• LE SALAIRE DE LA PEUR - YVES MONTAND BOX OFFICE 1953

      

    LE SALAIRE DE LA PEUR

    22 AVRIL 1953

     

     

    LE SALAIRE DE LA PEUR - YVES MONTAND BOX OFFICE 1953

     

     

     

    • Réalisation : Henri-Georges Clouzot
    • Adaptation et Dialogues : Henri-Georges Clouzot et Jérôme Geromini
    • Photographie : Armand Thirard
    • Photographe de plateau : Lucienne Chevert
    • Production : Raymond Borderie et Henri-Georges Clouzot pour Vera Films, CICC, Filmsonor (France) ; Fono Roma (Italie)
    • Distributeur : Cinédis
    • Musique : Georges Auric
    • Montage : Madeleine Gug, E. Muse et Henri Rust
    • Pays d'origine : Italie, France
    • Genres : drame, aventure
    • Durée : 142 minutes
    • Format : 35 mm ; 1,37 : 1 ; noir et blanc
    • Date de sortie en France : 22 avril 1953

     

    • Yves Montand : Mario
    • Charles Vanel : Jo
    • Peter van Eyck : Bimba
    • Folco Lulli : Luigi
    • Véra Clouzot : Linda

     

    SYNOPSIS

     

    Amérique latine, 1952. Après diverses péripéties, un groupe d'Européens déracinés a échoué à Las Piedras, bourgade écrasée de chaleur où règnent corruption, misère et ennui. Un gigantesque incendie ravage un puits de pétrole, unique source locale de richesses. Bill O'Brien, gérant de la compagnie américaine exploitante, Southern Oil Company, décide de faire transporter, jusqu'au lieu du sinistre, quatre cents kilogrammes de nitroglycérine dont l'explosion doit éteindre le brasier. Un convoi de deux camions est organisé, il faut trouver des chauffeurs aguerris. La somme promise en cas de succès (deux mille dollars par personne) offre une chance inespérée de refaire sa vie loin de cet endroit sans avenir. À l'issue d'un examen de conduite, quatre des Européens sont engagés pour faire équipe en duo : deux Français, Mario et Jo, et deux étrangers, Luigi et Bimba. Mario est un séducteur désœuvré, d'origine corse, qui flirte sans conviction avec la fragile Linda, une serveuse de bar éprise de lui ; Jo est un caïd sur le retour, tout juste débarqué de Paris où il a échappé in extremis à la police. Luigi est un brave cimentier calabrais, aux poumons rongés par la silicose ; Bimba un Allemand taciturne, distingué mais résolu. Jo a été exclu d'emblée par O'Brien, qui le trouve trop âgé : les deux hommes se connaissent pour avoir, jadis, trempé ensemble dans des affaires louches. Mais au dernier moment, Jo remplace le quatrième chauffeur, Smerloff, dans des conditions troubles. Le convoi part au petit matin. La tâche est périlleuse : les camions fournis ne sont pas adaptés au transport d'une matière hautement explosive sur une chaussée aussi médiocre. Les épreuves se succèdent : piste que le vent a ridée en « tôle ondulée » ; ponton trop léger pour les manœuvres d'un poids lourd ; gros rocher bloquant la route, que Bimba réussit à pulvériser au moyen d'un thermos rempli de nitroglycérine. Tout d'abord cynique et bravache, Jo perd peu à peu son sang-froid et refuse même de poursuivre la mission : il affirme être « payé pour avoir peur ». Sa lâcheté lui attire le mépris, la colère et même la haine de Mario. Au tiers du parcours, le Dodge de Luigi et Bimba explose et les pulvérise. Mario et Jo constatent qu'un pipeline sectionné déverse son pétrole dans une cavité creusée par l'explosion. Sur ordre de Mario qui tient le volant, Jo descend dans le trou pour en sonder la profondeur. Il place une branche de palmier sous les roues du camion pour lui permettre d'avancer, glisse et ne peut se relever. Cependant Mario doit avancer et écrase la jambe de Jo, qui hurle de douleur.....

     

    ANALYSE ET BOX OFFICE

     

    Après le résultat en demi-teinte au box office de "Miquette et sa mère" film mineur au demeurant, Henri-Georges Clouzot. Après un projet avorté au Brésil en compagnie de sa femme d'origine brésilienne, Véra, il s'attaque à l'adaptation d'un roman de Georges Arnaud "Le salaire de la peur". Après avoir livré un script de 400 pages. Il désire tourner en décors réels, et après un refus d'Yves Montand de tourner là bas. Le film sera donc tourné en Camargue, mais des inondations causent la perte des décors et le film s'arrête faute d'argent. Le film aurait pu être maudit, mais Raymond Borderie relance la production du film qui peut reprendre en 1952 et s'achever après un tournage long et difficile, mais le film y gagne tellement en efficacité et crédibilité. Au casting Clouzot s'entoure du jeune Yves Montand dont les premiers films n'ont pas laissé entrevoir un talent fou alors qu'il est plus apprécié comme chanteur. Le vétéran Charles Vanel, qu'on ne présente plus l'accompagne dans un personnage un peu aux antipodes du physique de jeune premier de Montand. Peter Van Eyck et Folco Lulli complètent la bande des quatre conducteurs trompe la mort. Véra Clouzot aura un petit rôle. Sa beauté et le sex-appeal qu'elle dégage se font cependant remarquer.

    La première moitié de ce long film peut prêter à confusion. Il s'agit du portrait de 4 personnages perdus dans un trou du cul du Monde en Amérique du Sud. Quelles sont les véritables origines de ces personnes, on le sait pas trop, ce que l'on sait c'est que Amérique du Sud fut longtemps un continent où de nombreux repris de justice, bandits, aventuriers, nazis trouvèrent refuges. Bref Mario, Jo, Bimba et Luigi on besoin de pognon pour mener à bien leurs projets ne serait-ce que trouver de l'argent pour rentrer en France ou ailleurs. pas grand chose de spectaculaire donc même si le portrait des personnages et la description de l'endroit son bien menés. Les choses changent lorsque la big compagnie américaine chargée de ponctionner le pétrole local subit un incendie dans ses puits et à besoin de nitroglycérine pour souffler les incendies. Elle offre 2 000 dollars pour que des inconscients mènent à bon port une cargaison ne nitro sur des routes cabossées dans des camions à la suspension pour le moins dure. Pas un très beau portrait de l'entreprise du pays de l'Oncle Sam qui fera d'ailleurs bien des difficultés à la diffusion du film aux USA.

    Les 4 héros tentent le coup. Deux camions apportent leur fragile et instable cargaison et d'un seul coup la tension monte et le suspense devient haletant. Le comportement change devant le danger. La petite frappe devient un trompe la mort et le Jo, le sois disant parrain de Belleville devient une fiotte. Les deux autres affrontent aussi le danger stoïquement. Les embuches ne manquent pas, que ce soit un pont capricieux, un rocher qui bouche la route et qu'il faudra nitroglycériner à l'arrache et le point d'orgue la volatilisation d'un des deux équipages et la traversée du cratère laissé par l'explosion qui, remplit de mazout, donnera lieu à une scène d'anthologie sans compter la scène finale où décidément il n'était pas possible d'échapper à la faucheuse dans ce film qui est une sorte de "Destination finale" avant l'heure. 

    C'est peu de dire que Clouzot livre un film furieux d'une étonnante modernité. D'une exigence folle quant à la volonté de récréer une ambiance suintante sud américaine, le réalisateur s'attache à chaque détail pour rendre l'aventure la plus crédible possible faisant preuve d'un grand talent de narration quand Mario et Jo sont témoins de la destruction du camion de leurs collègues. Il fait même preuve d'un sadisme rare à l'écran quand Mario roule volontairement sur la jambe de Jo et la broie sous les râles de son compère. Jo, que Mario aura passer le long du film à houspiller, insulter, et finalement l'écraser. Yves Montand trouve là son premier rôle d'envergure, bien aidé par son physique sec et son regard trempé. Charles Vanel en marcel avachi livre une prestation d'anthologie, lâche, veule, et torturé par son collègue. Un rôle où il se met minable au service du film. Un tournage sous haute tension qui donne au cinéma français une oeuvre forte, réaliste, moderne, qui contraste un peu avec les films mièvres ou les gentilles comédies de l'époque. Ce film coup de poing obtient sans coup férir le Grand Prix du festival de Cannes (à l'époque où la Palme d'Or voulait dire quelque chose) et chose rare, l'Ours d'Or du festival de Berlin. De retour sur le devant de la scène, Clouzot donne à la France une œuvre qui sera reconnue dans le Monde entier et va fortement impressionner de nombreux réalisateurs dont William Friedkin qui en fera un remake "Sorcerer" en 1977. Comme il le dit lui même "il semblait impossible d'égaler ce chef-d’œuvre et nous avons réussi. Notre film est moins bon". Aujourd'hui encore le film est encore diffusé régulièrement en France et reste un des films français les plus reconnus dans l'histoire du cinéma Mondial.      

     

    Le film sort à Paris en exclusivité le 22 avril 1953 alors que "Sous le plus grand chapiteau du Monde" vient de passer 4 semaines en tête du box office parisien. Il bénéficie d'une très belle combinaison de salles : le Gaumont Palace, le Berlitz et le Colisée. Le film n' a aucune peine a prendre très largement la tête des exclusivités avec 84 451 entrées ( 46 658 au Gaumont Palace, 26 129 au Berlitz et 11 664 entres au Colisée). C'est encore mieux la seconde semaine avec 96 828 entrées et 55 757 entrées au Gaumont Palace. Le film conserve encore la tête du box office hebdomadaire parisien encore deux semaines avec 46 978 entrées eu Gaumont Palace en semaine 3 et 35 234 entrées en semaine 4. Le film va bien sûr connaitre un beau succès dans les salles de continuation puis dans les salles de quartiers où la semaine du 15 octobre 1953 le film attire 214 980 spectateurs sur 27 salles dont 22 326 spectateurs au Montrouge- Aubert. En 6 semaines le film attire 874 000 spectateurs dans les salles de quartiers et de banlieues. Au total le film attire 2 200 000 spectateurs sur les salles de Paris banlieue.

    Sur l'ensemble du territoire français c'est rapidement que des salles de villes diverses s'ajoutent au parc parisien. Dès la 3ème semaine ce sont 42 salles qui diffusent le film, ce qui attire pas moins de 436 000 spectateurs avec de très beaux résultats avec 18 040 spectateurs au Capitol de Marseille, 17 032 spectateurs au Variété à Toulouse, 15 273 au Capitol de Lille, 13 549 au Lyon Tivoli. La semaine suivante ce sont encore 352 000 spectateurs qui se rendent dans les 52 salles où le film est déplacé. 

    La diffusion du film va se réduire durant les vacances 1953 pour mieux reprendre à la rentrée 1953 en particulier pour les vacances de la Toussaint où le film attire 291 000 spectateurs en 49 salles. Il sera présent dans le top hebdomadaire jusqu'à la fin de l'année 1953. Au total le film attire près de 7 millions de spectateurs et figure à la 91ème place des films sortis en France depuis 1945 dans le bilan du film français 2017. Il est aussi le 4ème succès des films sortis en France en 1953 derrirère "Sous le plus grand chapiteau du Monde","Le retour de Don Camillo" et "Peter Pan".

    Coproduction franco-italienne, le film sort peu après la sortie française en Italie sous le titre "Vite vendute". C'est un gros succès avec plus de 400 millions de lires de recetts soit environ 3 300 000 spectateurs (box office story est le premier site à donner cette information).  

    (Chiffres communiqués par Laurent Aumaître spécialiste du box office Mondial - Source : CNC et Fabrice Ferment responsable des statistiques du CNC)  

     

    CATÉGORIE RANG ENTRÉES SALLES
    ENTRÉES FRANCE 4 6 947 675
     
    1ère semaine FRANCE   84 451
    3
    2ème semaine FRANCE   129 837
    6
    3ème semaine FRANCE  
    436 961
    41
    4ème semaine FRANCE   353 695
     52
    5ème semaine FRANCE   163 111
     48
    6ème semaine FRANCE   158 762
     35
    7ème semaine FRANCE   73 879
     21
    27ème semaine FRANCE   291 468
    49
    28ème semaine FRANCE   252 978
    50
    29ème semaine FRANCE   213 326
    59
    ENTRÉES PARIS BANLIEUE   2 200 000
     
    1ère semaine 1 84 451
    3
    2ème semaine 1 96 826
    3
    3ème semaine 1 83 503
    3
    4ème semaine 1 65 005
    3
    5ème semaine   37 440
    3
    ENTRÉES ITALIE
      3 300 000
     
    Cote du succès   * * * * * *
     

     

     

     

    VERA CLOUZOT - LE SALAIRE DE LA PEUR

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    LE SALAIRE DE LA PEUR - CHARLES VANEL

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    LE SALAIRE DE LA PEUR - YVES MONTAND BOX OFFICE 1953

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    LE SALAIRE DE LA PEUR - HENRI GEORGEES CLOUZOT

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    LE SALAIRE DE LA PEUR - YVES MONTAND BOX OFFICE 1953

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    LE SALAIRE DE LA PEUR - YVES MONTAND BOX OFFICE 1953

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    LE SALAIRE DE LA PEUR - YVES MONTAND BOX OFFICE 1953

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    LE SALAIRE DE LA PEUR - YVES MONTAND BOX OFFICE 1953

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    LE SALAIRE DE LA PEUR - YVES MONTAND BOX OFFICE 1953

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    LE SALAIRE DE LA PEUR - YVES MONTAND BOX OFFICE 1953

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    LE SALAIRE DE LA PEUR - YVES MONTAND BOX OFFICE 1953

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    LE SALAIRE DE LA PEUR - YVES MONTAND BOX OFFICE 1953

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    LE SALAIRE DE LA PEUR - YVES MONTAND BOX OFFICE 1953

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    LE SALAIRE DE LA PEUR - YVES MONTAND BOX OFFICE 1953

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    LE SALAIRE DE LA PEUR - YVES MONTAND BOX OFFICE 1953

     

     

    LE SALAIRE DE LA PEUR - YVES MONTAND BOX OFFICE 1953

     

     

     

    LE SALAIRE DE LA PEUR - YVES MONTAND BOX OFFICE 1953

     

     

     

     

    LE SALAIRE DE LA PEUR - YVES MONTAND BOX OFFICE 1953

     

     

     

    LE SALAIRE DE LA PEUR - YVES MONTAND BOX OFFICE 1953

     

    .

     

    LE SALAIRE DE LA PEUR - YVES MONTAND BOX OFFICE 1953

     

     

    LE SALAIRE DE LA PEUR - YVES MONTAND BOX OFFICE 1953

     

     

    LE SALAIRE DE LA PEUR - YVES MONTAND BOX OFFICE 1953

     

     

    LE SALAIRE DE LA PEUR - YVES MONTAND BOX OFFICE 1953

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    « ROD STEIGER BOX OFFICEBOX OFFICE FRANCE DU 23 SEPTEMBRE 2015 AU 29 SEPTEMBRE 2015 »
    Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :