• LA VACHE ET LE PRISONNIER - FERNANDEL ET HENRI VERNEUIL BOX OFFICE 1959

     

     
     

    LA VACHE ET LE PRISONNIER

    18 DÉCEMBRE 1959

     

     
     

    LA VACHE ET LE PRISONNIER -  FERNANDEL BOX OFFICE 1959

     
     
     
    • Titre : La Vache et le Prisonnier
    • Réalisation : Henri Verneuil
    • Scénario : d'après le récit de Jacques Antoine Une histoire vraie
    • Adaptation : Henri Verneuil, Henri Jeanson, Jean Manse
    • Dialogue : Henri Jeanson
    • Images : Roger Hubert
    • Musique : Paul Durand
    • Chef de production : Roland Girard
    • Directeur de production : Walter Rupp, René G. Vuattoux
    • Distribution : Pathé Consortium
    • Format : 35 mm, noir et blanc
    • Tournage du 8 juin au 15 août 1959 en Allemagne
    • Genre : Comédie dramatique
    • Durée : 119 minutes
    • Fernandel : Charles Bailly, prisonnier de guerre
    • René Havard : Bussière
    • Ingeborg Schöner : Helga
    • Bernard Musson : Pommier
    • Ellen Schwiers : Josépha, la fermière
    • Pierre Louis : un évadé déguisé
     
     SYNOPSIS

    Le prisonnier de guerre Charles Bailly n est pas spécialement malheureux dans la ferme allemande où il travaille depuis trois ans. Mais, malgré l'amitié des camarades et la gentillesse de la fermière, il a « le mal du pays » et pense avec nostalgie à sa patrie et à son épouse. Il décide de s'évader. Mais pour ne pas courir le risque - couru par tant d'autres camarades qui sont allés à l'échec - d'être découvert sous de misérables habits civils, Bailly imagine de s'évader en tenue de prisonnier, tout simplement, avec une vache en laisse, d'une main, et un seau à lait de l'autre. La bonne fermière lui donne volontiers une vache de son abondant troupeau, et notre homme part à l'aventure, en direction de la France. Par petites étapes quotidiennes, il pense en trois mois atteindre son pays. Mais cette longue promenade à travers champs et villages ne sera pas sans danger. Les pièges les plus divers attendent notre homme qui s'en tire avantageusement, grâce à sa bonne humeur et son large sourire. Il trouve même, un certain jour, une hospitalité fort bienveillante dans une ferme dont les propriétaires ne sont guère dupes de la situation. Mais la mère de famille pense à son fils, prisonnier à Marseille, et elle sera d'autant plus indulgente pour ce prisonnier français. Un autre soir, Bailly tombe en plein campement d'une patrouille allemande. Affamé et harassé de fatigue, il se cache dans les taillis et tente vainement de s'approprier quelques boîtes de conserves : il tombe sur des bougies et des pansements ! Enfin, le voici patiemment et courageusement arrivé en gare de Strasbourg, venant de laisser, non sans attendrissement, sa compagne de route, Marguerite. Mais une invective un peu rude de deux policiers français le mettent en fuite. Il prend peur, monte dans un wagon, au hasard, et le voici reparti pour l'Allemagne !
     
     
    ANALYSE ET BOX OFFICE
     
     
    1958 et 1959 n'ont pas été extraordinaires pour Fernandel au box office. Rien de catastrophique mais nous sommes loin du début des années 50 où l'acteur faisait salle comble depuis "Le petit monde de Don Camillo". Que ce soit " Les vignes du Seigneur", "Le grand chef" ou "Le confident de ces dames" tous ont tous oscillé entre 2 et 2.5 millions d'entrées. Il faut dire que l'acteur continue de tourner a grand rythme dans des films de piètre qualité. Mais pour son dernier film de la décennie 1950 il va retrouver le seul réalisateur qui lui a permis de surnager en dehors des Don Camillo. En effet Henri Verneuil a été un magnifique porteur d'eau pour le réalisateur. Une fois encore Verneuil lui apporte une bonne histoire sur un plateau. Avec le grand scénariste Henri Jeanson, il arpente les bibliothèques pour retrouver les anecdotes d'anciens prisonniers qui se sont évadés afin d'apporter plusieurs "sketchs" au film qui permettent de donner de la substance au voyage du prisonnier et de sa vache dans la douce Bavière des années de guerre. Le tournage aura lieu en Allemagne mais Fernandel n'aura pas à parcourir à pieds les 230 kilomètres du trajet, car les lieux de tournage se trouvent tous dans un rayon de 30 kilomètres autour d'une vaste ferme Munichoise. C'est l'été durant le tournage et l'équipe devra attendre la pluie plusieurs jours dans les marais d'Augsbourg. Le pont sur le Danube a été construit spécialement pour le film par d'authentiques pontonniers de l'armée allemande qui ont refusé de se faire payer. En échange, Fernandel a été invité à un dîner du régiment où l'acteur a du serrer la main a 500 personnes et goûter une immense choucroute. Si le tournage se passe dans de très bonnes conditions, Henri Verneuil commence à être agacé par le comportement de l'acteur qui sait toujours très bien s'accaparer l'écran: pas question de le filmer de dos par exemple. L'acteur se fait aussi accompagner par une cuisinière marseillaise qui trônait dans une cuisine préfabriquée afin de mitonner de nombreuses bouillabaisses. D'ailleurs l'acteur invitait souvent le réalisateur a manger avec lui dans sa caravane et lui remettait la note du repas à se faire rembourser. Ce sera la dernière fois que Henri Verneuil travaillera avec l'acteur. Et c'est dommage car le réalisateur offre une perle à Fernandel tout comme il avait offert un chef d 'oeuvre à Jean Gabin avec " Des gens sans importance" en 1956. Le film s'avère très réaliste tout en étant une comédie. C'est presque un documentaire au sein de l'Allemagne que cette traversée de 230 kilomètres de ce brave Charles Bailly pourtant bien au chaud dans la ferme allemande où il travaille : il y a à manger et la fermière et si charmante. Mais l'appel du pays est trop fort et il décide de rallier la France après  un périple peuplé d'embûches. Mais la guerre est peu évoquée dans le film, tout au plus entendons nous quelques bombes au lointain au début du film. Mais Bailly fera bien des rencontres : un brave allemand  qui ne trouvera rien de mieux que de le ramener en véhicule à son point de départ, des évadés russes qui veulent manger sa vache, un repas dans une famille allemande "normale" et aussi touchée par cette guerre injuste, il sera intégré de force dans un camp de travail allemand où le système D fait des merveilles pour faire croire qu'on y travaille, de faux officiers allemands, mais aussi les nuits passées dans un trou en plein camp allemand. Bref de grands moments pour un film dominé par un Fernandel retrouvé, le comique tâcheron ayant de nouveau fait place au très grand acteur sans doute le seul avec Bourvil à pouvoir alterner dans un même film les moments comiques et dramatiques. Le final assez injuste montre un Bailly prendre enfin son train...en route pour l'Allemagne. Un grand film maîtrisé par Henri Verneuil et Fernandel sans oublier la fameuse vache, Marguerite (qui était le nom de ma grand-mère sans aucun rapport), sélectionnée par Verneuil lui même. Un animal capable, selon le réalisateur, de comprendre les ordres du réalisateurs comme "coupez" ou "tournez".  
     
    Le film est prévu pour sortir pour les fêtes de fin d'années et être l'évènement de cette fin 1959. Il sort à Paris sous une forte concurrence avec le nouveau  Brigitte Bardot " Voulez vous danser...", le film a grand spectacle "Salomon et la Reine de Saba" avec Yul Brynner et Gina Lollobrigida et le célèbre "La Belle au Bois Dormant" des studios Walt Disney. Avec 4 salles sur Paris "Balzac" "Helder" "Vivienne" et "Scala" le film ne parvient pas à prendre la première place du box office parisien dominé par Brigitte Bardot et Gina Lollobrigida. Mais en province le film lamine la concurrence remplissant littéralement jusqu'au plafond les salles des grandes villes de Province de Lyon à Marseille. Avec 356 000 entrées la semaine de noël et le score époustouflant de 435 272 entrées en seulement 49 salles le film attire déjà le million de spectateurs France dès janvier 1960. Sur le tournage de "Crésus" l'acteur pavoise en annonçant que "La vache et le prisonnier" a atteint le milliard de francs de recettes et qu'il est bien dommage que ce ne soit pas dans sa poche. Le film poursuit son parcours de titan en dominant les 4 premiers mois de l'année 1960 atteignant les 4 millions de spectateurs en mai 1960. Au final le film approche les 9 millions de spectateurs devenant le second plus grand succès de l'acteur pour l'après guerre. C'est quelque part un sacré symbole que l'acteur fête le passage entre les années 50 et 60 avec ce colossal succès. C'est aussi son dernier succès en solo dans une décennie où son leadership du rire sera malmené par Bourvil et bien sûr Louis De Funès. Mais il retrouvera quelques succès d'ampleur en duo.
     
    Henri Verneuil signe un de ses plus grands classiques mais lassé des demandes de Fernandel avec qui il est sans doute allé au bout de sa relation cherchera à tourner avec d'autres vedettes dont Jean Gabin  mais aussi  quelques jeunes pousses prometteuses. 
     
    Aujourd'hui "La vache et le prisonnier" reste un des films français les plus connus et fonctionne toujours lors de ses passages à la télévision.   
     
     
     
    CATEGORIE RANG ENTREES SALLES
    ENTREES FRANCE 1 8 851 251
     
    1ère semaine FRANCE
      84 973  
    2ème semaine FRANCE 1 356 729
     
    3ème semaine FRANCE 2 435 272
    49
    4ème semaine FRANCE 1 229 812
    33
    5ème semaine FRANCE 1 129 930
    27
    6ème semaine FRANCE 2 116 382
    26
    7ème semaine FRANCE 1 157 744 29
    8ème semaine FRANCE 1 207 267 37
    9ème semaine FRANCE 2 166 236 37
    10ème semaine FRANCE 1 208 733 39
    11ème semaine FRANCE 2 170 181 45
    12ème semaine FRANCE 1 170 126 39
    13ème semaine FRANCE 1 151 927 39
    14ème semaine FRANCE 2 192 970 47
    15ème semaine FRANCE 2 125 423 38
    16ème semaine FRANCE 1 306 360 52
    17ème semaine FRANCE 1 249 810 54
    18ème semaine FRANCE 2 199 070 47
    19ème semaine FRANCE 3 142 312 48
    20ème semaine FRANCE 3 122 105 46
    21ème semaine FRANCE 3 89 829 46
    ENTREES PARIS BANLIEUE   + 2 000 000
     
    1ère semaine 3 47 584
     
    2ème semaine 4 59 613
     
    3ème semaine 4 56 879
     
    4ème semaine  3 36 149
     
    5ème semaine  6 29 120
     
    6ème semaine  5 29 644
     
    7ème semaine  6 28 181
     
    Cote du succès   * * * * * * *
     

     

     FILM PROMO DE 1959
     
     
     
     HENRI VERNEUIL - LA VACHE ET LE PRISONNIER
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
    LA VACHE ET LE PRISONNIER -  FERNANDEL BOX OFFICE 1959
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
    LA VACHE ET LE PRISONNIER -  FERNANDEL BOX OFFICE 1959
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
    LA VACHE ET LE PRISONNIER -  FERNANDEL BOX OFFICE 1959
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
    FERNANDE - LA VACHE ET LE PRISONNIER
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
    LA VACHE ET LE PRISONNIER -  FERNANDEL BOX OFFICE 1959
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
    LA VACHE ET LE PRISONNIER -  FERNANDEL
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
    LA VACHE ET LE PRISONNIER -  FERNANDEL BOX OFFICE 1959
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
    MARGURITE - LA VACHE ET LE PRISONNIER
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
    LA VACHE ET LE PRISONNIER -  FERNANDEL BOX OFFICE 1959
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
    LA VACHE ET LE PRISONNIER -  FERNANDEL BOX OFFICE 1959
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
    LA VACHE ET LE PRISONNIER -  FERNANDEL BOX OFFICE 1959
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
    LA VACHE ET LE PRISONNIER -  FERNANDEL BOX OFFICE 1959
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
    FERNANDEL - LA VACHE ET LE PRISONNIER
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
    .
     
     
     
     
     
    .
     
     
     
     
     
     
    « WINONA RYDER BOX OFFICEBOX OFFICE MONDE DU 20 JANVIER 2017 AU 22 JANVIER 2017 »
    Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    1
    Paul
    Mercredi 25 Janvier à 17:51

    Mais quel est ce procès d'intention ? C'est vrai que c'est bien de citer ses sources, mais c'est pas non plus une affaire d'état. Un oubli ça arrive à tout le monde. Les chiffres viennent du CNC ? Bien, en même temps c'est ce qu'on peut espérer de mieux non ? Mais alors, Cinefilcnog, vous voulez dire quoi ? Que seuls les chiffres du site que vous mentionnez sont issus du CNC ? Donc que les chiffres présents sur tous les autres sites sont faux ? C'est un peu présomptueux, non ? Et puis, dans ce cas, les autres sites ne disent pas que leurs chiffres sont faux, et ne citent donc pas leur sources (JP, par exemple). Y êtes vous aller pour leur faire la morale ? Je pense que non.

    Alors on respire, on se détend, on boit de l'eau et on apprécie ce qu'on a sans cracher dans la soupe (surtout quand on est un fidèle du blog comme vous, a ce que j'ai pu constater avec les commentaires) et on reste content de ce qu'on trouve sur ce blog. D'ailleurs, c'est la première fois que vous vous inquiétez du citage de source Cinefilnog, pourtant Renaud ne les cite pas non plus pour les BO italiens, Allemand, anglais, chinois etc. Pourquoi ce soudain intérêt pour les sources ? Et ce ton péremptoire ?

    Moi, j’apprécie ce blog, qui lui au moins, ne ferme pas toutes les deux semaines, et où les infos sont nombreuse, diverses et constantes. Où les chiffres ne disparaissent pas au bout de deux semaines, pour ensuite être republiés du début, tel un éternel recommencement, a l'instar du site que vous mentionné.

    2
    Mercredi 25 Janvier à 18:56

    @cinefilnog94

    Hello !

    Et si tu allais voir ailleurs si j'y suis ?

    Ca c'est péremptoire.

     

    3
    Paul
    Mercredi 25 Janvier à 19:00

    Tout à fait, le commentaire de Didier était bien plus objectif, c'est pourquoi je me suis adresser à vous en particulier.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :