• LE LION ET LE VENT (THE WIND AND THE LION) - SEAN CONNERY BOX OFFICE 1975

    .

    LE LION ET LE VENT

    ( THE WIND AND THE LION)

     

    22 MAI 1975 (USA)

    17 DECEMBRE 1975

     

    LE LION ET LE VENT (THE WIND AND THE LION) - SEAN CONNERY BOX OFFICE 1975

     

    Réalisation

    John MILIUS

    Scénario

    John MILIUS

    Photographie

    Billy WILLIAMS

    Musique

    Jerry GOLDSMITH

    Production

    Herb JAFFE
    MGM

    Distribution

    WARNER COLUMBIA

    Tournage

     

    Durée

    120 minutes

    Raisuli

    Sean CONNERY

    Mrs PEDECARIS

    Candice BERGEN

    Roosevelt

    Brian KEITH

    John HAY

    John HUSTON

    Capt Jerome

    Steve KANALY

     

     

    En octobre 1904, un groupe de berbères commandés par le sheik El Raisuli fait irruption dans le quartier européen de Tanger et enlève une veuve américaine, Mrs. Pedecaris, et ses deux enfants. Raisuli exige une rançon extravagante : une forte somme d'argent, l'expulsion de tous les étrangers du pays... et la tête de son oncle le Pacha. Aux Etats-Unis, le président Theodore Roosevelt, conseillé par son secrétaire d'État John Hay, entrevoit le parti qu'il peut tirer de l'incident pour favoriser sa réélection. Il lance sa campagne sur le slogan : "Pedecaris vivante ou Raisuli mort".
    Petit à petit, une certaine complicité s'instaure entre Mrs. Pedecaris et son ravisseur, qui la sauve d'un groupe de nomades pillards. Devant l'indifférence du Pacha, les Marines américains prennent le palais d'assaut. Raisuli se voit proposer un marché par les autorités occidentales. Flairant un piège mais fidèle à sa parole, le sheik rend ses otages, mais il est fait prisonnier par le corps expéditionnaire allemand. Mrs. Pedecaris intervient alors auprès des Américains pour obtenir le respect de la promesse de Roosevelt. Les Marines affrontent les Allemands et libèrent le sheik qui pourra s'en retourner libre dans son Rif..

     

     

    Sean CONNERY n'a jamais tenu un grand rythme de tournage, sauf pour les "James BOND" et on sait que ce rythme ne plaisait pas à l'acteur épuisé psychologiquement. Il se fait plus rare sur les écrans et la France qui ne l'aime que dans le costume de l'agent 007, le boude un peu. "Zardoz" fonctionne honorablement grâce à son statut de film expérimental, "Le crime de l'Orient express" est un échec en France malgré sa réussite américaine concrétisée par plusieurs nominations aux Oscars. "Un  homme voit rouge" sorti en mai 1975 est un échec cinglant. La côte de l'acteur est bien tombée en France.
    Aux USA, le succès du "Crime de l'Orient express" a profité à l'acteur qui a eu l'intelligence de participer à un film qui comprend une distribution internationale. En dehors du fait qu'il est connu, les réalisateurs connaissent ses qualités d'acteur et il va tourner à la suite ses meilleurs films des années 70, voire ses meilleurs films tout court. A 45 ans il n'est plus l'acteur qui attire les spectateurs du monde entier comme Robert REDFORD ou Dustin HOFFMAN mais reste un des meilleurs. Alors qu'il serait si simple de renfiler le costume de 007 il préfère tourner ce "Lion et le vent" de John MILIUS. Déjà signalons que le titre original du film est "Le vent et le Lion", mais il aurait été trop difficile de faire comprendre aux spectateurs français que "Le vent" est Théodore Roosevelt et "le lion" le Sheikh Hamid EL RAISULI joué par Sean CONNERY. Le titre français est  donc plus impressionnant qu'il n'est logique.
    John MILIUS (le réalisateur du "Conan" 1982) est un excellent scénariste qui plus est adroit à la caméra. Son ambition est grande. il se base d'un fait réel intervenu au Maroc au début du 20ème siècle, sauf que le cas échéant, il s'agissait d'un homme non de la délicieuse Candice BERGEN. Le film relate aussi les difficiles relations internationales entre les principaux états en cette période proche de la première mondiale. Car le kidnapping de cette femme et de ses enfants n'est qu'une péripétie dans ce qui est plus une étude géopolitique de l'époque.
    A Tanger, une jolie veuve américaine et ses deux enfants prennent un petit déjeuner tranquillement. Miss Pedecaris converse avec un notable de la ville, lorsque leur quartier est sévèrement attaqué par un groupuscule d'hommes à cheval. Le compagnon de table de Miss Pedecaris est tué d'un coup de sabre alors qu'il tentait de la défendre. Sans trop de résistance, elle et ses deux enfants sont enlevés. Celui qui semble être leur chef tombe de cheval. Eden PEDECARIS ( étrangement rebaptisée Helen CARTER dans la VF) découvre un fier guerrier barbu qui lui colle une superbe baffe pour la moquerie. on ne moque pas de Sheikh Hamid EL RAISULI. l'occasion de découvrir un Sean CONNER barbu poivre et sel qui, avouons, le joue un berbère d'une façon convaincante. L'acteur n'a que 44 ans, mais en parait facilement 10 de plus. Le groupe s'enfuit dans le désert, où un campement de fortune leur permet de se reposer. Elle découvre que Raisuli est un homme fier, dur, mais qui possède des principes. Il n'hésite pas à décapiter ses propres hommes pour obtenir une stricte obéissance. La raison de l'enlèvement est simple. Une  forte rançon et le départ des étrangers du pays.
    Théodore Roosevelt  qui a remplacé le Président McKinley assassiné en 1901 est en pleine période de campagne électorale accueille la nouvelle sobrement mais fermement. Il est indispensable que Eden soit libérée. Nous découvrons un personnage atypique, très dur, et particulièrement obsédé par les armes à feu et le puissance. Une composition étonnant d'un Brian KEITH glaçant et obsédé par la réussite. au delà du cas d'Eden, c'est le moment d'assoir définitivement la domination des USA sur le reste du monde.
    Eden découvre petit à petit la personnalité de Sheikh Hamid EL RAISULI. C'est presque un idéaliste. Conscient que son monde change, il veut tout faire pour le conserver tel qu'il le connait et se fait fi des menaces extérieures et intérieures. Sean CONNERY totalement charismatique nous fait aimer ce personnage atypique avec ses yeux rieurs et son sourire coquin. Eden parvient à s'évader avec ses enfants, mais ils sont capturés par une bande de pillards ennemis de RAISULI. A sa grande surprise alors qu'elle pense la fin arriver, RAISULI survient avec ses hommes et brave les dangers pour la sauver. Il les recueille chez lui dans une très belle demeure. RAISULI informe Eden que si son plan échoue, ils pourront partir libres et qu'il n'a jamais eu l'intention d'attenter à la vie d'une femme et de ses enfants. Eden craque et sa carapace se fendille. RAISULI déclare "qu'elle lui est d'une grande perturbation" sorte de gimmick qu'il répètera plusieurs fois. Un respect, voire une amitié, est né entre les deux, de plus le fils d'Eden est fortement impressionné par la stature du fier personnage.
    La diplomatie américaine n'a pas perdu de temps. Le sultan du Maroc va les aider, bien que RAISULI soit un de ses oncles. Mais Roosevelt est très fin tacticien et il accepte un marché: la libération d'Eden contre la liberté pour RAISULI. Mais celui-ci est retenu prisonnier par les Allemands alors qu'il rend Eden à l'armée américaine. Nous reconnaitrons le jeune Steve KANALY ( Ray Crebs dans "Dallas") comme jeune Capitaine du détachement armé américain.  Eden et ses enfants prennent les armes des militaires inattentifs. Elle demande au Capitaine de faire libérer EL RAISULI et d'obéir à la parole du Président. Le Capitaine ne se fait pas prier et engage le combat avec la garnison allemande. RAISULI est surpris ce  qui ajoute à sa "perturbation". Les deux se quittent amis. Roosevelt, à Washington,  admire un grizzly empaillé qui le fascine. Il reçoit une mettre d'EL RAISULI qui l'informe que si Roosevelt est le vent qui s'éparpille, lui est solide comme un lion.
    John MILIUS a réussi une belle performance. Le film possède un souffle lyrique indéniable qui rappelle sur quelques points "Lawrence d'Arabie". Les scènes de batailles sont bien réalisées et lisibles. Bien sûr nous restons fascinés par la prestation énorme de Sean CONNERY qui rend EL RAISULI fascinant et sympathique, une des ses meilleures compositions à n'en point douter. Candice BERGEN trouve sans doute également un de ses meilleurs rôles. Superbe, elle n'en reste pas moins fière et courageuse. Un rôle de femme forte conforme au cinéma de MILIUS qui aime les personnages à la personnalité très marquée. Brian KEITH compose un personnage solide, mais surprenant obsédé par les armes et sa carrière.
    A sa sortie aux Etats Unis le film essuie les foudres d'associations qui sont outrées par la description du Président Roosevelt. Alors que sa personnalité est ambigüe dans le film, l'association précise qu'il n'était pas belliqueux, mais au contraire pacifiste. Dont acte.
    Le film parvient à intégrer le top 10 américain pour quelques semaines où il atteint la 6ème place, un résultat honorable qui prouve que Sean CONNERY n'est pas oublié aux USA. En Europe, il connait un succès d'estime mais honorable en Espagne et en Italie. Par contre, en France c'est la catastrophe. Le film sort pour les fêtes de fin d'année et se classe à une piteuse 18ème place dans le box office hebdomadaire parisien, dominé par "Les charlots" et leur "Bons baisers de Hong Kong". Est-ce l'affiche qui ne laisse pas deviner la présence de Sean CONNERY ? Est-ce le manque totale de promotion ? Est-ce le fait que le public français boude l'acteur en dehors du smoking de 007 ? Sans doute un peu tout cela. Mais quel dommage pour le public français qui se prive d'un des meilleurs films d'aventure de l'année.      
     

     

    POUCE LEVE COTE DU FILM : 7.5 / 10

     

    CATEGORIE

    RANG

    NOMBRE

    SALLES

    ENTREES FRANCE

     

    150 000
    (estimation)

     

    ENTREES PARIS

     

    52 923

     

     

     

     

     

    1ère semaine

    18

    13 196

    10

    2ème semaine

    15

    17 120

     

    BOX OFFICE USA

     

    10 M$ (est)
    40 M$ 2011

     

    Nombre de semaines top 10 US

    6

     

     

    meilleure position top US

    6

     

     

    Nombre de semaines Paris

     

    4

     

    Moyenne salles Paris 1ère sem

     

    1 320

     

    Budget

     

    4 M$
    (estimation)

     

    Box office annuel Espagne

     

    758 558

     

    Box office annuel Italie

    51

     

     

    Cote du succès

     

    0

     

     

     

    vlcsnap-2011-12-29-21h25m01s253.png

     

    vlcsnap-2011-12-29-21h25m28s18.png

     

    vlcsnap-2011-12-29-21h26m02s94.png

     

    vlcsnap-2011-12-29-21h26m03s112.png

     

    vlcsnap-2011-12-29-21h26m57s135.png

     

    vlcsnap-2011-12-29-21h27m19s98.png

     

    vlcsnap-2011-12-29-21h27m46s112.png

     

    vlcsnap-2011-12-29-21h28m51s250.png

     

    vlcsnap-2011-12-29-21h29m05s136.png

     

    vlcsnap-2011-12-29-21h29m24s67.png

     

    vlcsnap-2011-12-29-21h30m27s191.png

     

    vlcsnap-2011-12-29-21h30m53s196.png

     

    vlcsnap-2011-12-29-21h32m59s168.png

     

    vlcsnap-2011-12-29-21h33m32s243.png

     

    vlcsnap-2011-12-29-21h33m42s91.png

     

    vlcsnap-2011-12-29-21h34m03s45.png

     

    vlcsnap-2011-12-29-21h34m35s112.png

     

    vlcsnap-2011-12-29-21h34m55s48.png

     

    vlcsnap-2011-12-29-21h36m00s187.png

     

    vlcsnap-2011-12-29-21h36m24s179.png

     

    vlcsnap-2011-12-29-21h36m53s207.png

     

    vlcsnap-2011-12-29-21h37m26s30.png

     

    vlcsnap-2011-12-29-21h39m39s76.png

     

    vlcsnap-2011-12-29-21h39m47s158.png

     

    .

     

     

    « L' HOMME QUI VOULUT ETRE ROI (THE MAN WHO WOULD BE KING) - SEAN CONNERY BOX OFFICE 1976UN HOMME VOIT ROUGE (RANSOM) - SEAN CONNERY BOX OFFICE 1975 »
    Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    1
    michele realini
    Mercredi 29 Mai 2013 à 02:52
    michele realini

    Je suis un très grand fan de monsieur connery. J' aimerais savoir combien de $ de recettes ont fait aux USA ses films de 1974-75 (Zardoz, Le vent et le lion, L' homme qui voulut être roi). En particulier, j' ai lu que le film de milius avait marché pas mal aux USA (contrairement à ce que tu dis) mais pas en Europe...

    2
    Renaud
    Mercredi 29 Mai 2013 à 02:52
    Renaud

    Bonsoir,

    Merci de me lire.

    Le chapitre consacré à Sean Connery mériterait d'être réécrit, mais tout viendra à temps.

    J'ai répertorié tous les box office hebdo USA de 1969 à 1975, bou sdevriez retrouver les seamines où figurent les films de Sir Sean dans la section BO US.

    Alors oui et non en ce qui concerne le box office US de l'acteur. Il est vrai qu'en France il fut ignoré, mais aux USa ses films figuraient régulièrement sans faire d'étincelles il est vrai, mais en tout cas ont eu le mérite d'être remarqués. J'insiste sur la qualité des films de l'acteur à cette période.

    Alors je vais vous donner les rentals des films qui correspondent aux recettes nettes percues par les distributeurs, grosso merdo elles correspondent à la moitié des recettes brutes.

     

    Zardoz : 1.8 millions (+- 4 Millions brut)

    Le vent et le Lion 4.85 ( 10 Millions brut)

    ET celui qui a obtenu le plus grand succès:

    L'homme qui voulut être Roi : 6.5 (13 ou 14 millions )

    3
    michele realini
    Mercredi 29 Mai 2013 à 02:52
    michele realini

    Merci beaucoup Renaud.

    Alors tout cela permet de relativiser un peu ce qu' on lit fréquemment sur la carrière de l' Ecossais après 1971 (quand il a tourné son dernier Bond "officiel") -souvent on peut lire qu' aux USA ses film (à part 2 ou 3 exceptions) aient tous été des échecs énormes, au moins jusqu' aux "Incorruptibles" de 1987...

    4
    Renaud Soyer
    Mercredi 29 Mai 2013 à 02:52
    Renaud Soyer

    Oui, enfin ce n'étaient pas de gros succès comme "L'arnaque" ou "Lexorciste" mais du moins ses films apparaissaient régulièrement dans le top 10 hebdo.Il y a eu aussi "La rose et la Fleche" sublime film qui a bien été reçu au Box office. Aux USA il y avait finalement peu d'acteurs tête d'affiche capables de mettre des films régulièrement dans le top 10 : Clint Eastwood, Charles Bronson, Walter MAtthau, Burt Reynolds, Sean CONNERY.

    Bien sur les superstars des années 70 c'était REDFORD, NEWMAN, McQUEEN,HOFFMAN mais bon Sean CONNERY était au moins présent. C'est bien le public français qui boudait l'acteur en dehors des James BOND, alors c'est vrai, une nouvelle génération l'a découvert en 1986 avec Highlander et "Les incorruptibles". Ce dernier lui a permi de retrouver le top du Box Office US.

    Du reste mis à part "Octobre Rouge" ou "Les incorruptibles" je préfère sa filmo des années 70 dont ce "Lion et le vent" représente bien le talent de cet acteur peut être le plus charismatique qui soit.

    5
    Renaud Soyer
    Mercredi 29 Mai 2013 à 02:52
    Renaud Soyer

    Vous me donnez envie de refaire la fiche du film, tellement qu'il est bien. je vais essayer de la faire ce soir. Cordialement. Stay tuned ! 

    6
    michele realini
    Mercredi 29 Mai 2013 à 02:52
    michele realini

    Compliments pour ton travail! Je trouve que les infos dans ce site soient très intéressantes.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :