• LES MORFALOUS - MICHEL AUDIARD BOX OFFICE 1985

     

    LES MORFALOUS

     

    28 MARS 1984 

     

     

    LES MORFALOUS - BOX OFFICE JEAN-PAUL BELMONDO 1984

    Réalisation

    Henri VERNEUIL 

    Scénario

    Henri VERNEUIL
    Pierre SINIAC
    Michel AUDIARD
     

    Photographie

    Edmond SECHAN 

    Musique

    Georges DELERUE 

    Production

    Cerito Films
    René CHATEAU
    V FILMS
    SOPROFILMS
     

    Distribution

    AAA
    Cerito
    René Chateau

    Durée

    105 minutes

    Tournage 09/83-11/83

    Augagneur 

    Jean-Paul BELMONDO

    Béral 

    Jacques VILLERET 

    Mahuzard

    Michel CONSTANTIN

    Boissier

    Michel CRETON

    Hélène Laroche Fréon

    Marie LAFORET

    François Laroche Freon

    François PERROT

     

    1943. La banque d'El Ksour en Tunisie a dans ses coffres une fortune en lingots d'or. Un détachement de la légion doit escorter le précieux métal jusqu'à un endroit sûr. Lorsque cette troupe arrive à El Ksour, c'est le piège. Les Allemands sont là; une terrible fusillade éclate; la tuerie est épouvantable. Rescapés: Augagneur et Boissier, de la légion, Béral, un artilleur, et l'adjudant Mahuzard. Après avoir éliminé tous les Allemands du lieu, le petit groupe s'apprête à remplir sa mission. Mais si Mahuzard est décidé à faire son devoir de soldat, Augagneur a convaincu les deux autres qu'il est beaucoup plus intéressant de s'approprier les lingots pour constituer des fortunes personnelles. D'où des tensions au sein du groupe. L'arrivée de François Laroche-Fréon, le directeur de la banque, n'arrange rien. Mais Mahuzard a le dessous, il est fait prisonnier. Pendant qu'Augagneur part avec Hélène Laroche-Fréon chercher de la nourriture et d'autres satisfactions, Mahuzard parvient à faire changer d'avis Béral. Augagneur et Boissier sont maintenant les prisonniers, avec Karl, un Allemand amant d'Hélène venu en char la rejoindre. Grâce à Hélène, Augagneur et ses amis s'échappent. Au moment où Mahuzard s'apprête à partir avec les lingots, un face à face a lieu. Seuls en réchappent Karl, Augagneur et Hélène. Celle-ci, qui a tenté de trahir avec l'autre chacun des deux hommes, est abandonnée sur place; le Français et l'Allemand partent en char avec les lingots. Chacun se méfie de l'autre. Et, finalement, Augagneur laisse sur une plage l'Allemand qui a voulu le duper. Augagneur est donc riche, il va échanger ses lingots contre des dollars. C'est alors qu'il se trouve face à une colonne française qui le fête comme un héros. Il est bientôt décoré pour avoir sauvé une fortune appartenant à la France.

     

     ************************************************

    Alors que l'acteur désire ne pas déroger à sa stratégie de sortir un film par an, il rencontre Henri VERNEUIL qui lui parle d'un projet qu'il développe depuis plusieurs mois. C'est un film d'aventures qui se déroule durant la seconde guerre mondiale en Afrique et qui conte le cambriolage d'une banque par un petit groupe de militaires. Il pense à des acteurs comme Gérard LANVIN ou Victor LANOUX pour les premiers rôles. Le sujet, et surtout les dialogues de Michel AUDIARD de retour en très bonne forme, amuse BELMONDO qui demande à VERNEUIL de bien vouloir attendre la fin du tournage du "Marginal" pour débuter le sien, car il désire jouer dedans.

    Evidemment VERNEUIL n'en demandais pas tant. La perspective de le diriger de nouveau après "Le corps de mon ennemi" en 1976 alors qu'il est plus star que jamais est évidemment une aubaine. Le projet est aussi beaucoup plus facile à monter.

    Doté d'un budget important, le film est tourné en Tunisie où la précision de VERNEUIL fait merveille. Repérage précis, story-board au cordeau, décors le plus fidèles possible, présence de blindés, explosions, bref, il n'a pas perdu la main, c'est un des plus grands techniciens français.

    BELMONDO qui loge à Monastir entretient sa forme avec Carlos SOTTO MAYOR. Au menu footings quotidiens et musculation.

    L'acteur va retrouver un de ses grands amis, le grand Michel CONSTANTIN avec qui il a tourné "La scoumoune" dix ans plus tôt. Mais ici pas question d'amitié dans le film car les deux se flanquent une belle raclée au cours du film.

    D'autres très bons acteurs sont de la partie. Il retrouve aussi la belle Marie LAFORET depuis "Flic ou voyou".

    Le film est très plaisant et ne se prend pas au sérieux. En fait c'est un des BEBEL les plus sympas depuis longtemps. Il est évident que la paire VERNEUIL / AUDIARD a déjà officié sur un "100 000 dollars au soleil" dont "Les morfalous" évoque quelque peu le souvenir. BELMONDO joue un peu façon "Guignolo". C'est un légionnaire taquin, gouailleur et bien sûr un peu malhonnête sur les bords. Selon un scénario déjà vu mais habile, il devra jouer au chat et à la souris avec d'une part son supérieur hiérarchique et puis un officier Allemand aussi filou que lui. Avec tous les retournements de situation habituels.

    La première partie se déroule autour du noyau des légionnaires survivants. BELMONDO a fort à faire avec un Michel CONSTANTIN qui la soixantaine passée, est encore capable de jouer les durs grandes gueules. Leur joute est savoureuse. Mais les seconds rôles ne déméritent pas dont Michel CRETON et surtout Jacques VILLERET qui compose un trouffion assez gauche, comme d'habitude. L'intermède voit l'apparition du banquier et de sa femme qui est bien sûr tombée sous le charme de BELMONDO et qui fera tout pour l'aider à s'évader de sa cellule. François PERROT interprète son mari avec son talent habituel. Lors du transfert de l'or celui-ci urine sur un câble électrique dénudé et s'électrocute et meurt. Marie LAFORET lâche cette superbe répartie "C'est bien la première fois qu'il fait des étincelles avec sa bite !" Ah, nous avons retrouvé notre Michel AUDIARD! La pauvre sera abandonnée par BELMONDO.

    Les compagnons d'Augagneur meurent par un tir d'obus. Ne reste plus que Augagneur et l'officier Allemand qui partent avec l'or dans un char. Evidemment chacun des deux tente d'éliminer l'autre plus ou moins pacifiquement. Bien sûr Augagneur remporte la partie et s'enfuit avec l'or et le char. Tombant face à face avec une colonne française, il ne perd pas le nord et se fait passer pour le sauveur de la fortune de la France. Décoré, il en profitera pour séduire la jolie femme du Président de l'Union des Banques...On ne se refait pas !

    Tout le monde s'est bien amusé dans ce film qui comporte un lot raisonnable de scènes d'action, de bagarres, et de belles répliques.

    La campagne marketing est importante. René CHATEAU s'inspire de l'affiche de "Rambo" qui a été un des grand succès de 1983 et en livre une toute aussi impressionnante. Mais comme il s'en apercevra plus tard, elle ne satisfait pas BELMONDO tant que cela. La critique éreinte une nouvelle fois le film.

    Il ne bat aucun record lors de sa sortie parisienne. Cependant il réalise une magnifique première semaine, bien que jugée décevante par les anti-BELONDO. La seconde semaine est excellente mais il est vrai que la troisième semaine marque une baisse très sensible, confirmée par la sortie rapide du film du top 10 parisien. Au final il attire 3 612 000 entrées en France, une déception pour beaucoup. Mais enfin, le film se classe 6ème de l'année et reste le 10ème succès de BELMONDO. Il a fait plus d'entrées que "100 000 dollars au soleil" et n'est qu'à une encablure de "Peur sur la ville". C'est un film d'aventure bien moins porteur que les "polars" habituels de l'acteur. C'est donc un gros succès, mais pas un méga succès. Il ne faudra pas attendre très longtemps pour savoir si la côte de l'acteur tombe, car "Joyeuse Pâques" est prévu pour la rentrée 1984. Le public ne va-t-il pas se lasser de voir autant l'acteur sur les écrans ?           

     

     

    CATEGORIE

    RANG

    NOMBRE

    SALLES

    ENTREES FRANCE

    6

    3 612 400

     

    ENTREES PARIS BANLIEUE

     

    757 560

     

    Détail entrées Paris

     

     

     

    1ère semaine

    1

    382 347

    62

    2ème semaine

    1

    191 242

    62

    3ème semaine

    2

    77 894

    59

    4ème semaine

    6

    36 041

    51

    Nombre de semaines Paris

     

    15

     

    Moyenne salles Paris 1ère sem

     

    5 974

     

    1er jour Paris

     

    52 002

     

    Budget

     

      30 MF

     

    Box office annuel Allemagne

    28

    634 957

     

    Box office annuel Espagne

     

    239 073

     

    Box office annuel Italien

     

     

     

    Cote du succès

     

    * * * *

     

     LES MORFALOUS BANDE ANNONCE

     

     

     

    vlcsnap-2011-11-23-18h07m09s217.png

     

    LES MORFALOUS - JEAN PAUL BELMONDO

     

    vlcsnap-2011-11-23-18h09m13s175.png

     

    vlcsnap-2011-11-23-18h09m35s140.png

     

    JACQUES VILLERET - LES MORFALOUS

     

    MICHEL CONSTANTIN - LES MORFALOUS

     

    vlcsnap-2011-11-23-18h12m39s185.png

     

    vlcsnap-2011-11-23-18h14m11s81.png

     

    vlcsnap-2011-11-23-18h15m46s5.png

     

    vlcsnap-2011-11-23-18h16m14s35.png

     

    vlcsnap-2011-11-23-18h17m01s245.png

     

    vlcsnap-2011-11-23-18h18m55s107.png

     

    vlcsnap-2011-11-23-18h19m45s93.png

     

    vlcsnap-2011-11-23-18h32m04s60.png

     

    vlcsnap-2011-11-23-18h32m40s163.png

     

    JEAN PAUL BELMONDO - LES MORFALOUS

     

    vlcsnap-2011-11-23-18h21m31s131.png

     

    vlcsnap-2011-11-23-18h22m23s142.png

     

    JEN PAUL BELMONDO - LES MORFALOUS

     

    vlcsnap-2011-11-23-18h22m50s157.png

     

    vlcsnap-2011-11-23-18h26m04s50.png

     

    vlcsnap-2011-11-23-18h26m12s125.png

     

     

    .

    « CHINE BOX OFFICE : DEPART CORRECT POUR LES GARDIENS DE LA GALAXIELE MARGINAL - MICHEL AUDIARD BOX OFFICE 1983 »
    Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :