• LE VILAIN AMERICAIN (THE UGLY AMERICAN) -MARLON BRANDO BOX OFFICE 1963

     

    LE VILAIN AMERICAIN

    (THE UGLY AMERICAN)

    28 AOUT 1963

      

     

    LE VILAIN AMERICAIN - BOX OFFICE MARLON BRANDO 1963


     

    De George ENGLUND, avec Eiji OKADA, Sandra CHURCH, Pat HINGLE.

    En dépit de l’objection de certains membres de la Commission des Affaires Étrangères du Sénat américain, Harrison MacWhite est nommé ambassadeur dans la nouvelle république du Sarkhan, dans le sud-est asiatique. Ancien journaliste, il doit son poste au fait qu’il fut, durant la Seconde Guerre mondiale, le compagnon d’armes de Deong, le leader nationaliste du pays, qui lutte pour sa complète indépendance. Dès son arrivée, MacWhite contacte Deong et tente de le persuader de ne pas s’opposer à la «Route de la Liberté» construite avec l’aide technique américaine pour la mise en valeur de l’arrière-pays. Mais Deong considère cette route comme le symbole même de l’impérialisme yankee. Convaincu que son ami est devenu communiste et malgré les conseils de Homer Atkins, le conducteur des travaux, MacWhite suggère au Premier Ministre Kwen Sai de décider le Roi à inaugurer, le jour de la Fête Nationale, un nouveau tronçon de route en direction du nord du pays, contrôlé par les forces rebelles. En retour, il l’assure du soutien américain en cas de troubles. Les révolutionnaires profitent de l’occasion pour faire sauter le chantier et déclencher leur action. Mais Deong a été trahi et son mouvement récupéré, à son insu, par les communistes. Malgré l’avertissement de son ami MacWhite qui lui propose en dernier recours de former un gouvernement de coalition avec Kwen Sai, Deong est assassiné par son fils adoptif Sawad. Réalisant que, malgré ses bonnes intentions, il a échoué dans sa mission, MacWhite démissionne.

    BRANDO trouve les productions hollywoodiennes pénibles et peu intéressantes. Il décide de coproduire avec son ami George ENGLUD un film qui lui tient à cœur, tiré du roman à succès «  the ugly american », le sujet : l’aide technique apporté par l’O.N.U aux pays sous développés. Le film, par ailleurs bien réalisé, n’est pas tendre avec la politique américaine, et on constate combien BRANDO est proche des minorités. Un village Thaïlandais est reconstitué dans les studios Universal et BRANDO chosit Uiji OKADA, vu dans « Hiroshima mon amour » pour jouer Deong, le leader nationaliste. Quelques scènes sont bienvenues, dont une scène d’ouverture où un chauffeur de camion de travaux américain est assassiné, beaucoup de scènes de foules et pas mal de parlotte également. BRANDO y est à peu près sobre, un peu alourdit et portant la moustache, il assume les rôles de son âge, finit les rôles de jeunes premiers romantiques. Malgré toutes ces bonnes intentions, le film est un four à sa sortie aux USA. En France, ce n’est pas les maigres 20 000 spectateurs en première exclusivité à Paris qui vont relever tout ça. BRANDO écoeuré, traverse une période de doutes et revend sa compagnie de production.

     

     

     

    ENTREES France TOUTES EXPLOITATIONS

    250 000

    (estimation)

    ENTREES Paris 1ère EXPLOITATION

    22 251

    ENTREES Paris TOUTES EXPLOITATIONS

    90 000

    (estimation)

    ENTREES Paris 1ère SEMAINE

    13 466

    NOMBRE DE SEMAINES PARIS 1ère exploitation

    2

    NOMBRE DE SALLES  Paris semaine de sortie

    3

    Moyenne entrées par salles 1ère semaine

    4 489

    1er JOUR Paris

     

    COTE DU SUCCES

    *

     

    « LES SEDUCTEURS - BOX OFFICE MARLON BRANDO 1964LES REVOLTES DU BOUNTY (MUTINY ON THE BOUNTY) - MARLON BRANDO BOX OFFICE 1962 »
    Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :