• LE GENTLEMAN D'EPSOM - MICHEL AUDIARD BOX OFFICE 1962

     

    LE GENTLEMAN D’EPSOM

     

      3 OCTOBRE 1962 

     
      

    LE GENTLEMAN D'EPSOM - BOX OFFICE JEAN GABIN 1962

    • Réalisation : Gilles Grangier
    • Scénario : Albert Simonin
    • Adaptation : Albert Simonin, Gilles Grangier, Michel Audiard
    • Dialogue : Michel Audiard
    • Assistant réalisateur : Jacques Rouffio, et Claude Clément pour la seconde équipe
    • Images : Louis Page
    • Musique : Francis Lemarque, Michel Legrand;
    • Tirage : C.T.M, studios "Franstudio" de Saint-Maurice
    • Enregistrement Poste Parisien, Westrex Recording
    • Tournage dans les studios de "Franstudio"
    • Production : Cité Films – Cipra Films – (Paris), Compagnia Cinématografica Mondiale (Rome) – Franco-Italienne
    • Chef de production : Jacques Bar
    • Durée : 82 minutes
    • Genre : comédie

     

    • Jean Gabin : Richard Briand-Charmery, dit "le Commandant"
    • Louis de Funès : Gaspard Ripeux, restaurateur et turfiste enragé mais cardiaque
    • Jean Lefebvre : Charly, garçon de "courses"
    • Paul Frankeur : Arthur, croupier du cercle de jeux
    • Franck Villard : Lucien, tenancier de cabaret
    • Madeleine Robinson : Maud,
    • Joëlle Bernard : Ginette, femme de Lucien

     

     

     

    Chef d'escadron en retraite et sujet cabochard d'une honorable famille, le « Commandant » est devenu célèbre dans les milieux hippiques où il distribue avec une certaine élégance des tuyaux pour les courses. Comme il donne un cheval à chaque client, il a des chances de s'en tirer, chacun d'eux lui réservant, avec non moins d'élégance, une partie de la mise. Sa fortune ayant des hauts et des bas, il la compense parfois par une visite de famille où son prestige ne joue plus, mais où la table du beau-frère et l'indulgence d'une vieille tante comblent les jours moins heureux. C'est au cours d'une de ces périodes désargentées qu'il croise Maud, une de ses premières victimes du champ de course d'Epsom. Maud, malgré tout, a conservé un souvenir ému de ce brillant cavalier qui, pour l'éblouir à nouveau, n'hésite pas à lui offrir une soirée aussi prestigieuse que coûteuse à la suite de laquelle il se trouve seul avec la nostalgie du passé et un solide chèque sans provision. La fermeture des banques pendant le week-end lui donne fort heureusement le temps de cuisiner un nouveau pigeon. Celui-ci devant les alternances de la fortune, en fera une crise cardiaque, cependant que le « Commandant », après quelques colères à la pelouse ou au pesage, retrouve, à la dernière minute, et sa chance et son redoutable don de persuasion.

    **************************************

    Une des plus fameuses équipes du cinéma Français se reforme pour la plus grande joie des spectateurs Français. Après avoir exploré la France du vélo avec « rue des prairies », Jean GABIN campe un personnage truculent, un superbe loser adepte des champs de courses. Sous des dehors d’aimable comédie, le film démontre les travers et les personnages rencontrés dans le milieu : escrocs, petits joueur, gogos. La morale est respectée : il n y a pas de martingale miracle mais seulement de la chance, mais surtout de beaux parleurs et des gogos. Mais la chance rattrape « le commandant », il retrouve les tickets gagnants à la fin du film et l’erreur de pari  se transforme en victoire sonnante et trébuchante. Le commandant peut se draper dans sa superbe. Sa légende est intacte et tant pis pour ceux âpres aux gains faciles comme Gaspard RIPEUX. Le film connaît une sortie difficile à Paris: seulement 38 000 turfistes en première semaine, alors que GABIN en attire habituellement 80 000. Au final c’est un semi-échec ou un demi-succès. Le film peut compter sur une très belle distribution, dont la deuxième collaboration entre GABIN et DE FUNES. Entre « La traversée de Paris » et ce film six ans se sont écoulés et DE FUNES affine son personnage de lâche, fourbe, franchouillard. Le rapport de force s’équilibre entre les deux, et le « gendarme » va sortir dans deux ans. Encore 6 ans plus tard c’est Louis DE FUNES qui est la star du « Tatoué » et GABIN le faire-valoir de luxe !Reste un bon film sans prétention que de multiples diffusions à la télévision et la vente de DVD a rendu populaire et fait entrer le film dans le panthéon des comédies à « la AUDIARD ».

     

    CATEGORIE

    RANG

    NOMBRE

    SALLES

    ENTREES FRANCE

     

    1 899 266

     

    ENTREES PARIS

     

    595 570

     

    ENTREES PARIS EXCLUSIVITE

     

    148 884

     

    1ère semaine

    4

    33 477

    4

    2ème semaine

    8

    28 955

     

    3ème semaine

    8

    24 938

     

    4ème semaine

    12

    21 214

     

    5ème semaine

    11

    24 903

     

    6ème semaine

    11

    15 397

     

    Nombre de semaines Paris

     

    6

     

    Moyenne salles Paris 1ère sem

     

    8 369

     

    Budget

     

     

     

    Box office annuel FRANCE

    60

     

     

    Box office annuel Espagne

     

     

     

    Box office annuel Italien

     

     

     

    Cote du succès

     

    * *

     

     

     

     

     

    .

    « UN SINGE EN HIVER - MICHEL AUDIARD BOX OFFICE 1962LE BATEAU D'EMILE - MICHEL AUDIARD BOX OFFICE 1962 »
    Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :