• LES AVENTURES DE JACK BURTON - BOX OFFICE JOHN CARPENTER 1986

     

    LES AVENTURES DE JACK BURTON DANS LES GRIFFES DU MANDARIN

    (BIG TROUBLE IN LITTLE CHINA)
      3 SEPTEMBRE 1986

     

     

      JACK-BURTON.jpg

    Réalisation

    John CARPENTER

    Scénario

    Gary OLDMAN

    Directeur de la photographie

    Dean CUNDEY

    Musique

    John CARPENTER

    Production

    FOX

    Distribution

    FOX

    Durée

    100  minutes

    Jack BURTON

    Kurt RUSSELL

    Gracie LAW

    Kim CATTRALL

    Wang CHI

    Dennis DUN

     

    Jack Burton, camionneur fanfaron, a pour meilleur ami Wang Chi, jeune restaurateur chinois. L'accompagnant à l'aéroport pour accueillir Miao Yin, sa fiancée aux yeux verts arrivant de Hong Kong, il assiste à son enlèvement par trois voyous chinois. Jack et Wang les poursuivent jusqu'à la " Petite Chine ", le quartier chinois de San Francisco, et arrivent au beau milieu d'un combat de rue entre clans rivaux, les Chang Sing et les Wing Kong, interrompu par l'irruption des Trois Tempêtes - Thunder, Rain et Lightning - personnages apparemment invincibles alliés des Wing Kong et disposant de pouvoirs magiques. Jack doit abandonner son camion. Gracie Law, une avocate rencontrée à l'aéroporL leur vient en aide, L'ombre de Lo Pan, puissant homme d'affaires mais aussi parrain de la " Petite Chine ", plane sur cette affaire. Jack et Wang décident de s'introduire dans l'entrepôt de la Wing Wong Exchange, coupe-gorge du quartier chinois. Faits prisonniers, ils rencontrent Lo Pan, un très vieil infirme qui leur apprend qu'il doit épouser une Chinoise aux yeux verts -comme Miao Yin - pour apaiser son démon et recouvrer un aspect humain acceptable ! Rejoints par Eddie, un ami de Wang, Jack et ce dernier s'èchappent et combattent les Wing Kong, puis délivrent Gracie, son amie journaliste Margo et d'autres prisonnières. Tous quittent l'entrepôt sauf Gracie, enlevée par un monstre velu. Tandis que Lo Pan. voulant épouser ses deux captives aux yeux verts, leur fait passer une épreuve rituelle, Jack. Wang et quelques Chang Sing reviennent à leur rescousse, menés par Egg Shen, vieil ennemi de Lo Pan, qui leur fait boire une potion magique de sa composition. Surprenant Lo Pan et ses sbires en pleine cérémonie nuptiale, les braves, dotés désormais d'étranges pouvoirs, engagent le combat. Au terme de celuici, Wang terrasse Rain, Jack. malgré sa maladresse, tue Lo Pan, et Egg Shen se débarrasse de Lightning, après que Thunder ait littéralement explosé de rage. Tout est bien qui finit bien : Wang retrouve Miao Yin. Eddie et Margo se déclarent leur amour. Quant à Jack, il quitte - provisoirement - Gracie et repart à bord de son camion pour de nouvelles aventures.

    Ce « Big Trouble in Little China » représente à la fois une bonne nouvelle et une mauvaise nouvelle pour John CARPENTER. La bonne, c’est que c’est de ses meilleurs films. Les fans de John CARPENTER attendaient avec impatience le retour du fameux duo qu’il forme vec son acteur fétiche, Kurt RUSSELL. Et on est pas déçu, le mélange est détonnant. C’est le cousin peureux, mais pas tant, d’ Indiana JONES qui rencontre Histoire de fantômes Chinois.
    Avec dix ans d’avance, CARPENTER a compris que le cinéma Asiatique serait reconnu à sa juste valeur, en particulier les films de Hong Kong. Comme Indiana JONES triomphe sur les écrans du cinéma du monde entier, il crée un mélange extrêmement réussi où la comédie est très présente. Oui, Jack BURTON est un trouillard, mais à la base c’est un camionneur qui se retrouve mêlé contre son gré dans une histoire digne de Fu-Manchu. Au bout du compte, il trouvera les ressources nécessaires pour braver tous les dangers et sauver sa belle. Au final les scènes d’anthologie ne manquent pas : apparition des trois Tempêtes, Jack BURTON déguisé en femme avec des traces de rouge à lèvre, ridicule en pleine scène finale, le réflexe incroyable de BURTON qui revoie le couteau que lui a lancé  Lo Pan en plein milieu d son front, l’explosion de Thunder, bref, nous sommes aux anges. La soirée fut bonne au cinéma, et on en redemandait. John CARPENTER nous avait encore livré un série B de très haute volée et Kurt RUSSELL est fabuleux dan son rôle. La mauvaise nouvelle, c’et que le public américain n’en avait rien à carrer du cinéma Asiatique et préférait le Indiana JONES original. Le film se prend un flop monumental aux USA, se faisant même battre par « Howard the duck » et « Vendredi 13 chapitre 5 », pas du goût de la Fox qui ne rentre pas du tout dans ses frais, le film a couté 8 millions de dollars de plus que « Aliens » qui triomphe, hélas pour CARPENTER, à la même époque. D’un coup, aux USA, il devient un réalisateur non bankable, et les gros projets des studios vont s’éloigner de lui. Cependant, le public n’oublie pas « Jack BURTON » et les vidéos se vendront comme des petits pains, le DVD est devenu culte. Mais les fans sont inquiets : que va devenir John CARPENTER et son alter égo, Kurt RUSSELL qui en a pris, lui aussi, un petit coup dans le cornet.     
     

    ENTREES France TOUTES EXPLOITATIONS

     

    766 894

     

     

    ENTREES Paris

     

     

    203 797

     

    ENTREES Paris 1ère SEMAINE

    86 865

    NOMBRE DE SEMAINES PARIS

    10

    NOMBRE DE SALLES  Paris semaine de sortie

    38

    Moyenne entrées par salles 1ère semaine

    2 286

    1er JOUR Paris

    13 198

    Budget

     

    25 M$

     

    Recettes USA

     

    11,1 Ms

     

    COTE DU SUCCES

    * *

     

    « PRINCE DES TENEBRES - BOX OFFICE JOHN CARPENTER 1988STARMAN - BOX OFFICE JOHN CARPENTER 1985 »
    Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    1
    steforce
    Mercredi 29 Mai 2013 à 04:45
    steforce
    Je dois bien l'avouer : c'est mon petit préféré. Je me souviens de la séance en 1986 où mes yeux étaient écarquillé par le spectacle et mes lèvres tordues de rire. On peut lui préféré The Thing, New York 1997 ou Assaut que je trouve également excellents mais celui-ci est un régal à chaque vision. De toute façon c'est un film culotté et original qui n'est pas forcément très consensuel. J'ai même la bande originale qui est quand même trés particulière (cosignée Carpenter évidemment).
    2
    renaud
    Mercredi 29 Mai 2013 à 04:45
    Je m'en souviens parfaitement, une séance le mercredi soir au Gambetta à Paris 20ème avec des potes. Une poilade d'anthologie, on est ressorti ravis et hilares !! 
    Le meilleur "Indiana Jones like", Benjamin Bete devrait en prendre de la graine! 
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :