• LE GRAND CHEF - FERNANDEL BOX OFFICE 1959

     


      

    LE GRAND CHEF

    20 MARS 1959

     

     

     

    LE GRAND CHEF -  FERNANDEL BOX OFFICE  1959

     

     

     

     

    Réalisation  

    Henri VERNEUIL

    Scénario 

    Henri VERNEUIL

    Henri TROYAT

    Directeur de la photographie 

    Roger HUBERT

    Musique 

    Gérard CALVI

    Production 

    Franco London Films

    Distribution 

    Gaumont

    Durée 

    92 minutes

    Tournage 

    20/10/58- 06/12/58 

    Antoine

    FERNANDEL

    Paul

    Gino CERVI

    Eric Jumelin

    Joël PAPOUF

     

    Antoine et Paolo ont essayé, jusque-là sans succès, de faire fortune. Laveurs de voiture, ils voudraient posséder une station d'essence. Pour ce faire, Paolo convainc Antoine de kidnapper le fils du milliardaire Jumelin qui n'hésitera pas à donner une petite rançon de trois millions pour récupérer son enfant. L'enlèvement réussit, mais à peine rentrés à la maison, les deux compères s'aperçoivent qu'ils ont, sans le savoir, kidnappé l'enfant le plus insupportable de tout Paris. Eric comprend parfaitement qu'il a été enlevé et se déclare ravi de cette aventure qui le dispensera d'étudier ses leçons. Il fait mille tours, casse les vitres des voisins d'en face. Il faut payer les réparations illico pour éviter les suspicions. La nuit vient. Eric întalle une tente d'Indiens, demande à Antoine de monter la garde et va enfin s'endormir lorsqu'il pousse des cris, se disant atteint de douleurs abdominales et Antoine de courir chercher de la glace afin de le calmer. Quand il revient tout est fini, l'enfant avait seulement voulu s'amuser aux dépens de ses deux ravisseurs. On hâte alors la demande de rançon. C'est Paolo qui va pour déposer la lettre à un endroit convenu mais en sortant de la maison il se prend le pied dans une corde tendue par Eric et se casse la jambe. Il devra aller à l'hôpital. Enfin, on prend contact avec le père d'Eric. Mais celui-ci, au courant depuis le début et sachant son fils heureux avec Antoine qui l'a pris en affection, s'amuse à donner une leçon aux maladroits kidnappeurs. Il fait des difficultés pour reprendre son enfant et, finalement, fait accepter à Antoine de recevoir Eric les dimanches et jours fériés, ce qui lui laissera à lui et à sa famille quelques jours de tranquillité.

     

    C'est une équipe qui se connaît bien qui se reforme. FERNANDEL et Gino CERVI les deux compères de la série des « Don Camillo » sont de retour dans une comédie efficace mise en scène par Henri VERNEUIL habitué à tourner avec FERNANDEL. L'idée de base n'est pas mauvaise. Le sujet grave relatif aux rapts d'enfants est détourné car l'effet va se retourner contre leurs auteurs. Le traitement n'est pas sans rappeler « Maman j'ai raté l'avion » célèbre film américain, où un le jeune occupant d'une maison torture littéralement les brigands qui viennent cambrioler sa maison. Donc deux gars minables mais ayant bon fond en ont assez de leur morne existence et décide de kidnapper un fils de milliardaire. Le rapt s'effectue en douceur, FERNANDEL jouant aux indiens avec le petit garçon avant de le ramener chez lui. Avec un don rare, le petit va mener une vie impossible aux deux hommes qui va amener Paul jusqu'à l'hôpital dans un état sérieux. Repentant, FERNANDEL dévoile tout au père de l'enfant, qui, bien heureux de disposer de victimes qui ne diront rien à la police va les transformer en nounous afin que le petit démon puisse laisser ses parents en paix le temps des dimanches. Il faut tout le talent des deux acteurs pour faire passer ce sujet scabreux, mais ils y parviennent. Le duo est parfaitement rôdé et très à l'aise, les deux acteurs étant de grands amis. Le petit PAPOUF s'en donne à cœur joie, en roue libre et Henri VERNEUIL semble s'amuser à filmer les déboires des deux compères. A ce titre le plan final est savoureux : ce n'est pas sans une terreur légitime, que les deux hommes entendent l'enfant s'approcher de leur chambre de bonne, enfin ce qu'il en reste, le petit diable l'ayant à peu près dévastée. Réalisé efficacement le film ne vaut que par ses acteurs qui s'amusent beaucoup. Gino CERVI, glabre, est méconnaissable avec son accent italien, on oublie son rôle habituel de Peppone.

    Bizarrement, le film est un peu sacrifié à Paris. Sorti pour les vacances, le film ne reste que deux semaines en exclusivités, alors qu'il semblait encore posséder de belles jambes pour aller plus loin. Cela fait déjà quelques films que FERNANDEL obtient des succès un peu moins retentissants, mais quand même. Heureusement, les quartiers, puis la Province vont sérieusement remonter les entrées du film, celui-ci passant au final nettement la barre des 2 millions de spectateurs ce qui le met en bonne position au final. Contrairement à la rumeur, le film n'est pas un bide et va devenir un champion des diffusions télé. Quand à Henri VERNEUIL et FERNANDEL, les deux vont revenir bientôt et connaître un triomphe.

     

     

    CATEGORIE

    RANG

    NOMBRE

    SALLES

    ENTREES FRANCE

      

    2 296 698

      

    ENTREES PARIS

      

    296 640

      

    ENTREES PARIS EXCLUSIVITE

      

    87 025

      

    1ère semaine

    4

    36 113

    4

    2ème semaine

    3

    50 912

      

    Nombre de semaines Paris

      

    2

      

    Moyenne salles Paris 1ère sem

      

      

      

    Budget

      

      

      

    Box office annuel FRANCE

    32

      

      

    Box office annuel Espagne

      

      

      

    Box office annuel Italien

      

      

      

    Cote du succès

      

    * *

      

     

    « LE CONFIDENT DE CES DAMES - FERNANDEL BOX OFFICE 1959LES VIGNES DU SEIGNEUR - FERNANDEL BOX OFFICE 1958 »
    Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    1
    cédric lang
    Mercredi 29 Mai 2013 à 05:53
    cédric lang
    cher Renaud,
    j'aimais bien de temps en temps aller consulter votre blog.
    depuis quelques temps, ça part dans tous les sens.
    du Bourvil, du John Wayne, et maintenant du Fernandel.
    Fini 1949 ...
    j'avoue ne plus m'y retrouver.
    La clarté reste la qualité première d'un blog. 
    merci.
    2
    renaud
    Mercredi 29 Mai 2013 à 05:53
    renaud
    Cher Cédric Lang
    Je traite plusieurs acteurs en même temps et j'actualise les fiches que j'ai crée il y a déjà quelques années selon les films que je revoie, car j'aime bien parler des films que j'ai vu. Je remet à neuf petit  à petit la section acteurs bien bâclée à l'époque, mais la peinture à l'huile c'est bien plus difficile que la peinture à l'eau !
    La page d'accueil n'est qu'une vitrine et la plupart du temps les blogguers vont sur le classement par acteurs directement.
    Pour 1949, je n'ai que des chiffres partiels du film Français et je dois me faire aider par mon partenaire de blog pour compléter les films. Je l'ai déjà sollicité pour m'aider à boucher les nombreux trous du film français pour 1979.
    Nous travaillons ) proposer les entrées hebdo 1962 ainsi que les quartiers, chiffres introuvables je le précise.
    Donc je le solliciterai pour continuer 1949, mais le travail est tellement immense, que je peux satisfaire tout le monde. Mais 1949 reviendra!
    C'est toujours avec plaisir que j'accueille vos avis et vos demandes !
     
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :