• LA TOUR INFERNALE - PAUL NEWMAN BOX OFFICE 1975

     

    LA TOUR INFERNALE

    (THE TOWERING INFERNO)

    5 MARS 1975

     

     

     

    LA TOUR INFERNALE - PAUL NEWMAN BOX OFFICE 1975

     

     

     

     

    • Titre original : The Towering Inferno
    • Réalisation : John Guillermin,
    • Scénario : Stirling Silliphant d'après The Tower de Richard Martin Stern
    • Photographie : Fred J. Koenekamp
    • Musique : John Williams, 
    • Production : Irwin Allen et Sidney Marshall (en)
    • Sociétés de production : Twentieth Century Fox, Warner Bros. Pictures
    • Sociétés de distribution : Twentieth Century Fox, Warner Bros. Entertainment
    • Budget : 14 millions de dollars
    • Pays d'origine : Drapeau des États-Unis États-Unis
    • Langue : anglais
    • Format : Couleurs (De Luxe) - 35 mm (Panavision) - 2,35:1 (Cinémascope) - Son stéréo magnétique dans quelques rares salles
    • Genre : catastrophe, action, drame
    • Durée : 165 minutes
    • Principaux lieux de tournages:
      • Fox Ranch, parc d'état de Malibu Creek (en) (extérieurs), Californie (États-Unis)
      • Fox Studios (intérieurs), Los Angeles, Californie (États-Unis)
    • Dates de sortie :
      • Drapeau des États-Unis États-Unis : 10 décembre 1974 (première à New York), 20 décembre 1974 (sortie nationale)
      • Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni : 30 janvier 1975
      • Drapeau de la France France : 12 mars 1975

     

     

    • Steve McQueen (VF : Jacques Thébault / Hervé Bellon) : Michael O'Hallorhan, le colonel des pompiers
    • Paul Newman (VF : Marcel Bozzuffi / Patrick Floersheim) : Douglas « Doug » Roberts, l'architecte du gratte-ciel
    • William Holden (VF : Jean Martinelli / Bernard Woringer) : Jim Duncan, le promoteur
    • Faye Dunaway (VF : Perrette Pradier / Véronique Augereau) : Susan Franklin, journaliste et fiancée de Doug Roberts
    • Fred Astaire (VF : Claude Dauphin / Roger Carel) : Harlee Claiborne, un petit escroc
    • Susan Blakely (VF : Béatrice Delfe / Véronique Desmadryl) : Patty Simmons, la fille de Jim Duncan
    • Richard Chamberlain (VF : Dominique Paturel / Thierry Wermuth) : Roger Simmons, ingénieur électricien
    • Jennifer Jones (VF : Monique Mélinand / Françoise Pavy) : Lisolette Mueller, une riche veuve
    • O. J. Simpson (VF : Sady Rebbot / Adrien Antoine) : Harry Jernigan, le chef de la sécurité
    • Robert Vaughn (VF : Roger Rudel / Guy Chapellier) : le sénateur Gary Parker
    • Robert Wagner (VF : Jean-Claude Michel / Jérôme Keen) : Dan Bigelow, le responsable des relations publiques

     

     

     

    SYNOPSIS

     

    C'est le jour de l'inauguration offîcielle de la Tour de Verre, monstre de 138 étages qui s'élève en plein coeur de San Francisco. Doug Roberts, l'architecte qui a conçu le projet, s'aperçoit que le constructeur, James Duncan, et surtout le gendre de ce dernier, Simmons, ont préféré l'économie à la sécurité. Il est trop tard, évidemment, pour annuler la somptueuse réception à laquelle vont assister, entre autres, le maire Ramsay et le sénateur Gary Parker. Tandis que, dans les hauteurs, la « party » bat son plein, un câble grillé dans un disjoncteur provoque, au 81e étage, un début d'incendie qui se répand à une allure prodigieuse. Duncan, pensant être à l'abri, refuse d'abord de faire évacuer les invités, mais s'incline devant les ordres du colonel des pompiers O'Hallorhan. Le feu, qui se propage, bloque les ascenseurs, rendant impraticable toute issue. Devant le danger, les personnalités s'affirment et s'affrontent : Simmons se noie dans l'alcool, Liselotte Mueller tente de sauver les enfants d'une mère sourde, la belle Suzan Franklin réalise que l'amour qu'elle porte à Doug Roberts dépasse son ambition personnelle. Le vent rend impossible une évacuation par hélicoptère ; aussi les pompiers installent-ils, entre la Tour et le gratte-ciel voisin, un filin qui supporte un siège surmonté d'une poulie. O'Hallorhan parvient, au péril de sa vie, à sauver un ascenseur en perdition dans lequelle des femmes luttent contre la mort. Comme le feu approche du 138e étage, les autorités décident de faire sauter les réservoirs d'eau : des trombes emportant tout sur leur passage éteignent le sinistre.

    ANALYSE

    un mois après la sortie de "tremblement de terre" le public américain va pouvoir profiter pour les fêtes de fin d'année 1974 de la nouvelle production de Irwin Allen "La tour infernale". Après l'eau, le feu nouvelle catastrophe naturelle qui va accabler une tour géante de 138 étages et terroriser un petit groupe qui devra survivre et prendre tous les risques pour éteindre l'incendie. Dès le succès de "L'Aventure du Poseidon" ( meilleur recette au box office américain de 1973) l'ingénieux producteur met en projet ce nouveau film dit "catastrophe" tout en sachant que la concurrence s'est activée avec "Tremblement de terre", "747 en péril" (le suspense aérien un sous genre du film catastrophe) et "terreur sur le Britannic" (qui est plus un thriller pour moi). Dans le cas de "La tour infernale" c'est bien un élément naturel et extérieur qui est la cause de la catastrophe. Prenant modèle sur son propre film "L' aventure du Poséidon" Irwin Allen propose l'archétype même du film catastrophe. La légende veut que la Warner et la FOX se sont alliés pour des raisons financières, c'est surtout que Warner possédait les droits de "The tower" et la Fox ceux de " The glass inferno" deux livres au sujet similaire, il aurait été idiot que chaque studio produise son propre film sur ce thème, dès lors ils s'uniront pour produire "La Tour infernale". L'équipe technique du "Poséidon" va se mettre au défi de faire encore plus fort et Irwin Allen laisse la réalisation à l'expérimenté John Guillermin. Comment se démarquer de la concurrence ? Peut être en blindant la distribution. Cela tombe bien Steve McQueen qui oscille toujours entre l'envie de faire des films ou de se retirer dans un ranch pour faire de la moto cherche un film qui va particulièrement bien le rémunérer, son agent Freddie Fields lui obtient le rôle du colonel des pompiers pour un million de dollars payé d'avance et le second million à la fin du tournage et 7.5% sur les bénéfices soit au total 12 millions de dollars. La seconde star n'est autre que Paul Newman qui percevra les mêmes sommes. La production s'offre donc deux des plus grandes stars planétaires. Les deux autres têtes d'affiches sont William Holden et Faye Dunaway. On a beau dire ça claque bien sur l'affiche et ce n'est pas une insulte que le casting de "Tremblement de terre" ne supporte pas la comparaison mis à part Charlton Heston. Les seconds rôles ne sont pas mauvais loin de là : Fred Astaire, Robert Wagner, Richard Chamberlain, Jennifer Jones tout cela donne une distribution mammouth. Steve McQueen a joué un petit rôle dans "Marqué par la haine" un film où Paul Newman était déjà la vedette. Mais Steve McQueen est devenu une superstar entretemps et aucun détail ne sera laissé au hasard, Steve Mc Queen veut avoir autant de répliques que Newman et que son nom figure à gauche sur l'affiche dans le sens de la lecture, Paul Newman aura son nom légèrement plus haut sur l'affiche. Tout le monde est content. Au final les deux acteurs deviennent potes, ils ont a peu près les mêmes goûts, ils aiment les voitures de course et pour rendre le tournage intéressant désirent effectuer le maximum de cascades. Cela va largement faciliter le tournage.  

    Comme d'habitude le film débute par d'assez longues et inévitables scène de présentation des personnages dans leur contexte : l'inauguration d'une gigantesque tour qui dont malheureusement le circuit électrique est conçu avec un budget low-cost. Le feu se propage lentement mais surement dans les étages et provoque son lot de victimes. A partir du moment où le feu se déclare c'est de l'action non-stop dont le point culminant est la décision de faire sauter les réservoirs d'eau de l'immeuble pour éteindre l'incendie, une scène réputée assez dangereuse pour les acteurs principaux qui n'ont pas désiré se faire doubler. Au final nous avons donc la Rolls des films catastrophe des années 70, même si pour ma part, nous y reviendrons je considère "les dents de la mer comme un film catastrophe". Il est évident que la présence des deux superstars à l'affiche y joue pour beaucoup. Impeccables, ils apportent une grande crédibilité et captivent les spectateurs tout autant que les effets spéciaux (la tour est une grande maquette construite dans le désert), même s'ils ont pris un sacré coup de vieux. Steve McQueen est le pompier courageux et critique, Paul Newman le civil "responsable" dans un certain sens de l'incendie se montre très courageux également. William Holden un peu âgé pour l'action se montre aussi convaincant. Par contre Faye Denaway joue un peu les potiches.

    Le succès de "tremblement de terre" et de "La tour infernale" sortis a 6 semaines d'intervalle aux USA ( en n'oublions pas Airport 75) marque l'apogée du genre pour les années 70 et seulement 6 mois après "La Tour infernale" Universal va sortir "Les dents de la mer". Irwin Allen a prévu de sortir d'autres films, mais ils seront beaucoup moins bons, nous retrouveront Paul Newman et William Holden dans une nouvelle production Irwin Allen : "Le jour de la fin du Monde" en 1979 un très mauvais film à mettre en parallèle avec le non moins mauvais "Méteor". Il faudra attendre de longues années pour que le genre renaisse à grand coups d'effets numériques.

    Pour les deux acteurs l'année 1974 est l'apogée de leurs carrières. Ce sont sans doute (avec Robert Redford) les plus grandes stars du cinéma. Paul Newman aura connu deux succès massifs avec "L'Arnaque" et "La Tour infernale" et Steve Mc Queen aura joué dans "Papillon" également. Difficile de faire mieux. La suite sera moins prestigieuse, Mc Quen tournera peu de films avant sa mort et ils ne marcheront pas très bien. Paul Newman tournera des films moins commerciaux avec peu de succès et devra attendre le début des années 80 pour retrouver le top du box office avec "Le Policeman" et "Absence de malice".  

    J'ajouterai malicieusement que John Williams est encore le compositeur du film après avoir composé la musique de "L'Aventure du Poseidon". Et dire que six mois plus tard il deviendra célèbre avec celle des..."Dents de la Mer". Formidable John Williams a la filmographie inouïe et grand spécialistes des films catastrophes. 

    "La tour infernale" va obtenir quelques oscars techniques mérités, mais rien pour les acteurs qui, il est vrai, livrent une prestation solide mais sans surprise. Ils se seront consolés avec les millions de dollars que leur a rapporté le film.

              

    BOX OFFICE ( Avec Laurent Aumaitre)

     USA -  Le film sort le 19 décembre 1974 soit 5 semaines seulement après "Tremblement de terre". Il affronte une grosse concurrence avec "Le Parrain 2" sorti une semaine plus tôt et "L'homme au pistolet d'or" . Il prend la troisième seconde place du top hebdomadaire du journal Variety derrière "Le Parrain 2" et le James Bond qui caracolent en tête. Il monte à la seconde place la semaine suivante alors que 5 films se disputent les premières places. Il prend la tête du box office hebdomadaire pour sa quatrième semaine en janvier 1975 mais devra la céder au "Crime de l'Orient express". Il reprend la tête du box office pour 3 semaines mi février 1975. Il demeure 20 semaines dans le top 10 hebdomadaire. Le film prend la seconde place du box office annuel 1975 avec 48.8 millions de dollars de recettes nettes pour 116 millions de recettes guichet soit à peu près la moitié des "Dents de la mer". Il aurait été possible de le classer dans les films sortis en 1974 mais il serait classé top 3 de l'année. C'est néanmoins une très grosse recette et à titre de comparaison il a rapporté 26 millions de dollars brut de plus que "Tremblement de terre" ( 116 Millions contre 80). C'est également plus que "L'aventure du Poseidon" sorti deux ans plus tôt ( 116 millions contre 93).

    FRANCE - Le film sort le 11 mars 1975, 3 semaines seulement après "Tremblement de terre". La période est favorable le début d'année 1975 n'ayant rien de spectaculaire. Après un beau battage publicitaire il s'impose dès sa première semaine au box office France hebdomadaire avec 269 897 entrées. Il profite des vacances scolaires pour connaitre une magnifique seconde semaine avec 418 000 entrées et encore 3 semaines a plus de 300 000 entrées. Il cède sa place de leader après 5 semaines de domination devant le spectaculaire "Peur sur la ville" avec Jean-Paul Belmondo. Cependant il demeure 6 semaines de suite à la seconde place du top hebdomadaire. Avec 11 semaines de suite dans le top 2 hebdomadaires il n'a pas de mal à monter sur la première marche du podium du box office annuel France 1975 avec 4 466 473 entrées ( dont 1 079 000 sur Paris/Périphérie). C'est bien sûr nettement bien mieux que le "Poséidon" et "Tremblement de terre" tous les deux top 13 annuel. Ce triomphe fait que encore aujourd'hui "La Tour infernale" reste en France le symbole du film catastrophe.   

    ANGLETERRE - Il sort à Londres le 30 janvier 1975 et prend la tête du box office hebdomadaire avec 81 872 dollars de recettes (34 372 livres) sur 5 salles. Il n'est pas diffusé à l'Empire où "Tremblement de Terre" reste accroché à l'affiche mais est diffusé au "Warner West End" où il rapporte 12 828 livres. Il reste 7 semaines en tête des recettes hebdomadaires et n'a aucun mal à occuper la première place annuelle en Grande-Bretagne avec 11 788 000 entrées (estimation). cela le placerait aujourd'hui encore dans le top 50 all-time en UK. 

     AUSTRALIE - Il sort le 17 mars 1975 à Sidney au Plaza où il reste 46 semaines à l'affiche. Avec une très belle recette de 4 017 000 A$ il se classe top 2 de l'année 1975 derrière "Jaws" sorti mi novembre 1975.  

    JAPON -  Triomphe et Top 1 de l'année 1975 avec une recette de 3,808milliards de yens et 1 212 673 spectateurs a Tokyo. le film était toujours n°3 all-time des films étrangers au 31 décembre 1981.

    BRÉSIL - Le film triomphe également avec pas moins de 10 352 000 spectateurs.

    ALLEMAGNE - Insidekino classe le film a la 8ème position du top annuel et estime ses entrées a 3 000 000 de spectateurs.

    ITALIE - Le film se classe top 7 de la saison 1974/75. Nous estimons ses entrées a 5 700 000 spectateurs.

    ESPAGNE -  Top 1 de l'année 1975 avec 4 505 516 spectateurs. Top 6 des exclusivités à Madrid avec 288 378 spectateurs et top 6 à Barcelone avec 213 546 spectateurs.

    BELGIQUE - Sorti le 13 mars 1975 sur 3 salles d'exclusivité à Bruxelles (Acropole, Colisée B., Métropole) + Galeries 1 (à partir de la 3ème semaine) il prend aisément la tête du box office hebdomadaire et rapporte 4 934 000 de francs belges pour ses deux premières semaines puis 2 279 000 francs belges pour la 3ème semaine.  Il est top 2 de l'année civile  1975 des exclusivités à Bruxelles avec 12 309 000 Francs belges soit environ 145 000 spectateurs. Il est ressorti le 19/06/75, avec une recette de 142 100 FB (en 3 semaines). Ce qui totalise : 12 451 100 FB sur l’année 1975. Nouvelle reprise le 5/07/79, avec 580 000 FB (en 3 semaines). Dernière reprise en date, le 1/05/80 : 90 000 FB (1 semaine).  Soit, à ce jour (et sous réserve qu’il n’y ait pas eu d’autres reprises dans les années 90’s/2000’s), un total cumulé de 13 121 100 francs belges. (Didier Noisy)

    PHILIPPINES - Top 1 de l'année 1975.

    SUÈDE -  Gros score avec 884 000 entrées. Seuls deux ou trois films par an (voire un seul) passent la barre du million de spectateurs.

    HOLLANDE - Top 2 de l'année 1975

    PÉROU - N° 3 all-time fin 1976 avec 443 000 dollars de recettes soit 19 915 000 sols. 

    SUISSE - 355 501 entrées.

    SINGAPOUR - Top 1 de 1975 avec 938 000 dollars de recettes.

    ARGENTINE - 1 million de spectateurs en 10 semaines. 

    HONGRIE- 1 572 000 entrées.

    MONDE - 88.65 millions de dollars de recettes nettes - Plus de 230 millions de dollars de recettes brutes.

     

    CATÉGORIE RANG ENTRÉES SALLES
    TOTAL ENTRÉES FRANCE
    1 4 466 473
     
    ENTRÉES FRANCE 1975
      3 736 736
     
    ENTRÉES FRANCE 1976   252 354
     
    1ère semaine FRANCE
    1 269 897
     
    2ème semaine FRANCE
    1 418 912
     
    3ème semaine FRANCE
    1 348 075
     
    4ème semaine FRANCE
    1 360 569
     
    5ème semaine FRANCE
    1 300 210
     
    6ème semaine FRANCE
    2 225 344
     
    7ème semaine FRANCE 2 185 933  
    TOTAL ENTRÉES PARIS PERIPHERIE
      1 079 745
     
    1ère semaine PARIS 1
    162 494
    24
    2ème semaine PARIS 1
    135 662
     
    3ème semaine PARIS  1 109 676
     
    BOX OFFICE USA GUICHET
      116 M$ 
     
    BOX OFFICE USA NET 2 48.8 M$    
    ENTREES UNITED KINGDOM 1 11 780 000
     
    BOX OFFICE AUTRALIE 2 4 M$A  
    ENTRÉES BRÉSIL  1 10 352 000  
    ENTRÉES ITALIE   7 5 700 000
     
    ENTRÉES ALLEMAGNE  8 3 000 000   
    ENTRÉES TOKYO  1  1 212 473  
    ENTRÉES ESPAGNE
    1 4 505 416
     
    Cote du succès   * * * * * * 
     

     

     

     

    LA TOUR INFERNALE - PAUL NEWMAN BOX OFFICE 1975

     

     

     

    LA TOUR INFERNALE - SORTIE EN FRANCE

     

     

    IRWIN ALLEN ET LA TOUR INFERNALE

     

     

    LA TOUR INFERNALE 1er JOUR PARIS

     

     

    LA TOUR INFERNALE - PAUL NEWMAN BOX OFFICE 1975

     

    .

    LA TOUR INFERNALE - SORTIE AU PARAMOUNT OPERA

     

     

    TOWERING INFERNO BOX OFFICE USA 1974

     

    TOWERING INFERNO WORLDWIDE BOX OFFICE

     

    LA TOUR INFERNALE - PAUL NEWMAN BOX OFFICE 1975

     

     

    LA TOUR INFERNALE FICHE MONSIEUR CINEMA

     

    LA TOUR INFERNALE - PAUL NEWMAN BOX OFFICE 1975

     

     

    LTHE TOWERING INFERNO US POSTER

     

    LA TOUR INFERNALE - TICKET D'ENTREE JAPONAIS

     

    LA TOUR INFERNALE - PAUL NEWMAN BOX OFFICE 1975

     

    LA TOUR INFERNALE - PAUL NEWMAN BOX OFFICE 1975

     

    LA TOUR INFERNALE - PAUL NEWMAN BOX OFFICE 1975

     

    LA TOUR INFERNALE - PAUL NEWMAN BOX OFFICE 1975

     

    LA TOUR INFERNALE - PAUL NEWMAN BOX OFFICE 1975

     

    LA TOUR INFERNALE - PAUL NEWMAN BOX OFFICE 1975

     

    LA TOUR INFERNALE - PAUL NEWMAN BOX OFFICE 1975

     

     

     

    LA TOUR INFERNALE - PAUL NEWMAN BOX OFFICE 1975

     

    LA TOUR INFERNALE - PAUL NEWMAN BOX OFFICE 1975

     

    LA TOUR INFERNALE - PAUL NEWMAN BOX OFFICE 1975

     

    LA TOUR INFERNALE - PAUL NEWMAN BOX OFFICE 1975

     

    LA TOUR INFERNALE - PAUL NEWMAN BOX OFFICE 1975

     

    LA TOUR INFERNALE - PAUL NEWMAN BOX OFFICE 1975

     

    LA TOUR INFERNALE - PAUL NEWMAN BOX OFFICE 1975

     

    LA TOUR INFERNALE - PAUL NEWMAN BOX OFFICE 1975

     

     

    LA TOUR INFERNALE - PAUL NEWMAN BOX OFFICE 1975

     

    LA TOUR INFERNALE - PAUL NEWMAN BOX OFFICE 1975

    Voici un article de la revue "Positif" publié à l'occasion de la sortie des "dents de la Mer". C'est une étude sur les films catastrophes sur la "période classique" de 1970 à 1976.

    Cliquez sur les photos pour les agrandir.

     

    LES FILMS CATASTROPHES

     

    LES FILMS CATASTROPHES

     

    LES FILMS CATASTROPHES

     

    LES FILMS CATASTROPHES

     

     

    LES FILMS CATASTROPHES

     

    LES FILMS CATASTROPHES

     

    LES FILMS CATASTROPHES

     

    LES FILMS CATASTROPHES

     

    LES FILMS CATASTROPHES

     

    LES FILMS CATASTROPHES

     

    LES FILMS CATASTROPHES

     

    LES FILMS CATASTROPHES

     

     

     

     

    « TOM HIDDLESTON BOX OFFICEROONEY MARA BOX OFFICE »
    Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    Tags Tags :
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :