• LA MALEDICTION 1976


    LA MALEDICTION

    (THE OMEN)

    17 NOVEMBRE 1976

     

     

    MALEDICTION.JPG

    Réalisation Richard DONNER Scénario, d'après son roman David SELTZER Directeur de la photographie Gilbert TAYLOR Musique Jerry GOLDSMITH Production Harvey BERNHARD, Mace NEUFELD, Charles ORME Distribution Fox-Lira Durée111 minutes
    Robert Thorn Gregory PECK Katherine Thorn Lee REMICK Jennings David WARNER

    À Rome, Robert et Katherine Thorn attendent leur premier enfant, qui meurt à sa naissance. Robert accepte la suggestion du père Spiletto : substituer à l'enfant décédé, à l'insu de Katherine, un autre dont la mère est morte en le mettant au monde. Robert Thorn, diplomate, est nommé ambassadeur des États-Unis à Londres. L'enfant, Damien, à cinq ans, manifeste déjà son pouvoir maléfique : sa nurse se suicide en se pendant au balcon de sa chambre au beau milieu d'une réception diplomatique... Le père Brennan a tenté de s'entretenir plusieurs fois avec Robert Thorn ; celui-ci a refusé de l'écouter. On découvre le prêtre mort près d'une chapelle : la flèche de l'église a transpercé son corps de part en part... Aidé d'un photographe, Jennings, lui aussi alerté par les étranges événements successifs, Robert Thorn part pour Rome afin d'enquêter sur les véritables origines de Damien. Tandis que Katherine, de nouveau enceinte, avorte à la suite d'un accident provoqué par ce dernier. En Italie, Thorn et Jennings découvrent la vérité : Damien est l'Incarnation de Satan venu régner sur la Terre à l'Apocalypse. La seule issue est le sacrifice rituel de l'enfant. Mais les forces du Mal se défendent : Jennings est décapité dans un accident ; Katherine est tuée; et Robert, à son tour, est abattu par la police au moment où il allait entreprendre le sacrifice rituel.Le Président des États-Unis et sa femme assistent aux obsèques des époux Thorn. Damien est à leurs cotés : il a séduit le couple présidentiel, qui a décidé de l'adopter...

    En 1973 « l’exorciste » rapporte une pluie de millions de dollars à la Warner BROS. Le succès de ce film d’épouvante suscite bien des envies et la FOX décide d’adapter le roman de David SELTZER « the Omen » qui a connu un gros succès en librairie. Pour ce faire, la Fox embauche Richard DONNER un honnête artisan qui a réalisé bon nombres d’ épisodes de séries pour la télévision. Le budget est très moyen, mais pas de quoi faire peur à un réalisateur rompu aux contraintes budgétaires télévisuelles et à l’efficacité maximale. Pas vraiment un William FRIEDKIN, quoi. La distribution est constituée d’un has been, Grégory PECK et d’une vedette féminine à défaut d’une star, Lee REMICK. Tout ce beau monde produit une œuvre d’une rare efficacité : le film fout les boules, peut être bien plus que l’Exorciste. La scène du cimetière vaut son pesant de cacahuètes dans le genre. Le casting impeccable contribue grandement à l’impression de peur qui prend le spectateur. Le pauvre Thorn n’arrivera pas à stopper son fils, le diable en personne. La fin,  laissera la porte ouverte à trois suites, toutes moins bonnes les unes que les autres.
    Produit pour le budget d’une boîte de cachous, le film casse la baraque aux Etats-Unis et se classe à la troisième place du Box Office US 1976, rien que çà. En France, pays où les films fantastiques ne font pas recette, mis à part « l’exorciste » bien sûr, le résultat est très bon, le film passe largement le million d’entrées France et connaît un très bon résultat à Paris, ce qui ne sera pas le cas des suites qui feront de gros bides. Devant tant de billets verts amassés, la WARNER embauche Richard DONNER pour son plus gros projet : « Superman ». Rien que çà. Le réalisateur ne sait pas encore qu’il connaîtra….l’enfer durant le tournage.  

     

    ENTREES France TOUTES EXPLOITATIONS

     

    1 318 396

     

     

    ENTREES Paris 1ère EXPLOITATION

     

     

    328 863

     

    ENTREES Paris 1ère SEMAINE

    99 867

    NOMBRE DE SEMAINES PARIS 1ère exploitation

    14

    NOMBRE DE SALLES  Paris semaine de sortie

    19

    Moyenne entrées par salles 1ère semaine

    5 256

    1er JOUR Paris

     

    Budget US

    2.9 M$

    (10 M$ 2007)

    Recettes US

    60.9  M$

    (223 M$ 2007)

    COTE DU SUCCES

    * * *

     

    « LE RETOUR DE CASANOVA - BOX OFFICE ALAIN DELONLA BD AU CINEMA : BOX OFFICE HULK PART I »
    Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

  • Commentaires

    1
    Mardi 16 Décembre 2008 à 10:04
    Tietie007
    Tout à fait d'accord avec votre critique. Je trouve que La Malédiction est encore plus malsaine que L'Exorciste, car moins spectaculaire mais beaucoup plus malsain. Le petit Damien et surtout la diabolique Mme Bellock n'y sont pas pour rien dans l'atmosphère luciférienne qui règne sur ce film.
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :