• LE PRISONNIER D'ALCATRAZ - BURT LANCASTER BOX OFFICE 1962

     

    LE PRISONNIER D’ALCATRAZ

    (BIRDMAN OF ALCATRAZ)
     3 JUILLET 1962  (USA)

    26 OCTOBRE 1962

     

     

     

    BOX OFFICE BURT LANCASTER 1962 PART I

     

     

     

    • Réalisateur : John Frankenheimer
    • Scénario : Guy Trosper, d'après le livre de Thomas E. Gaddis
    • Photographie : Burnett Guffey
    • Musique : Elmer Bernstein
    • Durée : 147 minutes
    • Couleurs : noir et blanc
    • Son mono
    • Production : Norma Prod
    • Distribution : United Artists
    • Burt Lancaster (VF : Claude Bertrand) : Robert Franklin Stroud
    • Karl Malden (VF : Jean-Henri Chambois) : Harvey Shoemaker
    • Thelma Ritter (VF : Germaine Kerjean) : Elizabeth Stroud
    • Neville Brand (VF : Henry Djanik) : Bull Ransom
    • Betty Field (VF : Lita Recio) : Stella Johnson
    • Telly Savalas (VF : Jacques Hilling) : Feto Gomez

     

     

    Robert Stroud est un être primaire qui ne sait pas dominer ses impulsions. Condamné pour meurtre à douze ans de prison, il tue un gardien dans un mouvement de colère et voit sa peine se transformer en détention à vie. Un jour, dans la cour de la prison, Stroud ramasse un oiseau blessé et le soigne. L'animal guérit. Le condamné se passionne soudain pour l'ornithologie : il élève des canaris dans sa cellule, guérit des maladies d'oiseau jusqu'alors incurables. Stella Johnson vient le voir régulièrement et se charge de vendre les remèdes qu'il a mis au point. En quelques années, Stroud devient célèbre.Mais un nouveau règlement lui interdit soudain toute activité. Stroud et Stella se marient et lancent une campagne de presse qui ameute l'opinion publique. L'administration pénitentiaire veut à tout prix briser Stroud. Il est transféré à la prison " modèle " d'Alcatraz où tout travail des prisonniers est interdit. Une révolte a lieu. Stroud obtient la reddition des mutins et négocie en leurs noms avec les autorités. Sa bonne conduite lui vaut d'être transféré dans une prison plus " accueillante ", mais reste prisonnier.

     ******************************************************

    Le film commence par l’introdution du film devant le rocher d’Alcatraz par l’auteur du roman lui-même, Thomas GADDIS . D’un ton grave il va nous conter l’histoire extraordinaire de Robert STROUD. On se doute qu’on ne vas pas avoir affaire à une comédie. Le début du film voit Robert STROUD en 1919  condamné à 9 ans de prison, être accueilli par cette bonne vieille baderne de Karl MALDEN directeur de la prison où il est incarcéré. Plutôt rude il tâte de la machine carcérale et se fait repérer par le maton en chef. Celui-ci quelque peu sadique, l’empêche de voir sa mère qui vient de loin. Ulcéré, STROUD se bat contre le gardien chef et le tue dans le réfectoire. Sa peine est transformée en peine à perpétuité, non sans avoir vu la corde de près. Heureusement le Directeur de la prison n’est pas si méchant que cela dans le fond. Par hasard il repêche un oiseau blessé et sans trop savoir pourquoi le nourrit, l’apprivoise et parvient lui apprendre quelques tours. Lors de la visite du gouverneur, il parvient à attirer sa sympathie et obtient l’autorisation de continuer de s’occuper de l’oiseau, et même d’obtenir des graines. De fil en aiguille il recueille d’autres oiseaux, les élève et se forme lui même à l’étude des maladies des oiseaux, à l’anatomie, etc… Génie dans son genre, il travaille sans relâche avec pour tout ami, un voisin de cellule (Telly SAVALAS chevelu !) et un gardien de prison compatissant. Ses travaux lui permettront de trouver l’âme sœur et pas mal d’ennuis des autorités pénitentiaires dépassées par un tel cas.

    On peut comprendre que LANCASTER a mis tout son talent dans ce projet. Le film ne manque pas de qualités, mais à la plupart du temps le cul entre deux chaises. Est-ce un film sur la personnalité de cet homme hors norme, où un film sur les conditions pénitentiaires de l’époque ? Un peu des deux, en tout cas, le film penche trop du premier aspect du film. John FRANKENHEIMER filme malgré une scène de révolte quelque peu ratée, qui réveille quelque peu le spectateur. LANCASTER étonnement sobre, bien loin de son rôle d’Elmer GANTRY campe un prisonnier quelque peu trop pétri de qualité, il rate un peu le passage de la brute vers le spécialiste qu’il devient. Le film est quelque peu lisse. Reste une histoire exceptionnelle quand à la capacité d’un homme d’élever son niveau d’instruction et de devenir une sommité dans un domaine. Notez qu’il avait le temps de s’y consacrer, les journées sont longues à ne rien faire, et le film parvient bien à montrer le désoeuvrement des détenus….Contre toute attente, le film, trop long, n’est pas un grand succès à sa sortie, même si le temps à donné quelques lettres de noblesse à celui-ci. Du reste LANCASTER débute avec le réalisateur une forte complicité qui leur permettra de tourner plusieurs films ensemble et pas des moindres.      

     

    ENTREES France

     

    440 258

     

     

    Total ENTREES Paris

     

     143 557

    ENTREES PARIS  exclusivité

    39 279

    ENTREES Paris

     

    1ère semaine  n°12

     

     

     

    25 993

     

    NOMBRE DE SEMAINES PARIS

    2

    NOMBRE DE SALLES  Paris semaine de sortie

    3

    Moyenne entrées par salles 1ère semaine

    8 664

    COTE DU SUCCES

    *

     

    BANDE ANNONCE AMERICAINE

    EXTRAIT DU FILM

     

     

    « LE GUEPARD - BURT LANCASTER BOX OFFICE 1963LE FAISEUR DE PLUIE - BURT LANCASTER BOX OFFICE 1957 »
    Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :