• LE CORPS DE MON ENNEMI - MICHEL AUDIARD BOX OFFICE 1976

     

    LE CORPS DE MON ENNEMI

     

    13 OCTOBRE 1976

     

     

    LE CORPS DE MON ENNEMI - BOX OFFICE JEAN-PAUL BELMONDO 1976


     

    • Réalisation : Henri Verneuil
    • Scénario : Henri Verneuil, Michel Audiard et Félicien Marceau
    • Production : Cerito Films
    • Distribution : AMLF
    • Directeur de production : Jacques Juranville
    • Musique : Francis Lai
    • Directeur de la photographie : Jean Penzer
    • Chargé de presse : René Chateau
    • Format : 1,66:1
    • Genre : policier
    • Durée : 115 minutes
    • Date de sortie : 13 octobre 1976

     

    • Jean-Paul Belmondo : François Leclercq, un homme de retour dans sa ville
    • Bernard Blier : Jean-Baptiste Beaumont-Liégard, un baron du textile
    • François Perrot : Raphaël Di Massa, le directeur du Number One
    • Marie-France Pisier : Gilberte Beaumont-Liégard, la fille de Jean-Baptiste
    • Daniel Ivernel : Victor Verbruck, le maire de Cournai
    • Claude Brosset : Oscar
    • Yvonne Gaudeau : Madame Beaumont-Liégard dite la Reine Mère, la femme de Jean-Baptiste
    • René Lefèvre : Pierre Leclercq, le père de François, rival politique de Beaumont-Liégard
    • Michel Beaune : l'ami d'enfance de François
    • Nicole Garcia : Hélène Mauve puis Duquesne, amie d'enfance de François
    • Jacques David : l'avocat général Torillon
    • Suzy Prim : la marquise de Chaulmes, la mère de Marie-Adélaïde
    • Bernard-Pierre Donnadieu : le truand blond

     

    A Cournai, dans le Nord de la France, on ne vit que par et pour la toute puissante famille Beaumont-Liégard. Ces industriels du textile ont au fil des ans et des générations, amassé une telle fortune qu'ils contrôlent la région tant du point de vue économique que sur le plan social et même politique. Le maire et le député n'ont en effet rien à refuser à Jean-Baptiste Liégard, l'actuel représentant de la dynastie, aussi autoritaire et efficace en affaires qu'au golf et sans lequel Cournai n'aurait ni son stade, encore moins sa brillante équipe de football et son héros Kojac. De souche modeste, ambitieux et peu scrupuleux, François Leclercq s'est introduit dans le clan après avoir séduit Gilberte, la fille unique de Jean-Baptiste Liégard. Mais, pressée par son père, Gilberte épouse un riche aristocrate pour mettre fin aux rumeurs qui circulent, pour éviter une mésalliance et surtout pour punir son amant de son inconstance. François s'est associé à Raphaël di Massa et les affaires de la boîte de nuit qu'ils ont ouverte prospèrent au-delà des prévisions les plus optimistes. C'est alors que François découvre que son associé se livre au trafic de drogue. Il veut intervenir, mais un double meurtre commis dans l'établissement lui est imputé sans qu'il puisse se disculper. Sept ans plus tard, François sort de prison, bien décidé à rétablir la vérité. Une rapide enquête lui démontre que les choses ont changé depuis, mais pas les hommes. Au terme de ses investigations, François retrouve Di Massa et confond Jean-Baptiste Liégard, le vrai responsable du trafic.

     *************************************************

    Voici peut être le dernier bon "BELMONDO" des années 70. Après le succès de "Peur sur la Ville", Henri VERNEUIL sur la pression de BELMONDO accepte de partager les frais de production pour réaliser "Le corps de mon ennemi" livre de Félicien MARCEAU dont le réalisateur achète les droits quasiment après la sortie. Il n'a aucune difficulté de convaincre BELMONDO de participer au film malgré l'avis de René CHATEAU qui va tenter de convaincre les deux de modifier le titre du film. Selon lui, ce n'est pas un titre positif et cela est susceptible de priver le film d'une partie des spectateurs qui apprécient un BELMONDO plus héroïque.

    Henri VERBEUIL a déjà prouvé en début de carrière qu'il pouvait faire de bons films, on se souviendra en particulier de son fameux "Des gens sans importance" qui proposait une étude sociale des plus réussies. De son coté BELMONDO n'a plus grand chose à prouver.

    Michel AUDIARD est peu fatigué de la réalisation reprend la plume pour l'occasion. Ses derniers films n'ont pas rencontré de grands succès mais il a conservé toute da fougue et est très motivé lorsque le sujet s'y prête, et dans le cas présent le sujet s'y prête. Le trio du "Singe en Hiver" est reconstitué.

    Encore mieux, BELMONDO insiste pour avoir Bernard BLIER à ses cotés, un acteur qu'il juge indispensable. L'acteur qui enchaîne les tournages en Italie et en France a été très déçu du tournage de "Nuits d'or" et c'est avec grand plaisir qu'il répond favorablement à BELMONDO. Sa composition d'un notable pourri sera évidemment excellente entre ses mains. Mine de rien, cette équipe rappelle le fameux  " 100 000 dollars au soleil".

    D' autres acteurs solides complètent le casting : Daniel IVERNEL retrouve BELMONDO avec qui il a partagé l'affiche de "Docteur Popaul", Claude BROSSET est fantastique dans un rôle à contre emploi, mais aussi François PERROT, Charles GERARD et une des premières apparitions de Bernard Pierre DONNADIEU qui se prend un coup de tête magistral de la part de BELMONDO. Un très bon casting.

    Au niveau féminin, Marie France PISIER interprète la fille du notable qui se dévergonde avec l'aventurier joué par BELMONDO. Au comble d la beauté, celle-ci joue une fille bien née, un chouïa rebelle mais pas trop. En tout cas elle éclabousse le film de sa classe. Nicole GARCIA très en vue à l'époque fait aussi partie du casting, dans un second rôle trouble, mais c'est une des actrices qui monte.    

    Avec un tel casting que ce soit au niveau technique et artistique le film se doit d 'être réussi. Le tournage a lieu dans le nord de la France en particulier à Lille dont on peut reconnaître l'ancien stade pour les scènes extérieures et  au Château "Wood Lodge" à Vineuil-Saint-Firmin dans l’Oise pour les scènes d'intérieur entre BELMONDO et Marie France PISIER. 

    Le film conte une histoire de vengeance, une sorte de western spaghetti dans les cités textiles du Nord. François LECLERC l'a mauvaise. Il est de retour à Cournai après 7 ans de prison et son arrivée ne passe pas inaperçu. Le film va alterner les flash back et les scènes du présent. C'est au fur et à mesure du déroulement de l'intrigue que nous découvrons le passé chargé de Leclerc. Ce personnage s'est brulé les ailes comme Icare à trop vouloir monter trop haut. Cet homme charismatique n'a pas eu trop de mal à obtenir les faveurs de la très jolie fille Beaumont Liegard. Grâce à ce tremplin il est introduit  dans les salons de la famille mené par le patriarche Jean-Baptiste Beaumont Liegard. Leclerc est un aventurier mais son ascension sera irrésistible. Leclerc n'aime pas le monde qui l'entoure, en particulier JBBL.... Bernard BLIER est savoureux dans son rôle d'un baron de la ville, une personne qui représente le patronat du 20ème Siècle, un homme qui a tous les notables de la vie dans la main. Leclerc fera trois erreurs: ne pas rendre service à JBBL pour convaincre son père de renoncer au syndicalisme, vouloir dénoncer son associé DI MASSA pour trafic de drogues et se séparer de Gilberte en lui assénant qu'il ne l'a jamais aimée. Trop d'erreurs qui le conduisent dans la mouise. accusé de meurtres, il est passé à la moulinette au tribunal croisant tous ses anciens amis pour l'occasion.

    Leclerc veut DI MASSA et malgré toutes les pressions et les manœuvres pour l'acheter, il pourra compter sur l'aide d'un vrai ami, Oscar dont il a été supérieur hiérarchique à l'armée. Oscar s'est reconverti durant son absence et est maintenant un travesti sado-maso qui s'occupe de sa clientèle à coup de cravaches. Claude BROSSET est excellent et les dialogues forts drôles. Leclerc va coincer le Maire de la ville en fâcheuse posture. L'occasion de voir Daniel IVERNEL en chemise de nuit rose, c'est pas courant. Le Maire lui donne un tuyau en échange d'un silence sur ses habitudes. Leclerc remonte la filière et bien sûr retrouve DI MASSA. Leclerc, le sait, les loups, il faut les laisser se manger entre eux. Malin, il fait croire à DI MASSA qu'il a été donné par Beaumont Liégard. DI MASSA appelle ses contacts du milieux. Le vieux notable sera abattu durant sa partie de golf. BLIER meurt donc magnifiquement au cours d'un somptueux ralenti. Pendant ce temps Leclerc, vengé, rentre à Paris.

    Le film est un excellent pamphlet contre le patronat et la Bourgeoisie qui régissent les villes du Nord à l'époque. Des villes qui ne connaissent pas encore les délocalisations et les fermetures d'usines. Leclerc poursuit son étude de cette caste ce qui permet à AUDIARD de distiller de superbes répliques, l'auteur est en grande forme. Le casting est impeccable et Marie France PISIER délicieuse. BELMONDO est impeccable et donne une vrai personnalité à Leclerc. C'est un homme drôle, qui sait ce qu'il veut, mais aussi profondément blessé. De la bonne ouvrage, vu et revue à la télévision.

    Le film prend un beau départ à sa sortie parisienne où il reste en tête du box office durant deux semaines. Si le succès est parisien, la province suit sans éclats et le film termine sa carrière à un score équivalent à celui de "L'alpagueur". Cette année 1976 est donc une année correcte pour l'acteur sans casser la baraque. Pour son film suivant, il intègrera l'équipe de Claude ZIDI qui est une valeur très sûre au box office.     

     

     

    LA PHRASE DU FILM

     

    - Si je te disais que la population a presque doublée
    - Deux fois plus de cons...Ca paraît pas possible.

    ( Charles GERARD, chauffeur de Taxi et BELMONDO)

     

    D'AUTRES DIALOGUES

    - Vous avez un pronostic pour le match (France-Allemagne)? Moi je dis que ça va pas être une promenade. Attention, les Allemands, sur leur terrain, faut jamais les sous-estimer.
    - Parfois même sur le notre.

    ( Charles GERARD, chauffeur de Taxi et BELMONDO)

     

    - On donnait dans le social...On faisait semblant de faire de la charité... Nous ne donnions jamais d'argent car on nous avait prévenu: Quand on donne de l'argent aux pauvres, ils le boivent.
    ( Marie France PISIER )

     

     

     

    CATEGORIE

    RANG

    NOMBRE

    SALLES

    ENTREES FRANCE

     

    1 771 161

     

    ENTREES PARIS BANLIEUES

     

    528 354

     

     

     

     

     

    1ère semaine

    1

    143 208

    29

    2ème semaine

    1

    105 009

     

    3ème semaine

    6

    88 610

     

    4ème semaine

    5

    49 526

     

    5ème semaine

    7

    50 613

     

    6ème semaine

    15

    23 925

     

    7ème semaine

    15

    22 133

     

    Nombre de semaines Paris

     

    13

     

    Moyenne salles Paris 1ère sem

     

    4 938

     

    Budget

     

    15 M francs

     

    Box office Allemagne

    20

    900 000

     

    Box office italien

     

    174 469

     

    Cote du succès

     

    * * *

     

      LE CORPS DE MON ENNEMI - TRES BEAU FILM ANNONCE

     

    vlcsnap-2011-08-11-18h03m34s184.png

     

    CHARLES GERARD - LE CORPS DE MON ENNEMI

     

    vlcsnap-2011-08-11-18h05m06s80.png

     

    JEAN PAUL BELMONDO - LE CORPS DE MON ENNEMI

     

    vlcsnap-2011-08-11-18h06m39s246.png

     

    vlcsnap-2011-08-11-18h06m59s193.png

     

    vlcsnap-2011-08-11-18h08m01s42.png

     

    vlcsnap-2011-08-11-18h10m32s12.png

     

    MARIE FRANCE PISIER - LE CORPS DE MON ENNEMI

     

    JEAN PAUL BELMONDO - LE CORPS DE MON ENNEMI

     

    BERNARD BLIER - LE CORPS DE MON ENNEMI

     

    vlcsnap-2011-08-11-18h16m18s146.png

     

    vlcsnap-2011-08-11-18h16m54s255.png

     

    vlcsnap-2011-08-11-18h17m32s115.png

     

    vlcsnap-2011-08-11-18h20m28s87.png

     

    vlcsnap-2011-08-11-18h22m52s250.png

     

    CLAUDE BROSSET - LE CORPS DE MON ENNEMI

     

    vlcsnap-2011-08-11-18h33m40s70.png

     

    vlcsnap-2011-08-11-18h35m06s161.png

     

    vlcsnap-2011-08-11-18h35m47s63.png

     

    vlcsnap-2011-08-11-18h38m10s216

     

    vlcsnap-2011-08-11-18h46m39s184.png

     

    vlcsnap-2011-08-11-18h47m57s199.png

     

    vlcsnap-2011-08-11-18h52m32s126.png

     

    vlcsnap-2011-08-11-18h53m05s206.png

    « L'ANIMAL - MICHEL AUDIARD BOX OFFICE 1977L'INCORRIGIBLE - MICHEL AUDIARD BOX OFFICE 1975 »
    Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :