• LA COURSE DU LIEVRE A TRAVERS LES CHAMPS - BOX OFFICE JEAN LOUIS TRINTIGNANT 1972

     

     

     

    .

     

    LA COURSE DU LIEVRE A TRAVERS LES CHAMPS

     

    12 SEPTEMBRE 1972

     

     

    COURSE-DU-LIEVRE-A-TRAVERS-LES-CHAMPS.jpg

    Réalisation

    René CLEMENT

    Assistant réalisateur

    Jean-Jacques BEINEIX

    Scénario

    Sébastien JAPRISOT

    David GOODIS

    Photographie

    Edmond RICHARD

    Musique

    Francis LAI

    Production

    Serge SILBERMAN

    Greenwich Film Prod

    Distribution

    C.C.F.C

    Durée

    150 minutes

    Tournage

     

    Charley

    Robert RYAN

    Tony

    Jean-Louis TRINTIGNANT

    Sugar

    Léa MASSARI

    Mattone

    Aldo RAY

    Pepper

    Tina FARROW

    Rizzio

    Jean GAVEN

    Le chef Gitan

    André LAWRENCE

    Paul

    Daniel BRETON

     

    Tony, poursuivi par des tueurs gitans qui veulent sa peau, se réfugie dans une maison isolée où se cachent plusieurs gangsters qui préparent un gros coup. En fait, Tony a assisté à la mort d'un truand abattu par les occupants de la maison et la victime, avant de mourir, lui a confié une grosse somme d'argent. Charley, le chef des truands, veut récupérer ce magot. Il héberge Tony et, une sorte d'amitié naissant entre eux, il décide de le faire participer à son coup. Entre temps, il se révèle que Tony avait, autrefois, été responsable de la mort d'un groupe d'enfants gitans, lors d'un accident d'avion: il avait projeté son appareil sur les gosses afin de prendre une photo d'eux. Le coup préparé par Charley consiste à simuler l'enlèvement d'une jeune fille dans les bureaux de la police. Celle-ci doit être remise à un gangster qui veut la supprimer pour qu'elle ne parle pas. Or, la jeune fille est déjà morte. Charley tâchera de s'emparer de la somme promise par le gangster avant qu'il ne s'aperçoive de la supercherie. Le coup réussira en partie; plusieurs des complices de Charley seront tués et Tony, ainsi que Charley, attendront ensemble l'arrivée de la police. Ils se savent promis à la mort, mais prennent cela comme un jeu.

     

    Après le très grand succès du "Passager de la pluie" le duo René CLEMENT / Sébastien JAPRISOT se reforme pour un "polar" au titre énigmatique "La course du lièvre à travers les champs".

    Si le bât blesse quelque part, c'est bien au niveau du scénario.  JAPRISOT désire intégrer du "merveilleux" au polar, et offrir une grande oeuvre lyrique inspirée par Lewis CARROLL cité en début de film.

    Le film va mélanger souvenirs d'enfance, course poursuite à travers le Canada, la préparation d'un enlèvement et un gunfight final. 

    Le début du film est assez palpitant. Tony est intercepté dès sa descente du train par une bande de gitan qui doit l'éxécuter sans que l'on sache pourquoi. Tony s'échappe et cours durant des kilomètres, la Rolls Royce des gitans à ses trousses. A la fatigue de la course s'ajoute la douleur d'une blessure au couteau qu'il a reçu.

    Par hasard, il surprend un réglement de compte dans un bâtiment où il s'est réfugié. Il est capturé par deux hommes qu'il prend tout d'abord pour des policiers. Il s'aperçoit en fait que ce sont les truands qui ont éxécuté l'homme, qui avant de mourir, lui confie une forte somme d'argent. Si Tony est encore dans de sales draps, il échappe au moins aux gitans.Sa situation se détériore encore un peu plus, quand, tentant de s'échapper il fait tomber un des truands de la voiture. Le truand mettra plusieurs jours avant de décéder de ses blessures.

    Tony est emmené dans une maison isolée dans les champs et par les marais. Il est temporairement en sécurité, car les gitans rôdent autour de la maison. Il fait la connaissance des membres de la maison.

    Le chef de maison est un truand sympathique. Il se nomme Charley et est campé par un Robert RYAN qui est la vedette américaine du film, tout comme l'était en son temps Charles BRONSON. C'est d'ailleurs le même doubleur qui effectue la voix française. Un jeu du chat et de la souris va s'instaurer entre Tony, Charley et le reste de la maison. Tous ne sont pas pour la présence de Tony et souhaiteraient l'éliminer surtout qu'il a causé la mort de l'un des leurs, y compris "Pepper" la soeur du décédé....Heureusement Tony peut compter sur la douce "Sugar" qui comme son nom l'indique cache un coeur d'or sous des dehors de femme solide. C'est la délicieuse Léa MASSARI qui interprète "Sugar" et qui va immanquablement tomber amoureuse de Tony.

    Ce long tunnel est certes interessant mais tourne un peu à vide. Le couple TRINTIGNANT / RYAN rappelle celui constitué par Marlène JOBERT / Charles BRONSON mais semble un peu plus artificiel. C'est un peu vain, un peu forcé, on ne réitère pas les miracles deux fois.

    Toujours poursuivi par les gitans, Tony a besoin d'argent pour fuir et va aider le gang à réussir son dernier coup. Hélas, la personne qu'ils devaient enlever est déjà morte, et le groupe décide de faire passer "Pepper" pour la proie recherchée par la Maffia. Le but est de descendre le gang adverse et d'empocher l'argent. Hélas, les dégats dont collatéraux et il reste peu de survivants de l'équipe de Charley. D'ailleurs un des membres survivant "donne" Charley. Tony rejoint Charley et se fait "pointer" mortellement sur le chemin de retour. Ses derniers instants seront passés à parier des billes, assis dans un lit d'enfants.

    On peut le constater le film est très ambitieux et à trop vouloir en montrer et à brasser tous les genres du polar,le spectacle est long, 2 heures 30 et on ne sait jamais par quel bout prendre le film.

    Si l'on apprécie le film par endroit, c'est dû en grande partie à l'interprétation très covaincante de Jean-Louis TRINTIGNANT qui se donne beaucoup, de Lea MASSARI qui trouve un beau rôle et de Robert RYAN qui est bon, sans atteindre le charisme d'un BRONSON.

    Et puis il y a le talent de René CLEMENT qui ne souffre aucune contestation possible, il maîtrise toutes les techniques du cinéma. C'est un ravissement visuel. Dommage que le spectacle ne suive pas.

    Après un bon départ le film souffre d'un bouche à oreille qui lui sera négatif. Le film s'éffondre rapidement et dépasse à peine le million de spectateurs sur la France, un résultat bien en deça des espoirs des producteurs.   

     

     

    CATEGORIE

    RANG

    NOMBRE

    SALLES

    ENTREES FRANCE

     

    1 077 733

     

    ENTREES PARIS

     

    221 507

     

    ENTREES BANLIEUE

     

    103 849

     

    TOTAL PARIS BANLIEUE

     

    325 356

     

     

     

     

     

    1ère semaine

    1

    84 973

    19

    2ème semaine

    3

    54 943

     

    3ème semaine

    5

    38 439

     

    4ème semaine

    7

    30 657

     

    5ème semaine

     

    12 620

     

    6ème semaine

     

    8 841

     

    Nombre de semaines Paris

     

    7

     

    Moyenne salles Paris 1ère sem

     

    4 463

     

    1er jour Paris

     

     

     

    Budget

     

     

     

    Box office annuel Espagne

     

    441 668

     

    Box office annuel Allemagne

     

     

     

    Box office annuel Italie

     

     

     

    Cote du succès

     

    * *

     

     

    vlcsnap-2010-12-24-14h16m36s81.png

     

    vlcsnap-2010-12-24-14h17m10s168.png

     

    vlcsnap-2010-12-24-14h18m17s70.png

     

    vlcsnap-2010-12-24-14h18m29s191.png

     

    vlcsnap-2010-12-24-14h18m56s210.png

     

    vlcsnap-2010-12-24-14h19m07s62.png

     

    vlcsnap-2010-12-24-14h19m47s199.png

     

    vlcsnap-2010-12-24-14h20m51s71.png

     

    vlcsnap-2010-12-24-14h20m55s112.png

     

    vlcsnap-2010-12-24-14h23m51s79.png

     

    vlcsnap-2010-12-24-14h30m50s176.png

     

    vlcsnap-2010-12-24-14h31m22s239.png

     

    vlcsnap-2010-12-24-14h35m34s202.png

     

    vlcsnap-2010-12-24-14h38m49s104.png

     

    vlcsnap-2010-12-24-14h40m27s59.png

     

    vlcsnap-2010-12-24-14h40m46s253.png

     

    vlcsnap-2010-12-24-14h42m13s91.png

     

    vlcsnap-2010-12-24-14h42m55s5.png

     

    vlcsnap-2010-12-24-14h45m09s60.png

     

    vlcsnap-2010-12-24-14h48m02s1.png

     

    vlcsnap-2010-12-24-14h48m49s214.png

     

    .

    « LE TRAIN - BOX OFFICE JEAN-LOUIS TRINTIGNANT 1973SANS MOBILE APPARENT - BOX OFFICE JEAN-LOUIS TRINTIGNANT 1971 »
    Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :