’aller au bout de ses compétences en interprétant une galerie de personnages, une sorte de best of de toute son œuvre. L’humour est présent bien sûr mais les gags sont biens moins nombreux qu’à l’accoutumée, comme si LEWIS désirait explorer d’autres horizons.  Entre 1961 et 1965 il aura donc livré le meilleur de ses prestations, la suite sera bien plus laborieuse. Dernier film qu’il produit pour la Paramount, il n’est pas étonnant que ce soit aussi le dernier bon film de sa filmographie, la suite sera moins heureuse. A 40 ans, peut être a-t-il livré le meilleur de sa carrière. Du reste en France, les entrées connaissent un fléchissement sensible, pourtant le film est sorti à noël une période généralement favorable à l’auteur. Un signe d’une suite de carrière difficile ?           

     

    CATEGORIE

    RANG

    NOMBRE

    SALLES

    ENTREES FRANCE

     

    824 903

     

    ENTREES PARIS

     

    194 679

     

    ENTREES PARIS EXCLUSIVITE

     

    102 113

     

     

     

     

     

    1ère semaine

    5

    58 375

    9

    2ème semaine

    7

    43 738

     

    3ème semaine

     

     

     

    Nombre de semaines Paris

     

    2

     

    Moyenne salles Paris 1ère sem

     

    6 486

     

    1er jour Paris

     

     

     

    Budget

     

     

     

    Recettes US

     

     

     

    Recettes Mondiales

     

     

     

    Box office annuel FRANCE

    71

     

     

    Box office annuel USA

     

     

     

    Box office annuel Allemagne

     

     

     

    Box office annuel Espagne

     

    1 197 166

     

    Box office annuel Italie

     

     

     

    Box office UK

     

     

     

    Box office Europe

     

     

     

    Cote du succès

     

    * *

     

     

    ...

    « 3 SUR UN SOFA - BOX OFFICE JERRY LEWIS 1966JERRY CHEZ LES CINOQUES - BOX OFFICE JERRY LEWIS 1965 »
    Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :