• LES CENTURIONS - LOST COMMAND - CLAUDIA CARDINALE BOX OFFICE 1966

    LES CENTURIONS

    (Lost command)

    MAI 1966 (USA)

    7 OCTOBRE 1966

     


    LES CENTURIONS - BOX OFFICE ALAIN DELON 1966

     

     

    • Réalisation : Mark Robson
    • Scénario : Jean Lartéguy (roman), Nelson Gidding
    • Directeur de la photographie : Robert Surtees
    • Musique : Franz Waxman
    • Producteurs : Mark Robson, John R. Sloan
    • Société de production : Red Lion
    • Tounage : 17 mai 1965 - septembre 1965
    • Durée : 1h29
    • Couleur : Couleur (Pathécolor)
    • Format : 2.35 : 1
    • Son : mono
    • Pays : France - États-Unis
    • Distribution : COLUMBIA

     

     

    • Anthony Quinn (VF : Henry Djanik) : le lieutenant-colonel Pierre Raspeguy 
    • Alain Delon (VF : Lui-même) : le capitaine Philippe Esclavier
    • George Segal : Mahidi (inspiré par Larbi Ben M'hidi)
    • Michèle Morgan : la comtesse de Clairefons
    • Maurice Ronet : le capitaine Boisfeuras (inspiré par Paul Aussaresses)
    • Claudia Cardinale : Aïcha (inspiré de l'une des filles du réseau « bombes » de Yacef Saadi)
    • Grégoire Aslan : Ben Saad (inspiré par Yacef Saadi)
    • Jean Servais : le général Melies
    • Maurice Sarfati : Merle

     

     

    SYNOPSIS

    Après quatre mois de captivité chez les Viets, le lieutenant Raspeguy séduit la comtesse de Clairefons, veuve d'un de ses hommes tué en Indochine. Grâce à son influence, il obtiendra un nouveau commandement : le 10e régiment de parachutistes en Algérie : surnommé " les lézards". Il y retrouvera Esclavier et le capitaine Boisfeuras. Les hasards de la guerre font qu'un de ses anciens officiers, un arabe nommé Ben Mahidi, passé à la rebellion devient le chef des terroristes dans la région de Gafez. Le régiment des " Lézards " est précisément affecté dans ce secteur. Après une première bataille, le groupe terroriste est presque anéanti, mais le chef parvient à s'échapper. Esclavier rencontre Aïcha, dont il s'éprend, mais il ignore qu'elle est la soeur de Mahidi et son lieutenant dans son groupe terroriste reconstitué. C'est Raspeguy qui le lui apprendra par un rapport de police. Aïcha est arrêtée et brutalisée avant d'être transférée en France. Cependant que Mahidi est fait prisonnier au cours d'une bataille sanglante, Boisfeuras abat froidement son ancien compagnon d'arme. Esclavier proteste violemment auprès de son chef et Raspeguy le fait taire à coup de poing. Au moment où Raspeguy et ses hommes reçoivent une citation, l'officier Esclavier écoeuré quitte l'armée.

     ANALYSE ET BOX OFFICE

    Alain DELON poursuit sa période américaine, même si le cas échéant le Coca a bien le goût de rosé.

    En 1966 les films de guerre fonctionnent toujours bien, "Les héros de Telemark", "La bataille des ardennes" "Le crépuscule des aigles" en sont de bons exemples. Mark ROBSON est un solide réalisateur qui a connu de beaux succès avec "Les ponts de Toko-Ri" ou "L'auberge du sixième bonheur". Il va s'attaquer à l'adaptation d'un roman de Jean LARTEGUY, le film aura donc un fort accent français. Il est donc logique qu'autour d'Anthony QUINN et de George SEGAL la distribution soit principalement française : Alain DELON, Claudia CARDINALE, Maurice RONET et Michèle MORGAN, c'est du très lourd, et il est évident que le réalisateur compte sur un beau résultat en France. Après une longue introduction à Dien Bien Phu où nous faisons connaissance des personnages, l'action du film se déroule durant le conflit franco-algérien, sujet on ne peut plus sensible à cette époque où les plaies ne sont pas encore refermées entre la France et l'Algérie. Le film est efficace et semble assez réaliste. Le film est partagé entre scènes intimistes , scènes de guerre, et quelques longueurs inhérentes aux films du genre. N'étant pas un spécialiste des films de guerre qui ne m'inspirent pas, force est de constater que ROBSON tente d'insuffler quelques idées pro-algérienne dans le film qui ne vante pas l'armée française outre mesure tout en la respectant, exercice difficile....

    Anthony QUINN se taille la part du lion dans ce film taillé pour ses larges épaules. Incarnant un officier basque(!) inspiré de la personnalité d'un officier français bien connu. Ni bon, ni mauvais il ne vit que pour l'armée, bien qu'il désire parfois se reposer dans un nid douillet, mais le devoir est le devoir....Il tente de coller le plus possible à la réalité et c'est tout à l'honneur du grand acteur qu'il fut.

    Alain DELON est le "gentil" du film. Bien qu'ami avec RASPEGUY, il va peu à peu se brouiller avec son bataillon, ne supportant plus ce que la population algérienne subit. C'est bien beau rôle pour Alain DELON qui apparait tourmenté, voire romantique. Il retrouve sa grande ami Claudia CARDINALE, superbe comme d'habitude dans le rôle d'Aïcha, la soeur de Mahidi. Les deux acteurs qui se retrouvent après "Le guépard" sont très complices et n'ont aucune peine à jouer les scènes romantiques. Superbe animal, Claudia est très convaincante lorsqu'elle tient tête à RASPEGUY et à BOISFEURAS. De plus, ses origines méditerranéennes sont un atout pour le rôle. Une belle prestation pour une reine de beauté. Il est plaisant de les retrouver, même si le film n'a pas le même impact que "Le guépard".

    Alain DELON retrouve son "frère", Maurice RONET. Sans doute DELON a-t-il beaucoup fait pour qu' il tourne avec lui. Une nouvelle fois, RONET joue le rôle d'un salaud. Bien sûr, BOISFEURAS ne fait que "son travail", mais il apprécie d'appliquer des tortures et semble très concerné par tuer "de l'arabe". Il est donc en antagonisme avec ESCLAVIER qui lui devient pacifiste. Deux personnalités distinctes. Il est vraiment agréable de voir dans une même scène ces trois amis dans un film américain.

    Geroges SEGAL joue MAHIDI avec application, même si la guerre franco-algérienne ne doit pas lui dire grand chose.

    Cerise sur la gateau, Michèle MORGAN fait une apparition en guest star. La comtesse de CLAIREFONS reçoit RASPEGUY qui vient lui remettre la plaque de son frère, mort à ses cotés. Elle ne tardera pas à succomber au charme viril de RASPEGUY et l'attend à la fin de sa mission. A 45 ans et en "préretraite" cinématographique, l'actrice est toujours superbe et en remontre à bien des jeunettes, La classe, quoi.

    Un film bien réalisé et fort bien joué par de grands acteurs au comble de leur forme.

    Si le film ne semble pas avoir révolutionné le box office américain, il explose le box office français. Il prend largement la tête du box office parisien à sa sortie, dans une concurrence acharnée. Il conserve la tête trois semaines de suite, avant de tranquilement décélérer. Le film triomphe avec près d'un million de spectateurs sur Paris-Banlieue et plus de 4 millions de spectateurs en France. Le film est le top 4 de l'année et devient le plus grand succès d'Alain DELON  et de Claudia CARDINALE en France. Le film marche très bien en Europe et en particulier en Espagne. Un des plus grands succès de DELON, bien que le film  soit un peu oublié aujourd'hui. On reverra l'acteur dans une apparition dans "Paris brûle-t-il ?" qui sort 3 semaines après.

     

     

    CATEGORIE

    RANG

    NOMBRE

    SALLES

    ENTREES FRANCE

     

    4 294 756

     

    ENTREES PARIS

     

    688 589

     

    ENTREES PARIS BANLIEUE

     

    973 993

     

    1ère semaine

    1

    87 706

    5

    2ème semaine

    1

    73 829

     

    3ème semaine

    1

    54 252

     

    4ème semaine

    3

    56 186

     

    5ème semaine

    5

    30 224

     

    6ème semaine

    4

    35 907

     

    Cote du succès

     

    * * * *

     

     LES CENTURIONS TRAILER

     

     

    vlcsnap-2010-08-07-09h41m21s71.png

     

    ANTHONY QUINN - LES CENTURIONS

     

    vlcsnap-2010-08-07-09h51m45s193.png

     

    vlcsnap-2010-08-07-09h52m19s16.png

     

    vlcsnap-2010-08-07-09h52m51s87.png

     

    CLAUDIA CARDINALE - LES CENTURIONS

     

    vlcsnap-2010-08-07-09h58m45s47.png

     

    vlcsnap-2010-08-07-09h59m27s189.png

     

    MICHELE MORGAN - LES CENTURIONS

     

    vlcsnap-2010-08-07-10h04m50s127.png

     

    vlcsnap-2010-08-07-10h05m42s129.png

     

    vlcsnap-2010-08-07-10h07m46s66.png

     

    ALAIN DELON ET CLAUDIA CARDINALE

     

    vlcsnap-2010-08-07-10h10m44s63.png

     

    vlcsnap-2010-08-07-10h13m42s67.png

     

    vlcsnap-2010-08-07-10h14m52s254.png

     

     

     

    « LES PROFESSIONNELS - THE PROFESSIONNALS - CLAUDIA CARDINAL BOX OFFICE 1966LE PLUS GRAND CIRQUE DU MONDE - CLAUDIA CARDINALE BOX OFFICE 1965 »
    Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    Tags Tags :
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :