• LA CAGE - LINO VENTURA BOX OFFICE 1975

    .

     

     

    LA CAGE

     

    11 JUIN 1975

     

     

    CAGE.jpg

     

    Réalisation

    Pierre GRANIER-DEFERRE

    Scénario

    Pierre GRANIER-DEFERRE

    Pascal JARDIN

    Photographie

    Walter WOTTITZ

    Musique

    Philippe SARDE

    Production

    Ralph BAUM

    LIRA FILMS

    UGC

    Distribution

    FOX LIRA

    Durée

    90 minutes

    Tournage

     

    Julien

    Lino VENTURA

    Hélène

    Ingrid THULIN

     

     

    Une trappe s'ouvre sous ses pieds et Julien, stupéfait, tombe dans un réduit parfaitement aménagé. Lorsqu'il se relève, toujours abasourdi, il constate que de solides barreaux l'empêchent de sortir. Il est prisonnier. Attiré dans un piège par son ex-épouse, Hélène, sous le prétexte d'une maison à vendre qu'il désirait acquérir, cette même maison, isolée, dans laquelle il se débat maintenant comme un lion en cage, essayant - en vain - de s'évader, ou, à défaut, de comprendre. Hélène, aussi, voudrait comprendre: pourquoi l'amour a disparu entre eux, pourquoi leur couple s'est effrité et c'est pour cela qu'elle a enfermé Julien, pensant que seul ce moyen lui permettrait de "tenir" pour un jour, dix jours, plus encore, l'homme qu'elle n'a jamais cessé d'aimer. Hélène a le temps pour elle. Julien, non. De crises de colère en crises de rage, il insulte, s'insulte, accuse, s'accuse. Homme d'affaires actif et riche, il ne désire qu'une chose: la liberté, loin de cette femme qui le force à réfléchir, à se remettre en question, puis en cause. Alors, Hélène, lassée de sa solitude qu'elle sent irrémédiable puisque Julien ne l'aime plus, se décide à le tuer. Elle calfeutre les issues de sa "cage" et ouvre le gaz... Pourtant, l'amour est plus fort que la haine: avant que Julien ne soit totalement asphyxié, Hélène vient le sauver. Julien en profite pour l'enfermer et s'enfuir. Mais lui non plus ne peut laisser Hélène mourir ainsi. Juste au moment où les ex-époux terribles s'expliquent, le facteur sonne à la grille, provoquant une terrible explosion. Mais sous les décombres que déblaient les pompiers, dans la "cage" miraculeusement préservée, Hélène et Julien rient d'eux-mêmes pour la première fois depuis longtemps...

     

     **********************************************

    Depuis 1972 et "L'aventure, c'est l'aventure", Lino VENTURA a connu une belle période couronnée de beaux succès, voire de très gros succès avec "La gifle" en 1974. Tous les indicateurs sont au vert, malgré les 55 ans de Lino et ses 20 ans de carrière.  L'acteur s'engage avec Pierre GRANIER-DEFERRE et signe ainsi son retour avec le réalisateur dix ans après "La métamorphose des cloportes". Le réalisateur est dans une bonne phase également. S'il n'est pas le favori de la critique, il a cependant réalisé de beaux films solide dont " Le train" en 1973 avec Romy SCHNEIDER. Avec une telle équipe, la réussite doit être artistique et commerciale. A l'origine du film, une pièce de théâtre de Jack JAQUINE va donner naissance à un huis clos tendu entre un homme et son ex femme.

    Pierre GRANIER- DEFERRE a déjà exploré les relations d'un couple enfermé dans un pavillon de banlieue avec "Le chat", une brillante réussite. Très simplement et en montrant un sens du dépouillement, le réalisateur bien aidé par Pascal JARDIN un des meilleurs dialoguistes du moment va livrer une histoire qui semble authentique, du moins possible.

    Julien est un entrepreneur pressé et occupé. Il fournit des grues pour les nombreux chantiers présents dans cette France urbaine des années 70. C'est Lino VENTURA qui interprète cet homme mûr, pressé et pris par son métier. Un acteur capable de donner une vraie personnalité à ses personnages, une image crédible. Julien entre deux rendez-vous, doit passer chez son ex-femme qu'il n'a pas vu depuis deux ans, car elle désire vendre le pavillon qu'il lui a payé lors de leur séparation. Il se rend donc dans cette banlieue parisienne, très sobrement, voire tristement filmée par le réalisateur. Hélène lui ouvre. C'est une très belle femme mûre à l'air triste qui lui ouvre. Inutile de présenter Ingrid THULIN une des plus célèbres actrices suédoise. Elle a obtenu la reconnaissance internationale en tournant pour BERGMAN et a participé à de grandes productions hollywoodiennes. C'est une immense pointure que Lino VENTURA a face à lui. La subtilité de son interprétation sera un plus indéniable pour le film en plus de sa blonde beauté qui reste simple.

    Julien semble joyeux et lance quelques banalités pour être poli avec Hélène. Il ne sait plus trop depuis combien de temps il ne l'a pas vue. Bref, la visite doit être la plus courte possible. Hélène l'attire vers la cuisine et le fait chuter dans la cave par une trappe. Julien sera le prisonnier d'Hélène. Il tentera dans un premier temps de garder son calme, de prendre cela comme une mauvaise blague puis de raisonner Hélène et de comprendre ses motivations. Elles sont simples: Hélène veut conserver Julien auprès d'elle. Il va devoir se justifier de ses absences passées, de son départ, de son manque d'amour. Il tentera de s'évader en fabricant une clé en aluminium, mais entre cinéma et réalité, il n'est pas si simple de s'échapper d'une prison. Julien n'est pas spécialement haineux envers Hélène, il est inquiet quant à son absence de son entreprise et se demande s'il va sortir de là un jour. Les jours passent et Hélène contrôle la situation. Ecrivain, elle est sollicitée par un éditeur qui se montre pressant. Elle refuse poliment l'invitation, seul Julien l'obsède.

    Au fond, elle espère toujours un retour de Julien, mais même si celui-ci admet beaucoup de torts, de fautes il ne montre aucune volonté de revenir au bercail. Julien parvient même à devenir menaçant envers Hélène qui commet une imprudence. Mais ce n'est bien sûr pas un meurtrier. La tension monte et Hélène sombre dans une demi folie et décide de supprimer Julien, car elle a compris qu'il ne reviendrait pas. Les choses tournent mal, mais finalement le couple s'en sortira.

    Le réalisateur ne parvient pas toujours à échapper du concept du théâtre filmé, mais au fond il ne cherche pas à révolutionner le genre. Ce huit clos est intéressant car il montre ce que bon nombre de femmes connaissent et subissent. Un mari absent, égoïste et qui laisse sa femme mourir d'ennui à petit feu, celle-ci devenant invisible aux yeux de son mari. Et pourtant, jamais le film ne dérape, car le couple se respecte toujours. Bien sûr l'interprétation est sans faille et Ingrid THULIN domine les débats, son beau visage grave laisse passer tant d'émotions. Une grande actrice qui facilite le travail de Lino VENTURA qui joue avec conviction le rôle d'un homme qui va tour à tour éprouver de la compassion, de la colère, de la frustration. Un bon film filmé efficacement.

    Le film sort à Paris en plein mois de juin, une période peu favorable au box office à l'époque dominé par les films pornographiques ou les séries B. Une date curieuse sans doute choisie par la FOX qui distribue le film. A la surprise générale le film ne se classe qu'à une modeste 4ème place. Le film se fait battre par "Les jouisseuses" film porno qui prend la tête du Box office hebdomadaire et par le nouveau LOSEY ("Une anglaise romantique") et fait jeu égal avec "Lenny" de Bob FOSSE. Les semaines suivantes confirmeront cette dure réalité. Au final le film effectue une contre performance majeure avec 279 000 entrées en France, un score inexplicable pour un film qui avait largement le potentiel pour être millionnaire. De quoi ébranler un Lino VENTURA qui connait son premier sévère bide d'autant plus qu'il restait sur le triomphe de "La gifle". Est ce un épiphénomène dû à une date de sortie mal choisie ? La sortie de "Adieu poulet" film de commande réalisé par le même Pierre GRANIER-DEFERRE va-t-il permettre au duo de se remettre sur de bons rails ?     

     

     

    CATEGORIE

    RANG

    NOMBRE

    SALLES

    ENTREES FRANCE

     

    278 691

     

    ENTREES PARIS BANLIEUE
    source "le Film FRANCAIS"

     

    103 890

     

     

     

     

     

    1ère semaine

    4

    26 674

    14

    2ème semaine

    9

    24 707

     

    3ème semaine

    12

    18 375

     

    4ème semaine

    14

    13 724

     

    5ème semaine

    19

    8 326

     

    Nombre de semaines Paris

     

    9

     

    Moyenne salles Paris 1ère sem

     

    1 905

     

    1er jour Paris

     

    3 429

     

    Cote du succès

     

    0

     

     

     

     

     

    vlcsnap-2011-05-22-11h31m16s206.png

     

     

    vlcsnap-2011-05-22-11h30m00s213.png

     

    vlcsnap-2011-05-22-11h31m51s50.png

     

    INRID THULIN - LA CAGE

     

    vlcsnap-2011-05-22-11h34m12s176.png

     

    vlcsnap-2011-05-22-11h35m23s118.png

     

    LINO VENTURA - LA CAGE

     

    vlcsnap-2011-05-22-11h39m21s195.png

     

    LA CAGE - LINO VENTURA

     

    vlcsnap-2011-05-22-11h59m38s76.png

     

    INGRID THULIN - LA CAGE

     

    vlcsnap-2011-05-22-12h07m24s130.png

     

    vlcsnap-2011-05-22-12h07m59s223.png

     

    vlcsnap-2011-05-22-12h11m55s21.png

     

    vlcsnap-2011-05-22-12h12m14s214.png

     

    vlcsnap-2011-05-22-12h12m28s102.png

     

    vlcsnap-2011-05-22-12h13m08s242.png

     

    vlcsnap-2011-05-22-12h13m33s237.png

     

    .

    « ADIEU POULET - LINO VENTURA BOX OFFICE 1975 LA GIFLE - LINO VENTURA BOX OFFICE »
    Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :