• LA SCOUMOUNE - MICHEL CONSTANTIN BOX OFFICE 1972

    LA SCOUMOUNE

     

    12 DECEMBRE 1972

     

     

    LA-SCOUMOUNE.jpg

     

    Réalisation José GIOVANNI
    Scénario José GIOVANNI
    Photographie  Andréas WINDING
    Musique François DE ROUBAIX
    Production Raymond DANON
    Distribution FOX
    Durée 105  minutes
    Tournage  
    Roberto BORGO Jean-Paul BELMONDO
    Georgia SARATOV Claudia CARDINALE
    Xavier SARATOV Michel CONSTANTIN

     

     

     

    En 1934, Roberto Borgo quitte la Sicile pour Marseille où son ami Xavier Saratov vient d'être condamné à vingt ans de réclusion pour un meurtre qu'il n'a pas commis. Xavier a été victime d'une machination du caïd Villanova. Roberto s'oppose à celui-ci, le tue et prend sa place dans le Milieu, où il est craint de tous : on l'y surnomme "L'excommunié ", ou encore " La scoumoune ", celui qui porte poisse. Désormais à la tête des affaires du truand, et n'ayant pas réussi à faire évader Xavier, il confie à la soeur de celui-ci, Georgia, la direction d'une maison de rendez-vous. Georgia le prévient des menaces d'un gang de racketteurs américains. N'entendant pas leur céder, il leur tend un piège et les élimine. Mais la police intervient. Incarcéré à son tour, Roberto retrouve Xavier. A l'entrée en guerre de la France contre l'Allemagne, ils se voient refuser leur demande d'engagement dans l'armée. Décidant alors de s'évader, ils échouent à deux reprises. A la Libération, ils se portent volontaires, en échange d'une promesse de grâce, pour le déminage des plages. Entreprise périlleuse, au cours de laquelle Xavier perd un bras en portant secours à Roberto. Devenus hommes de main d'un patron de boîte à Pigalle, ils s'approprient son patrimoine. Mais, lassés de ce pouvoir retrouvé, ils songent à se retirer en Normandie avec Georgia. C'est alors qu'interviennent des sbires de l'homme spolié. Xavier est tué, Georgia blessée. Roberto vengera son ami.

     **************************************** 

    A l'instar de Francis VEBER, José GIOVANNI n'a jamais totalement apprécié les adaptation de ses romans (sauf "Les Grandes gueules") et surtout pas celle d' "Un nommé La Rocca" (d'après son roman "L'excommunié") de 1961. Fait curieux il décide d'en faire le remake en 1972 sous le titre "La Scoumoune". L'histoire est inspirée de la vie d'un gangster Italien débarqué à Marseille en 1923, Antoine La Rocca. Réputé pour porter la guigne (la scoumoune) à ses adversaires, il refuse les modifications de la société et du milieu. Un personnage atypique qui devrait plaire à BELMONDO ravi de tourner dans un remake d'un de ses propres films. L'acteur va retrouver Claudia CARDINALE sans doute l'actrice le plus proche de lui. On se souvient de "la Viaccia" et surtout de " Cartouche". Elle est somptueuse et n'hésite pas à arborer quelque beaux décolletés et quelques tenues suggestives. Michel CONSTANTIN sera donc Xavier, l'ami, le "frère" de Roberto. L'acteur est en pleine bourre et est une des incontournables gueules du cinéma. De plus il connait bien GIOVANNI. Le réalisateur se retrouve donc en famille.

    Avec GIOVANNI nous sommes en terrain connu, il y a un peu du "Rapace" et de "Ho!" et des "Aventuriers" dans ce film. Oui, le film décrit un personnage atypique, mais encore une fois c'est surtout une indéfectible amitié qui lie les protagonistes du film. Roberto est un sacré gangster. Sous des abords classe, il dissimule une formidable habileté à manier les armes à feu. C'est un tireur d'élite redouté du milieu ce qui lui vaut un respect forcé. Sa méthode: s'assoir tranquillement sur une chaise avant de défourailler les alentours. Pour l'aider, le "Mexicain" peut éventuellement lancer quelques couteaux dans le dos de ceux qui tenteraient d'abattre Roberto. Une équipe formée lors d'aventures exotiques où le talent de Roberto a fait merveille. Roberto va tout faire pour sauver son meilleur ami Xavier condamné à 20 ans de prison pour un meurtre dont il est pourtant innocent. Xavier est une brute épaisse, un costaud qui ne se laisse pas faire. Roberto est revenu à Marseille pour l'aider ainsi que sa sœur Georgia prête à tout pour sauver son frère. Cette histoire d'amitié remonte à l'enfance, une enfance dure qui forge les hommes où seuls les plus forts s'en sortent. CONSTANTIN est épatant. Au parloir, il sait obtenir le silence dans la cacophonie ambiante avec des méthodes "efficaces". C'est drôle comme toujours avec l'acteur. Roberto va discuter avec le responsable de l'arrestation de Xavier et le descend après une scène efficace. Il prend le contrôle du business local et ses associés qui le craignent rêvent de le faire tomber. Georgia gère la maison close du coin. Xavier se fait condamner pour 20 ans et est un pensionnaire indiscipliné. GIOVANNI n'a pas aimé son passage en prison dans sa jeunesse et décrit des conditions d'emprisonnement précaires. Xavier termine au trou après avoir molesté des surveillants et est victime d'un maton particulièrement sadique. Pendant ce temps Roberto va avoir fort affaire avec une bande venue des USA. Des noirs américains sont venus faire main basse sur la ville. C'est un épisode curieux, peut être dû à la mode la blackexploitation qui secoue le box office US. Roberto selon son habitude, s'assoit tranquille au milieu de la bande et fait parler la poudre. Il démantèle le gang mais manque de mourir et se fait coffrer. Il s'arrange pour se rapprocher de Xavier et impose sa loi auprès du maton. Les deux amis sont ensemble mais il faut s'échapper et les tentatives orchestrées par Georgia échouent et causent même la mort du Mexicain. Le salut des deux, si l'on peut dire, va venir d'une mission de déminage des côtes françaises. Les volontaires survivants seront amnistiés. L'occasion d' assister à une des meilleures scènes du film. Un à un les protagonistes explosent en manipulant les obus glissants enfouis dans le sable. Brûlés, déchiquetés, les démineurs meurent dans d'atroces souffrances quand ils ne deviennent pas fous. Le suspense est total lorsque Roberto glisse avec un bel obus dans les mains, mais parvient à retenir celui-ci. Mais il reste à retourner l'obus ce que refuse de faire Roberto. pendant ce temps Xavier se sacrifie pour son ami et jette l'obus au loin, mais perd l'usage d'un de ses bras. Mais ils gagnent leur liberté. De retour à Marseille, les affaires reprennent, mais Xavier souffre de son handicap et devient dépressif. Roberto reprend son dû spolié durant son emprisonnement, mais le milieu va chercher à se venger. Chez Roberto absent, Georgia et Xavier sont victimes d'une agression menée par le jeune Gérard DEPARDIEU. Xavier fait usage du feu et meurt tandis que Georgia est grièvement blessée. Roberto pleure ses amis, mais est bien décidé à les venger. Il disparait dans la nuit. Si ce n'est pas le meilleur GIOVANNI il n'en reste pas moins que c'est un polar fort divertissant. On appréciera le passage de la bande d'afro américains un petit peu en décalage avec le Marseille des années 30/40, mais bon. L'interprétation est impeccable et BELMONDO fait preuve de sa présence habituelle bien aidé par l'ineffable CONSTANTIN et la belle Claudia. Mais bien sûr le film reste connu pour la formidable composition musicale de François DE ROUBAIX envoutante et originale, mélange de sons électroniques inhabituels pour l'époque. Le générique du film demeure un de ses morceaux les plus célèbres, sorte d'orgue de Barbarie électronique auquel se mêlent des bruits dus à des ressorts de matelas. Un résultat étonnant. C'est de la bonne ouvrage et un bon BELMONDO période 70's... Sorti pour les fêtes de fin d'année 1972 le film a fort à faire avec une belle concurrence. Il s'impose à Paris devant la réédition des "101 dalmatiens" et "Le grand blond avec une chaussure noire". Il profite très bien des fêtes et décélère rapidement après cette période. Avec deux millions d'entrées l'essentiel est fait mais pas spectaculaire. Le film est à peu près au niveau de "Docteur Popaul", c'est une année correcte pour BELMONDO mais pas exceptionnelle. Mais le film marche très bien en Europe en particulier en Italie.    

      

    CATEGORIE

    RANG

    NOMBRE

    SALLES

    ENTREES FRANCE

     

    1 966 700

     

    ENTREES PARIS BANLIEUE

     

    617 838

     

    1ère semaine

    1

    104 412

    19

    2ème semaine

    2

    96 219

     

    3ème semaine

    3

    100 641

     

    4ème semaine

    4

    57 034

     

    5ème semaine

    5

    49 250

     

    6ème semaine

    9

    22 115

     

    Nombre de semaines Paris

     

    12

     

    Moyenne salles Paris 1ère sem

     

    5 495

     

    Cote du succès

     

    * * *

     

     

     

    scoumoune.jpg

     

    vlcsnap-2011-07-18-19h30m50s176

     

     

     

    LA SCOUMOUNE - JEAN PAUL BELMONDO

     

    vlcsnap-2011-07-18-19h32m27s127.png

     

    MICHEL CONSTANTIN - LA SCOUMOUNE

     

    CLAUDIA CARDINALE - LA SCOUMOUNE

     

    JEAN PAUL BELMONDO - LA SCOUMOUNE

     

    vlcsnap-2011-07-18-19h35m58s182.png

     

    vlcsnap-2011-07-18-19h36m58s14.png

     

    vlcsnap-2011-07-18-19h38m18s51.png

     

    vlcsnap-2011-07-18-19h38m50s113.png

     

    vlcsnap-2011-07-18-19h42m34s51.png

     

    vlcsnap-2011-07-18-19h43m48s21.png

     

    vlcsnap-2011-07-18-19h45m14s112.png

     

    vlcsnap-2011-07-18-19h45m15s127.png

     

    vlcsnap-2011-07-18-19h45m48s202.png

     

    LA SCOUMOUNE - JEAN PAUL BELMONDO

     

    vlcsnap-2011-07-18-19h46m50s54.png

     

    LA SCOUMOUNE - JEAN PAUL BELMONDO

     

    vlcsnap-2011-07-18-19h49m09s164.png

     

    vlcsnap-2011-07-18-19h49m52s79.png

     

    vlcsnap-2011-07-18-19h50m38s27.png

     

    vlcsnap-2011-07-18-19h50m53s172.png

     

    vlcsnap-2011-07-18-19h51m10s93.png

     

     

    LA SCOUMOUNE AFFICHE YOUGOSLAVE

     

     

    LA-SCOUMOUNE-YOUGOSLAVIE.jpg

     

     

    LA SCOUMOUNE AFFICHE ESPAGNOLE

     

     

     

     

    LA-SCOUMOUNE-ESPAGNE.jpg

     

    .

     

    « LA VALISE - MICHEL CONSTANTIN BOX OFFICE 1973IL ETAIT UNE FOIS UN FLIC - MICHEL CONSTANTIN BOX OFFICE 1972 »
    Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :