• LES CHASSEURS DE SCALPS - BURT LANCASTER BOX OFFICE 1969

     

    LES CHASSEURS DE SCALPS

    (THE SCALPHUNTER)
      2 AVRIL 1968 (USA)

    14 MARS 1969

     

     

      

    BOX OFFICE BURT LANCASTER 1969 PART I

     

    • Réalisation : Sydney Pollack
    • Scénario : William W. Norton
    • Production : Arthur Gardner, Arnold Laven et Jules V. Levy
    • Société de production : Bristol Films et Norlan Productions
    • Société de distribution : United Artists
    • Musique : Elmer Bernstein
    • Photographie : Duke Callaghan et Richard Moore
    • Format : couleurs - 35 mm - 2,35:1 - Son : mono
    • Durée : 102 minutes
    • Burt Lancaster : Joe Bass
    • Shelley Winters : Kate
    • Telly Savalas : Jim Howie
    • Ossie Davis : Joseph Lee

     

    A la fin de sa saison de chasse, le trappeur Joe Bass est contraint par un groupe de Kiowas de troquer sa mule et ses fourrures contre la vie d'un esclave évadé, Joseph Lee. Peu après, les Indiens sont massacrés par des chasseurs de scalps. Joe et son compagnon se lancent à la poursuite des maraudeurs, mais Joseph Lee se fait capturer par maladresse. Petit à petit, le Noir gagne l'amitié de Kate, la maîtresse du chef de la bande, Jim Howie, et apprend que la petite troupe se dirige vers le Mexique où sont en vigueur des lois contre l'esclavage. Il n'a donc plus de raison de s'enfuir ni d'aider Joe. Pendant ce temps, le trappeur réclame ses fourures et, devant le refus d'Howie, entreprend une guerre d'usure en tuant plusieurs des outlaws. Pour parvenir à un accord, Howie envoie Joseph comme parlementaire. Mais, trompant tout le monde, il parvient à s'emparer du trappeur. Indigné, Joseph prend sa défense et abat Howie. Puis il tente de fuir avec les fourrures. Surviennent alors les Kiowas qui déciment la bande, enlèvent Kate et ses compagnes, et s'approprient à nouveau les fourrures. Calculant que les Indiens seront bientôt ivres, Joe et Joseph, réconciliés, entreprennent de suivre la piste des voleurs.

     ****************************************************

    Après son triomphe dans « les professionnels » Burt LANCASTER va connaître un passage à vide surprenant, du moins en terme d’audience. Le premier de ces films est pourtant cet excellent « chasseur de scalps » réalisé par le non moins excellent Sydney POLLACK. Dans ce film, qui est ni plus ni moins un « buddy movie » Burt partage la vedette avec Ossie DAVIS, acteur black au grand pouvoir comique. Le ton du film pourtant dramatique est emprunt de scènes drôles. C’est dû en partie à un Burt LANCASTER des grands jours, une nouvelle fois. Déjà formidable dans « les professionnels », il continue sur cette lancée. Gouailleur, sympathique, énergique il contribue grandement à rendre le film très agréable à regarder. Finalement assez inspiré dans la tonalité au « bon, la brute et le truand » le film comporte son lot de scènes humoristiques : après avoir sauvé l’esclave de l’exécution, celui-ci se révèle aussi retord que l’homme blanc, puisqu’il tente de voler le cheval qui reste au trappeur, qui hilare, d’un sifflement fait arrêter net son cheval, afin que son passager fasse un vol plané. Un gag à la Lucky Luke. A la fin du film, Joseph retournera la pareille à Joe.

    Un film n’est pas bon sans de grands seconds rôles. Mention à Shelley WINTERS formidable en prostituée sur le retour, et cette vieille baderne de Telly SAVALAS, que je n’ai jamais apprécié il est vrai, mais qui sur ce film dégage enfin une épaisseur dans son interprétation, alors que précédemment il ne comptait que sur sa sale tronche (sauf son respect). Comme dans tout bon « buddy movie », Joe et Joseph se bastonneront sévèrement avant de se rabibocher, comme deux vrais potes.

    Sydney POLLACK réalise un bon spectacle, drôle et bien interprété, mais n’oublie pas le message humaniste : un scalp d’indien valait 25 dollars à l’époque, ce qui impliquait pas mal de massacres d’indiens.

    Le film ne marche pas énormément au Box Office. En France, le film passe quelque peu inaperçu, surtout lors de son exclusivité parisienne. Malgré de belles disputes sur le tournage entre le réalisateur et sa star, LANCASTER le choisira pour mettre en scène « un château en enfer ». 

     

     

    ENTREES France

     

    623 840

     

     

    Total ENTREES Paris

     

     

    156 226

     

    ENTREES Paris

     

    1ère semaine  n°4

    2ème semaine n°11

    3ème semaine n°18

     

     

     

    27 970

    17 895

    10 389

     

    NOMBRE DE SEMAINES PARIS

    3

    NOMBRE DE SALLES  Paris semaine de sortie

    8

    Moyenne entrées par salles 1ère semaine

    3 496

    COTE DU SUCCES

    *  

    « UN CHATEAU EN ENFER - BURT LANCASTER BOX OFFICE 1969LES PROFESSIONNELS - BURT LANCASTER BOX OFFICE 1966 »
    Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :